Vieux geek, épisode 77 : 1985 à 1990, les premiers MS-Windows…

Si MS-Windows est devenu plus ou moins incontournable à partir de MS-Windows 3.1, le chemin qui y a mené n’a pas été des plus roses. Heureusement pour Microsoft, MS-DOS et les logiciels développés pour lui seront une vache-à-lait bien généreuse…

Après que Microsoft ait pris possession du QDOS (Quick and Dirty OS) développé par Seattle Computer Products pour le renommer MS-DOS 1.0 et le vendre à IBM pour son premier IBM PC en 1981, les interfaces graphiques utilisateurs commencèrent à pointer le bout de leur museau.

Sur QDOS et le premier IBM PC, je vous renvoie à cette vidéo de la série « Dis Tonton Fred ».

Bref, quand en 1983, les premières interfaces graphiques commencent à arriver et Microsoft a la trouille de sa vie. La conséquence sera la sortie en 1985 de MS-Windows 1.0. Il est très limité, car Microsoft est tenu par des accords avec Apple. Pas de fenêtres que l’on peut déplacer, modifier ou encore réduire. Quant au support des souris, le format PS/2 des claviers et des souris devenu un standard par la suite, et qui est la norme pour les logiciels d’émulation, mais c’est une autre histoire. Il faut dire aussi que le PS/2 est sorti à la fin de vie de MS-Windows 1.0x en 1987.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 77 : 1985 à 1990, les premiers MS-Windows… »

Vieux geek, épisode 76 : quand UBI Soft sortait les premiers jeux de rôles sur Amstrad CPC en 1987.

Au début des années 1980, les ordinateurs 8 bits sont les rois du pétrole. Même s’ils sont détronnés à partir de 1986-1987 par les 16 bits comme l’Atari ST ou l’Amiga 500, des petites boites à l’époque comme UBI Soft propose des jeux de rôles plus ou moins évolués.

En dehors du mythique Fer & Flamme, il y en a deux qui ont marqué mon adolescence, d’une part à cause de la protection coriace mise en place et d’autre part à cause de leur difficulté, j’ai nommé « L’Anneau de Zengara » et « L’Oeil de Set ».

Les deux valaient quelques choses comme 149 francs à leur sortie, car disponible sur disquettes et non sur cassettes. Ce qui donne quelque chose comme 37 € en 2016, dixit le convertisseur de l’Insee.

Ce qui était quand même assez onéreux il faut l’admettre. Le premier était un jeu de rôle classique, tandis que l’autre faisait un peu penser aux livres jeu d’aventure comme ceux de la mythique série de « La Quête du Graal » de J.H. Brennan.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 76 : quand UBI Soft sortait les premiers jeux de rôles sur Amstrad CPC en 1987. »

Vieux geek, épisode 75 : Catacomb 3D, la préversion de Wolfenstein 3D

Début mai 2017, nous allons fêter les 25 ans d’un jeu mythique, celui qui a donné naissance par la suite à Doom (en 1993) et par extension à une famille plus que prolifique, j’ai nommé les FPS (First Person Shooter ou jeu de tir en vue subjective).

Cependant, ce n’était pas le coup d’essai de la petite entreprise qu’était Id Software à l’époque. Il y a bien entendu eu la série des Commander Keen qui était dans la plus pure tradition des jeux de plateformes. Il fut publié par Softdisk.

Mais avant Wolfenstein 3D, le prototype le plus avancé s’appellait Catacomb 3D. Sorti en novembre 1991, il nous plonge dans un monde en pseudo-3D (préparant la révolution Wolfenstein) avec un environnement qui nous plonge en 3D (simplifiée, les murs étant tous à 90°) en temps réel.

Pas d’effet de lumières, ni de hauteur. Cela sera développé pour Doom en 1993.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 75 : Catacomb 3D, la préversion de Wolfenstein 3D »

Vieux geek, épisode 74 : Microsoft Works, la « suite bureautique du pauvre ».

Avec l’arrivée de la version 95 de Microsoft en 1995, l’informatique commença vraiment à se démocratiser. Acheter un ordinateur royalement équipé d’un Pentium à 75 Mhz coutaît dans les 8 à 10 000 Francs (1200 à 1500€), il fallait parfois sortir une somme rondelette pour avoir une suite bureautique comme Microsoft Office.

J’ai parlé dans l’épisode 72 de la série de Microsoft Office 4.x. Il y avait toujours la possibilité d’avoir un(e) ami(e) qui pouvait vous fournir une version pas franchement officielle… Et parfois un brin vérolée…

Sinon, il y a la « suite bureautique du pauvre » proposé par Microsoft, Works. Ce logiciel a existé sous MS-Dos, Mac et MS-Windows, durant près de 20 ans, de 1988 à 2007. Après avoir fait quelques recherches, j’ai pu trouver la version 4.0 sortie en même temps que MS-Windows 95… Attention, l’écran d’installation pique les yeux 🙂

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 74 : Microsoft Works, la « suite bureautique du pauvre ». »

Vieux geek, épisode 73 : ah, les ports de jeux ZX Spectrum vers l’Amstrad CPC.

