Confession d’un amateur de musique, épisode 9 : ma découverte du heavy-metal classique avec le Sabbat Noir…

Nouvel épisode ou nouvelle confession ? Les deux à la fois ! Pour ce nouvel épisode, je vais retourner à la grande époque du heavy metal, les années 1970. Même si les Beatles ont été des précurseurs avec « Helter Skelter » tiré de leur album blanc, pour moi, les fondateurs du heavy metal, c’est le trio Black Sabbath, Led Zeppelin et Deep Purple.

J’avoue ma préférence pour le groupe fondé par Ozzy Osbourne, Toni Iommi, Geezer Butler et Bill Ward. Je tiens à préciser que je n’ai pas découvert le groupe avec l’album éponyme, mais avec le jouissif « War Pigs ».

J’ai par la suite découvert la discographie du groupe, même si les deux derniers albums de la première période Ozzy Osbourne peuvent être ignorés sans mal.

Continuer la lecture de « Confession d’un amateur de musique, épisode 9 : ma découverte du heavy-metal classique avec le Sabbat Noir… »

En vrac’ rapide et mercurien.

Un rapide en vrac’ mixte.

Quelques liens plus ou moins lié au grand nain ternet :

Côté musique ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui et bonne journée.

De la sodomie de portefeuille comme sport préféré dans l’industrie musicale.

Oui, j’ai employé un terme volontairement grossier dans le titre de cet article, mais j’avoue que je commence à en avoir ma claque de voir des groupes et des éditeurs qui considèrent que les amoureux et amoureuses de musique ne sont que des portefeuilles sur jambes.

J’aurai pu employer le terme de siphonnage, mais c’est encore trop peu puissant pour exprimer la volonté de se faire du fric sans la moindre mauvaise conscience. Dans cette catégorie de productions uniquement faite pour amorcer et alimenter la pompe à fric, je pourrai prendre sans aucun problème la sortie des versions remastérisées des albums de Led Zeppelin par Jimmy Page en 2014.

Je pensais que les groupes et artistes sur Bandcamp avait compris la leçon et ne proposaient pas des produits peu fournis (du genre 2 ou 3 pistes de 3 à 4 minutes pièces) au dela de 5 € en numérique et 6 € en version physique.

Je me trompais lourdement. Alors que je fouillais la section metal de Bandcamp pour trouver des nouveautés, je suis tombé sur une page qui m’a fait sentir des drôles de sensations pas franchement agréables au niveau de l’arrière-train, avec le minuscule EP des « The Negation ».

Note du 28 juillet 2015 : la page en question a été modifiée, ne proposant plus que le CD pour 12€. Ce qui est plus raisonnable, même si une écoute préalable des pistes semble indisponible. Cf le commentaire du groupe sur cet article qui plaide l’erreur de conception dans la page bandcamp en question.

Continuer la lecture de « De la sodomie de portefeuille comme sport préféré dans l’industrie musicale. »

Versions remastérisées deluxe des albums de Led Zeppelin : le foutage de gueule XXXL continue.

Dans un article du 17 juillet 2014, je parlais du foutage de gueule et soyons clair la sodomie financière que sont les nouvelles versions deluxe des albums de Led Zeppelin.

Vous en voulez une nouvelle dose ? Je demande les versions deluxe des albums Led Zepellin IV alias Zoso et Houses of the Holy. Elles sortiront le 28 octobre 2014.

Les bonus sont tellement inintéressants qu’on se demande si on prends les amoureux de musiques pour des débiles profonds.

Contrairement au premier album qui bénéficie d’un bonus intéressant (Un concert de 1969 à l’Olympia), les albums suivants ne propose que des versions remixées ou alternatives d’un intérêt proche de moins l’infini.

Si on regarde la fiche de l’album « Houses of the Holy », les bonus sont des versions différentes de l’album d’origine, modulo l’absence du morceau reggae D’yer Mak’er. Aucun titre inédit ou soyons fou, une prestation live.

Pour l’album Led Zeppelin IV ? Pas de listing des CDs, mais juste une indication sur la fiche qui ne laisse aucun doute : « Version 2CD Deluxe reproduisant la pochette originale et le nouvel artwork en « négatif » pour les contenus « compagnons ». L’album original est nouvellement remasterisé. Le second CD audio (disque « compagnon ») propose des prises alternatives studio jamais publiées. Livret de 16 pages. »

Chaque album pour la somme modique de 16,99€ pièce. Un bon conseil, allez sur Price Minister ou profitez des promotions que fait parfois la Fnac dans ses rayons pour avoir l’album à petit prix. Inutile de vous ruiner pour de telles produits !

Je dis cela, mais c’est vous qui décidez. Mais la sodomie de portefeuille pour des versions deluxes dont les bonus sont sans aucun intérêt, j’ai donné merci !

