Voyons si ma boule de cristal a tenu le choc : le bilan de mes prédictions pour 2016.

Nous sommes donc début décembre 2016, et il est temps de faire le bilan de mes prédictions pour l’année 2016. Après tout, j’ai envie de voir à quel point je me suis planté… Ce qui fait donc de moi un non-expert, car je peux me planter et que je reconnais mes erreurs.

J’écrivais mon billet prédiction le lendemain de Noël 2015.

Quel est le résultat ? Voyons, voyons… Premier point :

Selon moi, ce sera l’année du quitte ou double pour au moins une distribution : la Devuan. En effet, alors que je rédige cet article, à moins d’une semaine du nouvel an 2016, toujours aucune nouvelle de la version béta de la première Devuan officielle.

En effet, 2016 a été une année prospère pour le fork idéologico-technique de Debian. Elle a vu l’arrivée d’une première béta en avril 2016, puis d’une deuxième béta fin novembre 2016. La version 1.0 basée sur Jessie est prévue pour 2017, à quelques mois de la sortie de la Debian GNU/Linux Stretch. Pas mal, donc !

Continuer la lecture de « Voyons si ma boule de cristal a tenu le choc : le bilan de mes prédictions pour 2016. »

Prédictions 2016 : deuxième bilan :)

Avec quelques heures d’avance sur le premier juin 2016, j’écris ce billet le 31 mai vers 17 h 10, je m’attaque au deuxième bilan d’étape de mes prédictions pour 2016. Je comptais publier le billet un peu plus tard courant juin, mais je me suis décidé à le faire un peu plus tôt que prévu.

Après un premier billet bilan intermédiaire le 9 mars 2016, voici donc le deuxième bilan d’étape.

Dans mon billet de décembre 2015, j’abordais en premier lieu la Devuan, et l’absence d’une première béta. L’attente aura été longue, et la première béta est sortie entre temps, fin avril 2016. Vieux motard que j’aimais 🙂

Sur ce plan, cela confirme ce que je disais, à savoir : « Selon moi, ce sera l’année du quitte ou double pour au moins une distribution : la Devuan. »

Reste à savoir comment l’équipe de la Devuan va arriver à sortir une nouvelle béta et soyons fou une version finale d’ici noël 2016. Si elle n’y arrive pas…

Sur le plan de la téléphonie mobile, je disais : « Le marché des OS pour smartphones l’a montré : il est verrouillé de chez verrouillé. Même Microsoft est un nain sur ce marché. »

L’annonce de l’abandon de la création de smartphone dédiés pour Windows Phone est un autre signe que vouloir s’introduire sur ce marché est pour le moment (et pour longtemps ?) un sacré casse gueule.

Quant à Ubuntu Touch, y a du progrès, mais la route est encore longue… Dixit ce test sur « Les Androides » de début mai 2016.

Continuer la lecture de « Prédictions 2016 : deuxième bilan 🙂 »

Humilions-nous en beauté… Mes prédictions pour l’année 2016.

Comme tous les ans, je m’amuse à participer au jeu des prédictions pour l’année à venir. Après un bilan somme toute pas trop mauvais pour les prédictions concerant l’année 2015 (cf le billet bilan de début décembre 2015), reproduisons l’exercice pour 2016. Je tiens à préciser que si l’article est daté du 26 decembre 2015, je l’ai rédigé la veille.

Allons-y gaiement. Commençons par le logiciel libre. Puisque c’est ma zone d’expertise, du moins sur certains plans 🙂

Selon moi, ce sera l’année du quitte ou double pour au moins une distribution : la Devuan. En effet, alors que je rédige cet article, à moins d’une semaine du nouvel an 2016, toujours aucune nouvelle de la version béta de la première Devuan officielle. Comme je l’avais précisé dans le billet bilan :

Pour la Devuan, comme je l’ai exprimé dans un billet récent, elle souffre d’un retard pris suite à la réécriture du système de gestion des périphériques, géré sous linux soit par udev, soit par eudev.

C’est ici le noeud du problème. De plus, ce qui n’aide pas, c’est que la Debian GNU/Linux Wheezy, la dernière en date à proposer par défaut un système d’init à la sysVinit sera supporté au moins jusqu’à mai 2018, par l’équipe LTS qui s’occupe des distributions en fin de vie technique.