Ces deux ordinosaures qui ont marqués les années 1980 ont plusieurs points communs. Lesquels ?

  1. Les deux sont originaires du Royaume-Uni.
  2. Les deux sont basés sur des Zilog Z80 et le circuit sonore AY-3-8912 pour la version dite 128 du ZX Spectrum.
  3. Les deux sont nés entre 1982 et 1984.

Le ZX Spectrum est sorti en premier, et outre le fait qu’il proposait un minimum de 16 Ko de mémoire vive, il avait un clavier assez spécifique pour ne pas dire casse bonbon, outre le fait qu’il soit peu ergonomique : certaines touches proposaient des options avancées pour entrer directement certains mots clés du BASIC fourni avec l’ordinateur.

Le CPC d’Amstrad est sorti deux ans plus tard. Deux années à l’époque fait que l’Amstrad était plus fin en terme graphique et sonore. Cependant, la proximité technique au niveau du processeur a fait que nombre d’équipes de développement pour gagner du temps reprenait les versions pour ZX Spectrum de leurs jeux pour les porter sur Amstrad CPC.

Sur le site bible consacré à l’Amstrad CPC, CPC-Power, si on recherche le mot clé « speccy port » (port depuis le spectrum), on tombe sur près d’une centaine de réponses…

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 73 : ah, les ports de jeux ZX Spectrum vers l’Amstrad CPC. »

Vieux geek, épisode 72 : Microsoft Office 4.x, l’une des premières suites bureautique.

J’ai parlé dans l’épisode 62 en juin 2016 des assistants animés de la suite MS-Office 97, qui comme son nom l’indique était sortie en 1996 🙂

Cependant, ce n’était pas la première suite MS-Office que j’avais utilisé. Ma première suite MS-Office ? Je l’ai croisé en 1996, quand j’ai effectué et perdu mon temps durant mon service militaire. Le service auquel j’étais affecté travaillait encore avec MS-Windows 3.11, et nous étions royalement équipé de 486DX2, avec 4 Mo de mémoire vive de la suite MS-Office 4.2 (ou 4.3 ?).

Déjà à l’époque, je m’occupais sous la férule bienveillante de notre responsable informatique de remettre en route les PCs qui avaient tendance à rendre l’âme.

Je dois dire qu’avec le responsable informatique, je redoutais une chose : devoir me taper une heure et demi de jonglage avec les 29 disquettes (oui, j’ai bien dit 29 !) de la suite MS-Office 4.2 (ou 4.3). Je n’ai jamais été un grand croyant, mais j’aurais bien été à l’église du coin brûler un cierge pour ne pas me retrouver avec une disquette défectueuse au milieu du tas.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 72 : Microsoft Office 4.x, l’une des premières suites bureautique. »

Ah, les distributions GNU/linux parfaites… :)

Je le savais, je n’aurai pas dû faire le billet sur la distribution au caméléon. Les commentaires ouverts jusqu’au 27 novembre 2016 sont une incitation à vider un champ de maïs entier pour en faire du pop-corn.

Je me doutais que j’allais ouvrir la boite de Pandore – toute proportion gardée bien entendue – mais je ne pensais pas que cela irait aussi loin.

Donc, tout en écoutant du métal industriel russe – oui, ça existe – et en me tâtant de manière symbolique sur l’achat du dit album, je rédige ce billet alors qu’il reste en ce dimanche 20 novembre 2016, une grosse semaine d’ouverture de commentaires.

Mais j’ai eu envie de faire un petit billet qui sera qualifié de troll par mes détracteurs et de reflexion intéressantes par les autres personnes. Sans vouloir m’avancer, donc une proportion de 80/20 en faveur de mes détracteurs 😉

Continuer la lecture de « Ah, les distributions GNU/linux parfaites… 🙂 »

Vieux geek, épisode 71 : ah, les compteurs de visites des sites web.

Comme la plupart de billets de cette série vieux geek, j’ai tendance à fredonner un titre de 1965 enregistré par Shahnourh Varinag Aznavourian. Oui, ça commence par le vers « Je vous parle d’un temps… »

Bref, n’ayant pas envie de faire pleuvoir dans mon appartement tel un Assurancetourix dans l’album « Astérix chez Rahàzade », passons au sujet du billet.

Je l’ai déjà abordé, je suis un vieil internaute. J’ai connu l’internet d’avant l’ADSL, d’avant la bulle de 2001. Celui qui était utilisé par « trois pelés et un tondu » comme le dit si bien une expression familière. Quand j’ai monté mon premier site web (en HTML 3.2 !) sur la mygale.org avant qu’il ne fusionne avec « The (virtual) Baguette pour devenir Multimania, il y a avait un élément incontournable : le compteur de visites.

