Confession d’un amateur de musique, épisode 11 : ma découverte du trip-hop avec Portishead.

Il y a un genre musical que j’aime écouter de temps en temps, quand j’ai envie de me changer les idées, c’est le trip-hop. Je suis assez sélectif dans ce genre musical, et je dois avouer que mon « dépucelage » musical dans ce domaine a été fait par le groupe le moins stakhanoviste du domaine, Portishead.

Comme pour Dead Can Dance (qui a inauguré cette série de billets en juillet 2016), je dois la découverte de ce genre musical à une amie et future collègue en 2008.

Je connaissais vaguement le titre le plus célèbre du premier album du groupe de Bristol, « Glory Box » dont ma version préférée est celle du live à New York :

Dès que je suis plongé dans le premier album, je n’ai rien trouvé à jeter, que ce soit « Sour Times », « Roads », « Mysterons » ou encore « Wandering Star ».

Continuer la lecture de « Confession d’un amateur de musique, épisode 11 : ma découverte du trip-hop avec Portishead. »

Opération transparence : le retour du billet qui n’intéressa personne… ou presque :)

En juillet 2014, j’annonçais par volonté de transparence ce que m’avais coûté la section musicale de mon blog. Car quand je parle d’un album, je l’ai dans 99,99% des cas acheté sur mes fonds propres. En écho à un reportage jadis passé dans Capital où on voyait des blogueurs se faire acheter en échange d’un téléphone portable à 179 € pièce.

Voyons donc les dépenses à compter du 15 juillet jusqu’à décembre 2014 :

Juillet (du 15 au 31) :

Continuer la lecture de « Opération transparence : le retour du billet qui n’intéressa personne… ou presque 🙂 »

Bilan musical 2014 : où comment je me suis cultivé légalement sans verser le moindre centime aux requins de l’industrie de l'(in)culture musicale.

L’année 2014 prend fin avec la SCPP qui retient difficilement une jouissance presque physique quand elle annonce qu’elle obtient le blocage du site ThePirateBay en France. Non seulement le blocage sera contre-productif et facile à contourner, mais cela reculera encore un peu l’arrivée en France d’une offre légale potable, et continuera la fin de la production d’artistes aussi jetables que des mouchoirs en papiers usagé.

Bref, en dehors de cette péripétie judiciaire qui sera un fiasco de plus à rajouter au long passif des sociétés voulant protéger les rentes des « ayants-tous-les-droits », je vous propose le bilan d’un passionné de musique qui a réussi à se cultiver pour pas trop cher et sourtout sans verser le moindre centime aux majors tout en restant dans la légalité la plus complète.

Si, c’est possible. Je remercie au passage Bandcamp (en gros 90% de la liste qui suit), Price Minister et les artistes ou groupe qui vendent directement leurs albums aux auditeurs sans passer par le circuit classique.

Mais avant toute chose, la photo des 32 albums que j’ai pu avoir cette année, sans passer par la case majors. J’espère n’en avoir oublié aucun. Pour l’album des « Have The Moskovik » (avant dernière ligne à droite, je me suis trompé, juste après le « Dear Pariah »). Oups 🙁

Continuer la lecture de « Bilan musical 2014 : où comment je me suis cultivé légalement sans verser le moindre centime aux requins de l’industrie de l'(in)culture musicale. »

Un petit peu de culture en ce mardi :)

Un billet culturel très court, qui va parler d’un livre et d’un album de musique. En ce moment, j’en ai un peu ma claque des billets techniques, et varier les plaisirs, ça ne fait jamais de mal 😉

Commençons par le livre, un classique de la science fiction nord-américaine, j’ai nommé « Martiens, Go Home ! » de Fredrik Brown (1906-1972)

Martiens-Go-HomeDans ce roman de SF parodique, sorti en 1954, l’histoire commence avec les mésaventures de Luke Deveraux, auteur de romans SF dont le manque d’inspiration se noie dans les verres d’alcools. Alors qu’il attaque son énième verre de la soirée, on frappe à la porte de la cabane qu’un ami lui a prété. Un être à la peau verte, chauve, imberbe, se présente. C’est un martien. Comme les autres membres de son espèce, il se déplace par la volonté, en « couimant ». Il est malpoli, insupportable, curieux comme pas deux, et à deux facultés qui rende la vie humaine impossible : sa vision à rayons X, et son invulnérabilité à toute forme d’attaques physiques.

Autant dire que c’est le casse-bijoux de famille ultra haut de gamme. Je vous conseille fortement le chapitre avec l’arrivée des martiens chez les militaires, c’est du pur sucre.

Continuer la lecture de « Un petit peu de culture en ce mardi 🙂 »

Noël musical avant l’heure ?

