Bien choisir sa distribution GNU/Linux – édition 2016.

En avril 2015, je proposais un petit guide qui a été transformé en page. Un an plus tard, il fallait bien mettre à jour les conseils, non ? 🙂

Note : l’article est copié dans une page dédiée par simple sécurité.

Note 2 : j’ai rajouté quelques éclaircissements en fin d’article, suite à quelques commentaires.

Il m’arrive de recevoir des courriers électroniques qui me demandent : quelle distribution choisir ? Avec presque 275 distributions indexées encore vivantes, début juillet 2016, sur la bible de l’actualité linuxienne, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin sans avoir de détecteur de métaux pour se simplifier la tâche.

Voici donc une série de cinq commandements pour vous permettre de dégrossir votre recherche. Les listes ci-dessous sont aussi exhaustives que possible.

Premier commandement : Tu n’iras pas au-dela de la première génération descendante des distributions mères.

Par distribution mère, je parle des distributions nées entre 1992 et 2002 et toujours en vie de nos jours. Par ordre alphabétique :

  1. Archlinux (née en 2002)
  2. Debian GNU/Linux (née en 1993)
  3. Gentoo Linux (née en 1999) et sa « jumelle » Funtoo Linux plus simple d’accès par endroit
  4. Red Hat Linux (née en 1994) surtout connue pour son projet communautaire Fedora Linux (né en 2003)
  5. Slackware Linux (née en 1993)
  6. SuSE Linux (née en 1994) surtout connue pour sa dérivée OpenSUSE.

Si on prend leurs descendantes directes les plus connues, cela donne principalement :

  1. Manjaro Linux
  2. Ubuntu et ses saveurs officielles : Kubuntu, Xubuntu, Lubuntu, Ubuntu Gnome, Ubuntu Mate, Ubuntu Kylin
  3. Sabayon Linux ou encore la Calculate Linux
  4. CentOS Linux ou encore la Scientific Linux. Sans oublier l’excellent Viperr.
  5. SalixOS

Pour OpenSUSE, je n’ai rien qui me vienne à l’esprit 🙁

Pour la Debian GNU/Linux, je rajouterai des projets comme la HandyLinux par exemple. Les rares exemples de distributions « petites-filles » qui valent la peine ? LinuxMint, Emmabuntüs (classique ou en saveur Debian) sont les deux premiers noms qui me viennent à l’esprit.

J’allais oublier une distribution qui me tient à coeur, la descendante de la mythique Mandrake Linux, j’ai nommé la Mageia.

Deuxième commandement : toujours l’original à la copie tu préféreras.

Nombre d’environnements sont portables dans le monde GNU/Linux. Ce qui permet souvent d’avoir un environnement spécifique disponible sur les bases listées ci-dessus. Cependant, il y a un principe à appliquer. Si un environnement est proposée par une distribution, la meilleure expérience qu’on pourra en avoir est sur la dite distribution.

Continuer la lecture de « Bien choisir sa distribution GNU/Linux – édition 2016. »

Dis tonton Fred, ça ressemblait à quoi le monde du libre, il y a un an ? Épisode 3 : juin 2015.

Voici donc le troisième épisode de la série qui sent bon les vacances d’été et les neurones de élèves de classe de terminale qui sont en train de surchauffer… J’étais à leur place en… 19.. Non, je ne le dirai pas, ça me donnerait un sacré coup de vieux.

Mais revenons-en au logiciel libre, et voyons ce qu’il se passait il y a un an, mois pour mois. Vous avez du café ou du thé dans votre tasse préférée ? Si oui, on est parti !

Continuer la lecture de « Dis tonton Fred, ça ressemblait à quoi le monde du libre, il y a un an ? Épisode 3 : juin 2015. »

Comment bien choisir sa distribution GNU/Linux ? Quelques conseils.

Il m’arrive de recevoir des courriers électroniques qui me demandent : quelle distribution choisir ? Avec presque 300 distributions indexées encore vivantes, fin avril-début mai 2015, sur la bible de l’actualité linuxienne, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin sans avoir de détecteur de métaux pour se simplifier la tâche.

Cet article a été cloné dans une page pour rester en libre accès.

Voici donc une série de cinq commandements pour vous permettre de dégrossir votre recherche. Les listes ci-dessous sont aussi exhaustives que possible.

Premier commandement : Tu n’iras pas au-dela de la première génération descendante des distributions mères.

