Vieux geek, épisode 77 : 1985 à 1990, les premiers MS-Windows…

Si MS-Windows est devenu plus ou moins incontournable à partir de MS-Windows 3.1, le chemin qui y a mené n’a pas été des plus roses. Heureusement pour Microsoft, MS-DOS et les logiciels développés pour lui seront une vache-à-lait bien généreuse…

Après que Microsoft ait pris possession du QDOS (Quick and Dirty OS) développé par Seattle Computer Products pour le renommer MS-DOS 1.0 et le vendre à IBM pour son premier IBM PC en 1981, les interfaces graphiques utilisateurs commencèrent à pointer le bout de leur museau.

Sur QDOS et le premier IBM PC, je vous renvoie à cette vidéo de la série « Dis Tonton Fred ».

Bref, quand en 1983, les premières interfaces graphiques commencent à arriver et Microsoft a la trouille de sa vie. La conséquence sera la sortie en 1985 de MS-Windows 1.0. Il est très limité, car Microsoft est tenu par des accords avec Apple. Pas de fenêtres que l’on peut déplacer, modifier ou encore réduire. Quant au support des souris, le format PS/2 des claviers et des souris devenu un standard par la suite, et qui est la norme pour les logiciels d’émulation, mais c’est une autre histoire. Il faut dire aussi que le PS/2 est sorti à la fin de vie de MS-Windows 1.0x en 1987.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 77 : 1985 à 1990, les premiers MS-Windows… »

Vieux geek, épisode 69 : Teen Agent, un drôle de point’n’click en provenance de Pologne.

Quand je suis arrivé sur PC en vers le milieu de l’année 1995, il y a une chose que j’ai regretté, c’était les jeux d’aventures disponibles en partagiciel ou en gratuiciel sous la forme de point’n’click. J’avais connu des titres comme Starbase 13 (d’une bonne difficulté pour l’époque), et sa suite Epsilon 9.

J’étais à l’époque un grand acheteur de magazines papier qui proposaient souvent des dizaines de partagiciels – plus ou moins pourris – j’étais tombé sur la démo d’un jeu d’aventure développé à l’origine pour l’Amiga, « Teen Agent ».

Il avait été porté pour MS-DOS en rajoutant l’Anglais, la version d’origine n’étant qu’en polonais. Création du défunt studio Metropolis Software House, on incarne dans le jeu un adolescent recruté par des services secrets pour enquêter sur une disparition mystérieuse de lingots d’or.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 69 : Teen Agent, un drôle de point’n’click en provenance de Pologne. »

Vieux geek, épisode 8 : quand les Network Computers étaient l’avenir du PC.

Avec la mode des tablettes tactiles, on parle de nouveau de la fin des PC. En tant que vieux geek, cela m’a parlé. Et m’a fait me souvenir d’une révolution avortée : celle des Network Computer.

Depuis 1981, date du premier PC et 1996, les capacités ont explosées : En l’espace de 15 ans, les processeurs ont vu leur vitesse multipliée par 20 voire 25. La capacité de mémoire vive multipliée par 1000. La capacité de stockage multiplié par 50 à 60. Autant dire qu’aucune industrie n’avait connue une telle croissance. Mais les machines restaient chères. Et en 1996, une toute fraîche nouveauté chamboule tout, c’est l’internet.

Un des grands noms de l’industrie, Oracle s’allie avec IBM, Apple, Sun et quelques autres pour proposer un retour aux sources : un ordinateur le plus simple possible, qui ne fonctionnerait que grâce et au travers du réseau. Et si possible, sans aucune capacité de stockage, en clair, un bête écran avec un clavier et une souris, branché sur un boîtier réduit au strict minimum. Bref, une machine ne fonctionnant qu’en réseau, le Network Computer.

D’ailleurs, en 1995, Larry Ellison, un des porteurs du projet déclare :

A PC is a ridiculous device. What the world really wants is to plug into a wall to get electronic power, and plug in to get data

Ce qu’on peut traduire par :

Un PC est un appareil ridicule. Ce que veut le monde est d’enfoncer une prise dans un mur pour avoir le courant électronique et le brancher pour avoir des données.

Autant dire qu’à l’époque, avec des connexions de tortue rhumatisante à 3 pattes, et d’accès internet payé à la minute, cela ne pouvait être qu’un énorme flop.

