Vieux geek, épisode 10 : Microsoft WinG, l’ancêtre de DirectX…

J’ai eu l’idée de cet article en jetant un oeil sur la fiche d’un jeu sur Steam et d’un étrange copier / coller, , je cite :

OS:Ubuntu 12.04 LTS
Processor:Pentium 4
Memory:512 MB RAM
Graphics:DirectX 9.0c compatible
DirectX®:9.0c

Je voudrais bien voir DirectX® fonctionner sous Linux. Par simple curiosité. A moins que Wine ne le permette ?

Sinon, une image m’est revenu à l’esprit. Un vieux titre des débuts de la vraie 3D sur PC. Avant la sortie de Descent (pour les Shoot’em’up) en 1995 et Quake en 1996, les jeux dits 3D étaient souvent de la 2D trafiquée : Doom et Duke Nukem 3D en sont les parfaits exemples.

A la même époque, un Shoot’em’up en 3D fait son apparition sous MS-DOS, j’ai nommé Terminal Velocity.

Microsoft demandera alors à l’équipe derrière Terminal Velocity de proposer un jeu identique pour promouvoir son système d’exploitation sortant la même année, j’ai nommé MS-Windows 95. Et en attendant la sortie de MS-Windows 95 pour août 1995, Microsoft développe une surcouche qui sera l’ancêtre de DirectX, j’ai nommé WinG.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 10 : Microsoft WinG, l’ancêtre de DirectX… »

Quelques anniversaires pour 2012…

Comme chaque année, nous allons cette année fêter les 5ième, 10ième, 15ième, 20ième anniversaires de projets informatiques célèbres. Liste non exhaustive, bien entendu 😉

Pour les 5 ans ?

Pour les 10 ans ?

  • Mars : sortie d’une distribution du nom… d’ArchLinux 0.1, nom de code Homer 🙂
  • Avril : Sortie de l’environnement KDE 3.x, dont l’ultime version 3.5.10 est sorti en 2008.
  • Juin : sortie de la Suite Mozilla 1.0, fruit de 4 ans de travail, depuis l’ouverture du code de Netscape Communicator en mars 1998. et aussi, sortie de l’environnement Gnome 2.0, dont l’ultime version a été la 2.32, 8 ans plus tard.
  • Juillet : Sortie de la Debian GNU/Linux 3.0, alias Woody
  • Août : Ultime version 4.x de Netscape Communicator, la 4.8…
  • Septembre : Netscape 7.0 sort, basé sur le code de Mozilla 1.0 et sortie d’un petit projet porté par Dave Hyatt, Joe Hewitt et Blake Ross, du nom de Phoenix 0.1 sort… Et est connu sous le nom d’un certain… Mozilla Firefox 😉

Et un anniversaire symbolique, celui de l’offre de Free qui a cassé les prix de l’internet en France… Une vidéo pour la mémoire 🙂

Pour les 15 ans ?

Pour les 20 ans ?

  • Mars ou Avril : les 20 ans d’un autre Microsoft Windows… Le premier à avoir vraiment du succès, la version 3.1 !
  • Mai 1992 : une petite boite du nom d’Id Software pose la première pierre à une révolution à venir. Préparez vos estomacs, Wolfenstein 3D sort.

Désolé pour les oublis, mais déjà une telle liste est intéressante. Et j’oubliais : meilleurs voeux pour 2012 !

En vrac’ rapide, plus ou moins libre.

Quelques liens.

Bonne soirée !

Lisez donc les licences utilisateurs, c’est assez intéressant… Car votre exemplaire de MS Windows ne vous appartient pas !

Quand on achète un ordinateur, la plupart du temps celui-ci est préinstallé (en violation de l’article L-122-1 du Code de la Consommation en France) du système d’exploitation MS Windows.

Au premier démarrage, il est demandé à l’utilisateur de confirmer qu’il accepte les termes contenus dans la licence. Et comme 95% des utilisateurs se contrefoutent de ces termes techniques, il clique sur la case « J’approuve les termes » et passe à la suite.

