En vrac’ de fin de semaine un brin vachard !

Pour finir cette semaine, un en vrac’ assez chargé et spécialement vachard. Y a des jours comme ça…

Commençons par le logiciel libre :

  • Après de nombreux mois de développement, la NuTyX 8.0 alias Houaphan (dont j’avais parlé le 17 septembre 2015) est officiellement disponible.
  • Dans la série « je fais un bond énorme en terme de numérotation », je demande la OpenSuSE Leap 42.1 rc1. La version 42.1 finale, qui suivra la OpenSuSE 13.2, est prévue pour le 30 octobre.
  • La Emmabuntüs 3 vient de sortir sa nouvelle révision mineure, la version 1.02… Qui sur certains plans aurait bien mérité une numérotation 2.0 🙂

Passons maintenant au monde merveilleux des liens bien vachards.

Pour finir, on va parler musique.

C’est tout pour aujourd’hui ! Bon week-end !

En vrac’ dominical.

Comme chaque fin de semaine, quelques liens en vrac’. Pour commencer, on va parler de la peste bubonique publicité.

Passons maintenant au logiciel libre :

  • Dans la série, « tiens ça existe encore ? », je demande MidnightBSD 0.7, un fork de FreeBSD 6.1. Plus d’infos sur les notes de publications.
  • Dans la série, « une distribution GNU/Linux, ça fait bien sur mon CV », je demande la DarkibanOS, basée sur la Debian GNU/Linux Jessie. Dans 6 mois, elle est morte ?
  • Vous voulez une distribution réellement légère et utile ? La Semplice Linux 2015.2 collera à votre cahier des charges. C’est une base Debian GNU/linux, avec un noyau linux 4.1.7 et une interface légère basée sur Openbox. Que du bonheur !
  • La nouvelle version de la AryaLinux, une distribution basée sur la LFS est disponible depuis le 13 septembre 2015. Si vous aimez compiler, c’est votre distribution de choix 🙂

Pour finir un peu de culture.

C’est tout pour ce dimanche. Bonne continuation !

Comment je suis devenu publiphobe… Et que je n’ai pas honte de l’être !

Enfant des années 1970, j’ai été biberonné avec des publicités qui étaient souvent artisanales, pour ne pas dire remplies de clichés sexistes avec des stars en devenir : la bande du Splendid y fit ses premières armes pour payer de quoi se remplir son assiette. Ou encore un certain Michel Colucci !

Comme vous avez pu le voir, il y avait quand même du lourd. Au fil des années, la publicité est devenue envahissante. Vraiment envahissante. Ce mouvement s’est accéléré avec la privatisation pour le mieux disant culturel (du moins, prétexte employé à l’époque) de la première chaine de télévision française en 1987.

Si on fait un rapide saut dans le temps entre 1987 et 2015, sur certaines chaines de la TNT, les coupures publicités arrivent à intervalles réguliers, mécanique. Ce qui donne parfois des résultats « marrants ». Après la 1350ième diffusion d’un épisode de « La Petite Maison dans la Prairie », après que celui-ci soit terminé, le générique de l’épisode suivant est à peine fini qu’une coupure pub de cinq bonnes minutes arrive…

Faites donc l’essai, c’est pathétique. Mais c’est le lot des médias non-interactifs, comme la télévision ou encore la radio.

Continuer la lecture de « Comment je suis devenu publiphobe… Et que je n’ai pas honte de l’être ! »

Quand certaines marques arrêteront-elles de se faire de la publicité « à vil prix » au mépris des lois ?

J’ai reçu ce matin un courrier de la part de Zamensia qui me propose de faire un article sponsorisé et rémunéré.