Par distribution mère, je parle des distributions nées entre 1992 et 2002 et toujours en vie de nos jours. Par ordre alphabétique :

  1. Archlinux (née en 2002)
  2. Debian GNU/Linux (née en 1993)
  3. Gentoo Linux (née en 1999) et sa « jumelle » Funtoo Linux plus simple d’accès par endroit
  4. Red Hat Linux (née en 1994) surtout connue pour son projet communautaire Fedora Linux (né en 2003)
  5. Slackware Linux (née en 1993)
  6. SuSE Linux (née en 1994) surtout connue pour sa dérivée OpenSUSE

Si on prend leurs descendantes directes les plus connues, cela donne principalement :

  1. Manjaro Linux
  2. Ubuntu et ses saveurs officielles : Kubuntu, Xubuntu, Lubuntu, Ubuntu Gnome, Ubuntu Mate, Ubuntu Kylin
  3. Sabayon Linux (en piteux état !) ou encore la Calculate Linux
  4. CentOS Linux ou encore la Scientific Linux. Sans oublier l’excellent Viperr.
  5. SalixOS
  6. Pour OpenSUSE, je n’ai rien qui me viennent à l’esprit 🙁

Pour la Debian GNU/Linux, je rajouterai des projets comme la HandyLinux par exemple. Les rares exemples de distributions « petites-filles » qui valent la peine ? LinuxMint, Emmabuntüs sont les deux premiers noms qui me viennent à l’esprit.

J’allais oublier une distribution qui me tient à coeur, la descendante de la mythique Mandrake Linux, j’ai nommé la Mageia.

Continuer la lecture de « Comment bien choisir sa distribution GNU/Linux ? Quelques conseils. »

Règlement de compte à Linux Corral, première partie : De la « Stockholmisation » croissante d’une partie des communautés informatiques.

Par « Stockholmisation », je veux bien sûr parler du phénomène psychologique connue sous le nom de Syndrome de Stockholm :

Il se définit ainsi :

Le syndrome de Stockholm désigne un phénomène psychologique où des otages partageant longtemps la vie de leurs geôliers développeraient une sorte d’empathie, voire de sympathie, ou de contagion émotionnelle avec ces derniers selon des mécanismes complexes d’identification et de survie.

Loin de moi l’idée de comparer une communauté informatique et de dire que les utilisateurs sont « otages » (je ne travaille pas pour certains médias bien connus pour détourner le mot usage de son sens étymologique) de la distribution qui fait fonctionner leurs ordinateurs. Non, mais on arrive parfois à un point qui fait presque se poser la question : « Où est passé le sens critique ? »

Dans un article de Cyrille Borne consacré à ma crise de colère et la fermeture temporaire du blog, suite à une saturation que je ne pouvais pas gérer autrement, le blogueur francophone libre au côté duquel je pourrais passer pour un pacifiste déclare :

La différence c’est que Fred s’en prend à une distribution Linux, certains fanboys sont tellement demeurés que toucher à leur distribution c’est comme si on touchait à leur mère. La moralité c’est que les gars se sentent si outrés qu’ils s’en prennent à la personne et pas aux idées au point effectivement d’en devenir insultants.[…] De l’autre côté, que dire d’une distribution qui essaie de réinventer la roue, faire un nouveau client mail qui marche à moitié quand des logiciels comme thunderbird ou claws mail existent, une distribution qui a plus de talent dans sa communication que dans sa prestation, oui on pourrait échanger.[…]

J’ai volontairement sauté le passage sur ma méthode de tests basée sur le pourquoi du comment de l’utilisation de machines virtuelles, j’y reviendrais dans un article plus tard, encore en rédaction au moment où je publie cet article.

C’est vrai, j’ai tendance – tout en prenant des pincettes – à dire ce que je pense de certains projets. Cela m’avait valu pas mal d’inimitié à une époque avec la communauté Ubuntu francophone, même si depuis, cela va beaucoup mieux.

J’ai aussi eu du fil à retordre avec feu PearOS qui était elle aussi un clone de l’interface graphique de MacOS-X. Pour mémoire, je vous renvoie à une interview de David Tavares, quelques mois avant que PearOS ne disparaisse du radar. Avec le recul, on peut se demander si les critiques sur la pertinence de mes tests est si mauvaise au final.

Sans oublier le mini-feuilleton sur Micro-R OS, qui comme je le pensais, s’est terminé en queue de poisson pour cette énième dérivée d’Ubuntu.