Cependant, il suffit de se pencher un peu, par exemple sur le point 8 de la licence d’utilisation de Microsoft Windows 7, récupérée depuis le DVD de restauration que j’ai effectué avant de poubelliser le Microsoft Windows 7 dont je n’avais que faire.

Bref, voici ce que dit le point 8, j’ai mis en gras les morceaux intéressants :

8. CHAMP D’APPLICATION DE LA LICENCE. Le logiciel n’est pas vendu mais concédé sous licence. Le présent contrat vous confère certains droits d’utilisation des fonctionnalités de l’édition du logiciel concédé sous licence. Microsoft se réserve tous les autres droits. Sauf si la loi en vigueur vous confère d’autres droits, nonobstant la présente limitation, vous n’êtes autorisé à utiliser le logiciel qu’en conformité avec les termes du présent contrat. À cette fin, vous devez vous conformer aux restrictions techniques contenues dans le logiciel qui vous permettent de l’utiliser d’une certaine façon. Vous n’êtes pas autorisé à :
· contourner les restrictions techniques contenues dans le logiciel ;
· reconstituer la logique du logiciel, le décompiler ou le désassembler, sauf dans la mesure où ces opérations seraient expressément permises par la réglementation applicable nonobstant la présente limitation ;
· utiliser les composants du logiciel pour exécuter des applications qui ne s’exécutent pas sur le logiciel ;
· effectuer plus de copies du logiciel que ce qui n’est autorisé dans le présent contrat ou par la réglementation applicable, nonobstant la présente limitation ;
· publier le logiciel en vue d’une reproduction par autrui ;
· louer ou prêter le logiciel ; ou
· utiliser le logiciel en association avec des services d’hébergement commercial.

En clair, on paye parfois plusieurs dizaines d’euros un logiciel qui au final nous est loué à la discrétion de Microsoft de le désactiver si on va un peu trop loin.

Concéder, c’est « Accorder, octroyer un privilège, une faveur. » Donc, les personnes qui considère que la version de Windows qu’elles ont pour interagir avec le matériel leur appartient ont tout faux.

Mais ce n’est pas tout…

Continuer la lecture de « Lisez donc les licences utilisateurs, c’est assez intéressant… Car votre exemplaire de MS Windows ne vous appartient pas ! »

Je hais l’informatique, je hais les PCs, je hais Microsoft Windows et c’est ma joie. :)

Note : Ce qui suit est basé sur mon expérience avec Microsoft Windows 3.1, 95, 98/98Se, 2000, XP, et un peu de Windows Vista et 7, le tout depuis environ 15 ans.

Parfois s’y connaitre en informatique, c’est devenir, pour ses relations « proches », une personne qui saura débloquer un ordinateur plus ou moins neuf, et ce dernier toujours équipé par Microsoft Windows.

D’ailleurs, j’ai remarqué que nombre de personnes ne s’aperçoivent alors qu’elle ne vous connaissent qu’à ce moment précis. Mais ne soyons pas mauvaise langue.

D’ailleurs, il faut noter qu’avec Microsoft Windows, on atteint parfois un degré certain de comportement typiquement aléatoire qui font douter de la logique même de l’informatique. Il est vrai qu’au niveau du processeur, il n’y a que deux possibilités : soit le courant passe, soit il ne passe pas. Mais à force de rajouter des couches logicielles, tels un mille-feuilles, on finit par devoir se dire que le peu de connaissances chèrement acquises sont en réalité… caduques. 🙂

Malgré ses adorateurs qui sont parfois des curiosités sur certains plans humains, Microsoft Windows est presque toujours une horreur à maintenir en vie. Outre son degré de tendance suicidaire – et sur ce point, l’horrible Windows Millenium aura été utile – compensé par la restauration système (quand elle sert à quelque chose), il faut lui ajouter divers outils pour que le système fonctionne à peu près correctement : anti-espiogiciel (souvent couplé avec l’antivirus qui fait aussi pare-feu), un vrai défragmenteur, car même le système de fichier NTFS fragmente (moins que les fat, mais par moment, c’est pas triste), un outil pour compléter le travail du nettoyeur de disque, un navigateur internet qui comprend vraiment les dernières normes sur le plan des pages web, etc…

Continuer la lecture de « Je hais l’informatique, je hais les PCs, je hais Microsoft Windows et c’est ma joie. 🙂 »

La sécurité passe aussi par des logiciels à jour.