Je recopie ici l’intégralité du corps du message en question, en masquant les sites « peu scrupuleux », tout en mettant en relief les points litigieux pour ne pas dire délictuel :

Bonjour Frédéric,

Je me présente, je m’appelle Marion, je suis en charge du référencement du site http://www.zamnesia.fr/

Notre société est spécialisée dans la vente de toutes sortes de produits naturels, plus d’informations : http://www.zamnesia.fr/content/17-a-propos-de-nous

J’aimerais vous proposer un partenariat. Il s’agit en fait d’un article payant que vous rédigerez, mais celui-ci ne sera pas comme les autres.

Pour commencer, l’article en question abordera le thème de la santé ou du bien-être ou encore des huiles. À vous de choisir le sujet qui vous convient et qui convient le plus à votre site.

Voici quelques exemples :
[liste des sites peu scrupuleux]

L’article ne devra pas faire de la pub directement, cependant il faut qu’un lien y soit intégré de façon naturelle, et qui renvoie vers notre site . Il sera accompagné d’autres liens externes pour rendre la chose la plus naturelle possible.

Tout ceci sera bien évidemment rémunéré.
J’attends votre réponse,

En clair, on me demande de faire de la publicité pour des produits que je ne connais ni d’Éve ni d’Adam, et surtout sans dire que c’est un article qui est en fait une publicité masquée.

Merci au Maître Anthony Bem qui m’a permis de trouver toutes les références juridiques.

Continuer la lecture de « Quand certaines marques arrêteront-elles de se faire de la publicité « à vil prix » au mépris des lois ? »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 13 : Galak, le chocolat blanc des enfants des années 1970 et 1980.

Dans cet article consacré à mes mémoires télévisuelles, je vais vous parler d’un plaisir pûrement régressif, le bouche artère chocolat blanc Galak.

Pour les enfants qui ont 6 ou 7 ans au début des années 1980, Galak est lié à une image, celle du dauphin Oum. À l’origine, c’est une série pour enfants sortie en 1971 pour la deuxième chaîne de l’ORTF. Très courte série franco-japonaise (avant des chefs d’oeuvre comme Ulysse 31), elle raconte les aventures de Yann, Marina et du dauphin Oum.

Je n’ai jamais vu la série, mais pour moi, c’est surtout les personnages des publicités pour le chocolat (à l’époque friandise au lait) Galak.

Outre le fait que le chocolat blanc soit essentiellement constitué de beurre de cacao et de sucre, c’est pour moi le souvenir d’une gâterie que je dévorais quand je revenais de l’école primaire.

Pour les personnes qui n’ont pas connu les publicités, en voici une, datée de 1981.

Ce sont des publicités qui ont le goût un peu suranné des années 1980, mais quel plaisir de les revoir 🙂

Bonobuzz : la promotion de la vente de contenus sponsorisés pour remplacer le financement par la publicité ?

J’ai reçu récemment un courrier d’un site qui s’appelle Bonobuzz qui me proposait de vendre mes services en terme d’écrits. Je recopie ici le dit courrier plus que standardisé, en anonymisant le nom de l’expéditeur :

Bonjour,

Je suis Xxxx, conseiller client chez bonobuzz.com

Après avoir consulté votre blog, j’ai remarqué qu’il avait un fort potentiel d’audience dans la thématique du High Tech. Il s’avère que certain de nos clients sont intéressés par des articles sponsorisés dans ce domaine et votre blog répond à leurs critères.

Le principe d’un article sponsorisé est simple : vous êtes rémunéré par le client pour poster son article sur votre blog ou écrire vous-même un article sur le sujet du client. Vous êtes libre de refuser les propositions et de fixer vos propres conditions.

Pour être visible par ces clients, il vous suffit de créer gratuitement votre annonce sur bonobuzz.com où vous définissiez votre prix et vos conditions pour un article sponsorisé.

Par la même occasion vous pouvez aussi créer des annonces pour chacune de vos pages sur les réseaux sociaux.

