Chose promise, chose due : faut savoir rester humble, les prédictions pour 2017 !

Nous sommes donc le 26 décembre 2016, et pour nombre de personnes c’est synonyme de consommation presque pathologique d’anti-nauséeux et d’antalgique pour calmer un duo mal de crâne et mal de bide niveau XXXL.

Voici donc mes prédictions pour l’année 2017, effectuée en écoutant l’excellent « The Promise » de Caitlin Grey.

Commençons par le sujet qui fâche, les espérances de vie des distributions GNU/Linux d’ici Noël 2017. Je pense que pour 2017, ce sera une année plus que tendue pour ne pas dire fatale pour les distributions suivantes :

  1. La Mageia Linux. Outre le fait que la migration vers Plasma 5.x ait été tendue du slip, le retard de la version 6.0 n’implique rien de bon. Et mes derniers tests ne m’encourage pas à être des plus optimistes.
  2. La OpenMandriva. La soeur ennemi de la Mageia bien que concentrée uniquement sur Plasma souffre de certains bugs comme l’a si bien expliqué Olivyeah sur son blog.
  3. La Trisquel qui prend un temps infini à sortir une version 8.0. Il y a bien eu une alpha non installable courant décembre 2016, mais vouloir à tout prix partir d’une base Ubuntu pour la libérer, c’est comme vouloir greffer une tête de mouton sur un corps de yak… Ça ne tient pas le choc sur le long terme.

J’aurais pu rajouter la Devuan mais je ne veux pas m’acharner sur le fork technico-idéologique de la Debian.

Continuer la lecture de « Chose promise, chose due : faut savoir rester humble, les prédictions pour 2017 ! »

Prédictions 2016 : deuxième bilan :)

Avec quelques heures d’avance sur le premier juin 2016, j’écris ce billet le 31 mai vers 17 h 10, je m’attaque au deuxième bilan d’étape de mes prédictions pour 2016. Je comptais publier le billet un peu plus tard courant juin, mais je me suis décidé à le faire un peu plus tôt que prévu.

Après un premier billet bilan intermédiaire le 9 mars 2016, voici donc le deuxième bilan d’étape.

Dans mon billet de décembre 2015, j’abordais en premier lieu la Devuan, et l’absence d’une première béta. L’attente aura été longue, et la première béta est sortie entre temps, fin avril 2016. Vieux motard que j’aimais 🙂

Sur ce plan, cela confirme ce que je disais, à savoir : « Selon moi, ce sera l’année du quitte ou double pour au moins une distribution : la Devuan. »

Reste à savoir comment l’équipe de la Devuan va arriver à sortir une nouvelle béta et soyons fou une version finale d’ici noël 2016. Si elle n’y arrive pas…

Sur le plan de la téléphonie mobile, je disais : « Le marché des OS pour smartphones l’a montré : il est verrouillé de chez verrouillé. Même Microsoft est un nain sur ce marché. »

L’annonce de l’abandon de la création de smartphone dédiés pour Windows Phone est un autre signe que vouloir s’introduire sur ce marché est pour le moment (et pour longtemps ?) un sacré casse gueule.

Quant à Ubuntu Touch, y a du progrès, mais la route est encore longue… Dixit ce test sur « Les Androides » de début mai 2016.

Continuer la lecture de « Prédictions 2016 : deuxième bilan 🙂 »

Premier bilan pour mes prédictions concernant l’année 2016.

Le 26 décembre 2015, je sortais ma boule de cristal et je donnais mes prédictions pour l’année 2016.

Je concluais l’article ainsi :

Voila, c’est tout pour cet article de prédictions en ce qui concerne 2016. Premier bilan ? En mars 2016, si le blog est encore vivant 🙂

Chose promise, chose due. Commençons par les sujets qui fâchent, donc la Devuan GNU/Linux. J’écrivais en décembre 2015 :

Selon moi, ce sera l’année du quitte ou double pour au moins une distribution : la Devuan. En effet, alors que je rédige cet article, à moins d’une semaine du nouvel an 2016, toujours aucune nouvelle de la version béta de la première Devuan officielle.

Force est de constater que pour le moment, en ce 9 mars 2016, toujours aucune nouvelle de la version béta de la Devuan GNU/Linux 1.0.

Sur le site officiel, on peut lire que la version la plus avancée actuellement disponible est l’alpha 4.