Lisant le blog de Cyrille Borne, je m’aperçois qu’une nouvelle version de Dotclear est disponible. Bien qu’ayant fermé le blog propulsé par Dotclear il y a environ 9 mois (après plus de 6 mois sans la moindre mise à jour mineure, la version 2.1.5 sortie en février 2009 ayant été remplacé par la 2.1.6 en octobre 2009), j’ai décidé de faire une mise à jour du logiciel.

Pour une simple et bonne raison : maintenir à jour son équipement logiciel est une source de tranquillité. Spécialement dans le monde du logiciel libre.

Car il faut casser un mythe : le logiciel libre, comme le logiciel privateur, contient des failles qu’il faut combler. Contrairement au code du logiciel privateur conservé dans un coffre fort, le logiciel libre montre ses tripes.

Et donc, les failles ou autres erreurs de conception finissent par apparaître. Laisser un logiciel en version obsolète sur une machine, que ce soit en réseau local ou sur la toile représente un danger potentiel.

Il est vrai que de part sa conception, un système unix – droits, compte utilisateur à droit limité par défaut, dépots avec clé  de vérification – a moins à craindre d’une attaque virale comme celles qui empoisonne la vie du Window$ien moyen.

Cependant, même si un antivirus est encore la plupart du temps inutile sur une machine de bureau fonctionnant avec une distribution linux, sauf pour aider à détruire les méchantes bébêtes qui se transmettent par clé USB.

J’ai pu d’ailleurs plusieurs fois avec des live-CD basé sur Gnu/Linux dévéroler des machines sous Windows qui n’arrivaient plus à démarrer autrement. Le LiveCD de BitDefender est un outil à avoir sous la souris.

Tout cela pour dire : maintenez vos logiciels à jour. La sécurité ne se limite pas à installer un antivirus – gratuit ou payant – et le laisser pourrir sur le disque dur. L’idéal est de ne pas utiliser Windows pour des OS libres.

Mais il faut être réaliste, le formatage de l’utilisateur et le piratage plus que facile de Windows, malgré toutes les tentatives – volontairement faibles ? – de lutter contre les copies illicites n’incite pas à un apprentissage d’une informatique où la sécurité est active et non passive.

Alors, que vous soyez sous une distribution Linux, MS-Windows ou encore MacOS-X, protégez-vous en mettant vos logiciels à jour.

Et si Microsoft sortait un ultime service pack pour le grand-père de Windows 7 ?

Le « grand-père » de Windows 7, c’est bien entendu – si on peut prendre cette image humaine – Windows XP, qui malgré ses 9 ans en août prochain est encore très utilisé dans le milieu professionnel.

Même si le support technique de Windows XP se limite désormais à des correctifs de sécurité, et ce jusqu’en 2014, il serait peut-être bien pour les personnes qui ont des machines trop vieilles pour adopter des OS de Microsoft plus récents de se simplifier la tache.

En effet, pour des raisons d’ordre pratique, j’ai du installer un Windows XP dans une machine VirtualBox.

Avec la connexion réseau désactivée, j’ai rajouté d’abord le Service Pack 3, puis Internet Explorer 8 – je sais, y a mieux – mais c’est pour des raisons pratiques que j’ai installé IE8.

Après avoir installé un antivirus, j’ai branché la connexion de la machine virtuelle. Et le nombre de paquets correctifs (dont au moins 80% sont déclarés de sécurité) est impressionnant…

J’ai eu droit à deux « vagues ». D’abord une série de 43 paquets, puis une deuxième de 15 supplémentaires…

La première vague de mises à jour de Windows XP-SP3

La deuxième vague de mises à jour de Windows XP-SP3

58 paquets de correctifs… Cela fait quand même pas mal… Il serait peut-être pratique d’envisager un SP4, non ? 😉

Surtout que le prochain patch tuesday s’annonce très chargé… Pas moins de 13 bulletins de sécurité annoncés

Une blague courrait il y a quelques années, qui disait que les logiciels de Microsoft sont des logiciels bananes : ils murissent avec le temps 😉

Rapide en’vrac.