Les 3 premiers albums de Led Zeppelin remastérisés, deux tiers de foutage de gueule ?

Le 3 juin dernier, les trois premiers album de Led Zeppelin en version deluxe remastérisés sont sortis. Dans un article des Inrocks daté de mars 2014, on peut avoir la liste des bonus. L’expression de foutage de gueule pour les albums Led Zeppelin II et III peut s’appliquer.

Quel intérêt d’avoir des « roughs mix » en clair des maquettes retravaillées par la suite pour donner les versions finales comme pour le CD bonus de « Led Zeppelin II » ?

Les bonus du troisième album ne sont pas mieux lotis. Mis à part deux inédits et un blues, on voit que c’est le remplissage qui a été la règle.

Le seul album vraiment intéressant au niveau du CD bonus, c’est le premier, avec un concert du groupe à l’Olympia en 1969 où certains titres du premier albums sont repris et améliorés en live.

En clair, si vous n’avez pas les trois premiers albums du groupe anglais, vous pouvez acheter ceux-ci, même si les CDs bonus resteront dans le coffret.

L’offre est à mon avis, un foutage de gueule bien costaud et fait uniquement pour prolonger les droits d’auteurs. Comme avait dit Frank Zappa sur le titre d’un des ses albums qui pastichait « Sgt Peppers » des Beatles : « We’re Only in It for the Money », ce qu’on peut traduire par un : « Nous sommes seulement là pour l’argent ». C’est bien le cas de cette réédition.

Oui, je suis un « tipiak », et pourtant j’achète de la culture. Etonnant, non ?

J’ai longuement réfléchi avant de me mettre à rédiger ce billet. Peut-on avouer publiquement que l’on a copié illicitement de la musique et des films ? Et que sans cette action de copie illicite, je n’aurais surement jamais découvert de nombreux albums ni de nombreux films ? Et que ma culture s’en serait appauvrie ? Oui, on peut le dire et on doit le dire.

Alors que la toute (im)puissante Hadopi (12 millions d’euros pour permettre à des rentes de situations de continuer à exister) menace à tout va sans aller plus loin pour le moment, qu’un site russe montre l’hypocrisie des arcanes du pouvoir et des industries culturelles dans ce domaine, je vais vous dresser la liste des oeuvres que j’ai pu écouter en utilisant l’offre illicite qui a au moins un mérite : être facilement utilisable, ne pas être castrée par les DRMs, bref de pouvoir propager la culture sans discrimination financière, ni technique.

Pour la musique, que j’ai acheté par la suite, donc le « un téléchargement = une vente perdue » est un mensonge grossier et éhonté des dinosaures. Et c’est une liste loin d’être exhaustive…

  • Les 6 premiers albums de Black Sabbath
  • Une partie de la discographie d’Ozzy Osbourne
  • Les albums studio de Pink Floyd de « The Pipper at the Gate of Dawn » jusqu’à « The Wall » inclus. Pour « Ummagumma » et « The Wall », ce sont les versions vinyls.
  • Mono, groupe japonais, inconnu du grand public mais qui pond de la musique de qualité
  • Barclay James Harvest, des débuts jusqu’aux années 1980-1982
  • Led Zeppelin, que je ne connaissais que grâce à « Starway to Heaven » et « Kashmir »
  • L’intégrale de Nine Inch Nails, n’ayant découvert le groupe qu’avec la sortie de Ghosts I-IV. J’ai payé un des albums, le « Halo 4 » quelque 25 € ! Pour le DVD de Broken et le double DVD « Closure », ils n’ont jamais été sorti officiellement, mais publié sur ThePirateBay par un certain seed0… Qui ne serait qu’un certain… Trent Reznor !
  • Dead Can Dance, l’intégrale bien qu’une amie m’a fait découvrir le groupe un jour, je crois me souvenir avec leur live « Toward The Within »
  • Portishead et le projet solo de Beth Gibbons

Continuer la lecture de « Oui, je suis un « tipiak », et pourtant j’achète de la culture. Etonnant, non ? »

Des albums mal aimés… On demande à l’accueil « Physical Graffiti ».

De la discographie « officielle » de Led Zeppelin, il me manquait jusqu’à récemment deux albums : le dernier « Coda » et l’album « mal-aimé », j’ai nommé « Physical Graffiti ». Deux écoles s’oppose pour cet album : les personnes qui aiment l’album et celle qui ne l’aiment pas.

J’ai été longtemps (par rapport à ma découverte du groupe et de ses oeuvres), dans le premier clan.

A vrai dire, le premier disque s’écoute sans gros problèmes : mis à part le long – et peu accrochant à la première écoute – « In my time of dying », tout est bon. Il faut dire qu’il y a trois bons morceaux : « Houses of the Holy », « Trampled Under Foot » et bien entendu le célébrissime « Kashmir »

Continuer la lecture de « Des albums mal aimés… On demande à l’accueil « Physical Graffiti ». »

Philosophie musicale à 0,03 € : et si le quatrième album d’un groupe des années 1970 était son meilleur ?