Pour plus de détail allez voir la vidéo de découverte : http://bonobuzz.com/comment-ca-marche/

J’espère voir rapidement votre annonce sur bonobuzz

N’hésitez pas à me contacter pour toute question sur mon adresse : xxxx.xxxxxxx@bonobuzz.com

Bonne année

Cordialement

Xxxx Xxxxxxxx
Conseiller clientèle
Bonobuzz.com

Une possibilité aurait été d’ignorer le courrier et de l’envoyer sans autre forme de procès chez /dev/null mais j’ai préféré en parler sur le blog pour aider les internautes qui me lisent de tomber dans le piège grossier des articles sponsorisés qui remplacent les encarts publicitaires dans les sites.

Il faut dire que la propagation nécessaire et justifiée des bloqueurs de publicités dans les navigateurs web obligent certains annonceurs à passer par d’autres moyens pour faire passer leur propagande commerciale auprès des consommateurs. J’aurais pu décomposer le terme consommateurs, mais ça faisait trop années 1990…

Continuer la lecture de « Bonobuzz : la promotion de la vente de contenus sponsorisés pour remplacer le financement par la publicité ? »

Je suis un vilain idéologue, vous l’ignoriez ? :D

J’ai reçu un courrier enflammé de la part d’une personne travaillant pour un site que j’avais employé dans un vieil article concernant mon point de vue sur la dangerosité intrinsèque de faire dépendre le financement d’un site internet par la seule manne publicitaire. Un vieux billet d’avril 2014 avec une vidéo à l’appui.

Apparemment, ayant froissé certaines sensibilités d’un site qui doit avoir 20 à 30 fois plus de visites quotidiennement que mon humble blog, dont le pic a été une journée à 2500 pages vues, et qu’un article vu peut-être une centaine de fois depuis sa rédaction a été source d’un fil de messages où les leçons de morale se sont succédées aux « vous n’y connaissez rien », ou encore « votre métier de blogueur n’a rien à voir avec celui d’éditeur ».

Statistiques juillet 2014

Non seulement, je ne suis pas un blogueur de métier, et s’il y a une cinquantaine de personnes en France métropolitaine qui peuvent le prétendre, ce doit être le bout du monde.

Mais qu’on soit blogueur ou éditeur, on tombe sous le coup de la loi du 29 juillet 1881, dite loi sur la liberté de la presse.

Je suis d’accord, l’humble blogueur que je suis n’a pas à se poser de questions sur comment payer la facture de l’hébergement du blog ou le salaire des collaborateurs. D’ailleurs, dans le respect de la loi de 1881, je préfère par sécurité fermer les commentaires d’un article au bout d’une semaine, les spams ayant tendance à arriver sur les vieux articles.

Des gros sites dits d’informations jouent avec le feu, mélangeant allègrement le publi-rédactionnel avec le vrai rédactionnel, imposent des panneaux infranchissables, des intermèdes musicals ou autre cochoncetés de ce style. Du pousse au crime pour installer un bloqueur de publicité, donc. A cause de cette minorité d’orifice excréteur fessiers, les sites honnêtes et respectueux envers leurs visiteurs payeront les pots cassés.

La principale remarque a été que je suis un idéologue , et je dois dire que je suis en partie d’accord. J’ai des opinions et des idées, je les exprime, je les argumente.

On pourrait appliquer ce terme aussi à Ploum quand il parle du sujet de la publicité sur la toile, que ce soit son coût réel, son coût humain, ou sur un business-model en mal de renouvellement.

Continuer la lecture de « Je suis un vilain idéologue, vous l’ignoriez ? 😀 »

Le coût de la gratuité des sites grâce au financement publicitaire, c’est 10% à 15% de votre bande passante ?

Après avoir lu un article sur le coût économique et écologique de la publicité papier en boite aux lettres sur le site de l’UFC Que Choisir qui coûte 231 millions d’euros par an aux contribuables au niveau du recyclage, j’ai voulu savoir, par curiosité, quelle était la proportion de la bande passante consommée par la publicité sur les sites internet.

Ouvrons une parenthèse.

