Entre la censure sur Youtube et 5€ dépensés, bonne journée, non ?

Tout a commencé il y a une semaine quand j’ai appris qu’un troll avait déposé une annonce type « rencontre gay ». Résultat des courses, 45 SMS et coups de fil liés à cette fausse annonce, parfois à trois heures du matin.

Puis j’apprends qu’un youtubeur francophone linux plutôt connu abrite sur son canal discord quelques trolls célèbres… Après avoir eu un coup de sang, je fais une vidéo calme où je commente les captures d’écran en question.

Continuer la lecture de « Entre la censure sur Youtube et 5€ dépensés, bonne journée, non ? »

L’ubuntu-bashing : un effet de mode pour bien se faire voir dans certaines communautés linuxienne ?

Il y a une tendance latente dans le petit monde des utilisateurs de distributions GNU/Linux, surtout quand ceux-ci après s’être fait les dents sur Ubuntu partent vers des distributions plus techniques, voire carrément sur des distributions mères, comme la Debian GNU/Linux par exemple.

C’est de casser, avec une mauvaise foi digne de celles des personnes prises les doigts englués dans le pot de confiture, Ubuntu en lui faisant porter la responsabilité de tous les malheurs du monde.

Un peu comme les personnes qui s’étonnent actuellement que la version alpha de MS-Windows 10 récupère des données via un outil à la keylogger pour avoir des informations technique à exploiter par la suite et améliorer le produit final.

Ce sont aussi les mêmes personnes qui vont mettre des données plus ou moins intime sur leur compte chez le fesseur de caprins et de s’étonner qu’on sache tout d’eux. Mais passons.

Continuer la lecture de « L’ubuntu-bashing : un effet de mode pour bien se faire voir dans certaines communautés linuxienne ? »

La blogosphère francophone : quelle indépendance a-t-elle au final ?

Dans un article Cyrille Borne parle de la « prise de conscience » du blog qui est (était ?) à mes yeux l’exemple parfait de ce que la blogosphère francophone « professionnelle » : une photocopieuse à communiqué de presse, vivant de la publicité, donc avec une indépendance se réduisant comme une peau de chagrin.

Je vous renvoie à l’article, il résume très bien l’hypocrisie de la blogosphère francophone professionnelle. S’il y a de la publicité, vous pouvez tout aussi bien tourner les talons.

Mais il faut dire les choses comme elles sont, dès que la publicité apparait, l’indépendance disparait d’elle-même. Hier soir, dans le magazine Capital, un reportage était consacré au Low Cost.

Dans le reportage consacré aux smartphones d’entrée de gamme (qui sont suffisant pour nombre d’utilisateurs qui font du téléphone, du SMS, et quelques photos), on voyait une brochette de blogueurs invités par un fabriquant anglais du nom de Kazam, et qui après leur avoir fait l’article leur faisait cadeau du dernier « haut de gamme » de la marque, le Thunder Q4.5.

Et peu après, on voyait des captures d’écrans des sites qui parlaient – à n’en pas douter – en bien du smartphone qui valait dans les 170 €.

Je ne voudrais pas me montrer suspicieux, mais cela empeste l’opération de communication à plein nez, et au passage, on s’achète pour « un plat de lentille » des pages complaisantes.

Oserais-je dire que les blogueurs invités n’ont plus d’indépendance ? Que ce sont des idiots utiles qui permettent à une marque de se faire de la publicité à vil prix ?

Mais non, ce sont juste des êtres humains avec leur faiblesse. Mais c’est bien connu, l’humain est doué de raison et sait faire la différence entre un article « commandé » et un article vraiment critique (dans tous les sens du terme).

Mais il est vrai que cela fait longtemps que je n’ai plus lu un article comme celui d’un Amstrad 100% qui, parlant du merdissime Chicago’s 30 dans son numéro 13, en page 83, déclarait :

Tiens, je viens d’éteindre mon CPC. Tiens, la K7 de Chicago’s 30 vient de se retrouver dans la poubelle. Tiens quelqu’un profitant du fait que j’ai le dos tourné vient d’y mettre le feu dans l’intérêt de la santé publique. Mais comment je vais finir mon article, moi ?! »

La note était de 20%… Qui a vu de telles notes récemment, que ce soit dans un magazine ou sur un blog ?

Publicitaires contre publiphobes sur internet : une longue guerre.

