Où en est la vénérable Slackware Linux, 18 mois après la sortie de la version 14.1 ?

J’écris cet article le 8 mai 2015, anniversaire de l’armistice de la deuxième guerre mondiale en Europe et de celui du massacre de Sétif, soit 18 mois et un jour après l’annonce de la sortie de la Slackware Linux 14.1.

Même si l’annonce de publication déclare avoir été faite le 4 novembre 2013, la page d’accueil annonce le 7 novembre. Bref, 18 mois sont passés.

J’ai voulu voir où en était la vénérable Slackware Linux (la version 1.0 aura 22 ans en juillet 2015), dans sa version de développement en prévision d’une 14.2 voire d’une 15.0.

J’ai donc pris l’ISO de la version 14.1 en 64 bits, et pour varier les plaisirs avec mon environnement quotidien, j’ai décidé d’installer KDE SC avec sa traduction française.

Pour mémoire, quand la Slackware Linux 14.1 est sortie, elle proposait le noyau linux 3.10.17, KDE SC 4.10.5, Mozilla Firefox ESR 24.1, Xfce 4.10.1 entre autres choses.

J’ai donc ensuite installé la Slackware Linux en décochant les « collections » suivantes : E, F, K, XFCE.

Continuer la lecture de « Où en est la vénérable Slackware Linux, 18 mois après la sortie de la version 14.1 ? »

0linux, le retour ;)

La dernière fois que j’ai parlé de la 0linux, distribution atypique, c’était lors de la sortie de sa version Zeta en novembre 2013.

Depuis, de gros changements sont intervenus, comme la poubellisation de systemd au profit de scripts à la BSD, une distribution mixte 32 et 64 bits par défaut, le support d’enlightenment, de KDE SC, de Xfce, de LibreOffice, un noyau linux à basse latence, et un nouveau site. Sans oublier une nouvelle version, la 0linux Eta.

Après de longues péripéties, et après avoir aidé le plus possible durant la journée du premier avril (sans odeur de poissons avariés) sur le forum de la distribution, j’ai enfin pu rédiger l’article pour parler de nouveau de la nichesque 0linux.

J’ai récupéré l’ISO maximale (4,4 Go), pour gagner du temps à l’installation. L’installation en réseau est fonctionnelle, mais elle peut être aléatoire s’il y a de la friture sur la ligne.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://ftp.igh.cnrs.fr/pub/os/linux/0linux/iso/0linux-eta-02042014-maxi-x86_64.iso
–2014-04-02 16:59:40– http://ftp.igh.cnrs.fr/pub/os/linux/0linux/iso/0linux-eta-02042014-maxi-x86_64.iso
Résolution de ftp.igh.cnrs.fr (ftp.igh.cnrs.fr)… 193.50.6.155
Connexion à ftp.igh.cnrs.fr (ftp.igh.cnrs.fr)|193.50.6.155|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 4708106240 (4,4G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « 0linux-eta-02042014-maxi-x86_64.iso »

100%[====================================>] 4 708 106 240 2,73MB/s ds 27m 58s

2014-04-02 17:27:39 (2,68 MB/s) — « 0linux-eta-02042014-maxi-x86_64.iso » sauvegardé [4708106240/4708106240]

Comme je suis passé par un téléchargement simple et non sécurisé comme peut l’être un téléchargement via torrent, j’ai vérifié la validité de l’ISO via sa somme MD5.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ md5sum -c 0linux-eta-02042014-maxi-x86_64.iso.md5
0linux-eta-02042014-maxi-x86_64.iso: Réussi

Ensuite, j’ai créé une machine virtuelle dans laquelle j’ai eu envie de mettre une 0linux avec KDE SC. J’ai par la suite créé une deuxième machine virtuelle pour y héberger Xfce.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-0kde.img 128G
Formatting 'disk-0kde.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-0kde.img -cdrom 0linux-eta-02042014-maxi-x86_64.iso -boot order=cd &

Une fois le démarrage effectué, on va s’attaquer au premier réglage pour ensuite lancer l’installateur qui est en mode texte et semi-interactif. Il y a beaucoup de captures d’écran, c’est souvent plus parlant que 15 lignes d’explications.

