NB : article rédigé entre le 3 et 4 août 2009.

C'est le troisième - et surement pas le dernier - livre de Yoko Ogawa que j'ai lu. Dans ce roman de près de 250 pages, Yoko Ogawa nous plonge dans un monde typiquement "ogawa-ien".

Celui d'un professeur de mathématique étrange. Déjà qu'écrire un roman sur un professeur de mathématique est étrange, mais cela ne suffit pas à Yoko Ogawa. Elle rajoute une dose supplémentaire : cet homme, suite à un accident de la vie voit sa mémoire qui ne dépasse pas les 80 minutes avant que tout revienne à zéro. Une maladie bien étrange.

Entre ce professeur à la mémoire limitée qui passe sa vie depuis le milieu des années 1970 à ne pas se souvenir de plus de 80 minutes, et l'aide ménagère qui lui est attribuée pour les actes de la vie courante, une connexion se crée.

Au fil des pages, tout le talent de Yoko Ogawa apparait, quand elle mélange avec une certaine malice son style aux formules de mathématiques et aux amusements que l'on peut avoir quand on manipule les chiffres : nombres premiers, nombre amicaux, nombres parfaits, etc...

Mis à part les interminables - et barbants ? - apartés sur le Base-Ball, c'est un excellent roman de Yoko Ogawa. Sans oublier que c'est une histoire qui montre à quel point la mémoire est quelque chose de relatif...