On justifie la gratuité des sites internet par l’utilisation de la publicité, comme pour l’existence de chaînes de télévision ou de radio. Mais il y a une différence. La radio et la télévision sont des médias passifs, dans le sens où les interactions sur les contenus sont proche de zéro, en dehors des votes plus ou moins faisandés à base de SMS payants que l’on trouve (trouvait ?) à l’époque des Loft Story et autres télé-crochets.

Sur Internet que l’on réduit souvent au web, l’utilisateur peut décider s’il veut ou pas afficher tel ou tel contenu. Ce qui est une différence de taille. En clair, l’utilisateur ne peut pas être considéré comme une oie qu’on gave sans qu’elle puisse rien y faire.

Fermons cette parenthèse.

Pour faire une expérience rapide, j’ai pris mon navigateur internet. J’ai rajouté un profil nu, sans le moindre bloqueur de pub, ni de flingueur de cookies. Et mon profil qui utilise adblock edge et Ghostery.

Ensuite, j’ai décidé d’enregistrer des versions filtrées et non filtrées des sites listés ci-dessous. Il m’a suffit par la suite de calculer la différence de taille entre les deux versions.

  1. ZdNet.fr
  2. Clubic.com
  3. Korben.info
  4. Cdiscount.com
  5. 01net.com
  6. Youtube.com
  7. Dailymotion.com
  8. amazon.fr
  9. Fnac.com
  10. PriceMinister.com

Je ne peux pas tester tous les sites, mais j’ai essayé de faire un panel aussi large et varié que possible.

Continuer la lecture de « Le coût de la gratuité des sites grâce au financement publicitaire, c’est 10% à 15% de votre bande passante ? »

Le financement publicitaire : c’est comme mettre sa tête sous le couperet de la guillotine en espérant qu’il ne tombe pas ?

Suite à un article titillant les glandes lacrymales sur les méchant(e)s « insérez votre insulte préférée ici » internautes de « insérez une autre de votre insulte préférée ici » employant les bloqueurs de publicités et sur un fil sur google+ j’ai eu envie d’écrire cet article pour mettre – encore une fois – les pieds dans le plat.

L’article en question est un chef d’oeuvre de novlangue. Premier morceau de choix :

Selon moi, AdBlock Plus et la centaines d’autres plugins/addons disponibles représentent une nuisance grandissante pour les éditeurs de sites web, dans la mesure où la publicité est le seul financement réaliste et efficace existant pour eux; et si les éditeurs sont en danger, ce sont au final les internautes qui en pâtiront.[…]

Surtout ne pas se demander pourquoi les bloqueurs de publicités ont une telle popularité, surtout pas… C’est vrai, c’est tellement mieux de ne pas se questionner…

[…]Selon les audiences des sites web, le pourcentage des publicités bloquées peut atteindre jusqu’à la moitié des impressions publicitaires : un manque à gagner considérable pour les sites qui reposent quasi intégralement sur ces revenus.[…]

Comment appelle-t-on un modèle de financement avec source unique de revenus ? Une incongruité pour rester dans le vocable respectable.

Vous voulez de la novlangue cinq étoiles ?

[…]D’autant que du côté des éditeurs, les conséquences des adblockers pourraient être très pénalisantes pour le financement, et donc l’offre de services aux internautes.[…]

Ne plus avoir de photocopieuses à communiqué de presse, quelle perte. Et le reste de l’article est à l’avenant. Sans oublier un passage qui arracherait des larmes au plus dur des coeurs de pierre :

[…]
Le financement par la publicité est aujourd’hui incontournable. Les usages du web gratuit sont tellement ancrés dans les habitudes de consommation que c’est le seul modèle efficace et réaliste. Il a par ailleurs au moins trois grandes vertus:

– premièrement, il permet de faire connaitre sans aucune friction des services et des contenus. La barrière du payant ou du « freemium » rendrait l’accès à ces services nettement moins évident;
– deuxièmement, la publicité permet une démocratisation du web dans la mesure où elle permet l’accès aux contenus gratuit;
– enfin, Internet étant global, les budgets publicité des pays développés financent aussi l’accès des utilisateurs aux contenus dans les pays en développement. Une forme de redistribution qu’on oublie trop souvent ![…]

Alors, méchant(e)s « insérez votre insulte préférée ici » internautes de « insérez une autre de votre insulte préférée ici » employant les bloqueurs de publicités, rendez-vous compte que vous tuez l’internet mais aussi la croissance des pays en voie de développement ! Quand même ?!

