Ah, les vilaines personnes aux minima sociaux, le cancer de la société selon les bien pensants…

J’écris cet article le 13 décembre 2018, la veille du versement de la « prime de noël » qui s’élève à 152,45€ (somme qui n’a pas bougée d’un iota depuis 1998).

Bien entendu, il y aura les habituels « il faut arrêter l’assistanat », « on ne pousse pas assez les personnes à rechercher un emploi », « on touche plus avec les aides qu’en travaillant ».

Je vous renvoie à cet article d’ATD Quart Monde qui sera toujours plus sourcés que les propos qu’on peut lire sur Facebook.

Je vais donc jouer la transparence et vous donner mon budget mensuel moyen. Étant donné que je loue un appartement, le RSA socle « complet » est amputé d’environ 66€ qu’on appelle le « Forfait logement » :

C’est une somme déduite du montant forfaitaire dans les cas où :
– le bénéficiaire du RSA est propriétaire de son logement (s’il n’a pas d’emprunt à rembourser et ne perçoit pas d’aides au logement),
– il est logé à titre gratuit ou
– s’il perçoit l’une des trois aides personnelles au logement (allocation de logement à caractère social, allocation de logement à caractère familial, aide personnalisée au logement).

Voici donc quels sont les frais incompressibles – en dehors de l’alimentaire – que j’ai mensuellement, en arrondissant à l’euro supérieur.

  • Complément de loyer : 125,00 €
  • Internet fixe et téléphone portable : 38 + 16, soit 54€
  • Assurance habitation : 20,00 €
  • Électricité : 42,00 €
  • Charges (eau, ordures ménagères et entretien) de mon lieu de résidence : 130€ par an, soit 10,83€ qu’on va arrondir à 11€

Donc, 252€ de frais incompressibles.

Il me reste donc 232€ pour la nourriture et les coups durs, soit un budget hebdomadaire de 58€… Il est vrai qu’avec 58€ par semaine, je vais pouvoir déposer de l’argent dans un paradis fiscal.

Ce qui me sauve ? Je n’ai aucun crédit sur le dos à rembourser. Mais pour les personnes qui hurlent à l’assistanat pour les bénéficiaires de minima sociaux, vous croyez que c’est agréable de gérer un budget restant de 232€ pour le mois ?

Évidemment, avoir des revenus qui sont ceux du SMIC me permettrait d’avoir un budget plus gérable, même si je devais payer la totalité de mon loyer, prendre en compte les frais de transports en commun – je n’ai pas le permis de conduire – ou encore rajouter le coup de la redevance télé et une mutuelle complémentaire.

Je vais laisser les commentaires ouverts, mais je serai d’une dureté sans nom pour les propos qui y seront tenus.

Puisque durant des semaines on va casser les salauds de pauvres, autant parler de la pauvreté de l’intérieur…

La campagne présidentielle de 2017 sera une de celles où les salauds de pauvres, celles et ceux qui survivent des minimas sociaux, que ce soit le RSA, l’AAH ou encore les personnes indemnisées par Pole-Emploi seront une cible de choix de la part des différents partis politiques. Je m’étais promis de ne faire aucun billet lié à la politique. Celui-ci sera donc la seule exception.

Avant qu’on crie au misérabilisme, c’est une volonté de pousser un coup de gueule sur l’hypocrisie d’une partie de la population, quelle que soit son encartage politique.

Étant moi-même un salaud de pauvre, qui va utiliser une partie de ses économies pour lancer son projet professionnel, j’ai donc décidé de jouer la transparence. Pour mémoire, le seuil de pauvreté est situé au minimum à 840€ par mois en terme de revenu.

Donc, étant bénéficiaire du RSA socle amputé d’un forfait lié au versement d’une allocation logement, je touche royalement pour la RSA socle la somme de 463,95€. En effet, 64,22€ sont enlevés du montant officiel pour une personne seule logée en dehors d’un cadre familial.

Continuer la lecture de « Puisque durant des semaines on va casser les salauds de pauvres, autant parler de la pauvreté de l’intérieur… »

Mon budget de RSA-iste (en activité), donc d’assisté…

La polémique lancée par un membre du gouvernement – histoire de séduire l’électorat plus que droitiste – m’a donné envie de rédiger ce billet que je n’aurais pas rédigé autrement.

Je suis actuellement en contrat aidé à temps partiel (26/h semaine) dans une association et ce jusqu’à début septembre prochain. En espérant rentrer en formation par la suite.

Je touche ce qu’on appelle le « RSA chapeau » (qui est touché par une personne en activité professionnelle à temps partiel), qui complète mes revenus.

Enfin, en ce qui concerne mon loyer, mes revenus me permettent de toucher les APLs qui sont directement versées à mon bailleur. Même si – et c’est tout le paradoxe – mes revenus sont trop élevés pour avoir droit à la CMU complémentaire.

Mes revenus mensuels net ? Un peu moins de 900 € (moins de 800€ de salaire net, 100 € de RSA). Ce qui me mets en dessous du seuil de pauvreté.

Continuer la lecture de « Mon budget de RSA-iste (en activité), donc d’assisté… »