Je suis internaute depuis 1997. Et depuis 1998-1999, époque où les connexions étaient d’une lenteur de tortue rhumatisante à trois pattes, la publicité s’est insérée dans les pages web.

L’une des premières versions ont été les publicités jaillissantes, alias « pop-up ». Les internautes qui ont connus cette époque doivent se souvenir que les anti-popups étaient devenus un outil indispensable. A l’époque, sans pop-ups, la navigation était infernale. Pour ne pas dire qu’on passait plus de temps à réduire ou fermer les popups qu’à naviguer sur du contenu informatif.

Les navigateurs internet alternatifs, en clair, tous sauf Internet Explorer jusqu’à sa version 7 (fin 2006), proposèrent rapidement des outils intégrés anti-popups. Pour Opera, je pense que Pierre d’Opera-fr pourra me donner la date précise. Mais pour Mozilla, j’ai trouvé la première référence remonte à la version 0.9.7 de la Suite Mozilla, sortie en décembre 2001, qui finalise un réglage introduit pour Mozilla 0.9.4 sortie en septembre 2001.

On peut y lire :

Mozilla has a new advanced preference panel for fine-grained JavaScript control. For instance, you can disallow pop up and pop-under windows without turning off JavaScript altogether. (Bug 75371)

Qu’on peut traduire par :

Mozilla a un nouveau panneau de préférence avancé pour un contrôle affiné de Javascript. Par exemple, vous pouvez désactiver les fenêtres jaillissantes et inférieures sans complètement désactivées JavaScript (Bug 75371)

Depuis ce fût un gigantesque jeu du chat et de la souris, perdu à chaque fois par les publicitaires. Maintenant, pour trouver des sites avec pop-ups, il faut bien chercher.

Continuer la lecture de « Publicitaires contre publiphobes sur internet : une longue guerre. »

Free #AdGate ou grand bal des hypocrites et des vierges effarouchées ?

La nouvelle version du micrologiciel de la FreeBox propose de bloquer les pubs. Benjamin Bayart, défenseur de la neutralité de la toile a précisé le point important dans un de ses messages : c’est une option que l’utilisateur peut désactiver en quelques secondes.

En gros, il suffit d’aller sur l’interface de gestion de la freebox, dans la configuration et de cliquer sur une simple option. Evidemment, c’est pas abordable par l’utilisateur lambda, ni complètement infaisable.

Oui, c’est un mouvement « dur ». Mais ceux qui gueulent ne sont-ils pas en partie hypocrite ?

Continuer la lecture de « Free #AdGate ou grand bal des hypocrites et des vierges effarouchées ? »

Quand les « culs-bénits » influençaient la Constitution Américaine… Le 18ième amendement…

Demain, ce sera le 93ième anniversaire de la ratification du 18ième amendement de la constitution américaine, celui qui établit ce qui est resté dans l’histoire du 20ième siècle connu sous le nom de « Prohibition ».

Alors que le Parti Républicain se déchire et que les candidats sont plus « culs-bénits » et « bigots » les uns que les autres, il est bon de revenir sur cette période de l’histoire nord américaine.

Sous la pression de ligue de tempérance, qui voulait bannir toute forme de boissons alcoolisées, dans le but de combattre les violences conjugales (but honorable), la prohibition des boissons alcoolisées se mit en place… La première section contient l’interdiction des boissons alcoolisées.

Section 1 : L’année suivant la ratification de cet article, la production, la vente ou le transport de boissons alcoolisées sont interdites. L’importation vers les États-Unis ou l’exportation en provenance des États-Unis et de tous les territoires sous leur juridiction à des fins de consommation sont également interdites.

Pour le plus grand bénéfice de mouvements mafieux qui tels les opérateurs téléphoniques historiques français se firent des testicules en or durant des années en vendant de l’alcool de contrebande souvent de mauvaise qualité. Et parfois de l’alcool en provenance de pays qui ne l’était pas, comme l’Europe continentale.

Il faut se souvenir que Scarface, Al Capone n’est tombé que suite à un contrôle fiscal, et nullement pour ses activités illégales concernant l’alcool.

Il faudrait que les personnalités politiques de tous les pays se souviennent que la prohibition pure et simple de substance est la porte ouverte à tous les trafics et à l’argent sale. Quelle que soit la prohibition en question. L’exemple de ce texte hypocrite ratifié il y a 93 ans le prouve bien.