Continuer la lecture de « Le financement publicitaire : c’est comme mettre sa tête sous le couperet de la guillotine en espérant qu’il ne tombe pas ? »

La blogosphère francophone : quelle indépendance a-t-elle au final ?

Dans un article Cyrille Borne parle de la « prise de conscience » du blog qui est (était ?) à mes yeux l’exemple parfait de ce que la blogosphère francophone « professionnelle » : une photocopieuse à communiqué de presse, vivant de la publicité, donc avec une indépendance se réduisant comme une peau de chagrin.

Je vous renvoie à l’article, il résume très bien l’hypocrisie de la blogosphère francophone professionnelle. S’il y a de la publicité, vous pouvez tout aussi bien tourner les talons.

Mais il faut dire les choses comme elles sont, dès que la publicité apparait, l’indépendance disparait d’elle-même. Hier soir, dans le magazine Capital, un reportage était consacré au Low Cost.

Dans le reportage consacré aux smartphones d’entrée de gamme (qui sont suffisant pour nombre d’utilisateurs qui font du téléphone, du SMS, et quelques photos), on voyait une brochette de blogueurs invités par un fabriquant anglais du nom de Kazam, et qui après leur avoir fait l’article leur faisait cadeau du dernier « haut de gamme » de la marque, le Thunder Q4.5.

Et peu après, on voyait des captures d’écrans des sites qui parlaient – à n’en pas douter – en bien du smartphone qui valait dans les 170 €.

Je ne voudrais pas me montrer suspicieux, mais cela empeste l’opération de communication à plein nez, et au passage, on s’achète pour « un plat de lentille » des pages complaisantes.

Oserais-je dire que les blogueurs invités n’ont plus d’indépendance ? Que ce sont des idiots utiles qui permettent à une marque de se faire de la publicité à vil prix ?

Mais non, ce sont juste des êtres humains avec leur faiblesse. Mais c’est bien connu, l’humain est doué de raison et sait faire la différence entre un article « commandé » et un article vraiment critique (dans tous les sens du terme).

Mais il est vrai que cela fait longtemps que je n’ai plus lu un article comme celui d’un Amstrad 100% qui, parlant du merdissime Chicago’s 30 dans son numéro 13, en page 83, déclarait :

Tiens, je viens d’éteindre mon CPC. Tiens, la K7 de Chicago’s 30 vient de se retrouver dans la poubelle. Tiens quelqu’un profitant du fait que j’ai le dos tourné vient d’y mettre le feu dans l’intérêt de la santé publique. Mais comment je vais finir mon article, moi ?! »

La note était de 20%… Qui a vu de telles notes récemment, que ce soit dans un magazine ou sur un blog ?

Non, mon blog n’est pas à vendre : le retour.

J’ai eu envie de pousser cette gueulante suite à la réception d’une offre d’affiliation. Je l’ai capturé en anonymisant les détails qui permettrait de remonter sur l’offre en question.

On me propose simplement de transformer mon blog de manière ou plus dissimulé en vitrine commerciale. En clair, acheter partiellement mon contenu via un retour sur les ventes potentiellement effectuées.

Inutile de préciser que cette offre va partir chez /dev/null avec un plaisir non dissimulée, car non, pour la énième fois, mon blog n’est pas à vendre. Cyrille Borne dans un article du 17 novembre 2013 l’a bien expliqué :

En 2013 lancer un blog pour être célèbre, pour gagner de l’argent, j’entends un blog traditionnel qui n’est ni basé sur le porno ni sur le Warez n’est pas simple, en fait même lancer un blog en 2008 c’était déjà trop tard, c’est triste.

