Les projets un peu fous du logiciel libre, épisode 12 : Cdesktopenv, la continuation du Common Desktop Environment…

Dans le billet Vieux geek, épisode 48, je parlais de Xfce 3.0 et de son inspiration profonde du Common Desktop Environment. Je précisais à la fin de l’article ceci :

Si vous aimez le look de CDE, le code a été ouvert et un projet est développé pour continuer de faire vivre le vénérable ancêtre. Même si c’est très laxatif à mettre en place 🙂

CDE a été un des premiers environnements graphiques unifiés pour les Unix. Annoncé en 1993, la première version est sortie en 1995, et il a été activement développé jusqu’en 1997. Son gros défaut ? Dépendre de Motif qui était payant à l’époque.

Il a été ensuite abandonné avec l’arrivée de KDE, Gnome et compagnie. En 2012, son code a été liberé, et plusieurs versions correctives sont sorties depuis. La dernière en date, c’est la 2.2.4 sortie en juin 2016.

Cependant, comme je l’avais précisé dans l’article vieux geek, c’est une vraie plaie à mettre en route, au moins sur Linux. J’ai essayé de le faire fonctionner – en vain – sur une archlinux 32 bits (la version 64 bits du port étant cassée ?).

Après avoir fouillé, j’ai appris que l’équipe de la Sparky Linux (une distribution basée sur Debian GNU/Linux) propose des paquets précompilés pour le Common Desktop Environment.

Continuer la lecture de « Les projets un peu fous du logiciel libre, épisode 12 : Cdesktopenv, la continuation du Common Desktop Environment… »

KDE 1.1.2 porté sur les distributions GNU/Linux modernes… Bienvenue en 1999 ;)

J’ai toujours été ennuyé de ne jamais pouvoir faire fonctionner la première Mandrake Linux, numérotée 5.1 qui était une Red Hat 5.0 avec KDE 1.0, dans une machine virtuelle. L’affichage partait à chaque fois en arachide dopée à l’EPO.

Quand j’ai entendu dire que pour les 20 ans du projet KDE, des codeurs avaient réussi à récupérer et adapter le code de KDE 1.1.2, j’ai sauté sur l’occasion pour tester l’ensemble dans une machine virtuelle. Dommage que ce ne fut pas la 1.0.0. Trop complexe à récupérer et adapter ?

Pour mémoire, KDE 1.1.2 est sorti en septembre 1999, KDE 1.0 en juillet 1998.

J’ai installée une base Archlinux à laquelle j’ai rajouté Xorg en entier avec xorg-xinit et yaourt via git. Puis j’ai récupéré et fait compiler les quatres paquets AUR suivants, ce qui a demandé une quinzaine de minutes sur mon vieux bousin… Du code datant 1999 adapté pour être recompilé, c’est du rapide à traiter !

  1. QT1
  2. kde1-kdelibs
  3. kde1-kdebase
  4. kde1-kdetoys

Puis j’ai suivi les instructions pour lancer via un startx l’ensemble depuis le dépot github pour Archlinux du projet et son fichier « readme.md ».

Continuer la lecture de « KDE 1.1.2 porté sur les distributions GNU/Linux modernes… Bienvenue en 1999 😉 »

Mozilla Firefox GTK3 : un nouveau point.

Fin avril 2014, je faisais un premier billet sur le point concernant le port de Mozilla Firefox vers GTK3.

Un peu plus de quatre mois après le premier billet, j’ai voulu voir où en était le port. En regardant le rapport de bug concernant la migration du code de GTK2 vers GTK3, à savoir le bug 627699.

Le travail a bien avancé, et il reste une douzaine de bugs ouverts au 6 septembre 2014. Progrès notable, Flash (et les greffons utilisant GTK2) sont supportés. Le bug 624422 concernant ce problème a été clos. Même s’il reste un dernier petit bug en cours de correction au moment où j’écris cet article, le bug 1051209.

Continuer la lecture de « Mozilla Firefox GTK3 : un nouveau point. »

Les logiciels libres sur lesquels il faudrait arrêter l’acharnement thérapeutique… Les ports d’environnements de bureau taillé pour une distribution donnée, comme Unity et… Cinnamon ;)

Deuxième article de la série. Après l’article sur les implémentation libres de la technologie Adobe Flash, voici donc la deuxième partie. J’avoue que j’ai longtemps hésité avec un autre logiciel, mais je pense qu’il sera le sujet du troisième volet. Pour le moment, vous ne m’en voudrez pas de garder un silence pudique sur le dit logiciel.

