N’est-il pas trop tard pour Haïku et d’autres hobbyOS ?

Qu’on ne se méprenne pas. J’ai toujours gardé pour BeOS et sa famille un coup de coeur technique. Je me souviens des heures que j’ai passé sur BeOS 4.5 que j’avais acheté à l’époque et sur lequel je me calmais les nerfs quand le MS-Windows de l’époque, le 98 SE commençait à me faciliter le transit intestinal.

C’est avec cet OS que j’ai commencé ma longue série de billets « Mémoires de Vieux Geek » en août 2012, il y a déjà 6 ans.

J’ai toujours été très intéressé par les différentes préversions d’Haïku. Mais je me dis que la bêta 1 de Haiku R1 qui arrive près de 6 ans après la dernière alpha me donne l’impression d’arriver trois ans trop tard. Non pas que la bêta soit inintéressante, mais BeOS, c’est la fin des années 1990 et le début des années 2000.

Même s’il y a eu la courte aventure Zeta aux alentours de 2005 à 2007, la base Be est depuis longtemps obsolète sur de nombreux plans.

Peut-on imaginer un OS qui en 2018 ne propose pas de multi-utilisateurs ? Qui proposent une version compilée avec gcc 2.7 (?) alors que gcc 8.2.1 est la dernière version en date au moment où je rédige ce billet début octobre 2018.

La dépêche parue sur Linuxfr montre le travail fait depuis la version alpha4 et c’est impressionnant.

J’ai pu testé rapidement l’ensemble dans une machine virtuelle. Résultat des courses : impossible de la faire démarrer dans VMWare, dans Qemu c’est la merde au niveau du réseau. Dans VirtualBox, il a fallu que je prenne une autre carte que celle définie par défaut pour avoir du réseau.

Continuer la lecture de « N’est-il pas trop tard pour Haïku et d’autres hobbyOS ? »

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac… I

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Bon week-end 🙂

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac…

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Bon week-end 🙂

Bon anniversaire, Haiku. Déjà 15 ans ?

Le 18 août 2016, le projet Haiku a fêté ses 15 ans. J’ai appris la nouvelle en lisant une dépếche sur LinuxFR. Je dois dire que ma première réaction a été de dire : « Merde, déjà 15 ans ? »

Mon dernier article sur Haiku, en dehors d’un billet « les projets fous du logiciel libre » en date de Noël 2015, remonte à novembre 2012, à l’époque de sortie de la version alpha 4. Environ 8 mois sont passés depuis mon dernier test de cette implémentation libre de BeOS. Voyons donc où il en est.

J’ai récupéré la dernière ISO de développement disponible à l’adresse suivante : http://download.haiku-os.org/nightly-images/x86_gcc2_hybrid/

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://download.haiku-os.org/nightly-images/x86_gcc2_hybrid/haiku-nightly-hrev50495-x86_gcc2_hybrid-cd.zip
–2016-08-19 12:31:58– http://download.haiku-os.org/nightly-images/x86_gcc2_hybrid/haiku-nightly-hrev50495-x86_gcc2_hybrid-cd.zip
Résolution de download.haiku-os.org (download.haiku-os.org)… 2a01:4f8:190:64c3::2, 78.46.189.196
Connexion à download.haiku-os.org (download.haiku-os.org)|2a01:4f8:190:64c3::2|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 301065529 (287M) [application/zip]
Sauvegarde en : « haiku-nightly-hrev50495-x86_gcc2_hybrid-cd.zip »

haiku-nightly-hrev5 100%[===================>] 287,12M 3,08MB/s in 93s

2016-08-19 12:33:31 (3,09 MB/s) — « haiku-nightly-hrev50495-x86_gcc2_hybrid-cd.zip » sauvegardé [301065529/301065529]

Continuer la lecture de « Bon anniversaire, Haiku. Déjà 15 ans ? »

On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif… Pourquoi oublier ce proverbe plein de réalisme ?

Derrière ce proverbe animalier, on trouve un problème lié à la fin de vie du vénérable et jadis détesté Microsoft Windows XP. Qui se souvient des articles haineux liés à l’activation de Microsoft Windows XP ? Pour les mémoires courtes, un article en anglais pour se souvenir de cette plaie qui a empoisonné la vie des utilisateurs en 2001-2002.