Je ne comptais pas reposter avant le 1er mai, mais la folie répressive d’Hadopi 2 m’a fait sortir des mes gonds. Je posterais un article là dessus dans le courant de la journée, mais j’ai envie de marquer mon retour par un vrac’ rapide plus ou moins libre. Tout en écoutant « Listen » de Tryad 😉

C’est un peu court, mais je prépare un article un peu plus long sur la volonté de siniser l’internet français…

OpenOffice.org 3.0 est officiellement sorti.

Dans un billet du 22 septembre dernier, j’expliquais comment installer la version RC2 d’OpenOffice.org 3.0.

Avec la sortie de la version finale 3.0 (qui n’est qu’une RC4 « officialisée », la version de compilation étant la même entre les deux – la 9358 – et que les paquets de traductions de la version RC4 en français s’installe sans problème), Microsoft Office a de nouveau un concurrent sérieux à affronter.

Continuer la lecture de « OpenOffice.org 3.0 est officiellement sorti. »

La qualité d’un logiciel se mesure-t-il en nombre de lignes de code ?

J’ai lu quelque part que Microsoft Windows Tou…Vista serait constitué d’environ 75 millions de lignes de code. Un article sur Wikipedia qui cite Andrew « Linux is obsolete » Tanembaum, estime le nombre de lignes de code des différents Windows NT (dont Windows Vista est la version 6.0), que Windows XP comptait environ 40 millions de lignes de code. Soit en gros, le doublement de la base écrite qui constitue le code de Windows Vista.

Non, je ne lancerais pas de troll sur la gourmandise de Vista, son coté sécuritaire ou autres points déjà abordé dans un précédent article.

Je me suis souvenu d’un article qui parlait de la génèse du Lisa d’Apple, l’ancêtre malheureux du premier mac sorti en 1984, et qui justement se moque un peu des lignes de code. Bill Atkinson, inventeur de la technologie QuickDraw considérait que le nombre de lignes de code n’était pas une bonne mesure et qu’un code plus long rendait l’ensemble plus lourd, plus bogué et donc moins facile à maintenir.

Devant faire son rapport hebdomadaire qui demandait le nombre de lignes de code rédigé, il inscrivit  » -2000″. En effet, il avait retravaillé une portion du code qui lui était attribué. Et étrangement, les instances dirigeantes d’Apple ne lui demandèrent plus jamais d’indiquer le nombre de lignes de code ajoutée dans la semaine.

Windows Vista restera-t-il dans la mémoire collective comme un deuxième Windows Millenium ?

En 2000, Microsoft sort l’ultime Windows hybride 16/32 bits sous le nom de Windows Me, alias Millenium Edition. L’accueil est froid, et c’est un des plus grand fiasco de l’histoire de Microsoft.

Au point que PC World lui consacra une partie de l’article consacré au 25 pires produits jamais inventé en informatique, lui accordant la 4ième place.

Windows Vista sorti 5 ans après Windows XP, avec des bogues digne du « brown paper bag » (sac en papier qu’on se met sur la tête tellement que l’on a honte) comme le bug de la copie de fichier qui prenait un temps énorme avant sa correction avec le service pack 1.

Mais le chemin de croix continue pour Windows Vista. 35% des PCs vendus avetic Windows Vista serait « rétrogradé » en Windows XP.

Le « coup de grâce » – car beaucoup d’utilisateurs de Windows attendent avec impatience Windows Seven qui devrait sortir d’ici fin 2010 – c’est la faible pénétration de Windows Vista en ce qui concerne les statistiques de visites sur les sites internet… Une étude sur Xiti est sans appel.

