Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 4 : Youtube, une fausse bonne idée ?

Après le deuxième épisode consacré au « joujou pour geeks », le quatrième va poser la question de Youtube, ce réseau de vidéo, source du pire comme du meilleur. Note : à l’origine, ce devait être l’épisode 3, mais il a été décalé pour des raisons pratiques.

Ajout au 11 septembre 2017 : on a atteint les limites, non ?

Le pire ? Ce sont les chaines pour enfants. Le meilleur, la vulgarisation scientifique ou culturelle.

Au milieu, on trouve une poignée de vidéastes spécialisés dans l’informatique qui proposent leurs conseils dans différents domaines. Ici, nulle considération sur la qualité des vidéos, les comportements entre les personnes ou encore les fanboys et fangirls qui s’amusent à pourrir les commentaires ou descendre en flamme la vidéo en lui donnant un score le plus bas possible.

J’ai commencé à déposer des vidéos sur Youtube pour une simple et bonne raison dès 2008/2009 : pouvoir me simplifier la tâche quand j’avais besoin d’un hébergement.

Ensuite, ma chaine a pris de l’importance et j’ai fait quelques séries vulgarisatrices.

Mais le ver était dans le fruit. Des personnes ont commencé à se dire que c’était un bon filon pour se faire connaître et vendre « leur came informatique ».

Continuer la lecture de « Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 4 : Youtube, une fausse bonne idée ? »

Youtube, ce n’est pas que Cyprien et Squeezie, partie 2.

En novembre 2016, j’avais listé une partie des chaînes Youtube que je suis plus ou moins assidument. Voici une partie deux, un peu tardive dans sa publication.

Comme pour la première partie, c’est pas désordre plus ou moins flagrant. Mais je vais commencer par deux chaînes anglophones que je suis et qui me parlent.

  • Good Game ArrrCee – GGRC est une chaîne consacré au jeu, et spécialement à du rétrogaming. J’adore sa série « The Quake Grave » où l’on retrouve des niveaux pour le FPS de 1996. Évidemment, la chaîne ne peut s’apprécier que si l’on comprend l’anglais assez bien.
  • Toujours dans la nostalgie, la chaîne « The 8-bit guy » est présenté par un passionné des technologies des années 1980-1990. Rien que le générique avec un Commodore C64 en action vaut le détour. Encore une fois, un bon niveau d’anglais est conseillé.

Revenons aux chaînes francophones que je n’ai pas cité dans le précédent article. Il y en a un petit paquet et dans tous les domaines 🙂

Continuer la lecture de « Youtube, ce n’est pas que Cyprien et Squeezie, partie 2. »

Youtube, ce n’est pas que Cyprien et Squeezie ! ;)

Dernier billet d’une série plus ou moins culturel qui ont émaillé le week-end. Je dois dire que j’adore passer des heures sur youtube… Non pas pour regarder Squeezie hurler comme un goret qu’on égorge devant un jeu qu’il démontera ou pas.

Non, pour moi, youtube est une source de connaissances et de partage. Voici donc la liste des youtubeurs et youtubeuses que je vous conseille.

Une sorte du meilleur de youtube en quelque sorte. Liste tout sauf exhaustive !

Continuer la lecture de « Youtube, ce n’est pas que Cyprien et Squeezie ! 😉 »

Ah, l’idolâtrie liée aux gros vidéastes sur YouTube…

Je parle de l’idolâtrie au sens moderne du terme à savoir : « L’amour excessif pour une personne ou pour une chose. »

En gros, pour les quadragénaires francophones, le terme de BruelMania correspond bien à l’idolâtrie telle qu’on peut la retrouver de nos jours sur le réseau de vidéo en ligne racheté en novembre 2006 par Google.

J’ai eu envie d’écrire ce billet suite à une mésaventure arrivée à Fabien alias ElectronikHeart qui a mis le pied dans une fourmilière enragée sans le vouloir. Celle des fans aveugles de deux stars vidéastes sur Youtube, j’ai nommé le duo Cyprien Iov alias Cyprien et son camarade Lucas Hauchard plus connu sous le pseudonyme de Squeezie.

Les vieux de la vieille en informatique, en gros les personnes qui ont eu un ordinateur aux début des années 1990 n’auront pas manqué de noter que le pseudonyme de Lucas Hauchard n’est qu’une déformation de la prononciation du terme SCSI qu’on prononçait « Squeuzie » à sa grande époque de gloire.

Je tiens à préciser que les deux vidéastes en question me laissent froid, même si j’ai apprécié les vidéos de Cyprien il y a deux ou trois ans.

Continuer la lecture de « Ah, l’idolâtrie liée aux gros vidéastes sur YouTube… »

Premier bilan pour mes prédictions concernant l’année 2016.

