« Chascade » des bordelais d’Itzamna : que c’est bon le jazz fusion :)

D’accord. Je l’avoue. J’adore la musique – sauf les immondices commerciales qui emplissent les rayons comme les productions de… entrez votre artiste savonnette préféré ici – et donc, me plonger dans le jazz fusion comme je l’avais déjà fait dans l’article concernant les artistes de free jazz des Anti RubBer brAiN fAct0rY & HmAdchA était une évidence.

Fouillant dans les archives sans fond de bandcamp, je suis tombé sur le premier LP des bordelais d’Itzamna, « Chascade », sorti en octobre 2016.

Pour la faire simple : prenez une dose de jazz, une de math rock, une de progressif, une de metal, mettez le tout dans un shaker, et remuez bien avant de verser dans un verre à cocktail 🙂

Continuer la lecture de « « Chascade » des bordelais d’Itzamna : que c’est bon le jazz fusion 🙂 »

SxSW édition 2017 : Encore une mine d’or musicale en direct du Texas ;)

Chaque année, entre le 10 et le 20 mars, Austin, capitale du Texas, accueille le festival SxSW qui accueille des centaines d’artistes dans tous les genres disponibles. En 2015, j’avais fait un article, puis j’avais parlé d’une artiste découverte via le fichier torrent des extraits musicaux, Cleopatra Degher.

Cette année, j’ai renouvellé l’expérience via le site « The (UNOFFICIAL) SXSW Torrents« . Sur les 1201 extraits écoutables – en dehors du rap, de la rnb et de la techno qui sont pas ma tasse de thé et qui doivent représenter pifométriquement un bon tiers de la liste – voici ce qui a retenu mon oreille.

J’ai dû manquer quelques pépites dans mon écoute, mais vous avez la liste de ce qui m’a vraiment parlé dès le départ. Elle est vraiment des plus copieuses 😉

Par ordre alphabétique des catégories :

Americana / Country / Country rock :

Blues-Rock :

Classique / Ambient :

Continuer la lecture de « SxSW édition 2017 : Encore une mine d’or musicale en direct du Texas 😉 »

En vrac’ mercurien.

Un rapide en vrac’ mixte de milieu de semaine. Un peu court, désolé 🙁

Commençons par le logiciel libre :

Côté musique et livre ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui et bonne journée.

En vrac’ musical du mercredi.

Un en vrac’ musical assez copieux – pour une fois – en ce mercredi.

C’est tout pour ce mercredi, et c’est déjà pas si mal !

C’est mercredi, c’est musique.

Un minuscule billet musical, étant dans les écrits plus ou moins techniques jusqu’au cou. Joie 🙁

Voila, c’est tout. Je me replonge dans la préparation du tutoriel de novembre 2015 pour Archlinux, et dans d’autres billets qui sont encore au format brouillon et qui demande à être retravaillé 🙂

Un petit peu de culture en ce mardi :)

Un billet culturel très court, qui va parler d’un livre et d’un album de musique. En ce moment, j’en ai un peu ma claque des billets techniques, et varier les plaisirs, ça ne fait jamais de mal 😉

Commençons par le livre, un classique de la science fiction nord-américaine, j’ai nommé « Martiens, Go Home ! » de Fredrik Brown (1906-1972)

Martiens-Go-HomeDans ce roman de SF parodique, sorti en 1954, l’histoire commence avec les mésaventures de Luke Deveraux, auteur de romans SF dont le manque d’inspiration se noie dans les verres d’alcools. Alors qu’il attaque son énième verre de la soirée, on frappe à la porte de la cabane qu’un ami lui a prété. Un être à la peau verte, chauve, imberbe, se présente. C’est un martien. Comme les autres membres de son espèce, il se déplace par la volonté, en « couimant ». Il est malpoli, insupportable, curieux comme pas deux, et à deux facultés qui rende la vie humaine impossible : sa vision à rayons X, et son invulnérabilité à toute forme d’attaques physiques.

Autant dire que c’est le casse-bijoux de famille ultra haut de gamme. Je vous conseille fortement le chapitre avec l’arrivée des martiens chez les militaires, c’est du pur sucre.

Continuer la lecture de « Un petit peu de culture en ce mardi 🙂 »

KesakoO, le retour avec « Merysland ».

Comme je l’avais déjà précisé dans un précédent article, Michaël Krez alias KesakoO sort son deuxième opus aujourd’hui.

Il s’appelle Merysland. Publié sous licence libre CC-BY-NC-SA, c’est un petit album d’une trentaine de minutes environ. Il est disponible sur Bandcamp selon le principe du « Donnez ce que vous voulez ».