Continuer la lecture de « 0linux, le retour 😉 »

Gigastrand OS : il faudrait savoir dire non à l’acharnement thérapeutique ?

J’avoue que l’inventivité des développeurs de distributions GNU/Linux ne cesse de m’étonner. Surtout quand il s’agit de copier l’existant dans un but d’amélioration…

Gigastrand OS est un vieux projet, même si sa dernière version officielle date de fin janvier 2014. Si on regarde sur la page d’information sur la distribution, on peut lire que c’est un vieux projet :

In 2007, when Linspire was sold to Xandros, Gigastrand International was left in a lurch. Gigastrand’s business model revolved entirely around Linspire and with Linspire gone, Gigastrand was forced to look for an alternative.

Ce qu’on peut traduire par :

En 2007, quand Linspire a été vendu à Xandros, Gigastrand international a été laissé de coté. Le modèle économique de Gigastrand tournait entièrement autour de Linspire et Linspire disparu, Gigastrand a été contraint de chercher une alternative.

Si Linspire ne vous dit rien, c’était à l’origine une distribution commerciale basée sur Debian GNU/Linux, qui reproduisait l’apparence de MS-Windows. En août 2006, je parlais rapidement de FreeSpire, une dérivée gratuite de Linspire qui accumulait des retards qui feraient honte à la Debian GNU/Linux stable.

Le projet est reparti en 2012, en partant comme référence la Linux Mint, mais en poussant le concept plus loin :

The areas that we feel Linux Mint does not cover are areas for improvement and areas that fit well into the Gigastrand model.

Ce qu’on peut traduire par :

Les domaines qui nous paraissent que Linux Mint ne couvre pas sont les points à améliorer et les zones qui correspondent bien au modèle Gigastrand.

En gros, tel Iznogoud, être calife à la place du calife ? Les zones d’amélioration sont somme toutes classiques : une compatibilité avec les logiciels MS-Windows (avec CrossOver, la reprise commerciale de Wine), une installation simplifiée des logiciels (oh, le beau serpent de mer) ou encore être complètement utilisable dès l’installation (oh, un autre serpent de mer).

Pour récupérer l’ISO, nul torrent. Uniquement le téléchargement sur un serveur un peu asthmatique. Il faut patienter environ une demi-heure pour récupérer les 1,8 Go de l’ISO…

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://gigastrandos.com/download/gsos1x.iso
–2014-03-20 10:14:58– http://gigastrandos.com/download/gsos1x.iso
Résolution de gigastrandos.com (gigastrandos.com)… 50.63.73.1
Connexion à gigastrandos.com (gigastrandos.com)|50.63.73.1|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1869611008 (1,7G) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « gsos1x.iso »

100%[====================================>] 1 869 611 008 1,05MB/s ds 32m 51s

2014-03-20 10:47:49 (926 KB/s) — « gsos1x.iso » sauvegardé [1869611008/1869611008]

Quand à savoir quelle est la base utilisée par la distribution, il suffit de fouiller dans la section « Gigastrand OS Support and Software Repository » pour la deviner sans trop de problème. On peut penser à une base Debian GNU/Linux… Squeeze, en clair au moment où j’écris cet article, la « oldstable« …

Mais ne soyons pas trop négatif, et attendons de voir quelles sont les versions des logiciels proposés pour avoir la confirmation ou l’infirmation de cette intuition 🙂

Continuer la lecture de « Gigastrand OS : il faudrait savoir dire non à l’acharnement thérapeutique ? »

PC-BSD 10 : Les distributions GNU/Linux peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles…

Il y a quelques jours, la version 10 de PC-BSD, l’équivalent (dans le principe) d’Ubuntu pour FreeBSD est sortie.