Mais revenons-en au sujet de l’article. Le port d’environnement de bureau. Outre qu’il y a un nombre croissant d’environnement de bureau, et heureusement que c’est un domaine autrement plus ardu que le développement d’une distribution – sinon pensez au résultat que cela donnerait – avoir un environnement de bureau donné sur toutes les distributions (ou presque) est assez commun et pratique.

Cependant, il existe un environnement de bureau qui est assez dépendant de sa distribution mère, c’est Unity.

Conçu en partant des mêmes constats que pour Gnome Shell (qui a précédé l’autre ? C’est un peu l’histoire de la poule et de l’oeuf, surtout si on recherche des captures d’écran de Gnome Shell 2.28), Unity est fortement lié à la distribution de Canonical qui lui sert de base. Et Cinnamon avec LinuxMint dans une moindre mesure. Je m’en explique en fin d’article.

Continuer la lecture de « Les logiciels libres sur lesquels il faudrait arrêter l’acharnement thérapeutique… Les ports d’environnements de bureau taillé pour une distribution donnée, comme Unity et… Cinnamon 😉 »

Mozilla Firefox en GTK3 : on en est où ?

GTK3 est sorti en septembre 2010, en même temps que le premier Gnome 3.0 et son déjà détesté Gnome Shell. Les logiciels développés avec GTK2 sont depuis lentement transféré vers la nouvelle génération, au fur et à mesure que GTK3 se stabilise.

Dans les gros morceaux, il y a des monstres comme Mozilla Firefox qui tourne encore avec GTK2. Porter un logiciel aussi gros n’est pas une mince affaire.

Pour mémoire, le port vers GTK2 du navigateur de la Fondation Mozilla a été assez longue. Commencé en juillet 2001, on trouvait encore des versions GTK1 et GTK2 pour l’avant-dernière version de la Suite Mozilla, la 1.7.12 en 2005. Il faut se souvenir que GTK 2.0.0 est sorti en… mars 2002. Donc le port avait été entamé avec les dernières versions de développement de GTK 2.0.0.

Donc on peut estimer que le premier navigateur de la Fondation Mozilla à supporter GTK2 en direct, cela doit remonter à Mozilla Firefox 1.5, sorti le 29 novembre 2005. Donc 4 ans pour porter tout le code.

La question est : où en est le port GTK3 pour Mozilla Firefox ? Une page de wiki y est dédiée, ainsi qu’un rapport de bug.

Le port est bien avancé, surtout que le travail est commencé depuis environ 3 ans !

Parmi les grosses limitations, il y a le non support des greffons demandant gtk2 (comme Adobe Flash).

Il faut se souvenir que le navigateur officiel de Gnome, Epiphany alias Web n’a supporté les greffons comme Adobe Flash que depuis sa version 3.8 en mars 2013 !

Continuer la lecture de « Mozilla Firefox en GTK3 : on en est où ? »

Archlinux et Unity : où en est-on ? Le retour ;)

La dernière fois que je parlais du port de l’environnement développé par Canonical pour sa distribution Ubuntu, c’était en février 2013.

J’ai donc voulu voir les progrès effectué par le port qui est essentiellement le travail de Xiao-Long Chen.

Apparemment, seul le port pour Archlinux est maintenu. Le port entamé pour Fedora Linux semble être un brin mort. La dernière modification remontant au… 4 mai 2013 ! Des infos sur ce port pour Fedora Linux ?

Je concluais le précédent article ainsi :

Que dire pour conclure ce rapide article : que l’environnement est vraiment très avancé dans l’utilisation qu’on peut en faire quotidiennement. Mis à part Mozilla Firefox qui m’a fait un gros caca nerveux, et modulo les lenteurs liés à la carte graphique peu véloce, Unity sur Archlinux est très proche d’être utilisable sans soucis.

Je suis donc parti d’une Archlinux avec Gnome, LibreOffice, Mozilla Firefox, Mozilla Thunderbird. Ensuite, j’ai simplement suivi le wiki proposé par Archlinux.

