Thierry Eliez Trio en concert : Ou comment s’initier au jazz progressif.

J’apprécie de vivre dans une petite ville parfois. C’est vrai que côté événement musicaux, ce n’est pas la joie. Cependant, on peut tomber sur des bonnes surprises, comme le Thierry Eliez Trio qui propose du jazz progressif.

Donc le 16 octobre 2015, je suis allé voir le concert du trio dont deux des membres sont originaires – Thierry Eliez et son frère Philippe – du Bassin d’Arcachon. Autant dire qu’en jouant à Biganos, il était en terrain conquis.

Le concert a été l’occasion pour moi de m’initier au jazz progressif. La prestation qui a duré une petite heure et demie a été l’occasion d’entendre des versions allongés de certains titres des albums studio du trio.

Le concert a débuté avec le titre « A new time for music », puis a été suivi du titre « Night Fears » tirés de l’album du même nom sorti en 2013. Entre les deux premières chansons, Thierry Eliez a évoqué Biganos et son aspect odorifère spécifique qui l’ont marqué étant jeune. Si vous ne comprenez pas pourquoi, chercher « cellulose du pin », vous comprendrez.

Je parlais un peu avant de versions allongées, et ce fut le cas pour le titre « The gifted boy with a twisted mind » qui est passé des presque 3 minutes à près d’une dizaine en live. D’ailleurs, alors qu’il poussait une petite hurlante en fin de titre, Thierry Eliez a fait un peu d’humour, en disant qu’il était atteint d’une « Johnnyte »… 😀

Continuer la lecture de « Thierry Eliez Trio en concert : Ou comment s’initier au jazz progressif. »

« Carrots and candle » : quand Ysma joue acoustique… Et gagne ;)

Il y a des groupes et artistes que l’on découvre vraiment avec leur performance Unplugged. L’un des noms le plus célèbre qui viennent à l’esprit, c’est Nirvana et son concert sur MTV Unplugged.

D’autres groupes et artistes l’ont fait. Dans le domaine des artistes que j’ai pu découvrir cette année, le groupe de rock progressif allemand Ysma s’y est frotté. J’ai parlé de leur premier album en août, quelques mois après sa sortie en avril 2013. Les deux albums sont publié en CC-BY-NC-ND.

Dans un album intitulé « Carrots and Candle », le groupe s’essaye donc au difficile exercice du concert acoustique.

C’est un concert qui reprend 7 des 12 titres de l’album studio. Enregistré dans la salle du Peperoni à Münster en public le 26 octobre 2013, il permet de redécouvrir les pistes proposées dans « Vagrant ». Le concert dure une quarantaine de minutes.

Continuer la lecture de « « Carrots and candle » : quand Ysma joue acoustique… Et gagne 😉 »

Ah, enfin de la bonne musique :)

Alors que le groupe Dead Can Dance nous prépare un nouvel album pour le courant de l’année (le dernier étant « Spirit Chaser » et datant de 1996), le site officiel propose pour faire patienter les fans du groupe un EP s’intitulant « Live Happenings – Part II » qui contient 4 titres enregistrés en concert durant la tournée de 2005.

L’EP en question contient les titres :

  1. The Love That Cannot Be
  2. The Lotus Eaters
  3. Crescent
  4. Minus Sanctus

En faisant quelques recherches, je suis tombé sur cet article qui permet de récupérer le premier EP, « Live Happenings – Part 1 » qui contient :

  1. Nierika
  2. Babylon
  3. Compassion
  4. The Ubiquitous Mister Lovegrove

Allez, pour se faire plaisir, « The Lotus Eaters » sorti en 1998, lors du travail sur un album qui devait succéder à « Spiritchaser » et qui n’est jamais sorti 🙁

Y a pas à dire, ça change de la vierge folle effarouchée ou de l’officier radié 🙂

GhostBSD 2.5rc1 : un concurrent « dangereux » pour PC-BSD ?

J’ai déjà parlé plusieurs fois de GhostBSD, la dernière fois en mars dernier. La sortie de la première RC de la version 2.5 de ce dérivé de FreeBSD, basé sur l’avant-dernière version de développement de FreeBSD 9, proposant Gnome 2.32 m’a donné envie de voir les progrès effectués.