Disponible uniquement en version 64 bits, il supporte plusieurs environnements graphiques : historiquement KDE SC, puis se sont rajouté Xfce, lxde.

Dans cette version Mate Desktop pour remplacer Gnome 2, et en non supporté (traduire : on l’a rajouté pour vous faire plaisir, et tant pis si ça vous explose en pleine tronche) Gnome 3, Cinnamon et d’autres gestionnaires de fenêtres comme i3, Awesome ou encore OpenBox et WindowMaker.

L’article est assez long, car j’ai voulu être assez complet et ne pas me limiter uniquement à KDE SC.

J’ai donc récupéré avec mon ami wget l’ISO de la version 10. Soit 3,8 Go à récupérer.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://iso.cdn.pcbsd.org/10.0-RELEASE/amd64/PCBSD10.0-RELEASE-x64-DVD-USB-latest.iso
–2014-02-02 09:54:27– http://iso.cdn.pcbsd.org/10.0-RELEASE/amd64/PCBSD10.0-RELEASE-x64-DVD-USB-latest.iso
Résolution de iso.cdn.pcbsd.org (iso.cdn.pcbsd.org)… 149.255.37.14, 37.72.170.166
Connexion à iso.cdn.pcbsd.org (iso.cdn.pcbsd.org)|149.255.37.14|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 3836610560 (3,6G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « PCBSD10.0-RELEASE-x64-DVD-USB-latest.iso »

100%[====================================>] 3 836 610 560 2,11MB/s ds 66m 48s

2014-02-02 11:01:17 (935 KB/s) — « PCBSD10.0-RELEASE-x64-DVD-USB-latest.iso » sauvegardé [3836610560/3836610560]

Pour avoir une vue d’ensemble, j’ai décidé d’installer des machines virtuelles avec les principaux environnements supportés, à savoir KDE SC, Xfce, Lxde et Mate Desktop. Je n’ai pas eu envie de rajouter un des environnements supplémentaires dans cet article pour éviter de devoir parler de problèmes liés à des logiciels non supportés par l’équipe de développement.

Pourquoi autant de machines virtuelles ? Simplement pour avoir les versions « pures » de chaque environnement, pour éviter les « pollutions » par des logiciels tiers.

L’installateur est soit graphique, soit en mode texte. Le point de départ est toujours le même. Il faut noter que par défaut, c’est KDE SC qui est sélectionné. Si on veut un autre environnement, il suffit de le sélectionner en personnalisant l’installation dès le départ.

Continuer la lecture de « PC-BSD 10 : Les distributions GNU/Linux peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles… »

Guide d’installation d’Archlinux avec Gnome : Septième mise à jour.

Je voulais mettre à jour le guide que j’avais rédigé avec la sortie de la nouvelle image ISO officielle sur le site d’Archlinux, en ce début de janvier 2014. Voici donc la 8ième version qui rend obsolète la version précédente, toujours récupérable à titre d’archive.

J’ai rajouté des instructions pour installer KDE SC, Xfce, Cinnamon et Mate Desktop. A noter qu’un vilain bug dans grub risque de vous taper sur les nerfs. J’ai rajouté un contournement dans le contenu du tutoriel. C’est le bug 37904.

Il est corrigé dans un paquet, mais au moment où j’écris cet article, le paquet corrigé est dans le dépot… testing !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier zip contient :

  1. La version odt
  2. La version pdf
  3. La version ePub
  4. La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 3.0.

Bonne lecture !

Et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

NuTyX Sekong.5 : comment a évolué cette distribution GNU/Linux atypique ?

Thierry Nuttens, papa de la NuTyX, propose sur le site officiel de la distribution GNU/Linux l’ultime révision de la branche Sekong. Les infos de publications sont disponibles sur le forum Terre des Tux.