Il cite aussi un excellent billet de Xavier alias Maniatux, qui reprend ma pensée en tout point, surtout avec une conclusion bien cinglante qui fait remonter la polémique arrivée au moment de l’affaire du free adgate. Sans oublier un excellent article de PC Inpact à l’époque.

Il faut être bien clair : on ne fait pas un blog pour devenir célèbre ou gagner de l’argent, sinon c’est l’échec assuré. Ceux qui essayent de vivre de leur blog tournent au blog-poubelle, avec des articles sponsorisés, de la publicité partout et la perte de leur authenticité.[…]En conclusion ne bloguez que si vous aimez ça et êtes motivés. Ne prostituez pas votre blog pour faire plus d’audience.

Continuer la lecture de « Non, mon blog n’est pas à vendre : le retour. »

Quand on vous disait que le modèle de financement par la publicité, c’était du flan…

On va dire que je suis un méchant publiphobe, mais une preuve a été apportée récemment sur la non-viabilité du modèle de financement des sites internet – en dehors du manque d’indépendance des sites vivant partiellement de la publicité, c’est vrai « Qui mordrait la main qui le nourrit ? » – c’est l’annonce faite par PC-Inpact de passer en partie payant, du moins sur une partie du contenu qui sera en exclusivité temporaire aux personnes ayant décidés de s’abonner.

Comme l’a précisé Cyrille Borne dans un article fleuve dont lui seul a le secret, donne les traits à ce quoi ressemblera la presse informatique internet indépendante : une peau de chagrin, qui comme dans le roman d’Honoré de Balzac réduira à vue d’oeil.

PC-Inpact est le seul site sur lequel mon bloqueur des pub est désactivé, cependant, je ne pense pas m’abonner pour le moment. Si j’ai un abonnement auprès de Mediapart (depuis en gros 2 ans et demi), je sais que j’aurais des enquêtes sans concession, de l’info indépendante, et non pas du réchauffé vite et mal traduit de gros médias anglophone.

PC-Inpact est un des rares sites d’informations qui ne se résume pas à de la photocopie de communiqué de presse. Comme pour le monde des opérateurs de téléphonie mobile, une rationalisation va se produire. Et nombre de petits sites mettront la clé sous le paillasson en croyant que leurs lecteurs sont suffisamment lobotimisés pour ne pas savoir mettre en place un bloqueur de pubs… Ou encore en les croyants incapables de rechercher les informations sur d’autres sites qui produisent du contenu au lieu de le photocopier.

Le point triste est la disparition de sites, mais combien de fois a-t-on annoncé la mort de la toile ? Une fois par an, en moyenne, que ce soit par des sites comme le maltraiteur de caprins, le push (en 1997-1998) pour ne citer que deux exemples qui me viennent à l’esprit.

Le financement publicitaire des sites, c’est du flan pour une simple raison : l’overdose des utilisateurs. Ca me rappelle un épisode de Futurama où Philip J. Fry se plaint que la publicité envahissent les rèves. C’est l’épisode 1-6, « A Fishfull of Dollars » et en VF « Cinquante Millions de dollars d’anchois »

Continuer la lecture de « Quand on vous disait que le modèle de financement par la publicité, c’était du flan… »

Publicitaires contre publiphobes sur internet : une longue guerre.

Je suis internaute depuis 1997. Et depuis 1998-1999, époque où les connexions étaient d’une lenteur de tortue rhumatisante à trois pattes, la publicité s’est insérée dans les pages web.

L’une des premières versions ont été les publicités jaillissantes, alias « pop-up ». Les internautes qui ont connus cette époque doivent se souvenir que les anti-popups étaient devenus un outil indispensable. A l’époque, sans pop-ups, la navigation était infernale. Pour ne pas dire qu’on passait plus de temps à réduire ou fermer les popups qu’à naviguer sur du contenu informatif.