The current release series is ALPHA4 and despite this Devuan is already used with success in production by some of our developers and supporters.

Ce qu’on peut traduire par :

La version actuellement publié est l’alpha 4 et malgré cela, Devuan est déjà utilisée avec succès en production chez certains de nos développeurs et sympathisants.

Continuer la lecture de « Premier bilan pour mes prédictions concernant l’année 2016. »

Le navigateur PaleMoon, fork de Mozilla Firefox 24.x (ou 25 ?), a-t-il encore un intérêt ?

En mai 2015, je parlais du fork de Mozilla Firefox, Palemoon. À l’origine ce fork voulait jouer les optimisations agressives pour faire gagner de la vitesse. Sauf à réécrire complètement Mozilla Firefox en assembleur, gagner de la vitesse ressemblait plus à une gageure qu’autre chose.

Par la suite, la raison d’exister du fork a été de combattre la nouvelle interface, Australis, introduite par Mozilla Firefox 28 (ou 29 ?) si ma mémoire ne me joue pas de tours. Sur le plan technique, comparé à Mozilla Firefox 38.0.x, Palemoon se prenait des belles fessées déculottées au niveau des tests de supports des technologies web, ayant une bonne dizaine de pourcent de retard, en moyenne, sur le duo html5test et Css3test.

En me baladant sur le forum manjaro.fr, j’ai appris que les versions binaires de Palemoon ont été rajoutées aux dépots de la « fille » d’Archlinux.

Pour voir si PaleMoon 26.0.0 avait compensé son retard où si les modifications s’étaient limitées à du « cherry picking » – la cueillette de cerise qui signifie qu’on ne récupère que les modifications intéressantes –  ou si le fork de Gecko nommé Goanna n’est qu’une adaptation du code de Mozilla Firefox 24.x sur lequel les correctifs de sécurité ont été rétroportés avec une ou deux fonctionnalités « uniques » en bonus, j’ai donc récupéré l’exécutable de PaleMoon 26.0.0 en version 64 bits pour Linux.

Pour vérifier une intuition, j’ai aussi récupéré l’ultime version de Mozilla Firefox 24 ESR, à savoir la 24.8.1. Sans oublier le dernier Mozilla Firefox stable au moment où je rédige l’article, à savoir la version 44.0.

J’ai ensuite lancé Kazam pour voir les résultats obtenus, et vérifier l’intuition que j’avais concernant la parenté entre Gecko et Goanna, nom malheureux et sujet à des jeux de mots assez odorants.

Continuer la lecture de « Le navigateur PaleMoon, fork de Mozilla Firefox 24.x (ou 25 ?), a-t-il encore un intérêt ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque semaine, un billet fourre tout. Commençons par l’informatique libre.

Passons à l’informatique non-libre.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui. Bon week-end, en n’oubliant pas que le 24 août 2015, nous fêterons les 20 ans de MS-Windows 4.0… Et oui, je parle de MS-Windows 95 🙂

PaleMoon, le fork de Mozilla Firefox, est-il à la hauteur de son parent « connu » ?

Suite aux derniers scandales sur Mozilla Firefox, certains zélotes – à côté de qui Richard Matthew Stallman serait un affreux promoteur du logiciel non libre – après avoir préparé le bûcher sacrificiel font la promotion d’une version dérivée du nom de PaleMoon, en parallèle GNU IceCat ou Debian IceWeasel.

Je concède que la politique de Mozilla Firefox est sujette à caution, mais il faut noter que certaines personnes tombent facilement dans le triptyque « On lèche, on lâche, on lynche » profitant d’une amnésie bien opportune.

À l’origine ce fork se résumait à une recompilation du code source de Mozilla Firefox avec des options d’optimisation agressives (j’ai toujours été dubitatif sur l’apport réel en vitesse). Palemoon est désormais plus développé : outre le fait qu’il exclut l’interface Australis (introduite pour Mozilla Firefox 29), il choisit le code à intégrer, dixit la page d’information dédiée du site :

Pale Moon will be released independent of Mozilla Firefox, as it uses a different source code and release plan, and is not affiliated with or subject to either code releases or publication plans of the Mozilla Corporation; the Mozilla rapid release schedule is not followed. Pale Moon is an independently developed product based on Firefox, but will most certainly not follow Firefox to the letter.