Continuer la lecture de « Humilions-nous en beauté… Mes prédictions pour l’année 2016. »

Les distributions GNU/Linux 100% libres reconnues par la Free Software Foundation : quel bilan en cet été 2015 ? Première partie.

Fin octobre 2012, je dressais un bilan des distributions GNU/Linux 100% libre, sous la forme de 3 articles, deux parus le 30 octobre : le premier parlant de la Blag Linux et de la Dragora, le second de la gNewSense et de la Parabola GNU/Linux. Un dernier, le 31 octobre parlait de la Trisquel GNU/Linux, de la Ututo et de la Venenux. Vu la longueur de l’article, deux parties sont nécessaires. Publier la première partie de cet article le jour même de la sortie de MS-Windows 10, à savoir le 29 juillet 2015 est un clin d’oeil au parangon du logiciel privateur.

Les distributions GNU/Linux de cet article en deux parties sont celles qui collent au mieux des idéaux défendus par la Free Software Foundation. Elles font donc partie des quelques 281 distributions encore en activité indexées sur distrowatch au 27 juillet 2015. Sans oublier les 262 en attente d’indexation.

Donc, si vous ne trouvez pas votre bonheur ici en terme de distributions GNU/Linux, vous le trouverez sans problème ailleurs 🙂

Pour la Blag Linux, qui est une vaste moquerie (il suffit de voir la vitalité des listes de publications, que ce soit la liste utilisateur ou développeur qui n’a connu aucun message entre février et juin 2015), je reviendrai à ce que je disais dans un article coup de gueule d’octobre 2014 :

Et la goutte d’eau qui fait déborder le vase ? L’annonce de publication de la version qui s’avère être une… version alpha ! En clair, on est passé (capture d’écran et vidéo à l’appui) d’une version dite stable à une alpha qui est le premier stade de développement d’une distribution !

Si cela n’est pas du « on se moque du monde » en version XXXL, qu’est-ce que c’est ? Autant dire que le projet GDNewHat qui était vraiment utilisable, modulo le caricatural GNU/Icecat fourni avec la distribution s’est sabordé pour rien.

Inutile de préciser que cela disqualifie la Blag Linux et qu’il n’est pas besoin de gaspiller de l’encre électronique en plus sur ce projet qui meurt à petit feu.

Continuer la lecture de « Les distributions GNU/Linux 100% libres reconnues par la Free Software Foundation : quel bilan en cet été 2015 ? Première partie. »

BLAG Linux 200000 : un point rapide à trois semaine de la sortie de la version finale.

Dans le petit monde des distributions GNU/Linux reconnues comme libres par la Free Software Foundation, il n’y a pas grand chose de vraiment utilisable au quotidien.

En dehors des Parabola GNU/Linux (une archlinux liberée) et Trisquel (une ubuntu libérée), le reste est plus folklorique qu’autre chose. Je me tairais pas simple charité en ce qui concerne la gNewSense ou encore la Dragora GNU/Linux.

Dans un article assez récent, j’ai parlé de la fin de vie de la GDNewHat car la BLAG (pour Brixton Linux Action Group) Linux reprenait du service.

J’ai parlé de la BLAG Linux 200000 (basée sur la Fedora Linux 20) en mai 2014. Le test à l’époque se basait sur l’ISO de la version Mate. Les dépots n’avaient pas été encore activés à l’époque.

Or, avec l’arrivée de la Blag Linux 200000 pour le 22 octobre (dixit l’outil de suivi), j’en ai déduit que les dépots étaient fonctionnels. Le projet doit être quand même bien avancé, même s’il manque encore un peu de polissage et de finition graphique.

Pour varier les plaisirs, j’ai pris l’ISO de la version pre-alpha avec Gnome. J’ai créé une machine virtuelle qemu et j’y ai lancé l’ISO. Après le démarrage, c’est Gnome 3.10 qui nous accueille. Logique, c’est la version officielle de la Fedora Linux 20 à sa sortie.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-blag.img 128G
Formatting 'disk-blag.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-blag.img -cdrom BLAG200000-Live-CD-GNOME-Pre-Alpha-x86_64.iso -boot order=cd &

Continuer la lecture de « BLAG Linux 200000 : un point rapide à trois semaine de la sortie de la version finale. »

En vrac’ rapide et libre

Puisque je suis d’humeur à écrire aujourd’hui, un en vrac’ rapide et libre.

C’est tout pour aujourd’hui !

