14 mois sans Adobe Flash : bilan sur le « long terme ».

Début juin 2014, je me décidais de faire exécuter une commande sur ma distribution Archlinux :

yaourt -Rcs flashplugin

Oui, j’effaçais le greffon Adobe Flash de mon ordinateur. Il faut dire que le dernier frein que j’avais à l’époque, c’était l’utilisation de Bandcamp. Mais comme celui-ci fonctionnait très bien avec les technologies audio HTML5, pourquoi s’ennuyer ?

14 mois sont passés, et j’ai voulu faire un bilan de cette année sans le greffon ou plutôt l’usine à faille de sécurité d’Adobe. Les quelques jours de blocage du greffon Adobe Flash par la Fondation Mozilla ont été épiques et suffisamment relayés.

Outre le fait que j’ai un logiciel non libre en moins sur mon ordinateur et que les implémentations libres de Flash sont au mieux risible, au pire pitoyable et qu’il faut savoir arrêter l’acharnement thérapeutique, je n’ai pas vraiment subi de pertes énormes.

Mis à part Deezer – qui n’est pas une grosse perte au final – les principaux sites audios et vidéos fonctionnent très bien, sinon mieux avec les technologies HTML5. Que ce soit Youtube, Dailymotion, Bandcamp, Jamendo ou encore le moribond Soundcloud, nul besoin de la faille de sécurité ambulante qu’est Adobe Flash. Je n’ai pas pu vérifier pour Spotify, n’ayant pas de compte ouvert sur le dit site.

Continuer la lecture de « 14 mois sans Adobe Flash : bilan sur le « long terme ». »

Les implémentations de libre d’Adobe Flash : une guerre perdue d’avance ?

Derrière ce titre un peu provocateur se cache une réalité. Les implémentations libres d’Adobe Flash sont très moyennes et encore, je suis très gentil.

Depuis l’annonce de la fin du support programmée d’Adobe Flash pour linux en dehors de Google Chrome / Chromium (annoncée en février 2012, l’abandon sera effectif en février 2017), elles n’ont pas su prendre le taureau par les cornes et réussi à se développer plus rapidement. En mai 2014, je traçais déjà un bilan peu flatteur de la situation.

J’ai abandonné Adobe Flash pour mon utilisation courante depuis juin 2014, et je n’ai pas ressenti l’obligation de réinstaller cette technologie. Le seul site qui ne fonctionne pas en HTML5 parmi ceux qu’il m’arrive de fréquenter ? Un certain service de musique en ligne du nom de… Deezer. Pas une grande perte dans l’absolu donc 😀

Pour Gnash, la situation est mauvaise. Outre le fait que j’ai laissé tomber la maintenance du port de de la version de développement de Gnash à cause d’un bug qui est ouvert depuis septembre 2014 à cause d’une version trop récente (merdre, comme dirait Ubu) des bibliothèques Boost, le port avance très très lentement.

Continuer la lecture de « Les implémentations de libre d’Adobe Flash : une guerre perdue d’avance ? »

Les logiciels libres sur lesquels il faudrait arrêter l’acharnement thérapeutique… Les implémentations libres d’Adobe Flash.

Cet article est le premier d’une liste de trois ou quatre articles sur des logiciels libres dont on se demande si l’acharnement thérapeutique est vraiment nécessaire.

Pour commencer cette série, je vais commencer par l’exemple typique de logiciels libres où l’acharnement thérapeutique est flagrant : les implémentations libres du greffon Adobe Flash.

Qu’on le veuille ou non, et ce n’est pas certains membres un peu trop coupés du monde réel de la Free Software Foundation qui me contrediront, Adobe Flash s’est imposé au fil des années comme un des médias principaux pour la vidéo et l’audio en ligne.

Même si les technologies liées à HTML5 commencent à pointer le bout de leur nez sur des sites incontournables comme Youtube, force est de constater que l’on est encore très loin de la masse critique permettant un retournement de la situation.

Jadis, l’une des implémentations les plus avancées du greffon Adobe Flash fut swfdec. Malheureusement, il n’y a plus eu de versions depuis 2008, ce qui est dommage.