Continuer la lecture de « Règlement de compte à Linux Corral, première partie : De la « Stockholmisation » croissante d’une partie des communautés informatiques. »

Funtoo Linux avec Gnome : incroyable, un Gnome fonctionnant sans systemd ! :)

Suite aux diverses dérives liées au débat de la guerre des systèmes d’initialisation pour les distributions GNU/linux, j’ai voulu vérifier un message de Daniel Robbins père de la Gentoo Linux, puis de la Funtoo Linux : celui qui promet d’avoir Gnome 3.14.x sans utiliser le moindre composant de systemd.

En effet, sur le forum de la Funtoo Linux, depuis Gnome 3.12, on peut avoir un Gnome sans la couche systemd. Par curiosité, j’ai voulu vérifier cette information. La compilation de l’ensemble a pris plusieurs jours, car je n’ai pas de machine à consacrer pour une installation en 24/7. Et puis, c’est très formateur 🙂

De plus, les longues périodes de compilations m’ont permis de vivre ma vie, car on est loin de 25 à 30 minutes d’installation d’une distribution GNU/Linux avec des paquets prêts à l’emploi. Cela m’a permis de travailler sur la relecture de mon troisième roman… Les deux premiers sont toujours disponible sur mon espace Atramenta. Mais trève de bavardages, revenons à la distribution dont le leitmotiv est « Use the source, Luke ! » 🙂

Voici donc la chronologie, qui s’étale sur plusieurs jours, car certains logiciels, comme Webkit-gtk demande 6 bonnes heures de compilation en croisant les doigts 🙂

Lundi 8 décembre 2014 :

En utilisant le guide d’installation de la Funtoo Linux, j’ai mis en place la base, avec quelques modifications :

  • Une partition de swap de 4 Go, car les 2 Go recommandés sont souvent limite, surtout avec des logiciels très longs et lourds à recompiler.
  • J’ai utilisé le noyau vanilla-sources, histoire de pouvoir compiler rapidement le noyau et avoir une version plus récente et plus légère que le debian-sources conseillé.

Continuer la lecture de « Funtoo Linux avec Gnome : incroyable, un Gnome fonctionnant sans systemd ! 🙂 »

Funtoo Linux avec Mate-Desktop : le retour de la geekitude absolue ? Deuxième partie.

C’est la suite de la première partie. L’article a été rédigé entre le 16 et le 17 mai. J’ai arrêté la compilation des logiciels le 16 après avoir obtenu un Mate Desktop fonctionnel.

Après avoir vaqué à mes occupations, j’ai été confronté à ce chapelet d’une quinzaine de jurons de rarian qui refusait de se compiler avec la locale « fr_FR ». J’ai du remettre la locale en_US dans le fichier /etc/portage/make.conf pour que ce dernier se compile…

Après avoir corrigé ce bug à la chapelet d’une quinzaine de jurons, j’ai relancé l’opération de compilation, et je suis parti à d’autres occupations, car c’est passionnant de voir un logiciel se compiler 🙂

L’attente est largement plus longue que les 3 heures estimées… Il faut dire que webkit-gtk2 est recompilé… Même LibreOffice et ses 4 heures de compilations sur ma machine réelle feraient presque pâle figure ! Au final, c’est près de 5 h 30 d’attente pour compiler le moteur de rendu qui fait fonctionner Midori ou encore Web (le navigateur de Gnome).

Continuer la lecture de « Funtoo Linux avec Mate-Desktop : le retour de la geekitude absolue ? Deuxième partie. »

Funtoo Linux avec Mate-Desktop : le retour de la geekitude absolue ? Première partie.

Il y a environ 18 mois, j’avais essayé d’installer une Funtoo Linux avec Xfce, et la malchance avait été au rendez-vous à cause d’un bug du noyau 🙁

Cette fois, j’ai décidé de tenter ma chance à nouveau, dans une machine Qemu, mais avec Mate Desktop en lieu et place de Xfce. Cela a demandé 4 bonnes heures de compilations intense pour la première partie. Il est vrai que cela aurait été largement plus rapide sur une machine réelle, mais je n’en avais pas sous la main pour installer la Funtoo Linux.

Pour l’installation de la base (avec un noyau linux 3.14.4), je suis parti d’une ISO de la SystemRescueCD, et en me basant sur le tutoriel disponible sur le site de la Funtoo Linux.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-funtoo.img 128G
Formatting 'disk-funtoo.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-funtoo.img -cdrom systemrescuecd-x86-4.2.0.iso -boot order=cd &

A la différence du tutoriel proposé que j’ai suivi au maximum, j’ai créé une partition /home séparée formatée en ext4 comme la partition /. Pour une simple et bonne raison : cela m’évitait d’oublier de faire compiler le support du xfs par le noyau.