Alors que l’opération lancée par Agnes de Destination Passions démarre doucement, j’ai eu le plaisir d’avoir du courrier musical ce matin. Deux opus dont un dont j’ai aidé l’opération de financement.

J’ai reçu un exemplaire de « Merysland » de KesakoO et « XII » de Roger Subirana. Les deux sont disponibles en libre écoute sur Bandcamp.

Continuer la lecture de « Noël musical avant l’heure ? »

En vrac’ rapide plus ou moins libre.

Un petit en vrac’ pour entretenir le blog. Commençons par la partie libre du billet.

Pour la partie moins libre ?

Voila, c’est tout pour le moment. Bonne journée.

KesakoO, le retour avec « Merysland ».

Comme je l’avais déjà précisé dans un précédent article, Michaël Krez alias KesakoO sort son deuxième opus aujourd’hui.

Il s’appelle Merysland. Publié sous licence libre CC-BY-NC-SA, c’est un petit album d’une trentaine de minutes environ. Il est disponible sur Bandcamp selon le principe du « Donnez ce que vous voulez ».

C’est un album qui mélange le jazz, le trip-hop, et parfois le rap. Les pistes de différentes influences se mélangent à la perfection.

La première piste est très jazzy avec une légère pointe de trip-hop. Le côté trip-hop augmente dans les deux pistes où est invité Screenatorium, à savoir « Cameo » et « Discovery », les deuxième et quatrième pistes. Ca fait un peu penser à Portishead rajoutant les sonorités chaudes du jazz.

Continuer la lecture de « KesakoO, le retour avec « Merysland ». »

Un petit peu de culture, oui, mais libre ;)

Un billet rapide pour parler de culture publié sous licences Creative Commons, et donc libre. Commençons par la lecture, et plus précisément par le dernier tome de la série GKND. On peut récupérer – gratuitement ou contre un don – le dernier tome « How I met your sysadmin » en version numérique en attendant la version papier.

Et le synopsys est excellent :

Après un an à se tourner autour, nos deux protagonistes ne se décident toujours pas à faire un pas l’un vers l’autre. Mais une nuit blanche de travail sur un projet en retard pourrait bien changer la donne et offrir la conclusion tant attendue de cette saga…

Continuons par la musique. Michael Krez alias KesakoO est sur le point de sortir son nouvel album, « Merysland ». J’avais déjà parlé de son précédent album en décembre 2012.

Jusqu’au premier octobre, un titre sera publié quotidiennement sur le compte youtube de KesakoO.

J’ai pu écouter l’album en exclusivité, grâce à la générosité de Michael Krez et je peux vous dire qu’il est très bon. J’en reparlerais mardi ou mercredi prochain, après sa sortie officielle.

Pour résumer, si vous aimez les sonorités jazz, matinée de trip-hop ou de rythmiques qui font penser au rap, suivez de près cet album.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui !

En vrac’ rapide et libre pour commencer la semaine.

Car il faut commencer la semaine en douceur, non ?

C’est tout pour le moment 🙂

KesakoO : un album léger comme une plume.

Avant toute chose, je tiens à m’excuser – et je ferais pénitence – pour le jeu de mot à la limite du grand n’importe quoi…

C’est via l’initiative C.A.Y.A music que j’ai pu – en achetant le premier paquet (qui a été rendu disponible du 2 au 17 décembre 2012) – découvrir KesakoO et son album « P.L.U.M », datant de 2010.

Sur cet album de 8 pistes, Mickael CREZ alias KesakoO s’inspirant d’une formation de pianiste et saxophonistes classique, mélange les morceaux typiquement expérimentaux comme « Wherycoffee » ou les compositions inspirée par le jazz, comme la piste d’ouverture, « Abertura ».

A noter la très bonne reprise de la piste « I was there » de l’album « Let’s Dream Each Other » d’Amanyth sous le titre « Menova Vreê An Dezember », avec la voix toujours aussi envoutante de CalendarGirl.

Et sa voix est aussi présente sur la piste « Abertura » et « Enchî », piste typiquement jazz club enfumé.

Les morceaux sont assez long, d’au minimum 4 à 14 minutes. Autant imaginer le travail derrière chacun des morceaux proposés. Malgré le coté expérimental de certains titres, on sent toujours l’influence du jazz via le saxophone et de l’envie de repousser les limites de la composition.

Encore une bonne découverte. Je compte me plonger désormais dans le reste de la discographie de KesakoO qui doit être tout aussi bonne ! Et cerise sur le gateau, c’est publié sous licence Creative Commons, en CC-BY-NC-SA pour être plus précis.

A vous de voir maintenant si vous accrochez ou pas.