« OvO » de Yaima : un mélange savoureux.

Yaima, c’est un trio nord-américain, originaire de Seattle. J’avais abordé dans un billet « en vrac' » en décembre 2014. Je parlais rapidement de leur premier album :

Vous cherchez de la musique qui vous relaxe et qui vous donne envie de faire passer le calumet de la paix comme celui de l’époque des hippies ? « Pellucidity » de Yaima est parfait pour vous.

Près de deux ans plus tard, leur deuxième album « OvO » est disponible en téléchargement à prix libre sur la page Bandcamp du groupe.

On a un album assez long, presque 59 minutes pour 14 pistes. C’est qui est pas mal pour un album, non ? 😉

Continuer la lecture de « « OvO » de Yaima : un mélange savoureux. »

Merci la sérendipité : l’exemple en musique par Mobius et Todesbonden.

Même si le mot n’est pas encore défini dans le dictionnaire de l’Académie Française – et comme disait Clemenceau de manière fleurie : « Donnez-moi quarante trous du cul et je vous fais une Académie française. », ce terme et cette notion d’origine anglophone peut se définir ainsi : « trouver autre chose que ce que l’on cherchait ».

Pour le premier, c’est en suivant le mot clé metal – comme c’est étonnant – que je suis tombé dessus via la framasphere*, qui est un point d’accès au réseau social décentralisé diaspora*.

Mobius est un groupe français spécialisé dans le metal progressif auquel s’ajoute des tendances symphoniques, de world music et d’une dance traditionnelle réunionnaise, le maloya. Oui, ça apparait comme bizarre au premier abord. L’album est sorti en octobre 2016.

Continuer la lecture de « Merci la sérendipité : l’exemple en musique par Mobius et Todesbonden. »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’. Cette semaine, il va être assez copieux 🙂

Côté logiciel libre et informatique :

Côté musique ?

Bon week-end.

« Nizhâm » des Dayazell : pour une fois que la fête de la musique annonce une bonne nouvelle… :)

Enfin, je voulais surtout parler de la date symbolique du 21 juin. Le 13 septembre 2013 – qui était accessoirement un vendredi – je parlais du premier album du quatuor Dayazell.

Depuis j’avais gardé un oeil sur l’activité du groupe. Et le 21 juin, le groupe annoncé la sortie de son nouvel opus sobrement intitulé Nizhâm.

Ici, tout ce qui fait le charme de l’album éponyme du quatuor refait surface.

Avec cet album qui frôle l’heure – un peu plus de 57 minutes pour être exact – on retrouve toutes les influences du groupe. Que ce soit les chants traditionnels scandinaves avec « Mitt Adertonde Ar », des chants soufis avec « Ah Nice Bir Uyursun », des chants européens médiévaux avec « Mariam Matrem Virginem » ou des instrumentaux comme avec « Sahar », « Eol » et « Shashkin » qui occupe une bonne partie de la deuxième moitié de l’album.

Autant dire que l’auditeur n’a pas le temps de s’ennuyer. C’est du grand Dayazell qui montre que les influences musicales. Inutile de préciser que l’album en version physique ira bientôt rejoindre son « grand frère » dans ma collection.

Merci Dayazell !