On fut alors obligé de se retourner vers Gnash. M’occupant de maintenir en vie le port de la version de développement de Gnash sur AUR, via le paquet gnash-trunk-git, je sais que le développement est très lent. Pour mémoire, la dernière version « stable » est sortie en… février 2012 !

Continuer la lecture de « Les logiciels libres sur lesquels il faudrait arrêter l’acharnement thérapeutique… Les implémentations libres d’Adobe Flash. »

Après une Trisquel GNU/Linux décevante, voyons où en est la Parabola GNU/Linux.

Hier, je parlais de la Trisquel GNU/Linux 6.0, qui m’a vraiment déçue. J’ai donc voulu voir où en était la Parabola GNU/Linux. La première que j’en avais parlé, c’était en janvier 2012, puis de nouveau en octobre 2012, lors du deuxième volet d’un article en 3 parties.

Même si l’on peut migrer d’une ArchLinux vers une Parabola GNU/Linux, j’ai trouvé qu’il était plus « propre » et plus simple d’installer directement la Parabola GNU/Linux en utilisant la dernière ISO disponible. Sachant que l’installation se fait en ligne, on est tout de suite certain d’avoir une Parabola GNU/Linux à jour.

J’ai donc récupéré l’ISO d’octobre 2012, qui permet d’installer soit une version 32 bits, soit une version 64 bits de la distribution.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://m.tiddles.me/parabola-2012.10.17-dual.iso
–2013-03-13 11:42:13– http://m.tiddles.me/parabola-2012.10.17-dual.iso
Résolution de m.tiddles.me (m.tiddles.me)… 2400:8900::f03c:91ff:fedf:65b4, 106.186.21.31
Connexion vers m.tiddles.me (m.tiddles.me)|2400:8900::f03c:91ff:fedf:65b4|:80…échec: Connexion refusée.
Connexion vers m.tiddles.me (m.tiddles.me)|106.186.21.31|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 385875968 (368M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «parabola-2012.10.17-dual.iso»

100%[======================================>] 385 875 968 581KB/s ds 8m 32s

2013-03-13 11:50:45 (736 KB/s) – «parabola-2012.10.17-dual.iso» sauvegardé [385875968/385875968]

Et j’ai lancé ma machine virtuelle habituelle, qemu avec un disque virtuel de 128 Go et 2 Go de mémoire vive.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom parabola-2012.10.17-dual.iso -boot order=cd &

La procédure d’installation est identique à 99,9% la même que celle que j’ai décrit dans un article précédent.

Continuer la lecture de « Après une Trisquel GNU/Linux décevante, voyons où en est la Parabola GNU/Linux. »

On est tous les glabres de barbus plus ou moins… poilus.

Par barbus, je pense bien entendu aux fondamentalistes, qu’ils soient religieux (Salafistes ou Talibans, ultra-orthodoxe juif, Fraternité Saint Pie X, certains mouvements évangéliques, fondamentalistes hindous, etc…) ou libristes.

Définissons le fondamentaliste libriste : pour cette personne, Richard Matthew Stallman n’est rien d’autre que Saint Ignicius. La GPL (quelque soit sa version) est la seule vraie licence, et doit être appliquée sans autre forme de procès. Sans oublier la AGPL (pour les logiciels réseaux), la LGPL (quand on a pas le choix et qu’on doit utiliser du code non libre) et la FDL pour la documentation.

On se doit d’utiliser – en attendant GNU/Hurd quand il sortira un jour – d’utiliser le noyau linux, et si possible, le noyau linux libre, ou une distribution ointe comme étant libre au sens de la Free Software Foundation.

Sans oublier que le fondamentaliste libriste utilisera des codecs libres pour la vidéo et l’audio. Vous ne trouverez aucun fichier musicaux en mp3, mais en ogg. Aucun fichier au format divx, mais des video en theora, et ainsi de suite.

Vous ne verrez pas chez lui Mozilla Firefox, mais sa version libre, Gnu Icecat.

Continuer la lecture de « On est tous les glabres de barbus plus ou moins… poilus. »

Google et la Free Software Foundation sont-elles schizophrènes ?