Je cite :

Belle performance de Linux qui atteint 1.16% en part de visites

Avec 93.6% des visites en août 2008, Windows règne toujours en maître sur le marché des systèmes d’exploitation. Mac OS (4.1%) conserve sa seconde position, suivi par Linux (1.2%).

En clair, Windows XP fait de la résistance, et une faible frange des utilisateurs de Windows XP qui ne passe pas à Windows Vista se tourne soit vers linux (0,21 point en plus depuis mars dernier), soit vers Mac (0,08 points depuis mars dernier).

Est-ce encore trop tôt pour être aussi catégorique ? Peut-être.

Mais une chose est sûre, ce n’est pas pour rien que la campagne – désormais sans Seinfeld – de pub pour Windows Vista n’est pas présente pour rien.

Les OS 64 bits, bientôt sur nos bureaux ?

Dans le commentaire d’un billet précédent Antistress m’avait dit : « Fred : tu devrais faire un billet sur les avantages/inconvénients d’un système 64 bits car le gens ne sont pas très au courant de cette possibilité (à commencer par moi…) »

J’ai donc décidé de faire ce billet, même s’il risque d’être un brin long, même si les avantages / inconvénients se résument à quelques lignes. Car un long rappel historique est nécessaire.

Continuer la lecture de « Les OS 64 bits, bientôt sur nos bureaux ? »

Et si Microsoft avait besoin de repartir de la feuille blanche ?

MS-Windows Vista est un monstre de complexité, tout comme les logiciels récents, qui sont toujours plus complets, toujours plus complexe, toujours plus gourmands.

Alors, il faut se l’avouer, une personne qui utilisent ses deux doigts pour taper une lettre mettra toujours autant de temps à taper une lettre avec un MS-Word 6.0 pour MS-Windows 3.1 sur un 486 DX2 66Mhz épaulé de 8 Mio de mémoire et 200 Mio de disque que sur un MS-Word 2007 sur un Athlon64 X2 3800+ épaulé de 2 Gio de mémoire vive et 500 GiO de disque dur avec MS-Windows Vista.

Tout au plus, aura-t-il gagner un peu de souplesse à l’utilisation, mais sa vitesse de frappe sera sensiblement identique. Seul un apprentissage de la dactylographie lui serait alors bénéfique.

Quand Apple a racheté Next vers 1998, Mac était dans le creux de la vague, et le viellissant MacOS (7.5 à l’époque) commençait à sentir ses articulations craquer sous le poids du code datant parfois de 1984, même si entre temps, une transition avait été effectuée du code 68000 vers du code pour PowerPC.

Ce qui allait devenir MacOS-X, connu alors sous le nom de Rhapsody se basait sur NeXTStep, un OS basé sur des principes unix – donc des bases plus que solides, mais surtout, qui ne se trimballait pas une nécessaire compatibilité avec des logiciels mac assez vieux.

MacOS-X n’avait alors de Mac que l’appellation. Lors de la sortie de MacOS-X 10.0 en 2001, un « boite » permettait de faire fonctionner les vieux logiciels pour Mac via une émulation.

Bien entendu, au fil des versions, les besoins en vieux logiciels pour Mac ont été réduit à néant ou presque. D’ailleurs, c’est avec la sortie de MacOS-X Leopard en 2008 qui a signé la mise à mort de l’émulateur.

Prenons le cas de MS-Windows Vista. Il n’est pas issu de la branche originelle de Windows, celle d’une surcouche graphique pour DOS, comme cela fut le cas pour les Windows 1 à 4.90 (Windows 1.0.x en 1985, 2.0.x en 1987, 3.0.x en 1990, 3.1x en 1992 et 1993, Windows 4.0 alias Windows 95, 4.1 alias Windows 98 et 4.9 alias Windows Millenium).

MS-Windows Vista n’est autre que Windows NT 6.0. La branche NT (pour New Technology) se base sur du code développé à l’origine en commun avec IBM pour pondre ce qui devait être OS/2 3.0.

