Un dernier jus de cerveau en passant sur l’auto-édition…

J’avoue bien aimer l’expression jus de cerveau qui est quand même plus classieuse et moins vulgaire que celle de masturbation intellectuelle. Même si le résultat est au final le même. C’est Woody Allen qui en parle le mieux dans son film oscarisé « Anny Hall » : « Hé! Ne te moque pas de la masturbation! C’est faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime… »

Promis, juré, craché, c’est le dernier sur ce domaine, étant donné que mon domaine de prédilection est l’informatique libre. Du moins, c’est ce qu’on pourrait en déduire 🙂

Comme je l’ai précisé dans un en vrac’ récent, j’ai sorti sur Atramenta – et peut-être un jour cela sera disponible sur Amazon et compagnie – la version finalisée d’un texte entamé en janvier 2016.

Ajout au 20 novembre 2016 : il est aussi disponible au prix de 0,99€ sur Amazon. Soyons fous 🙂

Oui, dix mois, c’est long pour un texte d’une quarantaine de pages au format A4. Mais la vraie vie étant intervenue, la rédaction de mes chroniques acides qui me prend du temps. Sans oublier une formation professionnelle que je me suis financé et qui m’a bouffé pas mal de temps libre.

Autre point à ne pas oublier, c’est un texte dans un domaine que je ne maîtrise pas vraiment, le fantastique. Même mon livre uchronique qui a été descendu en flamme par un commentaire qui empeste la vendetta à 15 kilomètres a été une épreuve pour moi à écrire.

Bref, je suis un auteur pour le plaisir, pas dans le but de mettre « un steak » dans mon assiette 🙂

Par chance, je ne suis pas rancunier, et je sais, en personne intéressée par le Bouddhisme, qu’on récolte toujours ce que l’on sème, aussi bien en bon qu’en mauvais. Ce sont d’ailleurs les premiers versets du Dhammapada qui en parle le mieux 🙂

Continuer la lecture de « Un dernier jus de cerveau en passant sur l’auto-édition… »

Publication de mon dernier roman « Un mois d’octobre sans fin… » en accès libre.

Comme je l’avais annoncé le 30 mars 2016, je publie en accès libre sur Atramenta mon dernier roman en date. Au début, j’avais prévu le classique duo formats papier et électronique payants.

Cependant, j’ai décidé de ne pas le faire cette fois. Quelle folie me pousse à offrir un tapuscrit de près de 170 pages A4 gratuitement sous licence Creative Commons CC-NC-ND 3.0 ?

Quelle mouche maladive m’a piqué ? Aucune. Au début, je comptais faire comme pour ma trilogie de science-fiction. Mais j’ai changé d’avis. Voici la couverture :

Si vous voulez juste accéder la page du roman, la voici, en vous souhaitant une bonne lecture au passage : http://www.atramenta.net/lire/un-mois-doctobre-sans-fin/58361

Ajout au 15 avril 2016 : disponible sur Kobo, toujours en gratuit : https://store.kobobooks.com/fr-fr/ebook/un-mois-d-octobre-sans-fin

Ajout au 26 avril 2016 : disponible sur Amazon, finalement en gratuit : http://www.amazon.fr/Un-mois-doctobre-sans-fin-ebook/dp/B01E4JOPR6

Les trois versions sont garanties sans le moindre DRM.

Pour les autres personnes, voici les raisons de cette publication non payante :

  1. Pas envie de tomber dans le travers de l’auteur(e) auto-édité(e) qui va draguer tous les webzines dédiés et les blogueurs litteraires pour quémander une lecture et une bonne critique. Travers à mettre en relation avec le trafic de bons commentaires sur des sites comme Amazon.
  2. Je voulais laisser mon texte accessible au plus grand nombre. Même si cela coupe les personnes allergiques aux livres électroniques sur le bord de la route. Ce qui désole au passage.
  3. J’avais envie de ménager mes finances, tout en sachant que même avec une promotion XXL je rentrerai difficilement dans les frais engagés, car je ne passe pas par Amazon.
  4. Enfin, c’est un texte qui a été difficile pour moi d’écrire, l’année 2015 ayant été une succession d’emmerdes.

C’était aussi pour moi une façon de dire aux auteur(e)s qu’il faut arrêter de croire que des « testicules en or 24 carats » sont au bout de la route pour les auteurs auto-édités.

Aussi bien Jérôme Dumont, qu’Isabelle Rozenn-Mari, Wendall Utroi ou Christelle Morize confirmeront cela. Dans les auteur(e)s auto-édité(e)s que j’ai pu suivre depuis des années, seule Alice Quinn a réussi à se faire signer par une grosse écurie.