En clair ? J’ai commencé par ajouter les dépots suivants à mon /etc/pacman.conf


[Unity-for-Arch]
SigLevel = Optional TrustAll
Server = http://dl.dropbox.com/u/486665/Repos/Unity-for-Arch/$arch


[Unity-for-Arch-Extra]
SigLevel = Optional TrustAll
Server = http://dl.dropbox.com/u/486665/Repos/Unity-for-Arch-Extra/$arch

Ensuite, j’ai rentré les lignes de commandes magiques pour installer unity et ses extras.


yaourt -Syu
yaourt -S $(pacman -Slq unity)
yaourt -S unity-extra

Continuer la lecture de « Archlinux et Unity : où en est-on ? Le retour 😉 »

Unity pour Archlinux : du progrès, on y est presque ;)

Il y a un mois, j’avais fait un point sur le port de l’environnement maison de Canonical sur Archlinux.

J’ai voulu voir quels étaient les progrès du port. Il faut partir d’un environnement Gnome 3.4.x installé et fonctionnel (c’est plus pratique, non ?). Ensuite, étant donné que l’ancien dépot http://unity-xe-xe.org/ semble un brin à l’arrêt, on peut passer par un autre dépot, http://unity.humbug.in/ dont la date de compilation complète au moment où je rédige cet article n’est vieille que de 48 heures. La version proposé d’Unity est le port de la 6.8.0, celle proposée avec Ubuntu 12.10.

Il faut rajouter en haut de la liste des dépots dans le fichier /etc/pacman.conf :


[unity]
Server = http://unity.humbug.in/$arch

[unity-extra]
Server = http://unity.humbug.in/extra/$arch

Continuer la lecture de « Unity pour Archlinux : du progrès, on y est presque 😉 »

Unity et Archlinux : Où en est le port ?

J’ai décidé cet après-midi de voir l’état du port d’Unity pour Archlinux. J’ai utilisé le dépot précompilé disponible sur http://unity.xe-xe.org/. Cette version de dépot est vieille d’une semaine, du 17 septembre 2012, donc peut-être que le port compilé à la main est plus avancé, mais je n’avais pas envie de passer 6 heures à le faire recompiler entièrement.

Après avoir suivi les recommandations de la page, en partant d’une Archlinux avec un Gnome 3.4 et son shell parfaitement fonctionnel, j’ai lancé les commandes d’installation, en rajoutant un yaourt -S unity-extra histoire d’avoir le port le plus complet possible.

Pour la petite info, la Archlinux en question est complètement systemd-isée. Pour activer le démarrage de LightDM, j’ai saisi la commande suivante en tant que root :


systemctl enable lightdm.service

Continuer la lecture de « Unity et Archlinux : Où en est le port ? »

Unity sur Archlinux : le retour :)

Ayant entendu parlé via Phoronix de l’existence d’un dépot proposant Unity pour la Fedora Linux j’ai pu lire dans les commentaires qu’il y avait un dépot de paquets à compiler par soi-même pour obtenir unity sur Archlinux.

J’ai donc repris la machine virtuelle créée la veille , et après avoir rajouté alsa, gstreamer, networkmanager, cups et un xorg de base, j’ai en utilisateur classique récupéré le dépot git du port de Unity pour Archlinux :


git clone https://github.com/chenxiaolong/Unity-for-Arch.git

Si on suit le fichier README du portage, il y a quelques chose comme 75 paquets à faire recompiler, dans un ordre précis, même si deux ou trois paquets sont optionnels.

J’avais déjà tenté – sans grand succès – de faire fonctionner unity sur archlinux, le paquet disponible sur AUR est désormais plus que périmé

Et j’ai serré les fesses en lançant la compilation de chaque paquet, sachant que certains paquets officiels sont remplacés par des versions « spécifiques ». Liste non exhautive :