Un compteur qui souvent ne prenait pas encore compte les adresse IP utilisées par tranche de 24 heures, mais le nombre de fois que telle ou telle page était vue. Autant dire qu’il suffisait que la connexion internet soit coupée ou qu’on ait besoin de rafraichir la page en cours, et boum, le compteur gonflait son total.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 71 : ah, les compteurs de visites des sites web. »

KDE 1.1.2 porté sur les distributions GNU/Linux modernes… Bienvenue en 1999 ;)

J’ai toujours été ennuyé de ne jamais pouvoir faire fonctionner la première Mandrake Linux, numérotée 5.1 qui était une Red Hat 5.0 avec KDE 1.0, dans une machine virtuelle. L’affichage partait à chaque fois en arachide dopée à l’EPO.

Quand j’ai entendu dire que pour les 20 ans du projet KDE, des codeurs avaient réussi à récupérer et adapter le code de KDE 1.1.2, j’ai sauté sur l’occasion pour tester l’ensemble dans une machine virtuelle. Dommage que ce ne fut pas la 1.0.0. Trop complexe à récupérer et adapter ?

Pour mémoire, KDE 1.1.2 est sorti en septembre 1999, KDE 1.0 en juillet 1998.

J’ai installée une base Archlinux à laquelle j’ai rajouté Xorg en entier avec xorg-xinit et yaourt via git. Puis j’ai récupéré et fait compiler les quatres paquets AUR suivants, ce qui a demandé une quinzaine de minutes sur mon vieux bousin… Du code datant 1999 adapté pour être recompilé, c’est du rapide à traiter !

  1. QT1
  2. kde1-kdelibs
  3. kde1-kdebase
  4. kde1-kdetoys

Puis j’ai suivi les instructions pour lancer via un startx l’ensemble depuis le dépot github pour Archlinux du projet et son fichier « readme.md ».

Continuer la lecture de « KDE 1.1.2 porté sur les distributions GNU/Linux modernes… Bienvenue en 1999 😉 »

Vieux geek, épisode 70 : Klax, l’autre casse-tête de mon adolescence.

Si j’ai passé des heures entières sur la borne d’arcane de Tetris à la maison des jeunes de la ville où je suis allé au lycée, il y a un autre casse-tête qui m’a accompagné durant les années qui ont rimés avec acnée. J’ai nommé Klax.

À l’origine une borne d’arcane developpée par Atari Games en 1989, elle reprend le principe de Tetris, sauf qu’au lieu de remplir des lignes avec des pièces tordues, on doit faire des lignes de 3 palets de couleurs identiques, que ce soit horizontalement ou verticalement.

On dispose d’un espèce de « transporte palets » qui peut contenir au maximum trois – ou cinq ? – palets. Le « transporte palets » peut être vidé d’une simple pression d’une touche. Les palets arrivent de plus en plus vite. Et les colonnes se remplissent très rapidement.

À nous de nettoyer les colonnes avant qu’elles ne débordent… Autant dire que c’est un principe simple et addictif. Je n’avais pas les moyens de me procurer l’adaptation officielle pour mon Amstrad CPC, je me suis donc replié sur les listings de magazines qui fleurissaient à l’époque.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 70 : Klax, l’autre casse-tête de mon adolescence. »

Vieux geek, épisode 69 : Teen Agent, un drôle de point’n’click en provenance de Pologne.

Quand je suis arrivé sur PC en vers le milieu de l’année 1995, il y a une chose que j’ai regretté, c’était les jeux d’aventures disponibles en partagiciel ou en gratuiciel sous la forme de point’n’click. J’avais connu des titres comme Starbase 13 (d’une bonne difficulté pour l’époque), et sa suite Epsilon 9.

J’étais à l’époque un grand acheteur de magazines papier qui proposaient souvent des dizaines de partagiciels – plus ou moins pourris – j’étais tombé sur la démo d’un jeu d’aventure développé à l’origine pour l’Amiga, « Teen Agent ».

Il avait été porté pour MS-DOS en rajoutant l’Anglais, la version d’origine n’étant qu’en polonais. Création du défunt studio Metropolis Software House, on incarne dans le jeu un adolescent recruté par des services secrets pour enquêter sur une disparition mystérieuse de lingots d’or.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 69 : Teen Agent, un drôle de point’n’click en provenance de Pologne. »

Vieux geek, épisode 68 : Beonex Communicator, le fork oublié de la suite Mozilla.