En vrac’ rapide et libre dominical

Un petit en vrac’ dominical.

Désolé, c’est tout, mais il est fait trop chaud pour rédiger un en vrac’ plus long 😉

gNewSense, la distribution GNU/Linux 100% libre qui jette l’opprobre sur le reste de ses consoeurs ?

Utiliser une distribution GNU/Linux 100% libre étant l’idéal du libriste barbu qui se parfume au patchouli, donc celui de la Free Software Foundation. Et il n’y a pas franchement beaucoup de choix.

Entre la Trisquel GNU/Linux 6.0 LTS qui est sortie avec beaucoup de retard, et un bilan peu appetissant si on veut une distribution libre qui ne sente pas le faisandé, comme je le disais en octobre 2012, il ne reste plus grand chose à se mettre sous la dent, mis à part la Parabola GNU/Linux qui est une Archlinux à la sauce libre, ou la Debian GNU/Linux Wheezy qui est 100% libre ou presque dès le départ.

La sortie de la première béta de la gNewSense 3, qui historiquement est une des premières distributions se voulant libre ne risque pas d’améliorer l’image des distributions 100% libre.

Elle est basée – est-ce liée à des problèmes d’ordre pratique ? – sur la Debian GNU/linux Squeeze, oui, la Debian GNU/linux sortie en Février 2011 !

J’ai donc récupérer l’ISO LiveCD pour pouvoir l’installer rapidement de la version 32 bits de la distribution gNewSense 3 beta 1. En effet, il n’y a pas d’ISO 64 bits disponible en pour le moment, dixit l’annonce officielle. Et pour gagner du temps, je suis passé par le réseau des tipiak, BitTorrent.

Ensuite, j’ai utilisé une machine virtuelle VirtualBox pour voir à quoi ressemble la distribution gNewSense 3 au niveau de cette première béta.

J’ai choisi l’option « Gui Install » qui permet d’utiliser l’installateur de la Debian GNU/Linux Squeeze. Donc simple et efficace.

Continuer la lecture de « gNewSense, la distribution GNU/Linux 100% libre qui jette l’opprobre sur le reste de ses consoeurs ? »

En vrac’ rapide et libre.

Une petit en vrac’ de lien en rapport avec le libre.

Voila, c’est tout 😀

Un aperçu de gNewSense 3.0, ou comment retourner 3 ans en arrière…

Le projet de distribution GNU/Linux libre – au sens entendu par la Free Software Foundation – gNewSense n’a rien sorti depuis 2009, dixit la page distrowatch de la distribution. Cependant, on peut toujours avoir un aperçu de ce que sera la version 3.0, basée désormais sur Debian GNU/Linux et non plus Ubuntu, dixit la FAQ.

J’ai donc suivi les instructions disponible sur la page « Debootstrapping gNewSense » pour voir l’ensemble en action. Et j’ai utilisé comme CD de départ celui la gNewSense 2.3.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-system-i386 --enable-kvm -m 2048 -k fr -soundhw all -usb -hda disk.img -cdrom gnewsense-livecd-deltah-i386-2.3.iso -boot order=cd &

J’ai utilisé directement un appel à qemu en lieu et place de l’alias kvm32 car l’option vga std ne me permettait pas de démarrer la machine virtuelle en mode graphique.

Continuer la lecture de « Un aperçu de gNewSense 3.0, ou comment retourner 3 ans en arrière… »

Les distributions GNU/Linux pour puriste : quel bilan actuellement ? Deuxième partie.

Après la Blag Linux et la Dragora Linux, passons donc à la gNewSense et la Parabola GNU/Linux.

La gNewSense est basée sur ubuntu, et uniquement disponible en 32 bits. Le lancement semble coincer avec qemu, au niveau graphique, rien ne s’affichant à part l’écran annonçant qu’il y a un problème.

Continuer la lecture de « Les distributions GNU/Linux pour puriste : quel bilan actuellement ? Deuxième partie. »

Les distributions GNU/Linux pour puristes : quel bilan actuellement ? Première partie.

Pour les barbus de chez barbus, les puristes de chez les puristes, il ne faut utiliser aucun logiciel non libre. Le saint Graal des puristes. Ayant pris la liste des distributions officiellement déclarées « compatibles » avec les idéaux de la Free Software Foundation, je n’ai conservé que celle qui ont pour but d’être aussi neutre que possible sur le plan de l’utilisation qu’on peut en faire.