Cet article m’est venu suite à la remarque d’Antistress et sur un de ses commentaires qui fleure bon l’idéalisme :

Le code est tout à fait officiel, il vient de YouTube lui-même.
Tu veux dire qu’il est en version d’essai ? Combien de logiciels libres que tu utilises n’ont pas atteint la révison 1.0 ? Sois sérieux 😉
Le code sert à pouvoir désactiver Flash et, constatant qu’il n’est plus utile, le désinstaller.
Il s’agit de sortir du cercle pernicieux du flash everywhere

Ce serait vrai si on se limitait à visionner des vidéos sur la toile. Mais nombre de services musicaux (comme celui qui s’est défroqué devant les demandes excessives des copieurs de galettes de plastique) n’utilisait pas la technologie flash.

Cependant, cette volonté d’abandonner cette technologie omniprésente est un brin contrarié par une forme de schizophrénie de Google et de la Free Software Foundation.

Je m’explique.

Google – dont les serveurs sont l’épine dorsale de Youtube – propose avec son navigateur Google Chrome un logiciel sous forme de greffon qui s’appelle… Adobe Flash.

Par exemple, cet article concernant la version 10 de Google Chrome publié par Cnet.

De son côté, la Free Software Foundation, connu pour son combat pour le logiciel libre, propose un outil qui implémente les fonctionnalités de Flash, sous le nom de GNU Gnash.

Flash est – malheureusement – incontournable de nos jours. Penser qu’un seul acteur comme Youtube qui laisserait tomber flash en forçant webm et le html5 par défaut pourrait faire tout basculer est un peu « trop » idéal à mon goût.

Mais peut-être que mes 13 années sur le réseau des réseaux m’ont fait comprendre que des technologies naissent, se développent et disparaissent plus ou moins.

Je vais donc rajouter le code non encore officialisé par Youtube pour les vidéos, même si par défaut, si flash est utilisé pour d’autres genres de sites, celui-ci aura la main sur la technologie ouverte WebM.

Utiliser une version de développement de Gnash avec Archlinux.

Même si la technologie Adobe Flash est une horreur, il faut bien avoir un logiciel pour lire les fichiers flash sur la toile. Du moins, le temps que le html5 prenne son envol.

Comme je l’ai annoncé récemment, gnash qui semble bien mal en point semble continuer à viser l’avenir, et pour se faire, ils viennent de quitter l’outil de suivi de code source Bazaar pour git.

Dans le dépot tiers qu’est le Arch User Repository, on trouve un sacret paquet de versions pour gnash (plus ou moins périmées et / ou obsolètes).

AUR et gnash... Bon courage !

Voulant avoir une version qui utilise git, j’ai donc pris la version gnash-trunk-bzr-1.3, puis ayant recopié une partie du code source du PKGBUILD de vlc-git, je suis arrivé à obtenir un PKGBUILD fonctionnel, que voici ci-dessous :

# Contributor: Carlos Sanchez
# Maintainer for Parabola GNU/Linux: Omar Botta
# Contributor: Frederic Bezies
#
# Based on work made by Carlos Sanchez
#
pkgname=gnash-trunk-git
pkgver=20100813
pkgrel=1
pkgdesc= »Gnash is the GNU SWF Player based on GameSWF. Development version based on git »
arch=(‘i686’ ‘x86_64’)
url= »http://www.gnu.org/software/gnash/ »
license=(‘GPLv3+’)
makedepends=(‘git’ ‘automake’ ‘autoconf’ ‘gettext’ ‘libtool’)
depends=(‘agg’ ‘atk’ ‘libxml2’ ‘curl’ ‘ffmpeg’ ‘boost’ ‘pango’ ‘libxi’ ‘gstreamer0.10’ ‘gstreamer0.10-base’ ‘gstreamer0.10-ffmpeg’ ‘gstreamer0.10-base-plugins’ ‘gstreamer0.10-good-plugins’ ‘gstreamer0.10-bad-plugins’ ‘gstreamer0.10-ugly-plugins’)
provides=(gnash-common gnash-gtk)
conflicts=(gnash-common gnash-gtk gnash-trunk-bzr)
replaces=(gnash-common gnash-gtk)
md5sums=(‘8fdf50aaf01d00ccd9d5aed84abe25ca’)