Continuer la lecture de « Publication de mon dernier roman « Un mois d’octobre sans fin… » en accès libre. »

Point d’étape à trois jours de la publication de mon prochain roman.

Comme je l’avais annoncé dans un billet en vrac’ de la fin mars 2016, je vais publier – ou j’aurais publié – le lundi 11 avril 2016 mon dernier gros écrit en date, un roman d’uchronie qui fait 168 pages au format brouillon.

Contrairement à mes autres oeuvres « longues », celle-ci sera en libre téléchargement. Je m’en expliquerai plus longuement dans l’article concernant la publication sur Atramenta sur les raisons qui m’ont poussé à agir ainsi.

Je voulais juste revenir sur la génèse de l’oeuvre qui ne sera jamais inscrite au panthéon des romans d’uchronie. En février 2015, aux alentours de mon 41ième anniversaire, j’ai une phrase qui me vient en tête, et un sujet qui finit par se matérialiser. J’ai envie de rédiger une uchronie. Loin de chefs d’oeuvre comme « Le maître du Haut-Chateau » de Philip K. Dick ou encore « Roma æterna » de Robert Silverberg.

C’était un défi que j’avais envie de relever. J’ouvre alors mon exemplaire de LibreOffice, et je commence à taper les premières phrases (qui n’ont que peu évoluées dans la version finale) de mon texte uchronique. Pour conserver un minimum de volonté d’aller jusqu’au bout de la rédaction, je rédige l’épilogue de ce qui devait être une nouvelle d’une quarantaine ou d’une cinquantaine de pages.

Puis des événements personnels m’ont obligé à mettre au ralenti le projet. Ce que je voulais boucler en un à deux mois, à savoir une nouvelle d’une cinquantaine de pages, se transforme en une création plus longue, étant donné que je ne voulais pas laisser en plan les personnages auxquels je venais de donner vie. Finalement, au mois de septembre, j’arrive à la fin de la première version du texte. Je demande alors à Didier « IceMan » de me donner ses premières impressions. En me basant sur ses remarques et sur celle d’Isabelle Rozenn-Mari, je m’attelle à une relecture qui fait disparaitre l’équivalent de 3 pages.

Continuer la lecture de « Point d’étape à trois jours de la publication de mon prochain roman. »

Un peu d’auto-promotion :)

Une fois n’est pas coutume, je fais un peu d’auto-promotion sur deux projets scripturaux en publication libre en cours de rédaction.

Comme vous le savez, j’ai le cul entre deux chaises, comme je l’ai expliqué dans un billet récent. Je suis blogueur (depuis plus de 10 ans) et écrivaillon auteur auto-édité via Atramenta.

J’ai toujours un ou deux projets scripturaux en route, et pour le moment, c’est deux, que j’essaye de faire avancer aussi rapidement que possible. Ce qui est tout sauf évident.

J’ai donc déposé en format « brouillon » deux textes, un typé fantastique, l’autre un peu plus humoristique et cynique. Le premier est arrivé à peu près à la moitié, le second, à un gros tiers.

J’ai aussi un projet plus long et plus sérieux qui attend que certaines emmerdes décident de me foutre la paix.

Donc, si vous voulez voir comment un écrivaillon auteur auto-édité créé un texte et que vous vouliez me faire des remarques, ce serait très gentil de votre part 🙂

Il n’y a qu’un blogueur que je spamme, c’est moi-même 🙂

Merci pour toutes les remarques que vous aurez la gentillesse de me faire parvenir !

Arkaïa : clap de fin, première ! :)

Il y a presque un an, je publiais un premier article sur le premier tome de ma trilogie de science fiction dystopique, « Arkaïa », en duo papier et électronique.

Comme je le précisais dans l’article à l’époque :

[…]En juin 2012, sur les conseils d’une personne que je tiens à remercier, j’ai repris la rédaction de l’histoire qui était resté en plan durant une douzaine d’années. De 100 pages que je comptais rédiger à l’origine, je suis arrivé à plus de 300 en l’espace de huit long mois d’écriture, uniquement effectué sur mon temps libre.[…]

En octobre 2014, c’était au tour du tome 2 de voir la lumière du jour, sous le nom « Chroniques de la Nouvelle Arkaïa », toujours en version papier et électronique. Je dévoilais un peu la réalité du projet qu’avait représenté l’écriture de la trilogie.