Les navigateurs internet alternatifs, en clair, tous sauf Internet Explorer jusqu’à sa version 7 (fin 2006), proposèrent rapidement des outils intégrés anti-popups. Pour Opera, je pense que Pierre d’Opera-fr pourra me donner la date précise. Mais pour Mozilla, j’ai trouvé la première référence remonte à la version 0.9.7 de la Suite Mozilla, sortie en décembre 2001, qui finalise un réglage introduit pour Mozilla 0.9.4 sortie en septembre 2001.

On peut y lire :

Mozilla has a new advanced preference panel for fine-grained JavaScript control. For instance, you can disallow pop up and pop-under windows without turning off JavaScript altogether. (Bug 75371)

Qu’on peut traduire par :

Mozilla a un nouveau panneau de préférence avancé pour un contrôle affiné de Javascript. Par exemple, vous pouvez désactiver les fenêtres jaillissantes et inférieures sans complètement désactivées JavaScript (Bug 75371)

Depuis ce fût un gigantesque jeu du chat et de la souris, perdu à chaque fois par les publicitaires. Maintenant, pour trouver des sites avec pop-ups, il faut bien chercher.

Continuer la lecture de « Publicitaires contre publiphobes sur internet : une longue guerre. »

Vers la fin des « blogueurs influents » ? Et de l’internet gratuit ?

Regardant ce 12 mai l’émission sur France 5, « Medias le mag », un reportage était consacré à la baisse des revenus publicitaires, tous médias confondus.

Un article du Figaro annonce la couleur, dès mars 2013, et c’est très clair :

Les recettes publicitaires des médias français ont chuté de 3,5% en 2012, pour s’établir à 13,3 milliards d’euros, en raison d’un contexte économique difficile, selon l’Institut de recherches et d’études publicitaires (Irep) et France Pub.

« Cette tendance baissière concerne la majorité des familles de médias », a résumé Philippe Legendre, directeur délégué de l’Irep, lors d’un point presse.

3,5% de baisse. C’est ce qui s’appelle une claque. Même si cela réjouie mon coeur de publiphobe qui en a marre de la pollution qu’est la publicité, une question se pose : allons-nous voir disparaître à terme les « blogueurs influents » qui dépendent de manière importante de la publicité ?

Et si cela permettait de dédouaner les utilisateurs qui ne sont pas responsables de la crise et qui veulent juste éviter de subir un viol de la rétine quand ils vont sur le moindre site, ce ne serait pas un mal. Car culpabiliser les utilisateurs car ils osent vouloir surfer sans publicité, c’est dégueulasse !

Continuer la lecture de « Vers la fin des « blogueurs influents » ? Et de l’internet gratuit ? »

Publicité sur les sites web : Quand on cherche le bâton pour se faire battre…

…Il ne faut pas se plaindre de se retrouver avec le fessier en marmelade. Le 9 avril, Pc-Inpact (un des rares sites sur lequel mon bloqueur de pub est désactivé) a pondu un article sur l’électro-choc que provoque une utilisation massive d’Adblock.

Votre serviteur y a été cité, ainsi que le plus méchant prof de maths de la blogosphère francophone, j’ai cité Cyrille Borne. Je cite le passage en question, concernant la culpabilisation des vilains internautes qui osent utiliser un bloqueur de pubs sur leurs navigateurs :

Dans le premier cas, c’est le côté culpabilisateur qui semble avoir le plus posé problème, surtout que l’on trouve un dossier conseillant l’utilisation d’Adblock Plus sur le même site. Il est toujours possible de lire plusieurs réactions qui vont dans ce sens et qui avaient été publiées à l’époque sur le blog de Cyrille Borne ou sur le compte Google+ de Frederic Bezies par exemple.

D’ailleurs Cyrille a pondu un billet récemment sur le gain de visite suite à l’article de PC-Inpact.

Continuer la lecture de « Publicité sur les sites web : Quand on cherche le bâton pour se faire battre… »