Le 26 décembre 2015, je sortais ma boule de cristal et je donnais mes prédictions pour l’année 2016.

Je concluais l’article ainsi :

Voila, c’est tout pour cet article de prédictions en ce qui concerne 2016. Premier bilan ? En mars 2016, si le blog est encore vivant 🙂

Chose promise, chose due. Commençons par les sujets qui fâchent, donc la Devuan GNU/Linux. J’écrivais en décembre 2015 :

Selon moi, ce sera l’année du quitte ou double pour au moins une distribution : la Devuan. En effet, alors que je rédige cet article, à moins d’une semaine du nouvel an 2016, toujours aucune nouvelle de la version béta de la première Devuan officielle.

Force est de constater que pour le moment, en ce 9 mars 2016, toujours aucune nouvelle de la version béta de la Devuan GNU/Linux 1.0.

Sur le site officiel, on peut lire que la version la plus avancée actuellement disponible est l’alpha 4.

The current release series is ALPHA4 and despite this Devuan is already used with success in production by some of our developers and supporters.

Ce qu’on peut traduire par :

La version actuellement publié est l’alpha 4 et malgré cela, Devuan est déjà utilisée avec succès en production chez certains de nos développeurs et sympathisants.

Continuer la lecture de « Premier bilan pour mes prédictions concernant l’année 2016. »

Ah, les stars de Youtube, la phobie de la transparence et l’article 20 de la LCEN de 2004.

J’avais envie en ce jeudi matin, lendemain de la célébration de l’inutile boucherie et répétition générale du deuxième conflit mondial, de revenir sur une affaire qui a fait bruité récemment la toile francophone.

Tout commence avec un article du Monde, en date du 9 novembre qui met les pieds dans le plat : « Cyprien, Norman, EnjoyPhoenix : le business trouble des youtubeurs »

Le morceau de résistance de l’article :

Mais dans le joli petit monde tout rose des vidéos en ligne, il y a des questions à ne pas poser. Celle de leur rémunération, notamment, comme l’a appris France Info à ses dépens. « Parce qu’on a osé demander en interview à une jeune youtubeuse si elle était payée, son attaché de presse, furieux, a annulé tous les autres entretiens prévus et a convaincu l’agent des poids lourds Norman, Cyprien et Squeezie de faire de même », raconte la journaliste Sandrine Etoa-Andegue dans un article sur le « business des youtubeurs ».

Que c’est mal de demander de la transparence. À moins que les personnes en question, vivant de placement publicitaires plus ou moins bien planqués ont signés des contrats du genre : « Si tu parles de ta rémunération, on te coupe les vivres ? »

Ou invoquera-t-on le tabou judéo-chrétien sur l’argent qui est une saloperie par conception pour étouffer la question ?

Sa majesté Korben a posté un article qui fait penser à la défense d’une classe précise et maltraité par les méchants internautes et par la méchante télévision, les youtubeurs célèbres. Je ne reviendrais pas sur son article bien écrit, mais seulement sur la dernière phrase :

« …Et au diable tout le reste. »

Continuer la lecture de « Ah, les stars de Youtube, la phobie de la transparence et l’article 20 de la LCEN de 2004. »

En vrac’ dominical.

Un petit fourre-tout de liens pour finir la semaine.

Et sur le plan culturel ?

  • Vous connaissez sûrement les chaines youtube e-penser ou encore Nota Bene ? Pourquoi ne pas faire un tour du côté de Balade Mentale qui nous apprend plein de trucs étranges et passionnant.
  • Si vous êtes branchés musique médiévale à la Donjon et Dragon, essayez donc de laisser traîner une oreille sur la page bandcamp de Kingdom of Erang.

C’est tout ! Bon dimanche !

Une semaine sans Adobe Flash. Un premier bilan assez positif ?

Il y a une grosse semaine, j’ai fait sauter le greffon Adobe Flash de mon ordinateur. A l’origine de cette disparition, une remarque de Patrice Ferlet – je vous conseille son « petit » projet musical, Arkyne – sur Google Plus concernant l’empoisonnante affaire de l’EME dans Mozilla Firefox.

Cette remarque a été un déclic, et je la cite :

Revérifié, c’est l’api audio du browser qui est utilisée, donc si t’as FF ou Chrome ou tout autre browser qui gère correctement les api récentes, tu ne dois pas avoir de souci. Il faut par contre avoir les plugins gstreamer pour lire du mp3. Je vis depuis 2 ans sans plugin flash et je n’ai jamais de souci…

Le seul point qui me faisait garder Adobe Flash, c’était justement le support de Bandcamp pour l’amoureux fou de musique que je suis.