J’avais parlé de la NuTyX Sekong à l’époque de sa version .1. Depuis, 6 mois sont passés, et j’ai voulu voir comment avait évolué la Sekong. Pour cet article, je me suis limité à une version avec KDE SC 4.11.x. Pourquoi KDE SC ? Pour varier un peu les plaisirs 🙂

J’ai donc récupéré l’ISO en 64 bits (81 Mo seulement). Ca change des ISOs qui pèse 1 voire 2 Go 😉

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://nutyx.meticul.eu/NuTyX_x86_64-sekong.5.iso
–2013-10-10 15:52:57– http://nutyx.meticul.eu/NuTyX_x86_64-sekong.5.iso
Résolution de nutyx.meticul.eu (nutyx.meticul.eu)… 88.191.150.195
Connexion vers nutyx.meticul.eu (nutyx.meticul.eu)|88.191.150.195|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 84934656 (81M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «NuTyX_x86_64-sekong.5.iso»

100%[======================================>] 84 934 656 1,15MB/s ds 59s

2013-10-10 15:53:57 (1,37 MB/s) – «NuTyX_x86_64-sekong.5.iso» sauvegardé [84934656/84934656]

Et j’ai lancé une machine virtuelle Qemu équipée d’un disque virtuel de 128 Go.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom NuTyX_x86_64-sekong.5.iso -boot order=cd &

Continuer la lecture de « NuTyX Sekong.5 : comment a évolué cette distribution GNU/Linux atypique ? »

Denix-OS : Une autre dérivée de la Fedora Linux… pour les fans de KDE SC.

Farfouillant la liste des distributions sur la liste d’attente de Distrowatch, j’ai décidé de voir ce que je pouvais trouver d’intéressant. Entre les distributions mortes, les sites qui répondent dans le vide, et celle qui ne sont qu’une ubuntu relookée, j’ai trouvé une distribution basée sur la Fedora Linux – et comme je suis dans ma période « distribution à base de RPMs » – j’ai décidé de vous présenter la Denix-OS.

Présentée dans la gazette n°461 Distrowatch Weekly du 18 juin 2012, elle est présentée comme une dérivée de la Fedora Linux, avec les dépots dont RPM Fusion activés, un support multimédia et une grande palette de programmes et d’applications.

Que du classique donc. Le point qui m’a interpelé, c’est que le nom de domaine « .vc » est celui de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, un archipel des Caraïbes au nord du Vénézuela, et le site est hégergé du coté de la… Lituanie 😉

Les commandes nslookup et whois sont nos amies dans ce cas 😉

Autant dire un sacré grand écart. Mais passons donc à la présentation proprement dite. C’est une Fedora Linux 19 avec KDE SC, et les logiciels tiers non libres du genre mp3 ou encore Adobe Flash. Mais lançons donc la distribution dans une machine virtuelle qemu.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom denix-19-x86_64.iso -no-frame -boot order=cd &

On ne peut choisir que l’installateur, pas de session live…

Continuer la lecture de « Denix-OS : Une autre dérivée de la Fedora Linux… pour les fans de KDE SC. »

Avons-nous besoin de nouveaux environnements de bureaux ?

Ah, le petit monde des environnements de bureaux du logiciel libre. Source infinie de trolls et de guerre entre les barbus et les moins barbus, il existe trois grandes familles.

Ceux qui utilise QT, ceux qui utilise GTK et les autres. Un projet trollifère comme SolusOS et son bureau Consort m’a donné de l’envie faire un point sur l’opportunité de proposer un énième environnement de bureau.

Pour ceux basés sur QT, je citerais KDE SC, Trinity (la continuation de KDE 3.5.xx), et feu (?) Razor-Qt dont le rapprochement avec Lxde est quasi officiel, dixit un article de La Vache Libre de juillet 2013.

Continuer la lecture de « Avons-nous besoin de nouveaux environnements de bureaux ? »

KDE SC d’une lenteur tortuesque ? Est-ce normal ?