Le 30 mars 1998, Netscape libère le code de ce qui devait être Netscape 5. C’est la naissance de Mozilla. Après une remise à zéro du code fin 1998, il fallu attendre jusqu’en 2002 pour voire sortir Mozilla 1.0. Comme tout logiciel libre qui se respecte, il y a toujours la possibilité – trop souvent utilisée à toutes les sauces – de forker un projet.

Entre 2000 et 2003, un fork du code de la suite Mozilla est publié à destination du grand public. En effet, la suite Mozilla était destinée à servir de base aux différents Netscape Navigator 6 et suivants. C’est en septembre 2002 qu’un projet de séparation du code pour se concentrer sur le navigateur est proposé, un certain Phoenix, devenu Firebird puis… Firefox 🙂

Mais revenons à la période précédant Phoenix. Beonex Communicator – dont le site existe toujours au moment où je rédige cet article, en août 2016 – propose une version réemballée de la suite Mozilla. La dernière version sortie fût une 0.8.2 sorti en mars 2003. Elle était basée sur la version stable 1.0.2 de la suite Mozilla.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 68 : Beonex Communicator, le fork oublié de la suite Mozilla. »

Vieux geek, épisode 67 : Windows Commander l’ancêtre de Total Commander.

Cet article est en quelque sorte la suite logique de l’épisode 61, qui était consacré à Norton Commander. Je dois remercier Jonathan qui s’occupe de la chaine Youtube « La taverne de John John » et spécialement la vidéo sur Hiren BootCD où outre le fait qu’il m’interpelle aux alentours de la cinquième minute quand il fait mumuse avec un clone de Norton Commander, le Volkov Commander.

Au passage, je vous conseille la chaine de Jonathan, surtout en ce qui concerne ses tutoriels de réparations, c’est passionnant !

Cette introduction étant faite, venons-en au coeur du sujet. Comme je l’avais expliqué pour l’article concernant Norton Commander, c’était une plaie de gérer en mode semi-graphique les fichiers de son disque dur. Quand MS-Windows 3.0 a commencé à avoir du succès, le mode graphique souffrait toujours d’un explorateur plus que limité. Les personnes qui ont connus le gestionnaire de fichiers de MS-Windows 3.x doivent s’en souvenir.

Pour contourner cela, et pour copier des monstres de puissances comme les Directory Opus qui faisaient le bonheur des utilisateurs d’Amiga à l’époque, Christian Ghisler sort en septembre 1993 la première version de son gestionnaire de fichiers à double panneau, Windows Commander. Initialement en allemand, le gestionnaire de fichiers commencera à s’internationaliser dès sa version 1.40 (en 1994), sera porté sous MS-Windows 95 fin 1996. Il faut se souvenir qu’on pouvait encore migrer d’un MS-Windows 3.1 vers un MS-Windows 98 en 1998.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 67 : Windows Commander l’ancêtre de Total Commander. »

Vieux geek, épisode 66 : Titan de Titus, le jeu qui vous fera enfiler une camisole de force…

Pour cet article, je tiens à remercier Didier alias Iceman qui m’en a donné l’idée dans un article consacré à Crazy Cars 2.

Je vais parler dans cet article du casse brique qui donne la nausée à cause de sa vitesse et de sa maniabilité, j’ai nommé « Titan ». Sorti par Titus en 1988 sur CPC et en 1989 sur Amiga, ST, C64 et MS-Dos, il ne se joue pas en mono-écran avec une raquette horizontale.

Malheureusement, non. Il propose une liberté presque totale au niveau des déplacements et une prise de tête qui vous rendra complètement marteau.

Il était doté de 16 à 80 niveaux (selon que vous ayez la version cassette ou la version disquette). Vous pouvez aisément comprendre pourquoi il a été un jeu qui a marqué son époque. Dans tous les sens du terme 🙂

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 66 : Titan de Titus, le jeu qui vous fera enfiler une camisole de force… »

Vieux geek, épisode 65 : Abyss Of Pandemonium, le « Mission Pack 3 » non officiel pour Quake.

Quake, sorti en 1996, a eu droit à deux extensions officielles. La première développée par Hipnotic « Scourge of Armagon » et la deuxième développée par Rogue « Dissolution of Eternity ». En 1998, une équipe du nom d’Impel sort une extension commerciale non officielle, un « Mission Pack 3 », au doux nom de « Abyss Of Pandemonium ».

Entre temps, Hexen 2 et Quake 2 sont sortis. Autant dire que l’extension n’est pas un franc succès. En 2008, les niveaux sont purgés des divers bugs graphiques qui restaient et sont rendus disponibles sous la forme d’un freeware. On peut télécharger l’extension sur Quaddicted. Il faut cependant avoir un Quake complet pour lancer l’ensemble.

J’ai proposé une vidéo sur youtube montrant l’installation de l’extension sur Archlinux, Manjaro Linux et apparentés.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 65 : Abyss Of Pandemonium, le « Mission Pack 3 » non officiel pour Quake. »