C’est un album qui mélange le jazz, le trip-hop, et parfois le rap. Les pistes de différentes influences se mélangent à la perfection.

La première piste est très jazzy avec une légère pointe de trip-hop. Le côté trip-hop augmente dans les deux pistes où est invité Screenatorium, à savoir « Cameo » et « Discovery », les deuxième et quatrième pistes. Ca fait un peu penser à Portishead rajoutant les sonorités chaudes du jazz.

Continuer la lecture de « KesakoO, le retour avec « Merysland ». »

« A Love Supreme », mon album préféré de Jazz.

J’adore de nombreux styles musicaux, et j’avoue que quand on parle Jazz, le premier nom qui me vient à l’esprit, c’est John Coltrane, saxophoniste de génie.

La première fois que j’ai entendu l’album « A Love Supreme » (1964), ça a été la claque. Même si l’oeuvre est assez courte, à peine plus de 33 minutes, j’ai eu le plaisir de déguster l’oeuvre en vynil avant de l’avoir en CD audio.

Chaque fois que je l’écoute, je suis emporté par la première partie, « Acknowledgement » qui surprend par son introduction si spéciale, qui me fait penser sur le plan non-conventionnel à l’introduction de la piste éponyme du cinquième album des Pink Floyd, « Atom Heart Mother ».

Comment ne pas se laisser emporter par une telle mélodie et une telle rythmique. Je dois remercier Greg qui a parlé d’un autre album que j’aime beaucoup, « Kind Of Blue » du maître de la trompettes, Miles Davis.

Je vous laisse, je vais me mettre l’album vynil sur ma platine pour me détendre 🙂

Kubikmaggi : Si vous aimez le jazz teinté de progressif…

…foncez ! Alors que je jettais un oeil sur mes artistes préférés sur Bandcamp, et que j’ai vu que le duo « iamthemorning » proposait à nouveau un digipack de son premier album (dont j’ai parlé en vitesse en juillet 2012, en suivant les recommandations je suis tombé sur l’EP du groupe russe « Kubikmaggi« , appelé « Suites« .

Pour définir le style de ce groupe de jazz russe, c’est simple : vous prenez du jazz classique, avec des influences rock, progressive, une voix féminine, celle de Kseny Fedorova, et vous obtenez un album de seulement 5 pistes… Mais dont la plupart des pistes dépassent allègrement les 11 minutes !

Ce sont des compositions très enlevées, où le jazz se dispute la première avec des tendances plus éclectique. Le jeu des cordes, du piano ou encore des percussions donnent des pistes où l’oreille de l’auditeur est toujours surprise.

Adorant les mélanges un peu bizarre, dès la deuxième piste où la voix de la chanteuse carresse les instruments, j’ai craqué. Bien que ne connaissant que trois mots – environ – de la langue de Tolstoï, j’ai été charmé par ce russe chanté.

Inutile de préciser que j’ai commandé un album en version digipack auprès du groupe. Et même si le délai annoncé est de 21 jours pour la livraison, j’espère le recevoir bien avant !

Le plus simple : écoutez et faites-vous votre propre opinion ! 🙂

Maz Plant Out : un mélange détonnant.

J’ai découvert le groupe français Maz Plant Out via un message d’Eric, responsable du site Au Bout du Fil.

Pour définir le groupe, je reprendais une partie de leur biographie :

MAZ PLANT OUT est un groupe Pop-Rock Indé composé de 5 musiciens. Porté par une voix envoûtante ce groupe à l’univers intimiste, féminin, coloré allie subtilement rythmes trip hop, puissance rock, corps sonores et virtuosité des cordes.

L’univers du groupe oscille entre soif de vivre et mélancolie : la bande originale de moments de vie, scénarios lunatiques.

Les influences du groupe vont de Fiona Apple à Maurice Ravel, en passant par Bjork, Radiohead, Massive Attack…

Je vous le concède, ça fait un mélange assez détonnant. Sur leur page officielle, j’ai pu écouter quatre extraits de leur premier album « Taste Of Home ». D

J’ai vraiment accroché, et pour pouvoir écouter l’album en entier, il n’y avait plus qu’une solution : leur page Deezer.

Le mélange des genres musicaux proposés par le groupe m’a tout de suite accroché l’oreille, et je me suis renseigné pour avoir une petite galette plastifiée.

Si vous aimez les groupes aux multiples influences et sachant les mélanger avec talent, laissez trainer vos oreilles du coté de Maz Plant Out, vous ne serez pas déçu !

« Songs from a Fall » de Robin Mitchell, un peu de douceur, ça fait du bien !