Il est proposé en version « live » installable, que l’on peut graver sur un CD-RW ou sur une clé USB. Dommage que GhostBSD 2.5rc1 ne soit pas basé sur une version plus récente 🙁

J’ai donc récupéré l’ISO, et j’ai créé un disque virtuel d’une taille fixe de 32 GiO. Puis, j’ai lancé qemu-kvm 1.0 (ben oui, qemu est disponible depuis peu en version 1.0).


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32 bs=1G
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 306,18 s, 112 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm -hda disk.img -cdrom GhostBSD-2.5-RC1-amd64.iso -boot order=cd &

Continuer la lecture de « GhostBSD 2.5rc1 : un concurrent « dangereux » pour PC-BSD ? »

GhostBSD : un « moyen » d’attendre Gnome avec PC-BSD 9.0 ?

GhostBSD, c’est un mélange de FreeBSD avec Gnome, en version « live CD ». Actuellement basé sur FreeBSD 8.2, il existe en version 32 et 64 bits. J’ai récupéré l’image ISO 64 bits. Pour des raisons pratiques, durée d’installation extrèmement longue dans une machine qemu-kvm, j’ai du utilisé VirtualBox 4.0.4.

Petite parenthèse : PC-BSD 9.0 (qui se basera sur FreeBSD 9.0, proposera en natif Gnome en plus de KDE SC, cf le wiki de PCBSD concernant sa version 9). Fermons la parenthèse ouverte 😉

J’avais déjà parler de la béta de GhostBSD 2.0 en janvier dernier.

Après un démarrage assez rapide, on arrive sur un Gnome 2.32 ayant des arrière-gouts de ce que propose OpenSuSE coté teinte générale.

L’OS est en anglais. Après avoir configuré le clavier pour l’avoir en français, j’ai double cliqué sur l’icone GBI sur le bureau qui lance un outil en python plus que rudimentaire pour l’installation.

Si vous aimez les installateurs « cliquodromesque », fuyez. A partir de questions : quel disque utilisé, quelle taille utiliser, installer ou pas le chargeur de démarrage BSD, le mot de passe utilisateur – affiché en clair – le nom du compte utilisateur, le shell à utiliser, un fichier de configuration est utilisé.

GhostBSD 2.0 : installation

Continuer la lecture de « GhostBSD : un « moyen » d’attendre Gnome avec PC-BSD 9.0 ? »

GhostBSD 2 beta : y a pas que des distributions GNU/inux en LiveCD.

En lisant sur Distrowatch l’arrivée d’une version beta de GhostBSD 2, j’ai voulu jeter un oeil. Pour une fois qu’un système en « liveCD » n’était pas une énième déclinisation d’une distribution qui signifie « je ne sais pas configurer debian » en vieux sud-africain, j’ai sauté sur l’occasion. J’ai donc fait chauffé mon wget et j’ai récupéré l’image ISO qui est pour le moment uniquement en 64 bits.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://mesh.dl.sourceforge.net/project/ghostbsdproject/GhostBSD/GhostBSD-2.0-x64-beta.iso
–2011-01-21 20:37:28– http://mesh.dl.sourceforge.net/project/ghostbsdproject/GhostBSD/GhostBSD-2.0-x64-beta.iso
Résolution de mesh.dl.sourceforge.net… 213.203.218.122
Connexion vers mesh.dl.sourceforge.net|213.203.218.122|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 676595712 (645M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «GhostBSD-2.0-x64-beta.iso»

100%[======================================>] 676 595 712 2,33M/s ds 4m 44s

2011-01-21 20:42:13 (2,27 MB/s) – «GhostBSD-2.0-x64-beta.iso» sauvegardé [676595712/676595712]

J’ai ensuite lancé la machine virtuelle habituelle (1,5 GiO de mémoire vive, le disque dur employé étant virtuel étant celui d’un ancien test).


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom GhostBSD-2.0-x64-beta.iso -boot d &

Continuer la lecture de « GhostBSD 2 beta : y a pas que des distributions GNU/inux en LiveCD. »

Quand la voix de Lisa Gerrard arrache des larmes…

Pour commencer de manière « douce » ce dimanche, voici un de mes morceaux préférés de Lisa Gerrard en solo (bien qu’il n’y ait pas grand chose à rejeter de cette artiste dans sa discographie).