Continuer la lecture de « Funtoo Linux avec Mate-Desktop : le retour de la geekitude absolue ? Première partie. »

Les distributions GNU/Linux basées sur les sources : en dehors du duo/duel gentoo-funtoo, point d’espoir ?

Dans le petit monde des distributions GNU/Linux, il existe deux grandes familles : les distributions proposant des paquets prêts à l’emploi (qui doit représenter 99% des distributions existantes ou ayant existées), et les distributions dites « sources » qui partent d’une base minimale, et où l’ensemble des outils tiers est compilé lors de l’installation et des mises à jour.

Pour info, la compilation d’une suite bureautique comme LibreOffice 4.0 demande environ 3 heures et demie sur mon ArchLinux avec comme machine un ordinateur avec un processeur Athlon II X2 215 (vitesse de pointe à 2800 Mhz, produit à partir de septembre 2009), 4 go de mémoire vive. Juste pour donner un ordre d’idée du temps qu’on peut passer à faire recompiler un logiciel.

Le but des distributions sources étant de proposer des logiciels prenant en compte les spécificités matérielles, et dont potentiellement plus réactives que des distributions GNU/linux à paquets prêt à l’emploi.

Les principales sont :

Pour les soeurs Gentoo Linux et Funtoo Linux, elles sont d’une vigueur incroyable, servant de base à des projets comme Sabayon Linux ou encore SystemRescueCD. Même si Funtoo Linux ne propose pas d’ISO d’installation, ses dépots sont mis à jour régulièrement.

Des ISOs d’installation pour la Gentoo Linux sont régulièrement proposées. Il suffit d’aller sur http://distfiles.gentoo.org/releases/amd64/current-iso/ (en remplaçant amd64 par x86 pour du PC 32 bits) pour s’en convaincre.

Continuer la lecture de « Les distributions GNU/Linux basées sur les sources : en dehors du duo/duel gentoo-funtoo, point d’espoir ? »

Funtoo Linux, suite et fin.

Dans un précédent article, j’avais été bloqué au redémarrage. La faute au xfs. Donc, j’ai retenté ma chance, et je suis reparti sur les routes de la geekitude informatique linuxienne – euh, y a pas un pléonasme ? – avec une Funtoo Linux, cependant, cette fois, j’ai utilisé VirtualBox et des partitions en / et /home en ext4.

Le point qui m’a le plus ennuyé, c’est la reconnaissance du circuit son, qui m’a fait recompiler au moins 3 fois le noyau. Pour l’affichage, un petit emerge xf86-video-virtualbox. Et surtout, ne pas nettoyer le code compilé du noyau, même s’il prend près de 700 Mo. Et comme je suis un grand fou furieux, j’ai utilisé le code source le plus proche de l’original pour le noyau, le paquet vanilla-sources, me permettant d’avoir le 3.6.6. Chez Gentoo Linux, on est limité au noyau linux 3.5.7 avec le même paquet.

Continuer la lecture de « Funtoo Linux, suite et fin. »

Installer une Funtoo avec Xfce : le retour, deuxième partie.

A la fin de la première partie, j’avais lancé la compilation de Xorg, avec un petit emerge x11-xorg Pour gagner du temps, j’ai rajouté la valeur VIDEO_CARDS= »vesa » dans le fichier /etc/portage/make.conf

Et j’ai profité de la compilation de Xorg pour générer les traductions nécessaire à l’utilisation de la Funtoo Linux.

Continuer la lecture de « Installer une Funtoo avec Xfce : le retour, deuxième partie. »

Installer une Funtoo avec Xfce : le retour.

Il y a plus d’un an de cela, j’avais voulu installer une Funtoo Linux avec Xfce à l’intérieur. Cependant, j’avais abandonné à cause d’un problème de paquets non compilable, au début de la mise en place de Xfce 4.8, à l’époque.

J’ai voulu retenter ma chance, étant obstiné, et voulant m’amuser avec la Funtoo Linux. Cette fois, j’utilise une machine qemu en lieu et place de la machine virtuelle VirtualBox utilisée précédemment. Et j’ai pris comme base la dernière ISO de SystemRescueCD en date, la version 3.1.1. Dès le démarrage, j’ai chargé l’agencement français pour le clavier. Cela m’a éviter de faire quelques gymnastiques mentales.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom systemrescuecd-x86-3.1.1.iso -boot order=cd &

Pour l’installation, j’ai utilisé le wiki de la Funtoo Linux.