[…]Ce que je n’avais pas précisé, à l’époque, ignorant l’accueil de celui-ci, c’est qu’une suite avait été extraite de mon cerveau, écrite en l’espace de quatre à cinq mois, toujours sur mon temps libre.[…]

Un an après la sortie du premier tome, la fin de trilogie est enfin disponible. Comme pour le deuxième tome, j’ai mis environ 4 à 5 mois à l’écrire sur mon temps libre. Il est vrai que je m’astreignais à une certaine discipline. Le premier tome avait été écrit entre juin 2012 et février 2013, le tome 2 entre mars et juin 2013, le dernier tome entre juillet et octobre 2013.

C’est donc un projet lancé il y a près de trois ans qui arrive à sa fin. Avec « Les Enfants de la Nouvelle Arkaïa », je termine cette mini-saga.

Pour le moment, la version électronique est en cours, et dès qu’elle sera disponible, je la rajouterai à cet article. Voici donc le quatrième de couverture du dernier roman de ce projet que j’aurai porté durant des années avant d’avoir la maturité nécessaire pour l’écrire.

Depuis la fin de l’histoire racontée dans « Chroniques de la Nouvelle-Arkaïa », huit années sont passées. Sally vient de fêter ses trente ans. Comme Marc, Isabella, Lauryana, Lucas ou encore Jonas, c’est une enfant de la Nouvelle-Arkaïa.

Petit à petit, les jeunes générations prennent le pouvoir dans la Nouvelle Arkaïa, laissant la génération fondatrice finir ses jours tranquillement, ou presque.

Dans cet ultime tome de l’histoire d’Arkaïa, partez donc à la découverte de la vie des « Enfants de la Nouvelle Arkaïa ».

Le plus important dans ce projet a été pour moi, en dehors de raconter une histoire, d’arriver à produire un long texte et d’avoir la possibilité d’être lu pour d’autres textes que ma prose, parfois acide, sur ce blog. C’était aussi pour me prouver que j’étais capable de le faire.

Une suite ou une préquelle ? J’avoue que j’en sais rien. Quand on passe 18 mois avec des personnages, on finit par s’attacher à eux. Mais j’ai envie de tourner la page du projet Arkaïa qui a été une grande source de travail d’écriture, de réflexion et d’imagination.

« Chroniques de la Nouvelle-Arkaïa », mon deuxième roman auto-édité disponible en version papier… Et bientôt en électronique.

Il y a 6 mois, je parlais de la publication en auto-édition de mon premier roman, « Arkaïa ». Ce que je n’avais pas précisé, à l’époque, ignorant l’accueil de celui-ci, c’est qu’une suite avait été extraite de mon cerveau, écrite en l’espace de quatre à cinq mois, toujours sur mon temps libre, et en parallèle à mes publications en libre accès.

L’histoire pouvait être considérée comme terminée à la fin du roman déjà publié, et il n’était pas nécessaire de savoir que j’avais rédigé une suite. Avec les retours positifs, bien que peu nombreux, sur mon premier gros texte, j’ai pris mon courage à deux mains, et après 4 mois de relectures entrecoupées de pause (c’est long et laxatif de relire un texte), scrupuleusement vérifié l’orthographe et la grammaire, voici donc le tome 2 de mon récit de science-fiction dystopique.

La version électronique devrait être disponible d’ici début novembre 2014, avec le même principe : non aux DRMs. Je rajouterais les liens vers les versions électroniques dès sa disponibilité.

Continuer la lecture de « « Chroniques de la Nouvelle-Arkaïa », mon deuxième roman auto-édité disponible en version papier… Et bientôt en électronique. »

Mon premier livre, « Arkaïa ». La suite !

Dans un article du 22 avril 2014, je parlais de la disponibilité au format papier de mon premier roman, « Arkaïa ». Je vous renvoie à l’article pour les détails, comme le quatrième de couverture. Pour résumer, c’est de la science fiction dystopique reprenant le mythe de l’Arche de Noé avec une pincée d’Age de Cristal saupoudrée au-dessus.

J’ai voulu faire un article pour annoncer sa disponibilité au format électronique. Il coute 5,99€ et fait dans les 800 pages, la preuve en images :

Et pour le format mobi (kindle) :

Voici les adresses où vous trouverez le roman. Pour les boutiques Amazon, Fnac et Kobo, les fichiers sont malheureusement entravés par des DRMs. Je ne suis pas responsable pour un tel verrouillage. Inutile de me hurler dessus, compris ?

Je tiens à préciser que je suis désolé pour la présence des DRMs pour les quatre derniers magasins listés. Et voici les trois premiers (et uniques ?) exemplaires papiers du livre :

Voila, maintenant, je n’ai plus qu’à attendre vos retours 😀

Mon premier livre, « Arkaïa ».

On dit souvent que l’on est jamais mieux servi que par soi-même. Je profite donc de l’existence de mon blog pour vous parler de mon premier livre, publié avec Atramenta, qui s’appelle « Arkaïa ».