Depuis des années, je présente des distributions GNU/Linux, et j’ai remarqué que les distributions GNU/Linux qui propose KDE SC sont souvent digne de la lenteur d’une tortue qui n’aurait que trois pattes. Le problème, ce n’est pas le chargement du bureau, c’est la durée nécessaire avant qu’il soit complètement utilisable.

Dans le cas récent de la Kwheezy
, j’ai du patienter une bonne trentaine de secondes que KDE SC soit chargé. L’ajout d’un conky n’aidait pas vraiment, mais j’ai voulu en avoir le coeur net.

J’ai donc récupéré la derniere ISO d’installation d’ArchLinux (celle datée du 1er août 2013), et en suivant le guide d’installation (version juillet 2013), j’ai mis le tout en route avec un KDE SC complet, auquel j’ai rajouté Calligra, Amarok, Digikam, VLC, k3b, kwebkitpart (histoire d’avoir un moteur potable pour Konqueror).

Une Manjaro Linux KDE m’aurait donné surement un résultat équivalent, mais je suis un accroc du bon vieux mécano ArchLinuxien.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom archlinux-2013.08.01-dual.iso -boot order=cd &

La seule grosse optimisation que j’ai faite (et encore j’ai un doute sur son impact réel), c’est l’utilisation de localepurge pour virer les traductions inutilisées.

J’ai donc ensuite décidé de voir le temps que mettait une session bien chargée de KDE SC 4.10.5 dans une machine virtuelle Archlinux avec un disque image (donc plus lent qu’un vrai disque) et uniquement 2 Go de mémoire pour se lancer et fonctionner. Aucun autre logiciel n’est lancé dans mon Gnome Shell pour éviter de fausser la vitesse d’affichage.

L’ensemble est quand même assez rapide. Il ne faut qu’environ 18 secondes entre la saisie du mot de passe dans KDM et l’arrivée sous un bureau fonctionnel. Mis à part le bug de Krita, tout fonctionne, et l’ensemble est pourtant chargé. Qui pourrait m’expliquer pourquoi un certain nombre de distributions proposant KDE SC se trainent alors lamentablement ? A moins que je ne sois victime d’une illusion d’optique ? 😀

Kwheezy 1.0… Le syndrôme de la distribution GNU/Linux inutile dans sa splendeur ?

J’ai parlé de la Kwheezy dans un précédent en vrac’. Pour résumer : prenez en gros la Kubuntu, mais sur une base Debian GNU/Linux Wheezy, avec les paquets non libres sur le plan multimédia (du genre mp3 et flash), et vous obtenez en gros la Kwheezy. Mais il faut être plus complet, car dixit le site officiel, Kwheezy offre en plus de la Debian GNU/Linux Wheezy :

  • VLC
  • Clementine
  • LibreOffice
  • Calligra
  • Wine
  • VirtualBox
  • Mozilla Firefox ESR
  • Mozilla Thunderbird ESR
  • Digikam
  • Scribus

Avec le doublon LibreOffice / Calligra, on peut se dire que c’est une distribution qui risque d’être assez gourmande. En effet, si on en croit la page de téléchargement, c’est le cas. Les concepteurs conseillent un espace disponible de… 18 Go au minimum, 30 Go par sécurité.

Pour info, Canonical recommande 4,5 Go pour installer Ubuntu 13.04, on peut penser que Kubuntu doit demander à peu près la même chose. Alors comment justifier un minimum de 18 Go ?!

J’ai récupéré l’ISO de la version 64 bits via Bittorrent. Elle pèse environ 3,7 Go. L’ISO 32 bits fait dans les 3,5 Go.

Continuer la lecture de « Kwheezy 1.0… Le syndrôme de la distribution GNU/Linux inutile dans sa splendeur ? »

Où en est la Slackware Linux, 10 mois et demi depuis la sortie de sa précédente version ?

Fin septembre 2012, l’une des plus vieilles, sinon la plus vieille distribution GNU/Linux encore en vie sortait en version 14.0. J’ai eu envie de voir où était la première distribution GNU/Linux que j’ai jamais utilisé. C’est le vieux con qui parle ici.