  1. glib2-ubuntu -> glib 2.0 with Ubuntu patches
  2. gtk2-ubuntu -> GTK toolkit 2.0 with Ubuntu patches
  3. gtk3-ubuntu -> GTK toolkit 3.0 with Ubuntu patches
  4. qt-ubuntu -> Qt toolkit with Ubuntu patches
  5. gconf-ubuntu -> A configuration database system
  6. gsettings-desktop-schemas-ubuntu-> Shared GSettings schemas for the desktop
  7. gnome-settings-daemon-ubuntu -> Daemon handling the GNOME session settings
  8. gnome-session-ubuntu -> GNOME Session Manager
  9. gnome-control-center-ubuntu -> Utilities to configure the GNOME desktop
  10. gnome-screensaver-ubuntu -> Screensaver and screen locking for GNOME
  11. metacity-ubuntu -> Lightweight GTK+ window manager
  12. gsettings-desktop-schemas-ubuntu -> Shared GSettings schemas for the desktop
  13. gnome-settings-daemon-ubuntu -> Daemon handling the GNOME session settings
  14. gnome-session-ubuntu -> GNOME Session Manager
  15. gnome-control-center-ubuntu -> Utilities to configure the GNOME desktop
  16. network-manager-applet-ubuntu -> Network Manager applet with indicator support
  17. gnome-bluetooth-ubuntu -> Gnome bluetooth applet with indicator support
  18. fixesproto-ubuntu -> X11 Fixes extension wire protocol
  19. libxfixes-ubuntu -> X11 misc. ‘fixes’ extension library
  20. xorg-server-ubuntu -> Xorg X server
  21. nautilus-ubuntu -> File manager and graphics shell for GNOME
  22. compiz-core-ubuntu -> Compiz core components
  23. libcompizconfig-ubuntu -> Compiz configuration system library
  24. compizconfig-backend-gconf-ubuntu -> GConf backend for Compiz
  25. compizconfig-python-ubuntu -> Compizconfig bindings for Python
  26. ccsm-ubuntu -> Compiz configuration manager
  27. compiz-plugins-main-ubuntu -> Compiz main plugins
  28. compiz-plugins-extra-ubuntu -> Compiz extra plugins

Inutile de préciser que cela prend un certain temps, même si on ne compile pas les paquets dédiés à kde ou xfce. La version spécifique de qt, qt-ubuntu prend environ 1 h 15… J’ai commencé à 17 h 33 ce 19 juillet, et l’ensemble des paquets a été terminé vers… 23 h 30… Oui, près de 6 heures pour compiler l’environnement au complet. Et encore, j’ai du rajouter lightdm et son paquet lightdm-gtk-greeter pour le lancer 🙂

Après le premier lancement, j’ai rajouter quelques outils de gnome, ainsi que Mozilla Firefox, LibreOffice ou encore Gwibber.

Une petite vidéo pour montrer l’ensemble en action. C’est loin d’être parfait, surtout que je suis resté aussi basique que possible, spécialement pour Light DM. J’avoue aussi que l’ergonomie d’Unity me laisse pantois.

Bilan rapide : le code semble avoir été travaillé pour devenir portable, mais c’est au prix d’une longue compilation. Ce qui m’a fait spécialement tiqué, c’est l’obligation de recompiler certains paquets « sensibles » comme le serveur X, alors que tous les autres environnements de bureau et gestionnaire de fenêtres qui existe ne demande aucune recompilation.

Il est aussi dommage que le menu global ne soit pas fonctionnel, à moins que je sois tombé sur une version portée qui souffre d’un bug dans ce domaine.Je terminerais en posant une question : pourquoi la LinuxMint a pris comme base mutter, devenant Muffin, pour gérer l’affichage de son interface Cinnamon ?

Et la même question pour le projet ElementaryOS qui utilise Gala (cf cet article de Devil505), sachant que c’est aussi un dérivé de mutter ?

Pourquoi les deux projets n’ont pas utilisé comme Canonical le code de Compiz ? J’avoue que je n’en ai pas la moindre idée.

Encore une petite vidéo de balade : un tour du coté du port de Larros à Gujan-Mestras.

J’ai vécu jusqu’à mes 28 ans à Gujan-Mestras, aussi connu comme la ville au 7 ports. Devant aller aujourd’hui sur Gujan-Mestras aujourd’hui, et en attendant le train de retour vers Biganos, j’ai profité de beau temps pour faire quelques clichés et me promener du côté de la jetée du Christ au port de Larros, avec sa croix dédiée aux marins qui ont été emportés par les passes du Bassin.

En utilisant PhotofilmStrip et – encore une fois, une musique de Roger Subirana – j’ai fait cette petite vidéo.

La musique, c’est la piste « Tales from the seashore », de l’album « The Dark Symphony ».

Bon visionnage.