Encore une découverte que je dois à Toine du site @diffuser.net. Robin Mitchell est un auteur anglais qui mélange folk, jazz, blues et pop. Fin novembre 2012, il a livré son dernier EP en date, « Songs from a Fall ». Après l’avoir écouté, j’ai craqué, commandé un des 250 exemplaires en version physique.

Cet EP de 17 minutes commence en douceur avec « Steady Going ». En fermant les yeux, on pourrait s’imaginer autour d’un feu de camp, avec une personne en train de jouer de la guitare et de chanter. La mélodie est très accrochante, et on se laisse bercer.

Le deuxième titre, « Steps » est plus « dynamique ». Mais il est tout aussi accrocheur. Et un peu plus « pop » que le premier. Avec le troisième titre « Sparrows », on arrive dans de la folk des plus classique. La quatrième piste est celle que j’aime le moins, à cause de la fin trop répétitive. La dernière piste, « Fairground » clot en beauté les 17 minutes de cet album.

Il y a d’autres albums, la plupart en téléchargement gratuit. Il doit sûrement y avoir d’autres pépites à découvrir. Je vous laisse, je vais y poser une oreille 😉

Dernières découvertes « bandcampienne ».

Avec quelque chose comme 448 964 albums (au 11 mars 2012), on ne peut faire que des découvertes intéressantes sur ce site d’auto-promotion et d’auto-publication musicale. Et ce, durant pas mal de temps, ce qui change un peu de la sousoupe commerciale, et qui colle parfaitement à l’idée du black march.

Voici donc mes dernières découvertes.

Continuer la lecture de « Dernières découvertes « bandcampienne ». »

Kira, un temps de rêve.

Kira, c’est une artiste nord-américaine que j’ai découvert via Bandcamp. Elle décrit son style comme un mélange de musique folk, de musique gitane, de jazz, et de quelques textes en français. Sur son premier album (en espérant que ce ne soit pas le dernier), elle réinterprète magistralement le classique immortalisé par Ivo Livi, « Les Feuilles Mortes« .

Deux autres titres sont en français sur son album de 11 titres, un composé par elle même « Montagnes », et un classique de Charles Trenet « L’âme des poètes ».

Pour tout dire, dès que j’ai entendu le premier titre, j’ai eu un coup de coeur, qui n’a pas été déçu par la suite. L’ensemble est d’une douceur reposante, même si le 8ième titre « Destination » se détache un peu du reste.

Tout ce que j’ai à dire c’est : écoutez, vous avez tout à gagner. En grand amoureux des CDs, j’ai acheté un exemplaire du CD que j’ai reçu ce matin.

Et cerise sur le gateau ? L’album est sous licence Creative Commons, en CC-BY-NC-SA. En clair, on peut diffuser l’album, le remixer dans un but non commercial et en précisant qui est à l’origine du travail.

Un cadeau d’anniversaire avec 3 jours d’avance.. Quoique j’ai un espoir pour un autre album qui arrivera pour mon anniversaire si j’ai de la chance 😀

Elle s’accroche vivement… Ou comment Mazzy Star explose dès son premier album.

J’ai volontairement traduit le titre du premier album de Mazzy Star, dont la chanteuse n’est autre qu’une certaine… Hope Sandoval.

« She Hangs Brightly » est sorti en 1990, et déjà ce qui fera le succès du deuxième album (le meilleur selon moi) des Mazzy Star est déjà là : mélodie jazz pop, la voix magique d’Hope Sandoval, le coté éthéré de certaines composition. Dans une autre vie, il y a plus de 3 ans, j’avais posté un article sur « Fade Into You », tiré du deuxième album des Mazzy Star.

Continuer la lecture de « Elle s’accroche vivement… Ou comment Mazzy Star explose dès son premier album. »

Attention, vraie diva à l’oeuvre…

M’étant intéressé depuis peu au jazz, je découvre des chanteuses de Jazz qui envoie à la poubelle sans passer par la case recyclage des « hurleuses » actuelles, comme une certaine québécoise, ou une autre belge, les deux ayant participée à l’Eurovision en 1988 🙂

Après avoir découvert Ella Fitzgerald dans son excellent concert « Mack The Knife« , j’ai eu le souffle coupé – et parfois les larmes aux yeux – en écoutant le concert « testament » de Billie Holiday, « Lady In Satin ».

Enregistré quelques mois avant sa mort, ce concert est un bijou. Pour donner envie d’écouter le concert – par exemple sur une plateforme légale (quoique j’attends le vinyl de la collection d’Altaya) -, voici la première piste…

Bonne écoute.