Ce qu’on peut traduire par :

Pale Moon sera publié indépendamment de Mozilla Firefox, car il utilise un code source et un suivi de publications différents, et n’est ni affilié ni soumise aux publications et au code source de la Mozilla Corporation ; le calendrier de publication rapide de Mozilla ne sera pas suivi. Pale Moon est un produit développé indépendamment basée sur Firefox, mais ne suivant absolument pas Firefox à la lettre.

J’ai donc voulu compiler le dernier code source disponible en ce 27 mai 2015, la version 25.4.1, version rendue disponible le 10 mai 2015.

Pour compiler cette version de Palemoon, j’ai simplement suivi, dans un premier temps, les instructions de compilation en prenant les conseils du wiki de Mozilla pour mon ArchLinux.

De plus, j’ai pu apprendre via cette page quel était le fichier .mozconfig à utiliser.

Continuer la lecture de « PaleMoon, le fork de Mozilla Firefox, est-il à la hauteur de son parent « connu » ? »

En vrac’ rapide et libre avant le week-end.

Un fourre-tout avant de passer un week-end assez studieux, car je serai plongé dans l’écriture et la relecture jusqu’au cou !

Bon week-end !

Avis de tempête pour le navigateur Mozilla Firefox.

C’est ce que l’on pourrait dire au vu des dernières nouvelles. Entre l’annonce du changement de moteur de navigateur pour certaines régions du monde (Yahoo aux USA, Yandex en Russie et Baidu en Chine) pour ne plus dépendre d’un seul gros financement, l’arrivée d’une autre source de financement de Mozilla Firefox fait couler de l’encre électronique : les tuiles sponsorisées.

Les tuiles sponsorisées, c’est quoi ? Quand on ouvre un nouvel onglet dans Mozilla Firefox, il y a une pages qui propose l’affichage de l’historique avec des aperçus des sites visités sous formes de tuiles. Les tuiles « sponsorisées » étant le fruit des données télémétriques qu’on peut désactiver en quelques clics : Préférences / avancées / réseau / télémétrie.

Ce que c’est planqué 😀

Mozilla propose d’afficher du contenu sponsorisé et marqué comme tel. Cela pourrait-être considéré comme une volonté d’agresser l’utilisateur et mettre de la publicité en douce. Il y a cependant deux bémols à émettre.

Le premier ? Cela ne concerne que les installations fraîches. Les personnes qui migrent leurs profils et ayant déjà un certain historique ne verront pas les dites tuiles… À moins que cela change d’ici quelques jours, semaines ou mois ? Seul l’avenir nous le dira !

Deuxième bémol : on peut facilement court-circuiter le dit affichage. Il y a un bouton en haut à droite de la page « nouvel onglet » permettant de configurer l’affichage entre le mode « enhanced » (amélioré), le mode « classic » et le mode « blank » (vide).

Continuer la lecture de « Avis de tempête pour le navigateur Mozilla Firefox. »

Mozilla Firefox GTK3 : un nouveau point.

Fin avril 2014, je faisais un premier billet sur le point concernant le port de Mozilla Firefox vers GTK3.

Un peu plus de quatre mois après le premier billet, j’ai voulu voir où en était le port. En regardant le rapport de bug concernant la migration du code de GTK2 vers GTK3, à savoir le bug 627699.

Le travail a bien avancé, et il reste une douzaine de bugs ouverts au 6 septembre 2014. Progrès notable, Flash (et les greffons utilisant GTK2) sont supportés. Le bug 624422 concernant ce problème a été clos. Même s’il reste un dernier petit bug en cours de correction au moment où j’écris cet article, le bug 1051209.

Continuer la lecture de « Mozilla Firefox GTK3 : un nouveau point. »

Un aperçu de Mozilla Firefox 33, 34 et 35 ?

Alors que Mozilla Firefox 32 vient de sortir, les versions bétas, aurora et nightlies ont pris du galon, passant respectivement en version 33, 34 et 35.

Outre le fait que l’arrivée des tuiles sponsorisées a fait coulé pas mal d’encre électronique, l’article de NextInpact étant un des moins racoleurs que j’ai pu lire et non, je ne donnerai pas le nom du site que je considère comme étant le champion dans ce domaine, j’ai eu envie de vous montrer en vidéo les changements visuels que l’internaute utilisant Mozilla Firefox pourra constater dans les mois à venir.