Pour les curieux et aventureux, le site Abandonware Magazines la propose… Une distribution de 1995 (le numéro 9 de PC Team étant celui de janvier 1996), avec le noyau de l’époque… 🙂

J’ai fait chauffer wget pour récupérer une image ISO de la version 64 bits de la Slackware Linux 14.0. Le fichier bittorrent proposé ne me donnait aucune source exploitable. Etant donné qu’il n’y a pas d’ISO intermédiaire, la seule solution pour avoir un aperçu de la future version de la vénérable Slackware Linux est de l’installer, et en utilisant slackpkg pour passer en version -current.

J’ai donc installé la Slackware Linux avec son vieil installateur semi-graphique ou semi-textuel, c’est selon le point de vue pour la mettre en place avec le KDE SC complet de l’époque (une version 4.8.4 ?).

Je ne rentrerais pas dans la querelle de savoir si un installateur graphique est plus simple qu’un installateur texte ou inversement. Ici, je reprendrais une citation de Deng Xiaoping (1904-1997) : « Peu importe qu’un chat soit blanc ou noir, s’il attrape la souris, c’est un bon chat »

Continuer la lecture de « Où en est la Slackware Linux, 10 mois et demi depuis la sortie de sa précédente version ? »

BlueStar Linux : pourquoi tant de haine envers Archlinux ?!

Fouillant la liste des distributions GNU/Linux en attente d’intégration dans la base de Distrowatch, je suis tombé sur une distribution au nom qui m’a interpellé, BlueStar Linux. En cliquant sur le lien, je me suis dit : sûrement la millionnième dérivée d’Ubuntu avec un thème bleu.

Mal m’en a pris, car j’ai pu voir que c’est une distribution basée sur Archlinux qui propose KDE SC. Un peu comme Chakra Linux dans l’idée de base, ou encore le principe de la Manjaro Linux avec KDE SC.

La dernière ISO pour clé USB étant disponible depuis le 7 juillet, j’ai voulu voir ce qu’a dans le ventre cette dérivée d’ArchLinux. J’ai pris la dernière ISO disponible, en 64 bits. L’ISO la plus complète et neutre (non optimisée pour un processeur graphique donnée) pèse 4 Go, donc je me suis retourné vers l’ISO « base » qui doit être moins usine à gaz au niveau logiciel… Même si l’ISO en question pèse 1,9 Go !

Au moment où KDM est chargé, il ne faut pas oublier que la clavier est en QWERTY… Ce qui est assez ennuyeux. La session KDE SC a été modifiée pour ressembler au Finder de MacOS-X, ne serait que la couleur des boutons de fermeture, minimisation et et maximisation des fenêtres.

Continuer la lecture de « BlueStar Linux : pourquoi tant de haine envers Archlinux ?! »

OpenMandriva : que donne la vraie première alpha ?

OpenMandriva, la distribution qui est officiellement la descendante de la Mandriva Linux vient de proposer sa première alpha, dixit un message sur sa liste de publipostage, après des mois sans nouvelles extraordinaires de sa part sur son blog.

Dans un billet de fin avril 2013, je disais pourquoi je considérais qu’OpenMandriva avait déjà perdu la bataille pour la descendance de la Mandriva Linux. La sortie de la Mageia 3 il y a quelques jours n’est qu’un clou de plus dans le cercueil de la OpenMandriva, mais parlons-en malgré tout.

Pour la petite histoire, l’association OpenMandriva semble avoir une sacrée dent contre le créateur de l’ISO que j’avais tenté d’utiliser en avril 2013.

Pour mémoire, la dernière Mandriva Linux officielle est sortie en… août 2011. Et la Mageia 1 était déjà sortie.

