Bloguez, bloguez, il en restera toujours quelque chose.

Depuis septembre 2005, je maintiens en vie ce blog. Il arrive des périodes creuses, comme ce mois de juin. Plusieurs raisons.

  1. L’actualité informatique qui est ma source principale d’information commence à sentir les vacances.
  2. Les gros projets ont sorti la dernière version de leurs produits.
  3. Je suis un enfant de l’hiver et la chaleur, ça me réussit pas !

D’accord, la dernière raison est purement personnelle. Mais je dois l’avouer, quand le thermomètre dépasse les 25°C à l’ombre, j’ai tendance à être un peu au ralenti.

Si on regarde distrowatch – que le monde du libre adore détester – en ce moment, entre deux gazettes, c’est une ou deux annonces… Beaucoup trop calme à mon goût. Tout comme la blogosphère francophone liée au libre.

L’historique planet-libre – dont j’ignorais qu’il était encore en vie – se pose la question de sa survie.

Quant au Journal du Hacker, j’avoue que j’ai souvent des doublons avec les liens qui y sont répertoriés, suivant assidument des vieilleries comme linuxfr.org par exemple 🙂

Continuer la lecture de « Bloguez, bloguez, il en restera toujours quelque chose. »

Allez, bon vent Journal du Hacker !

Ajout à 13h35 : je n’assimile pas le site aux trolls qui peuvent y sévir. Simplement, il faudrait une modération a priori des commentaires et non a posteriori pour éviter qu’un jour un commentaire dépassant les limites légales ne soit posté. Avec les conséquences sur le plan juridique que cela pourrait entrainer 🙁

Un petit billet rapide que j’écris tout en écoutant / visionnant en tâche de fonds cette excellente vidéo de Pépito sur l’ingéniérie sociale.

J’avoue que depuis quelques temps, je me disais que le Journal du Hacker devenait de moins en moins intéressant. Que ce projet parti d’un bon sentiment devenait un Planet-Libre bis.

Mais il est vrai que ce commentaire sur le billet que j’ai rélayé concernant PureOS sur le journal du Hacker m’a fait prendre conscience qu’il était temps que je prenne mes cliques, mes claques et que je ne participe plus.

Ce n’est que le décléncheur d’un choix auquel je réfléchissais depuis pas mal de temps.

J’espère que tu ne m’en voudras pas, Carl Chenet, mais je préfère prendre mes distances avec ton projet qui était parti d’une bonne intention… Et on connait tous le proverbe sur les bonnes intentions et la route de l’Enfer.

Bonne continuation à ton projet.