En effet, en suivant le cycle de 6 semaines, on peut estimer que Mozilla Firefox 33 sortira vers le 14 octobre 2014, Mozilla Firefox 34 vers le 25 novembre 2014, et Mozilla Firefox 35 vers le 6 janvier 2015.

Suivez le guide et vous verrez ce que vous réserve Mozilla Firefox dans les mois à venir.

J’ai essayé d’être aussi complet que possible sur des changements auquel je ne fais vraiment plus attention. Pour tout dire, je n’ai jamais utilisé chez moi de versions stables de Mozilla Firefox et ce depuis qu’il s’appelait Phoenix 0.1, en septembre 2002… 12 ans déjà !

L’affaire de l’EME, symptome d’une crise de croissance de la communauté du logiciel libre ?

L’EME, technologie introduite par les dinosaures de l’édition vidéo et audio dans les protocoles ouverts du W3C et qui est encore à l’état de brouillon en ce mois de juin 2014. Aucun code n’a été fusionné au 4 juin 2014, date d’écriture de ce billet, dans Mozilla Firefox. Si vous êtes intéressé par le degré d’ajout du code de cette technologie dans Mozilla Firefox, voici le bug en question, le 1015800.

Après que pas mal d’encre électronique ait coulée, j’ai eu envie de prendre un peu de hauteur et j’ai fini par comprendre que cette histoire est un symptome d’une crise de croissance de la communauté du logiciel libre.

Crise liée à sa lente démocratisation. Depuis une grosse dizaine d’années, on se moque des 1% de la part d’utilisateurs d’OS libres, que ce soit des distributions GNU/Linux ou encore les divers BSD libres.

Cependant, c’est oublier que ce pourcent est celui d’une population en croissance constante. Pour mémoire, entre 2001 et 2012, la population d’internautes en France est passée de 11,9 à 40 millions de personnes.

Donc, en gros, un doublement des utilisateurs. On peut penser – sans commettre trop d’erreurs – que ce doublement de la population d’internautes a du être la même au niveau mondial. Et comme on mesure le nombre d’utilisateurs de logiciels libres grace à l’internet…

Donc, même si certains commentateurs ont eu tendance à se moquer du libre – au niveau de ses utilisateurs finaux – leur nombre a explosé.

Ce qui pose la question : comment conserver et faire fructifier ce nombre d’utilisateurs dans le temps. Cyrille Borne a déclaré dans un article qu’un utilisateur de logiciel libre devait faire preuve d’un minimum de masochisme.

Continuer la lecture de « L’affaire de l’EME, symptome d’une crise de croissance de la communauté du logiciel libre ? »

Mozilla et moi : la fin d’une histoire d’amour de 14 années.

Note : commentaires clos car atteinte du point Godwin.

En, ce 21 mai 2014, j’ai fait quelque chose que je considérais comme encore impensable il y a encore quelques jours. J’ai désinstallé le Mozilla Firefox de développement que j’utilisais, archivé le code source, enlevé les dépendances nécessaires à la compilation du navigateur de la Mozilla Foundation.

En lisant mon blog, vous savez que je suis pourtant un grand fan de longue date de Mozilla et des projets qu’elle soutient. Mais j’en suis arrivé au constat que la seule solution viable à terme est de passer désormais à Chromium. Seul logiciel de la Mozilla Foundation qui reste sur mon disque dur ? Mozilla Thunderbird.

Oui, cela m’arrache le palais de le dire, mais il faut être réaliste.

Chromium est en train de gagner la troisième guerre des navigateurs. La première a vu en 2000 la mise à mort de Netscape Communicator par Internet Explorer, la deuxième a vu l’arrivée de Mozilla Firefox qui a ébranlé l’ancien despote et aidé à l’arrivée de Google sur le marché des navigateurs internet.

Dans un article assez documenté, Antistress met le doigt sur le nœud du problème, sans aborder un point précis : comment le monde du libre a joué contre un des propres champions.

Sur ce point précis, je vous renvoie à cet article. Qui exprime mon point de vue, et qui pointe vers la schizophrénie comportementale d’une partie de la communauté du libre.

Continuer la lecture de « Mozilla et moi : la fin d’une histoire d’amour de 14 années. »

Mozilla Firefox en GTK3 : on en est où ?