Mais vers 1991, Microsoft abandonne IBM et lance « officiellement » le développement de la branche professionnelle de NT, dont le premier sera Windows NT 3.1 en 1992.

1993 vera la sortie de NT 3.5, 1994 celle de NT 3.51. Les trois premières versions de Windows NT – et de leur équivalent serveur – reprennent l’interface graphique de Windows 3.1x, mais diffère en deux points précis :

  • C’est un OS à part entière, pas uniquement une surcouche de DOS
  • C’est un OS entièrement 32 bits, contrairement à un mélange infame de code 16 et 32 bits comme cela sera le cas pour les windows 9x / Millenium

1996 : sortie de Windows NT 4.0
1999 : le code de NT 5.0 est enfin finalisé pour une sortie en février sous le nom de Windows 2000.

C’est – je parle par expérience personnelle – mon MS-Windows préféré.

2001 : NT 5.1 alias Windows XP sort, devenant le premier NT grand public.
2006 : NT 6.0 sort après bien des péripéties.

Donc, si l’on regarde, Windows Vista est le fruit d’une branche née 15 ans auparavant. Autant dire que l’héritage est important. Ce qui doit finir par rendre le code difficile à maintenir, surtout qu’il faut détruire le moins possible le support du code prévu pour les Windows précédents.

Le futur Windows se7en dont on ne sait pas grand chose si ce n’est qu’il est prévu pour 2010 dans le meilleur des cas sera la fin de course de cette branche NT.

Pour plusieurs raisons : la vieillesse du code. Car il doit bien rester du code d’origine du premier NT plus ou moins retravaillé, du code conservé pour la compatibilité, etc…

Il serait donc primordial que Microsoft reparte de zéro, sur des bases saines pour pouvoir construire une nouvelle génération de Windows moins gourmande, moins difficile à maintenir, au prix de la mise à mort de générations entière de logiciels.

Dans un autre domaine, il suffit de voir à quel point cette décision difficile à prendre est bénéfique. Je ne prendrais que le cas de la Fondation Mozilla qui a fêté en mars dernier les 10 ans du projet mozilla.

Quand en mars 1998 le code est libéré – qui est alors une pré-alpha de ce qui aurait être Communicator 5.0, du travail est effectué dessus durant environ 6 mois avant que la décision ne soit prise : le code est trop dur à maintenir, il faut repartir à zéro.

Bien entendu, la sortie prématurée de Netscape 6.0 courant 2000 (basé sur Gecko 0.6) fait mal au projet, mais permet de prouver que cette idée était finalement la bonne. Même s’il a fallu attendre Mozilla Firefox 1.0 pour que la machine soit lancée pour un succès marquant du projet.

Si Microsoft veut redorer son blason auprès de ses utilisateurs fidèles – ceux qui ont choisi en pleine conscience d’utiliser leurs logiciels – après le demi-succès de Windows Vista plus que vertement critiqué à sa sortie, il faudra un jour passer par cette étape.

Et peut-être faire ce qu’avait fait Apple avec le rachat de Next : partir d’une base unix en utilisant une interface graphique qui cache le côté ésotérique de cet OS, sa ligne de commande. Ce serait peut-être le moyen d’éradiquer les virus, les espiogiciels, bref tout ce qui fait partie des ennuis de la vie du windowsien moyen.

Et si le logiciel libre était répulsif à cause de la liberté de choix qu’il propose ?

Chaque année depuis 1998, on nous promet que ce sera l’année de l’envol pour Linux version bureau. Et chaque année, de repousser cet avènement à l’année suivante.

Si un OS alternatif à Windows commence à lui tailler des croupières, c’est bien le bon vieux Mac, qui s’est offert avec MacOS-X dans les années 2001 une cure de jeunesse bienvenue à un MacOS mis à jour constamment depuis ses premières versions datant de 1984…

Cependant, la répartition est toujours du genre : 95% de Windows (grace à la vente liée et à la création d’un marché captif par la facilité de pirater Windows), 4% de MacOS-X, et 1% pour Linux et autres OS libre.