_gitroot=’git://git.sv.gnu.org/gnash.git’
_gitname=’gnash’
_buildir=${_gitname}-build

build() {
cd ${srcdir}

msg ‘Connecting to GIT server…’

if [ -d ${_gitname} ]; then
cd ${_gitname} && git pull origin
cd ..
else
git clone ${_gitroot}
fi

msg ‘GIT checkout done or server timeout.’

if [ -d ${_buildir} ]; then
msg ‘Cleaning previous build…’
rm -rf ${_buildir}
fi

git clone ${_gitname} ${_buildir}
cd ${_buildir}

msg ‘Generating necessary files…’

chmod +x autogen.sh
./autogen.sh
./configure –prefix=/usr \
–enable-renderer=agg \
–enable-gui=gtk \
–enable-sound=sdl \
–enable-media=gst \
–with-plugindir=/usr/lib/mozilla/plugins \
–disable-kparts3 \
–disable-kparts4 \
–disable-cygnal || return 1

make || return 1

make DESTDIR= »$pkgdir » install || return 1
make DESTDIR= »$pkgdir » install-plugins || return 1
}

J’ai proposé le paquet sous le nom de gnash-trunk-git.

Et voila le résultat, j’ai pris la publicité pour la Renault 21 qui faisait d’énorme clin d’oeil à la série de Patrick McGoohan, « Le Prisonnier ».

Gnash-trunk-git en action :)

Un simple yaourt -S gnash-trunk-git permettra d’installer le logiciel sous Archlinux.

Je pense que c’est assez facilement adaptable pour Frugalware. Faudra juste que j’essaye 🙂

Adieu flashplugin, bienvenu à… Gnash ;)

Avec la sortie de la version 10.1 de Flash Plugin, le port 64 bits qui avait été l’apanage de Linux 64 bits n’est plus maintenu.

C’est donc avec un petit peu d’appréhension que j’ai installé le plugin gnash, avec le support du ffmpeg dans gstreamer… Pourquoi ? Sinon, la moindre vidéo sur youtube (mon fournisseur principal de vidéo, Dailymotion refusant décidément de fonctionner avec Gnash)  ne fonctionne pas.

Sur mon Archlinux – à adapter selon votre distribution, cela s’est résumé à la ligne de commande suivante :

yaourt -S gstreamer0.10-ffpmeg gnash-gtk

Pour faire reconnaitre le plugin gnash dans mon Mozilla Firefox de développement, il m’a fallu faire un lien symbolique depuis /usr/lib/mozilla/plugins/libgnashplugin.so vers ~/.mozilla/plugins…

Et cela fonctionne… La preuve en image 😉

gnash 0.8.7 sur Youtube ;)

A propos, pour Youtube, si on ne bloque pas le cookie (via Edition / Préférences / Vie Privée), les vidéos ne sont pas affichées !

réglage pour les cookies ;)

Gnash 0.8.7… Peut mieux faire !

J’ai fait compilé sur ma Frugalware current la version 0.8.7 de Gnash sortie tout récemment. Pour arriver à ce but, j’ai pris le FrugalBuild de la version 0.8.5-2.

J’ai juste remplacé le pkgver par un 0.8.7, et le sha1sum par une version qui corresponde au paquet de source en tar.bz2. En clair, deux modifications assez rapide à faire.

Compilation de Gnash 0.8.7 sur Frugalware current

Après une compilation d’environ 50 minutes, j’ai tenté de voir le résultat, en utilisant par exemple des vidéos sur Youtube ou encore Dailymotion… Et le résultat est simple :

Je sais que c’est totalement injuste de juger de la valeur d’un logiciels sur deux sites, mais comme ce sont des sites ultra connus et qui sont aussi ceux qui utilise Flash pour fonctionner…

En tout cas, une chose est sure… Le chemin est encore long pour que Gnash soit une implémentation viable et libre de Flash 🙁

Du besoin d’une implémentation puissante et libre d’Adobe Flash – partie 3 – Gnash