Surtout que tous les logiciels étaient stockés à distance, ainsi que les données, dans ce qu’on appelle de nos jours, le cloud. Mais il y a plus de 15 ans, c’était vraiment balbutiant. Et les problèmes dont on parle de nos jours étaient déjà vrai à l’époque, par exemple :

  1. Quel contrôle de mes données à distance ?
  2. Les serveurs seront-ils toujours en fonctionnement dans un, deux ou trois ans ?
  3. Qui me dit que ma connexion n’est pas fliquée, et donc que mes données ne le sont pas ?

Google a essayé de réinventer le Network Computer avec ses Chromebook, sans grand succès. Alors, si on vous dit que les PCs sont en train de mourir, répondez que ce n’est que la énième fois qu’on déclare cela pour des machines nées il y a 30 ans 😉

Dites non aux drogues, sinon, vous finirez comme les codeurs de Microsoft Windows 8…

Avant tout, je tiens à m’excuser d’avoir plagier Linus B. Torvalds dont la phrase originale était :

« In short: just say NO TO DRUGS, and maybe you won’t end up like the Hurd people. » (Linus Torvalds, 2001)

Ce qui donne traduit :

« En résumé: dites NON AUX DROGUES, et peut-être que vous ne finirez pas comme les gens de Hurd. » (Linus Torvalds, 2001)

Le version Release Preview (en gros, une version Release Candidate en langage informatique normal) vient de sortir et est disponible au téléchargement.

En gros, 3,3 GiO pour l’OS nu en version 64 bits, 2,5 GiO pour la version 32 bits. Par « nu », j’entends : pas de trousse bureautique, de logiciel de retouche photo, etc… Cool, non ? 😀

Sinon, l’installateur est le même que dans l’article que j’avais rédigé en février dernier.

Deux points du CLUF sont intéressant, à savoir un vers le milieu de texte (concernant les activités illicites sur la toile, le point 18 étant à se pisser de rire dessus… On ne le dira jamais assez, lisez les CLUFs !

En gros : 5$ maximum en cas d’incidents technique, et encore avec des conditions drastiques pour y avoir droit…

Inutile d’en rajouter, non ? 😉

Continuer la lecture de « Dites non aux drogues, sinon, vous finirez comme les codeurs de Microsoft Windows 8… »

Microsoft Windows 8 Consumer Preview : Un énorme flop à prévoir ? Car un PC n’est pas une tablette…

Dans un ancien article, j’avais parlé de la Developer Preview de Microsoft Windows 8, une alpha en terme informatique réel.

Je finissais l’article avec la dent un peu dure :

En tout cas, c’est plus une interface pour téléphone portable qui n’arrive pas à trouver preneur, et pas une interface pour un ordinateur ou une tablette (gadget hype s’il en est un).

La sortie de la version Consumer Preview étant annoncée, j’en ai profité pour récupérer la version 64 bits en français.

J’en ai profité pour créer une machine virtuelle pour tester l’ensemble…

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32 bs=1G
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 342,49 s, 100 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Windows8-ConsumerPreview-64bit-French.iso -no-frame -boot order=cd &

L’installateur est classique. C’est celui qui a fait ses preuves depuis le détesté MS-Windows Vista. Quoique l’écran de démarrage est assez « étrange », et on peut se demander ce que les codeurs ont fumés pour le dessiner.

Continuer la lecture de « Microsoft Windows 8 Consumer Preview : Un énorme flop à prévoir ? Car un PC n’est pas une tablette… »

Y a pas à dire, le matériel IBM, c’est du solide !

Désirant me monter un PC de « sécurité », j’ai récupéré un vieil IBM Aptiva de l’an 2000 (Celeron 600, 512 Mo, 10 Go de disque, graveur de CD) et un de mes vieux PC (acheté dans un hypermarché C*), en l’an 2003.

Croyant que le plus jeune des PCs serait celui qui serait la base, j’ai été surpris de constater le contraire. Mis à part que le disque dur de l’IBM soit mort, j’ai récupéré le disque de 80 Go et la greffe a pris sans problème, la totalité du disque étant reconnu. J’ai aussi récupérer un graveur DVD, acheté il y a environ un an.

Je me tate pour savoir quelle distribution installer, étant donné que je n’ai pas encore de carte réseau ethernet sur ce PC.

Il ne manque sur cette machine :

  • une carte pour des ports USB 2.0
  • une carte pour une connexion ethernet
  • une carte ieee 1394, si c’est possible, histoire de brancher un camescope numérique dont on m’a fait « cadeau » récemment.

Evidemment, ce n’est pas un foudre de guerre, mais c’est déjà pratique pour avoir une machine au cas où ma machine principale serait en rade !