Tout en gardant à l’esprit qu’elle peut péter à la g… au visage de l’utilisateur à tout instant. J’ai donc récupérer l’ISO pour l’installer dans une machine virtuelle VirtualBox.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://lindev.ch/OpenMandriva.alpha.20130516.x86_64.iso
–2013-05-20 14:32:17– http://lindev.ch/OpenMandriva.alpha.20130516.x86_64.iso
Résolution de lindev.ch (lindev.ch)… 2a01:4f8:130:334e::3, 88.198.22.18
Connexion vers lindev.ch (lindev.ch)|2a01:4f8:130:334e::3|:80…échec: Connexion refusée.
Connexion vers lindev.ch (lindev.ch)|88.198.22.18|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 995098624 (949M) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : «OpenMandriva.alpha.20130516.x86_64.iso»

100%[======================================>] 995 098 624 50,3KB/s ds 3h 33m

2013-05-20 18:05:56 (75,8 KB/s) – «OpenMandriva.alpha.20130516.x86_64.iso» sauvegardé [995098624/995098624]

L’installateur est celui de l’ancienne Mandriva Linux en live. Après avoir choisi la langue, il faut accepter les conditions d’utilisation, puis on passe à l’heure (locale ou UTC), et on peut choisir les services à activer au démarrage.

Continuer la lecture de « OpenMandriva : que donne la vraie première alpha ? »

Mageia 3 RC : OpenMandriva, laissez tomber, vous perdez votre temps ;)

En ce 25 avril, alors qu’Ubuntu va encore monopoliser les grands titres de la presse informatique pour la sortie de sa 18ième version, j’ai eu envie de parler de la Mageia 3. Le dernier article que je lui ai consacré remonte à l’époque de la 3 béta 1, mi-décembre 2012.

Après l’annonce de la version Release Candidate de la Mageia 3, j’ai eu envie de présenter Mageia 3 en version KDE. Oui, KDE. Je fais ainsi un clin d’oeil à la lointaine ancêtre de la Mageia, qui en 1998 s’appella Mandrake Linux 5.1. Et qui fut l’une des premières distributions à proposer KDE 1.0 avec une base RedHat Linux.

J’ai utilisé VirtualBox et j’ai lancé une machine virtuelle. Coté installateur, si vous avez vu celui des versions précédentes, il n’y a rien à rajouter. Il est toujours aussi puissant et simple d’accès.

Continuer la lecture de « Mageia 3 RC : OpenMandriva, laissez tomber, vous perdez votre temps 😉 »

NutyX Sekong.1 : quoi de neuf pour cette distribution GNU/Linux alternative ?

Avec l’arrivée prochaine de la NuTyX Sekong.1, j’ai voulu faire un article englobant les principales interfaces graphiques proposées : Gnome, KDE SC, Lxde et Xfce. Je suis donc partie d’une NuTyX Sekong.1 avec les paquets de base installés.

J’ai utilisé le noyau linux 3.8.7 (alias Up-To-Date) proposée par la distribution. Une fois l’installation terminée, J’ai ensuite rajouté Xorg.

NuTyX Sekong.1 - choix noyau

L’étape suivante a été d’ajouter un utilisateur avec la commande nu. Enfin, j’ai fait plusieurs clones de la machine virtuelle pour partir d’une base « propre » à chaque fois.

Ajout d'un utilisateur

L’ajout des environnements a été simple. Pour chaque environnement, j’ai utilisé la commande sudo pkg-get depinst suivit du nom de l’environnement. Donc, pour Gnome : sudo pkg-get depinst gnome et ainsi de suite.

J’ai aussi rajouté Mozilla Firefox, Mozilla Thunderbird et LibreOffice pour Gnome et KDE SC. Pour Lxde et Xfce, j’ai utilisé Midori, Claws Mail et le duo Abiword/Gnumeric. A environnement léger, outils légers, à environnement complet, outils plus complets 😀

Continuer la lecture de « NutyX Sekong.1 : quoi de neuf pour cette distribution GNU/Linux alternative ? »