Etant donné que j’utilise un disque de 128Go, j’ai pris le partitionnement ancienne génération.

Pour le partitionnement, j’ai suivi le schéma proposé par le tutoriel, faisant passer la taille de la partition racine à 20 Go, et la partition d’échange à 4 Go.

Continuer la lecture de « Installer une Funtoo avec Xfce : le retour. »

A la quête de la geekitude linuxienne. Installer une Funtoo avec Xfce 4.8 dans une machine virtuelle VirtualBox – Deuxième partie.

A la fin du premier article, la compilation de Xorg était commencée. Pour effectuer celle-ci, j’ai entré, suivant le wiki de Funtoo-Quebec :

emerge --ask xorg-x11 xterm xclock twm

Après une compilation de 45 minutes environ, X est compilé. Pour utiliser consolekit (composant indispensable pour gérer finement les outils par la suite), et pour contourner un bug, j’ai du utiliser ceci :


export EMERGE_DEFAULT_OPTS="--autounmask=n"
emerge consolekit

Et une fois consolekit compilé…

env-update && source /etc/profile
/etc/init.d/consolekit start
rc-update add consolekit default

La configuration de Xorg passe par une manipulation que j’ai évoqué dans le billet sur FreeBSD 9.0. J’ai installé quelques outils complémentaires : alsa-utils, sudo et wicd.

Continuer la lecture de « A la quête de la geekitude linuxienne. Installer une Funtoo avec Xfce 4.8 dans une machine virtuelle VirtualBox – Deuxième partie. »

A la quête de la geekitude linuxienne… Installer une Funtoo avec Xfce 4.8 dans une machine virtuelle VirtualBox – Première partie.

En cette journée du 31 octobre, j’ai voulu tester dans une machine virtuelle VirtualBox la distribution Funtoo, une soeur de la Gentoo. Comme VirtualBox me propose des environnement Gentoo et Gentoo 64 bits, je me suis dit : allons-y. Même si utiliser une distribution source dans un environnement virtualisé n’est pas le meilleur choix.

J’ai donc pris un environnement Gentoo 64 bits. J’ai utilisé l’ISO System-Rescue-CD pour avoir un environnement de démarrage. Cependant, et vu que c’est une distribution source pour la plus grosse partie, j’ai pris un gros disque dur virtuel, 64 GiO au lieu de l’habituel 32 GiO.

Après avoir démarré l’ISO, j’ai demandé le démarrage le plus léger possible, en 64 bits et en console.

Pour l’installation, j’ai suivi le wiki anglophone.

Continuer la lecture de « A la quête de la geekitude linuxienne… Installer une Funtoo avec Xfce 4.8 dans une machine virtuelle VirtualBox – Première partie. »

VLOS 2.0 béta 1 : pas encore très véloce… :)

Désolé pour le jeu de mots à 0,02 €… C’était trop tentant 😉

C’est une gentoo matinée de sabayon. En clair, une méta-distribution pour être humain.

Le 7 janvier, la version 2.0 béta 1 est sortie.

NB : Je sais que certaines personnes me diront qu’une distribution à la gentoo n’a aucun intérêt dans une machine virtuelle. Très bien. Si on veut se faire la main sur une gentoo pour sa culture générale, et que l’on a pas envie de se prendre la tête avec une vraie machine, on fait comment ? C’est quand même une solution souple, qui permet de se familiariser sans trop de problème avec ce genre de distribution.

Tout comme la Sabayon Linux, elle utilise l’outil anaconda pour être installée. Enfin, il faudrait préciser qu’elle utilise funtoo comme base, funtoo étant une version dérivée de la gentoo linux, dérivée mise au point par Daniel Robbins (lui même créateur de la gentoo linux en 1999) pour améliorer la gentoo linux.

Bref, pour simplifier : VLOS = funtoo (dérivée de gentoo) + anaconda + outils de la sabayon linux.

VLOS 2.0 Beta 1

J’ai donc récupéré l’image iso de la version 2.0 béta 1 de la VLOS. Ensuite, j’ai utilisé qemu pour créer une image disque de 32 Go et lancer l’émulation.


fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 vlos.img 32G
Formatting 'vlos.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ kvm -hda vlos.img -cdrom Vidalinux_2.0_beta1_amd64.iso -boot d &

Continuer la lecture de « VLOS 2.0 béta 1 : pas encore très véloce… 🙂 »