Une version « live » du titre « Sanvean » avec le groupe « Dead Can Dance » sur la vidéo du concert « Toward The Within ».

Titre qui a fait partie de son premier album solo, « The mirror Pool ».

Non, faut vraiment que j’arrête :D

Faisant mes courses ce matin à l’hypermarché de Biganos, j’ai vu au rayon musique des albums en solde… Et pour 11 €, j’ai pu avoir deux albums, dont un que j’ai acheté par pure curiosité 😉

Le premier : c’est l’album des « inédits » de Jeff Buckley, artiste disparu en pleine gloire. Dans cet album, on a droit à ses grands titres, souvent dans des versions alternatives et néanmoins intéressantes 😉

J’ai bien aimé la version limite « hard-rock » de « Eternal Life ». J’ai aussi découvert des bijoux de cet artiste. La version alternative de « Dream Brother » vaut largement celle de l’album « Grace ».

La version acoustique de « So Real » vous fait passer des frissons. Et la version « Live at Sin-E » donne envie d’acheter l’album live en question.

Le morceau le plus inattendu, c’est de l’entendre chanter en français, dans le titre « Je n’en connais pas la fin ».

Le deuxième album, c’est le seul album live de la formation historique de Genesis, simplement intitulé « Live ».

Thierry, peintre et grand fan de musique devant l’éternel (il m’a fait découvrir les Pink Floyd, Deep Purple ou encore Barclay James Harvest) est un fan de Genesis.

Désirant découvrir la période « Peter Gabriel » du groupe, j’ai sauté sur l’occasion quand j’ai vu l’album à petit prix.

Bon, c’est du rock progressif. Soit on aime, soit on déteste. Mais ayant commencé avec BJH et le trio d’album progressif (« The Dark Side Of The Moon », « Wish You Were Here » et « Animals ») des Pink Floyd, j’ai tout de suite accroché à ce live. Même s’il est un peu difficile d’accès au début 😉

C’est un vrai festival pour les oreilles. Près de 47 minutes qui passent très rapidement… Du rock progressif pur sucre, surtout avec les sublimes « Get’em out by friday », « Musical Box » ou encore « The Knife ».

Autant dire que si vous êtes fachés avec le rock progressif, cet album ne changera rien 🙂

Non, faut vraiment que j’arrête d’acheter de la musique à aussi grande vitesse… Je vais me ruiner à ce rythme là 😀

L’ultime compilation live des NiN ?

Même si Trent Reznor a annoncé la « fin » de Nine Inch Nails en 2009, les fans font preuve d’une créativité sans commun pour rendre hommage à ce groupe mythique.

Un exemple récent est une compilation des morceaux en live de NiN pour la tournée de 2009, qui s’appelle « nine inch nails banged and blown through (live 2009) »

Couverture de la compilation  "Banged and Blown through"

Composée de 90 titres pour une compilation d’environ 6 CDs (!!!), elle couvre l’ensemble des concerts de l’ultime tournée. Je n’ai pas encore écouté l’ensemble, mais je pense qu’il va y avoir de la gravure de CD très bientôt 😉

« The Downward Spiral : Live » : ça dépote ;)

J’ai parlé dans un précédent billet du projet « The Downward Spiral : Live« . Allant sur le site « This One Is On Us« , j’ai eu l’agréable surprise de tomber sur un billet daté du 22 octobre annonçant la disponibilité – via le site mininova (tipiak ?) – du DVD.

Continuer la lecture de « « The Downward Spiral : Live » : ça dépote 😉 »

« The Downward Spiral:Live » : un projet à suivre.

Alors que le projet de « This One Is On Us » commence à ressembler à « Duke Nukem For Ever« , un projet a été lancé par un fan pour reproduire l’ensemble de l’album « The Downward Spiral » avec des versions en concert.

Sur les 14 pistes de l’album, au moment où j’écris, seul trois pistes ont été effectuées : Mr Self Destruct, Heresy et Reptile.

Si j’ai des doutes sur certaines pistes – comme « Big man with a gun », j’attends avec impatience les prestations choisis pour « March of The Pigs », « Closer » ou encore « Hurt » 😉

Bref, un projet à suivre, surtout qu’un DVD est prévu une fois les prestations récoltées 😉