J’ai donc fait la manipulation suivante sur mon ArchLinux (et distribution apparentées) : installer les greffons gstreamer0.10 en parallèle des greffons gstreamer en version 1.2 qui ne sont pas encore complètement supportés au 12 juin 2014, date où je rédige cet article.

Simplement grace à la commande, sudo pacman -S pouvant être remplacé par yaourt -S :

sudo pacman -S gstreamer0.10-plugins gst-plugins-good gst-plugins-bad gst-plugins-ugly

Il y a encore un support par défaut de la génération 0.10 de gstreamer, le temps que gstreamer 1.2 soit pris en compte complètement. Les commandes sont à adapter en fonction de votre distribution, bien entendu 😉

Continuer la lecture de « Une semaine sans Adobe Flash. Un premier bilan assez positif ? »

Google et la Free Software Foundation sont-elles schizophrènes ?

Cet article m’est venu suite à la remarque d’Antistress et sur un de ses commentaires qui fleure bon l’idéalisme :

Le code est tout à fait officiel, il vient de YouTube lui-même.
Tu veux dire qu’il est en version d’essai ? Combien de logiciels libres que tu utilises n’ont pas atteint la révison 1.0 ? Sois sérieux 😉
Le code sert à pouvoir désactiver Flash et, constatant qu’il n’est plus utile, le désinstaller.
Il s’agit de sortir du cercle pernicieux du flash everywhere

Ce serait vrai si on se limitait à visionner des vidéos sur la toile. Mais nombre de services musicaux (comme celui qui s’est défroqué devant les demandes excessives des copieurs de galettes de plastique) n’utilisait pas la technologie flash.

Cependant, cette volonté d’abandonner cette technologie omniprésente est un brin contrarié par une forme de schizophrénie de Google et de la Free Software Foundation.

Je m’explique.

Google – dont les serveurs sont l’épine dorsale de Youtube – propose avec son navigateur Google Chrome un logiciel sous forme de greffon qui s’appelle… Adobe Flash.

Par exemple, cet article concernant la version 10 de Google Chrome publié par Cnet.

De son côté, la Free Software Foundation, connu pour son combat pour le logiciel libre, propose un outil qui implémente les fonctionnalités de Flash, sous le nom de GNU Gnash.

Flash est – malheureusement – incontournable de nos jours. Penser qu’un seul acteur comme Youtube qui laisserait tomber flash en forçant webm et le html5 par défaut pourrait faire tout basculer est un peu « trop » idéal à mon goût.

Mais peut-être que mes 13 années sur le réseau des réseaux m’ont fait comprendre que des technologies naissent, se développent et disparaissent plus ou moins.

Je vais donc rajouter le code non encore officialisé par Youtube pour les vidéos, même si par défaut, si flash est utilisé pour d’autres genres de sites, celui-ci aura la main sur la technologie ouverte WebM.

Jongler entre webm et flash dans Mozilla Firefox.

Antistress m’a fait plusieurs fois la remarque que je forçais j’incitais les utilisateurs à avoir le greffon flash pour lire les vidéos que j’ai moi-même posté sur youtube.

Or, il suffit d’une simple manipulation pour justement afficher des vidéos en webm, donc en utilisant html5.

La preuve en vidéo 😉

A noter que pour faire le chemin inverse (revenir du html5 vers flash, utile pour certains sites abusant de flash, j’ai du redémarré par mon Mozilla Firefox en version de développement).

Adieu flashplugin, bienvenu à… Gnash ;)

Avec la sortie de la version 10.1 de Flash Plugin, le port 64 bits qui avait été l’apanage de Linux 64 bits n’est plus maintenu.

C’est donc avec un petit peu d’appréhension que j’ai installé le plugin gnash, avec le support du ffmpeg dans gstreamer… Pourquoi ? Sinon, la moindre vidéo sur youtube (mon fournisseur principal de vidéo, Dailymotion refusant décidément de fonctionner avec Gnash)  ne fonctionne pas.

Sur mon Archlinux – à adapter selon votre distribution, cela s’est résumé à la ligne de commande suivante :

yaourt -S gstreamer0.10-ffpmeg gnash-gtk

Pour faire reconnaitre le plugin gnash dans mon Mozilla Firefox de développement, il m’a fallu faire un lien symbolique depuis /usr/lib/mozilla/plugins/libgnashplugin.so vers ~/.mozilla/plugins…

Et cela fonctionne… La preuve en image 😉

gnash 0.8.7 sur Youtube ;)

A propos, pour Youtube, si on ne bloque pas le cookie (via Edition / Préférences / Vie Privée), les vidéos ne sont pas affichées !

réglage pour les cookies ;)