Une des raisons du succès de Windows, c’est d’offrir du « pré-maché », même s’il faut rajouter sur un windows – quelque soit sa génération – au minimum un duo anti-virus et anti-espiogiciel. Ce dernier ayant pris de l’importance depuis une bonne demi-douzaine d’années environ.

Si on regarde un windows typique, tout est « prémaché » pour l’utilisateur :

  • Pour la navigation internet : Internet Explorer.
  • Pour la lecture des fichiers multimédia : Windows Media Player
  • Pour le courrier : Outlook Express devenu Windows Mail sous Windows Vista

Même si ce sont des outils loin d’être parfaits, ils forment une limite basse de qualité. Il suffit de comparer la qualité du rendu ou du niveau de support des normes internationales en matières de pages internet que propose la concurrence à Internet Explorer, en l’occurence les navigateurs basés sur Gecko, sur Webkit ou encore le navigateur Opera. IE est à chaque fois battu à plate couture.

L’ignorance de l’existance de la concurrence et / ou le codage des pages ont permis à IE de conserver un niveau de parts de marché de 75% environ en Europe. Soit une chute de 20 points en l’espace de 4 ans.

Ce qui est vrai pour IE, l’est aussi pour les autres outils que fournit Microsoft, comme le montre la liste aussi longue que le bras de paquets de codecs pour Windows Media Player ou encore le nombre de clients courriers pour Windows : Mozilla Thunderbird, The Bat!, Claws Mail, etc…

Malgré les défauts souvent énormes, Windows et les logiciels Microsoft conservent leur place de logiciels étalons.

Prenons le monde du logiciel libre. Pour chaque tache, il suffit de voir que le nombre d’outils de trois, voire plus.

Par exemple, pour naviguer sur internet, l’on a le choix entre des navigateurs utilisant Gecko (Mozilla Firefox, Epiphany jusqu’à ses versions 2.22.x), Konqueror utilisant KHTML qui serait remplacé à terme par Webkit, Midori (utilisant Webkit, le coeur de Safari d’Apple), Opera.

On veut lire un fichier multimédia ? VideoLanClient, Mplayer, Totem sont proposés.

Du traitement de texte ? OpenOffice.org Writer, Abiword, Kword sont disponibles.

Du tableur ? OpenOffice.org Calc, Gnumeric, Kspread sont disponibles.

Et contrairement à Windows, l’interface graphique n’est pas autant figé. On peut choisir entre :

Si on veut du plus léger ? Les gestionnaires de fenêtres sont alors très nombreux : fvwm, fluxbox, openbox, windowmaker, etc…

Et que dire du choix des distributions ? On peut tout choisir dans le monde libre. C’est peut-être donc ce choix hypertrophié fait peur aux personnes qui veulent quelque chose de louable : quelque chose qui fonctionne sans que l’on se pose de question, mettant aux toilettes un point primordial : c’est au logiciel de s’adapter à l’utilisateur et non l’utilisateur à s’adopter au logiciel.

10 ans déjà… La libération du code source de Netscape…

31 mars 1998 : le code source de ce qui devait devenir Netscape 5 est rendu public, et est publié sous un contrat de logiciel libre…

10 ans déjà. 10 ans ? Internet Explorer était alors en version 4.0, la version 5.0 devait sortir dans les mois qui suivait. Windows 98 n’était pas encore sorti, mais se plantait déjà en public :

10 ans… Et le bilan n’est pas si mauvais que cela. En 2001, la part de marché d’Internet Explorer était d’environ 95%… Quand Mozilla 1.0 sort en 2002, la situation est critique en terme de part de marché. Seule la sortie de Mozilla Firefox 1.0 en 2004 commence à inverser la tendance, jusqu’à obtenir 28% des parts de marché en Europe en janvier dernier, et ce, malgré la relance d’Internet Explorer, au point mort entre 2001 et 2006… 2001 étant l’année de sortie d’Internet Explorer 6, et 2006, celle d’Internet Explorer 7…

Quel sera la part de marché des deux principaux acteurs dans 10 ans ? Seul l’avenir nous le dira 😉