En vrac’ mercurien.

Un rapide en vrac’ mixte. Ça faisait longtemps que je n’en avais pas fait un !

Commençons par le monde qui pense que se disperser peut aider à faire avancer sa cause… J’ai nommé le monde du logiciel libre.

Côté musique ?

  • Trouvé via le réseau préféré du clash instantané, je demande les Bulgares de Metalwings qui proposent du métal symphonique et gothique avec des influences celtiques.
  • Pour les amoureuses et amoureux de la folk anglaise, Josienne Clarke et Ben Walker ont annoncé la disponibilité en précommande de leur prochain opus, qui sortira le 14 octobre 2016. Il s’appelle « Overnight ».
  • Opeth a annoncé la sortie de son prochain opus sans le moindre chant guttural (comme depuis 2011 et l’album « Heritage »). Il s’appelle « Sorceress » et sort le 30 septembre 2016.

Pourquoi ma carte bleue est en train de me grogner dessus en me montrant les dents… Hein, pourquoi ? 🙂

Voila, c’est tout pour aujourd’hui et bonne journée.

MicroLinux Enterprise Distribution, le retour.

En mars 2014, j’avais fait un premier article sur la MLED. Près de 10 mois sont passés, et après avoir reçu un courriel de son créateur avec qui j’étais resté en contact, j’ai pu apprendre qu’une nouvelle version était disponible. Je concluais le précédent article ainsi :

[…]Il est vrai que certains logiciels ne sont pas complètement à jour, mais il ne faut pas oublier qu’il n’y a qu’une personne derrière le projet MLED. Quelques questions s’imposent : pourquoi un thème d’icone Faenza ? Pourquoi tant de haine ? Pourquoi Apache OpenOffice ?

Si vous aimez la Slackware Linux, la MLED pourra sûrement vous interpeller. En tout cas, ça change des trillions de dérivées d’Ubuntu ou de Debian GNU/Linux.

J’ai donc voulu faire le point sur cette méta-distribution basée sur la Slackware Linux 14.1. Cette fois, j’ai suivi le guide (qui s’est simplifié au passage), pour installer la nouvelle génération de la MLED.

J’ai donc récupéré l’ISO de la Slackware 14.1 en 64 bits et j’ai suivi le guide pour installer la MLED dans une machine virtuelle VirtualBox.

J’ai donc lancé l’ISO de la Slackware, et j’ai créé le partitionnement suivant dans cfdisk pour la MLED, sachant que j’utilise un disque virtuel de 128G :

  • /dev/sda1 ; 20 Go en ext4 pour la partition /
  • /dev/sda2 ; 2 Go en swap
  • /dev/sda3 ; le reste, en ext4 pour la partition /home

Continuer la lecture de « MicroLinux Enterprise Distribution, le retour. »

Microlinux Enterprise Desktop : une méta-distribution slackwarisée.

Pour introduire cet article, je vais paraphraser Usul Master dans sa série de vidéos hautement recommandée et caustique, 36 15 Usul.

Dans le petit monde des distributions GNU/Linux, il y a deux catégories. Les distributions classiques, et les méta-distributions.

Les distributions « classiques » proposent un ensemble de logiciels sous formes de paquets binaires, ou de recettes de code source à faire recompiler à partir d’une base donnée.

Je mettrais dans cette catégorie : Debian GNU/Linux, Ubuntu (et sa descendance pléthorique), Red Hat Linux, OpenSuSE, Mageia, OpenMandriva (ou ce qu’il en reste), ArchLinux (et ses dérivées), Frugalware Linux, Slackware Linux, en gros 90 à 95% des distributions existantes. Je rajouterais dans cette catégorie aussi les cousines Gentoo Linux et Funtoo Linux.

Les méta-distributions ne sont pas disponibles à proprement parler directement en version installable et utilisable en un claquement de doigt. Dans ce cadre, on peut citer les livres Linux From Scratch et Beyond Linux From Scratch pour installer à partir de zéro une base, puis les outils complémentaires d’une distribution.

Dans les méta-distributions moins « puristes », il y a la Microlinux Enterprise Desktop ou MLED. Développée par Nicolas Kovacs, un développeur autrichien vivant en France depuis le début des années 1990, elle prend comme base la Slackware Linux, et propose un environnement personnalisé basé sur Xfce. Distrowatch en avait parlé en décembre 2013. J’ai pris un peu de temps pour en parler 🙂

Par défaut en multilib (en gros, vous avec un support natif des applications 32 bits dans un environnement en 64 bits), elle s’adresse à un public ayant déjà un bon niveau dans le domaine des linuxeries. Autant dire que quand j’en ai entendu parler, je me suis dit : « Tiens, un truc qui va surement m’intéresser ». Même si j’ai mis plusieurs mois pour m’y pencher.

Continuer la lecture de « Microlinux Enterprise Desktop : une méta-distribution slackwarisée. »