Même si Emmaubuntüs a poussé une gueulante justifiée
, il ne faut pas se leurrer. La plupart des personnes choisiront de changer d’ordinateur et ne se poseront pas plus de questions.

Ayant été faire mes courses alimentaires à l’hypermarché à l’oiseau cet après-midi, je suis passé au rayon micro-informatique. Outre le fait qu’il n’y a plus que quatre ordinateurs sous forme d’unité centrale pour une dizaine de PC portables et autant de tablettes, les prix sont étrangement bas, et les machines sous-équipées avec un classique : 4 Go de mémoire vive, 1 To de disque et un circuit vidéo ATI (donc pourri).

Le tout sous le dernier MS-Windows 8.1 qui se mettra à attaquer rapidement la falaise avec tous les inutiles-wares qui pollue une installation classique.

Inutile de préciser que les vendeurs avaient presque la salive coulant de la bouche en pensant à leur prime de fin de mois.

Le 17 avril, c’est la sortie de la nouvelle LTS d’Ubuntu avec sa floppée de versions officielles : Kubuntu, Xubuntu, Lubuntu pour ne prendre que les principales. Distribution devenue synonyme de Linux dans le grand public.

Certain(e)s linuxien(ne)s essayeront – et c’est tout à leur honneur – de voir quelques personnes utilisant le vénérable Microsoft Windows XP et essayeront de lui forcer la main en lui demandant de laisser sa chance à leur distribution GNU/Linux.

Cependant, cela risque de se casser les dents sur plusieurs obstacles. Le premier, c’est de pouvoir démarrer sur une clé USB.

Le deuxième, c’est de pouvoir faire fonctionner le matériel, en espérant que les prérequis seront largement dépassés. Pour la Xubuntu, même si cela date de la version 13.10 et que ce sera surement mis à jour, c’est sans appel : 20 Go de disques sont chaudement recommandés, ainsi que d’avoir au moins 1 Go de mémoire vive.

Ayant pu récupérer une ISO de la Xubuntu 14.04 LTS via le dépot des ISOs cdimage.ubuntu.com et la section xubuntu/daily-live/current, j’ai installé la Xubuntu 14.04 LTS.

L’installation demande presque 6 Go d’espace disque. Et vous n’aurez pas LibreOffice installé. Uniquement le duo Abiword et Gnumeric.

Continuer la lecture de « On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif… Pourquoi oublier ce proverbe plein de réalisme ? »

Mémoire d’un vieux geek : BeOS.

J’ai lu récemment sur OS News que la réécriture de BeOS en logiciel libre, Haiku avait pas mal, et qu’un port en version 64 bits était déjà bien avancé.

L’article en question sur le site officiel montre une version de Haiku 64 bits en action. Et parler d’Haiku, revient à parler d’un des OS que j’ai le plus aimé. BeOS. En fouillant dans mes archives, je pense que je pourrais retrouver le CD de la version 4.5 que j’avais du acheter à l’époque dans les 450 francs, soit dans les 69 € environ.

C’était en 1999. A l’époque, j’avais un Celeron 333, épaulé de 64 Mo de mémoire vive et d’un disque dur qui devait faire 8 Go (ou quelque chose de ce style). J’avais un MS-Windows 98 Se installé. Et en lisant le magazine Dream, j’avais entendu parler d’un OS révolutionnaire pour l’époque.

Imaginez donc : un OS qui démarrait en 5 secondes chrono ! Prévu pour le multimédia ! Véritablement multitâche ! En comparaison d’une surcouche graphique 32 bits d’un MS-DOS 16 bits, qui reconnaissait l’USB quand ça lui chantaît et qu’on devait réinstaller tous les trimestres, quel choc 🙂

J’avais bien essayé toutes les distributions GNU/Linux proposé dans les magazines de l’époque : RedHat, Mandrake Linux, Linux Khéops (dérivée de la Slackware Linux), mais à l’époque du noyau 2.2, c’était pas la joie, surtout au niveau reconnaissance matérielle et accéder au réseau, avoir le son, c’était le parcours du combattant 🙂

Bref, BeOS était l’OS parfait en comparaison de Windows 98Se. J’avoue que je passais de nombreuses heures à admirer comment le système tenait la charge, et j’avais même commencé à rédiger quelques textes que j’ai perdu.