Gnash est la deuxième alternative libre au greffon propriétaire Adobe Flash. Pour des raisons pratiques, et surtout pour avoir les résultats les plus à jour possible, j’ai récupéré une version de développement dite « bzr », via le paquet idoine sur aur.archlinux.org :

Pour avoir aussi le greffon flash pour le navigateur, j’ai modifié le fichier PKGBUILD :

# Contributor: Matthew Bauer
pkgname=gnash-bzr
pkgver=1
pkgrel=2
pkgdesc= »Gnash is an open source flashplayer. »
arch=(‘i686’ ‘x86_64’)
url= »http://www.gnu.org/software/gnash/ »
license=(‘GPL’)
depends=(‘agg’ ‘atk’ ‘libxml2’ ‘curl’ ‘libtool’ ‘ffmpeg’ ‘boost’ ‘pango’ ‘libxi’)
#ffmpeg-svn libdc1394
makedepends=(‘bzr’)
provides=(gnash-common gnash-gtk)
conflicts=(gnash-common gnash-gtk)

_bzrbranch=http://bzr.savannah.gnu.org/r/gnash/trunk
_bzrmod=trunk

build() {
cd ${srcdir}

msg « Connecting to the server…. »

bzr branch ${_bzrbranch} -q

msg « BZR checkout done or server timeout »
msg « Starting make… »

[ -d ./${_bzrmod}-build ] && rm -rf ./${_bzrmod}-build
cp -r ./${_bzrmod} ./${_bzrmod}-build
cd ./${_bzrmod}-build

sh autogen.sh
./configure –prefix=/usr \
–with-plugins-install=system \
–with-npapi-plugindir=/usr/lib/mozilla/plugins \
–disable-kparts \
–enable-gui=gtk \
–enable-z –enable-jpeg \
–enable-renderer=agg \
–enable-media=ffmpeg \
–enable-write \
–enable-avm \
–disable-cygnal
make || return 1
make DESTDIR=$pkgdir install install-plugin
}

L’option –enable-avm permet de compiler une version plus récente du langage actionscript.

La compilation se lance avec un petit makepkg.

Après 45 minutes de compilation, le paquet est prêt pour être installé avec un petit :

yaourt -U gnash-bzr-1-2-x86_64.pkg.tar.gz

Après avoir créé un lien symbolique du fichier /usr/lib/mozilla/plugins/libgnashplugin.so vers ~/.mozilla/plugins et relancé le navigateur, j’ai voulu tester les 3 sites que j’utilise principalement avec Adobe Flash : Youtube, Deezer et Dailymotion.

Les résultats ?

Du pire au meilleur.

Youtube : aucun controle pour les vidéos ne sont affichés. Surement une régression de la version de développement ?!

Gnash - post 0.8.6 - sur Youtube.

Dailymotion : les controles vidéos sont affichés, mais inactif.

Gnash - post 0.8.6 - sur Dailymotion

Deezer : on peut se connecter, mais rien ne s’affiche 🙁

Gnash - post 0.8.6 - sur Deezer.

Autant dire qu’il y a encore de la progression possible envisageable pour les implémentations libre d’Adobe Flash.

Du besoin d’une implémentation puissante et libre d’Adobe Flash – partie 1

Il y a quelques jours, Adobe annonçait l’arrivée de la première préversion d’Adobe Flash 10.1. Alors que la version 64 bits du greffon flash pour Linux en 64 bits n’a pas été mise à jour depuis juillet dernier, Adobe annonce que cette préversion est uniquement en 32 bits dixit Phoronix :

Alongside the Windows and Mac OS X beta releases was a 32-bit Linux build, but the 64-bit build isn’t yet available so those users will need to be use the earlier 64-bit beta.

Ce qui donne traduit :

A côté des versions bêta pour Windows et MacOS X il y aune version 32 bits pour linux, mais la version 64 bits n’est pas encore disponible donc les utilisateurs – de 64 bits – devront encore utiliser la version 64 bits précédente.

Ou utiliser nspluginwrapper, ce qui n’est pas franchement la joie. Il ne reste plus que deux options : gnash ou swfdec. Objet de deux articles qui viendront d’ici peu.