C’est un très vieux projet, dont j’avais tracé les premières ébauches en… 1999 ! Puis, la vie étant ce qu’elle est, j’ai dû mettre en pause ce projet. De plus, je sentais qu’à l’age de 25 ans, je n’avais pas la maturité nécessaire, ni le style qui s’imposait pour un tel roman.

En juin 2012, sur les conseils d’une personne que je tiens à remercier, j’ai repris la rédaction de l’histoire qui était resté en plan durant une douzaine d’années. De 100 pages que je comptais rédiger à l’origine, je suis arrivé à plus de 300 en l’espace de huit long mois d’écriture, uniquement effectué sur mon temps libre. Ensuite, j’ai mis le texte en repos, le cerveau aussi durant quelques semaines, et j’ai rédigé quelques textes plus courts que vous trouverez sur mon espace Atramenta.

Continuer la lecture de « Mon premier livre, « Arkaïa ». »

Nouvelle publication sur Atramenta

Après trois jours de silence sur mon blog, mélange d’écriture et grippe hivernale, j’ai fini par boucler un petit récit (35 pages environ) de science fiction « Vert comme une tomate « .

J’ai eu l’idée de ce récit aux alentours de Noël, ayant écrit dès le départ le prologue et l’épilogue.

Le sujet a été traité par tous les grands noms de la Science Fiction, dont Isaac Asimov dont je lire le recueil de nouvelles « L’avenir commence demain », alors pourquoi l’humble écrivaillon que je suis ne l’aurais pas traité ?

Voici le pitch introductif :

Le récit se déroule plusieurs dizaines de milliers d’années dans le futur. Une équipe d’une vingtaine de spatio-archéologues part de Mars vers la Terre, abandonnée depuis des milliers d’années suite à la Grande Catastrophe…

Ce n’est pas un chef d’oeuvre, mais j’espère que le récit vous fera passer un bon moment.

Calibre : la politique du « Distribuez tôt, mettez à jour souvent » poussée à son paroxysme ?

J’aime beaucoup Calibre. Ce couteau suisse de la gestion de livre électronique – qui a dit usine à gaz ? – souffre d’un défaut qui est aussi une qualité : des publications très régulières.

Casse-tête chinois pour les mainteneurs de distributions, on se retrouve avec une situation ubuesque. En effet, la plus populaire distribution GNU/Linux – c’est elle qui le dit – à savoir Ubuntu se traine une version assez défraichie de Calibre.  Si on reste avec les dépots officiels et la Ubuntu 13.10, on a droit à une version 1.0. Si on teste la future version, à savoir la Trusty Tahr, on est un peu mieux achalandé, avec la version 1.9 de Calibre.

En ce 5 décembre, la version stable de calibre est la 1.13. Si on regarde l’historique des versions depuis la 1.0 :

  • 1.13 : 29 novembre
  • 1.12 : 22 novembre
  • 1.11 : 15 novembre
  • 1.10 : 8 novembre
  • 1.9 : 1er novembre
  • 1.8 : 25 octobre
  • 1.7 : 18 octobre
  • 1.6 : 11 octobre
  • 1.5 : 26 septembre
  • 1.4 : 20 septembre
  • 1.3 : 13 septembre
  • 1.2 : 6 septembre
  • 1.1 : 30 août
  • 1.0 : 23 août

En gros, une version par semaine, à l’exception des versions 1.5 et 1.6. Autant dire qu’un tel rythme de publications, c’est horrible à suivre ! 🙁

Continuer la lecture de « Calibre : la politique du « Distribuez tôt, mettez à jour souvent » poussée à son paroxysme ? »

En vrac’ culturel

Un tout petit en vrac’ culturel en ce mardi.

  • Model Village, dont j’avais parlé en juin 2013, annonce la sortie de leur prochain opus pour janvier prochain. Encore une précommande à faire… C’est lassant 😉
  • Si vous aimez Amanda Palmer, n’hésitez pas à acheter son dernier opus « An evening with Neil Gaiman & Amanda Palmer ». Le bonus offert avec la version numérique est un concert de 2 heures… On voudrait plus souvent de tels bonus 🙂
  • Je viens de publier sur Atramenta un nouveau récit sous licence CC-BY-NC-ND, « Souvenirs d’un homme de l’art « . Attention, ce texte est assez dur et est réservé à un public averti. Critiques, commentaires et retours bienvenus 😉

C’est tout, c’est très court. Mais il faut dire que je prépare le tirage au sort du concours pour le CD de « Selene », que je ferais vers minuit / minuit cinq le 20 novembre.

Et que j’ai un ou deux articles plus « geek » sur le feu 😉