Même si l’apparence des fenêtres étaient bizarres, elles s’affichaient rapidement. Il n’y avait presque aucun jeu, et quant à la navigation sur internet, il faut se souvenir qu’en 1999, c’est déjà presque la fin de Netscape et le début du règne d’Internet Explorer.

J’avoue qu’après la sortie de BeOS R5, j’ai été déçu, et comme la destinée de BeOS commençait à sentir le sapin, j’ai acheté avec de la mémoire vive un exemplaire du premier MS-Windows qui allait battre son record de longévité sur mes machines (6 mois !), MS-Windows 2000, le père de Windows-XP.

Je dois dire que j’attends beaucoup d’Haiku, et même s’il est en développement depuis l’an 2000, et que seulement 3 versions alpha sont sorties, ce serait avec un plaisir non dissimulé que je mettrais en place un dual boot avec une archlinux.

Ne serait-ce que pour le plaisir de retrouver BeOS, qui a bercé une partie de ma vie informatique 🙂

Haiku Alpha 2 : c’est du rapide.

La version logiciel libre du trop mal connu BeOS vient de sortir en version alpha2. Cette dépêche sur LinuxFr.org parle des nouveautés intéressantes, dont un début de support du wifi.

J’avais déjà parlé d’une pré-alpha2, et voici donc un aperçu de la version alpha2, car c’est toujours plaisant de parler d’autre chose que de Windows, Linux ou MacOS-X 🙂

J’ai donc récupéré l’image iso avec l’outil wget.

[fred@fredo-arch download]$ wget -c http://ftp.lip6.fr/pub/haiku/releases/r1alpha2/haiku-r1alpha2-iso.zip
–2010-05-10 21:20:14– http://ftp.lip6.fr/pub/haiku/releases/r1alpha2/haiku-r1alpha2-iso.zip
Résolution de ftp.lip6.fr… 195.83.118.1
Connexion vers ftp.lip6.fr|195.83.118.1|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 203767188 (194M) [application/zip]
Sauvegarde en : «haiku-r1alpha2-iso.zip»

100%[======================================>] 203 767 188 458K/s ds 5m 12s

2010-05-10 21:25:26 (638 KB/s) – «haiku-r1alpha2-iso.zip» sauvegardé [203767188/203767188]

Et l’habituel protocole de test a été appliqué 😉


[fred@fredo-arch download]$ qemu-img create -f qcow2 disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
[fred@fredo-arch download]$ kvm -hda disk.img -cdrom haiku-r1alpha2.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 équivaut à :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1500 -soundhw all -localtime -k fr

Bien qu’Haiku soit un système 32 bits, l’utilisation d’une machine virtuelle 64 bits n’a pas changé grand chose à la stabilité de l’ensemble.

Par rapport à mon précédent article, Haiku est vraiment plus équipé, et le navigateur basé sur Webkit, du nom de WebPositive – clin d’oeil au navigateur NetPositive fourni avec BeOS – bien qu’encore assez brut de décoffrage est intéressant à voir.

J’ai donc fait une petite vidéo en utilisant gtkrecordmydesktop. Le redémarrage est assez rapide (une grosse dizaine de secondes, la partie la plus longue étant du au chargement du bureau).

En tout cas, c’est du rapide.

Bon visionnage 😀

Un tour rapide de Haïku post-alpha1 :

Haiku, c’est un projet libre un peu fou : réécrire avec du code libre BeOS entièrement. Une première version alpha est sortie il y a quelques mois, et j’ai eu envie de tester une version post-alpha1 pour voir ce que cela donnait maintenant.

haiku post alpha1

J’ai donc récupérer une image ISO d’une version récente de développement de l’OS à l’adresse suivante : http://www.haiku-files.org/cd/index.php?show=all

Et j’ai lancé la machine virtuelle habituelle.


fred@frugalware:~/download$ qemu-img create -f qcow2 hai.img 32G
Formatting 'hai.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred@frugalware:~/download$ kvm32 -hda hai.img -cdrom haiku-nightly.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm32 est le raccourci pour :


qemu --enable-kvm -m 1500 -soundhw all -localtime -k fr

Ce qui frappe, c’est la vitesse de chargement : en moins de 5 secondes, le CD nous propose soit d’installer l’OS, soit de le tester en liveCD.

Continuer la lecture de « Un tour rapide de Haïku post-alpha1 : »