J’ai donc pris par ordre alphabétique :

  1. La Blag Linux
  2. La Dragora
  3. La gNewSense
  4. La Parabola GNU/Linux
  5. La Trisquel
  6. La Ututo
  7. La Venenux

Dans cette première partie, je vais parler de la Blag Linux et de la Dragora Linux. Pour chacune d’entre elle, j’ai récupéré, si c’est possible, la version 64 bits. Et chacune dans une machine virtuelle qemu, en recyclant le disque dur virtuel utilisé.

Continuer la lecture de « Les distributions GNU/Linux pour puristes : quel bilan actuellement ? Première partie. »

gNewSense 2.1 : vraiment libre ? ;)

Derrière ce titre polémique se cache le test de la dernière gNewSense en date : la version 2.1. Cette distribution dérivée de la Ubuntu 8.04 LTS se veut libre des pilotes propriétaires et de tout ce qui n’est pas libre, au sens développé par la Free Software Foundation. J’avais déjà testé une version au moins d’avril dernier.

Parmis les nouveautés agréables de cette distribution qui n’a pas encore de version 64 bits, un écran de démarrage comme celui des distributions classiques. J’ai utilisé une machine virtuelle kvm avec les lignes de commandes habituelles :

fred@fred-laptop:~/download$ qemu-img create -f raw gnew.img 32G
Formatting 'gnew.img', fmt=raw, size=33554432 kB
fred@fred-laptop:~/download$ kvm -m 768 -hda gnew.img -k fr -localtime -soundhw es1370 -usb -cdrom gnewsense-livecd-deltah-2.1.iso -boot d &

Ecran de démarrage de gNewSense 2.0

Après une installation simplissime, et avoir trafiqué le fichier xorg.conf pour avoir une résolution 1024×768 à la place d’une résolution 1280×800, j’ai un environnement aux jolis tons bleutés.

Pas de Mozilla Firefox, mais un Epiphany renommé WebBrowser.

epiphany-2.22.2 sous gNewSense

Il semblerait que gNewSense ait « virer sa cutie » et propose des logiciels utilisant Mono, implémentation libre du .net framework de Microsoft qui est tout sauf une technologie libre de tout brevet. Ce qui ne donne pas franchement envie d’utiliser une telle technologie, surtout avec le passé remplis de cadavre de la firme de Redmond (Netscape, OS/2, Wordperfect, Lotus-1.2.3 etc…)

F-spot, logiciel en mono sous gNewSense

Qui nous piquait déjà une crise pour un simple logo dans Mozilla Firefox ? 🙂

Comme dans mon précédent article, flash est remplacé par Swfdec, et Java par IcedTea.

flash à l'action sous gNewSense

java sous gNewSense

Que dire pour conclure : que gNewSense semble enfin être utilisable par des personnes qui sont des fanatiques du logiciel libre, mais vraiment les fanatiques de chez fanatiques 🙂

gNewSense 1.9 : vers un ubuntu 100% libre à la sauce « GNU » ?

gNewSense – et son pendant Gobuntu – ont pour but de respecter presque « dictatorialement » la notion de liberté defendue par le projet GNU : à savoir réduire à néant toute présence de logiciels ne respectant pas une licence libre, idéalement la Gnu Publishing License.

Lisant sur Distrowatch l’arrivée d’une version « béta » de la 2.0 de gNewSense (la version 1.0 sortie jadis se basait sur la Ubuntu 6.06 LTS), j’en ai profité pour l’installer et la lancer dans une machine virtuelle KVM.

écran de démarrage de gNewSense

Dans l’ensemble, le système ressemble à la logithèque disponible dans la Ubuntu Hardy Heron, mais sans les pilotes et autres logiciels propriétaires, et qu’Epiphany remplace le « non-libre » Firefox, même si ce dernier s’appelle Navigateur Web 🙂

java dans Epiphany sous gNewSense

Sur le plan pratique, on peut facilement installer Java via Iced Tea, et le greffon qui va bien est disponible pour le navigateur internet.

Installation de Java dans gNewSense

Par contre, l’installation de flash via le paquet swfdec ne semble pas complètement opérationnel, ceci étant surement lié à l’utilisation de paquets non-libre et donc incompatible avec la philosophie de la distribution.

C’est une distribution intéressante, même si au final, elle risque d’avoir un public assez restreint, celui des « extrémistes » libristes.