GTK3 est sorti en septembre 2010, en même temps que le premier Gnome 3.0 et son déjà détesté Gnome Shell. Les logiciels développés avec GTK2 sont depuis lentement transféré vers la nouvelle génération, au fur et à mesure que GTK3 se stabilise.

Dans les gros morceaux, il y a des monstres comme Mozilla Firefox qui tourne encore avec GTK2. Porter un logiciel aussi gros n’est pas une mince affaire.

Pour mémoire, le port vers GTK2 du navigateur de la Fondation Mozilla a été assez longue. Commencé en juillet 2001, on trouvait encore des versions GTK1 et GTK2 pour l’avant-dernière version de la Suite Mozilla, la 1.7.12 en 2005. Il faut se souvenir que GTK 2.0.0 est sorti en… mars 2002. Donc le port avait été entamé avec les dernières versions de développement de GTK 2.0.0.

Donc on peut estimer que le premier navigateur de la Fondation Mozilla à supporter GTK2 en direct, cela doit remonter à Mozilla Firefox 1.5, sorti le 29 novembre 2005. Donc 4 ans pour porter tout le code.

La question est : où en est le port GTK3 pour Mozilla Firefox ? Une page de wiki y est dédiée, ainsi qu’un rapport de bug.

Le port est bien avancé, surtout que le travail est commencé depuis environ 3 ans !

Parmi les grosses limitations, il y a le non support des greffons demandant gtk2 (comme Adobe Flash).

Il faut se souvenir que le navigateur officiel de Gnome, Epiphany alias Web n’a supporté les greffons comme Adobe Flash que depuis sa version 3.8 en mars 2013 !

Continuer la lecture de « Mozilla Firefox en GTK3 : on en est où ? »

En vrac’ rapide et libre.

Petit en vrac’ pour me consacrer à un billet plus long qui vaudra son pesant d’arachide 🙂

Bon mardi !

Où en est Australis, l’interface nouvelle génération de Mozilla Firefox ?

En juin 2013, j’avais fait un premier article sur Australis, l’interface nouvelle génération de Mozilla Firefox. Celle qui devait pointer le bout de son museau avec Mozilla Firefox 25 (qui sort le 29 octobre prochain) et qui n’est toujours pas disponible sur les versions de développements, actuellement en 27.0a1

Pour voir où en est la nouvelle génération d’interface, j’aurais pu prendre une version précompilée disponible dans le répertoire ftp://ftp.mozilla.org/pub/firefox/nightly/latest-ux/

Mais, en bon compilateur fou – qui n’aime pourtant pas la Gentoo Linux, comme quoi – j’ai préféré avoir une version compilée sur mon ordinateur.

Comme pour l’article du mois de juin, j’ai suivi la documentation et récupéré le code source via mercurial.

Le .mozconfig que j’ai utilisé est le suivant :


# Pour Archlinux et les distributions proposant python 3
export AUTOCONF=autoconf-2.13
export PYTHON=python2


mk_add_options MOZ_OBJDIR=@TOPSRCDIR@/../objdir-fx
mk_add_options MOZ_MAKE_FLAGS=-j4
mk_add_options AUTOCLOBBER=1


ac_add_options --enable-application=browser
ac_add_options --enable-optimize
ac_add_options --disable-debug
ac_add_options --disable-tests
ac_add_options --disable-debug-symbols
ac_add_options --disable-crashreporter
ac_add_options --with-ccache
ac_add_options --disable-installer
ac_add_options --disable-warnings-as-errors

Le tout suivi d’un make -f client.mk build et d’une bonne heure et quart d’attente. Compilation terminée, j’ai empaqueté l’ensemble via :

cd ../objdir-fx
make package

On peut récupérer un Mozilla Firefox avec l’interface nouvelle génération. Et la voir en action. Le fond sonore est tiré du deuxième album de Garmish « Fishes ». Je n’ai pas rajouter de commentaires, la vidéo étant « parlante » par elle-même.

J’avoue que j’ai été surpris par certaines avancées du menu à la Chrome, surtout le côté « défilement » pour afficher les informations. L’ensemble est encore en travaux. Je ne me lancerais dans aucune prédiction, mais je pense qu’avoir avant 6 mois la nouvelle interface, c’est rester optimiste. A vous de voir 🙂