Je l’avoue. Je suis devenu accroc au rock anglo-américain des années 1970.  Or, en prenant les plus grands noms de cet époque, à savoir alphabétiquement Black Sabbath, Deep Purple et Led Zeppelin, on peut constater que leur quatrième album officiel est du grand art.

1972 : Black Sabbath Vol 4 (que j’ai écouté 3 fois en boucle depuis son achat ce matin) commence avec l’excellentissime « Wheels of Confusion ».  Après un titre un peu plus puissant, la règle qui veut que les « hardeux » fassent les plus belles ballades se confirme : « Changes » prend au tripes. Le morceau de choix de la première partie de l’album.

Les autres titres s’enfilent comme des perles, comme le très étonnant et très court « fx ». J’avoue que « Snowblind »  (hymne à la cocaïne consommée à foison par le groupe à l’époque) arrive. J’avoue que l’instrumental « Laguna Sunrise » est un de mes morceaux préférés de la deuxième partie de l’album.

1970 : Le quatrième opus studio de Deep Purple, c’est le célébrissime « In Rock », premier album de la période bénie de Deep Purple en version Mark II (avec Fireball, Machine Head, Made In Japan et Who do we think we are), même si Burn est excellent.

Sur cet album célèbre pour sa couverture inspirée du mont Rushmore, on trouve des grands classique du groupe : Speed King, Child In Time, Into The Fire ou encore Living Wreck. Un début qui annonce le très bon (et selon moi un des meilleurs Deep Purple de cette période, Fireball).

1971 : Dernier que je citerais, mais pas des moindres, Led Zeppelin, avec l’album sans nom. Qui ne connait pas « Starway to Heaven » qui est le titre le plus connu de l’album ? Mais alors, pourquoi bouder son plaisir avec des très bon titres comme « Black Dog », « Rock and Roll » ou le très rythmé « Four Sticks » ?

Pendant longtemps, cela a été mon album préféré des Led Zeppelin, d’ailleurs le premier que j’ai acheté. Mais depuis, le II et le III l’ont remplacé dans mon coeur. Sans oublier le sublime « Houses of the Holy »

Les trois groupes en question ont sorti leur 4 premiers albums dans une période qui d’environ 2 à 3 ans… Pour atteindre leur chefs d’oeuvres. Même si des albums plus « récents » sont aussi très bons.

Etrange que ce soit toujours le 4ième album qui soit le chef d’oeuvre. J’avoue sécher un peu pour la raison ? Une idée ?

Collectionneur fou de musique ? Je plaide coupable.

Quand je m’intéresse à un groupe, j’essaye – dans la mesure du possible et selon mes goûts et surtout mes finances – d’avoir la discographie la plus complète possible du dit groupe.

Quelques exemples.

La discographie la plus grosse pour un groupe que j’aime, c’est celle de Nine Inch Nails qui affiche quelques 27 références, en comptant la vidéo du concert « Beside You In Time » (Halo 22) et la compilation des 2 VHS « Closure » (Halo 12). Grace à un certain Seed0, j’ai un certain Halo 5 DVD, alias le film « Broken » 😀

Pour info, j’ai mis environ 18 mois pour acquérir une telle collection. Ce qui est assez honnête en rapport temps / nombre d’albums.

Sur la photo ci-dessous, j’en suis à… 18 références 🙂

Ne manque à l’appel – pour le moment, car une 19ième référence va arriver courant mai – dans la liste :

  • Halo 3 : « Head Like A Hole »
  • Halo 4 : « Sin »
  • Halo 11 : « The Perfect Drug »
  • Halo 15 : « We’re In This Together »
  • Halo 18 : « The Hand That Feeds »
  • Halo 20 : « Only »
  • Halo 23 : « Survivalism »

Ce qui m’a pas mal aidé, c’est que j’ai trouvé une grande partie via PriceMinister, donc à prix « cassés » 😀

Coté discographie presque complète ? Led Zeppelin, car il ne me manque que la bande originale du concert « The Song Remains The Same » et « Physical Graffiti ».

On peut aussi rajouter Dead Can Dance, et Lisa Gerrard, modulo le dernier album « The Black Opal », vendu uniquement sur Internet depuis… l’Australie 🙂

Pour les discographies en cours de récupération, je citerais les BJH et Pink Floyd.

Bon d’accord, je sais, je suis un fou de musique, mais quand j’aime un artiste, je l’aime vraiment. Et j’avoue que ma prochaine victime, ce sera Genesis, en me limitant à l’époque de Peter Gabriel. Par la suite, c’est trop « commercial » à mon goût 😉