La rolling release, nouvelle mode dans le monde des distributions GNU/Linux ?

Il y a deux modèles dans le monde des distributions GNU/Linux : les fixed releases (basées sur une date plus ou moins fixée à l’avance) et les rolling releases (qui publie une image ISO d’installation à intervalles irréguliers et qui proposent des mises à jour en continu par la suite).

Historiquement ce sont les fixed releases qui se sont imposées. Le modèle rolling release n’est en effet apparu qu’avec l’Enoch Linux en 1999, plus connue sous le nom de Gentoo Linux, dont la version 1.0 est sortie en 2002.

La première moitié des années 2000 a été très fécond en terme de distribution rolling release. Outre la première Gentoo Linux, on peut citer principalement :

Oui, il y a au moins deux distributions rolling qui soufflent cette année leurs 15 bougies. Ce qui en dit long sur la supposée instabilité chronique des distributions en publication continue 🙂

Continuer la lecture de « La rolling release, nouvelle mode dans le monde des distributions GNU/Linux ? »

Et si on faisait un bilan au de bout de 5 ans des distributions GNU/Linux ? Première partie.

En faisant des recherches sur le taux de survie des entreprises sur 5 ans – dans le cadre d’une future activité professionnelle – j’ai pu lire que seulement 50% des projets lancés soufflaient leur cinquième bougie.

J’ai eu donc envie de me plonger dans les archives de mon blog de l’année 2012, et voir dans les distributions GNU/Linux dont j’ai parlé celles qui sont encore vivantes en 2017. Étant donné que je rédige ce billet en juin 2017, je vais me concentrer sur les distributions dont j’ai parlé entre janvier et juin 2012. J’ai fait sauter les doublons, étant donné qu’il y a eu quelques répétitions à l’époque 🙂

Commençons par Janvier 2012.

  1. 9 janvier 2012 : la DreamLinux 5.0Abandonnée en octobre 2012
  2. 13 janvier 2012 : l’alpha 3 d’une certaine Mageia 2… 🙂
  3. 13 janvier 2012 : la 0linux epsilon. Dont le site semble mort en ce 2 juin 2017 🙁
  4. 18 janvier 2012 : la Parabola GNU/linux avant l’arrivée du détesté systemd Houla 🙂
  5. 19 janvier 2012 : une pré-alpha 2 de la Ubuntu 12.04… 🙂
  6. 29 janvier 2012 : une préversion de la Frugalware Linux 1.6rc2

Donc déjà deux distributions dont j’avais parlé il y a 5 ans et qui nous ont quitté. Passons donc au mois de février 2012.

Continuer la lecture de « Et si on faisait un bilan au de bout de 5 ans des distributions GNU/Linux ? Première partie. »

Frugalware Linux 2.1 : un retour en demi-teinte… Par obligation ?

Ah, la Frugalware Linux… Distribution GNU/Linux utilisée en dur à l’époque de sa version 1.2 (ce qui remonte à six ans environ) durant 3 mois, puis une deuxième et dernière fois durant 15 jours, à l’époque de 1.3.

Ensuite, cela a été une histoire de tests réguliers pour combattre la malchance et les vacheries que me faisait cette distribution. Après, il y a eu une période de fâcherie, jusqu’à ce billet du mois de juillet 2016 où je voulais savoir où en était la Frugalware Linux post-2.0, 18 mois après sa sortie.

Je concluais l’article ainsi :

Comme je l’ai dit dans la vidéo, la distribution n’a jamais su se vendre auprès des utilisateurs et par extensions auprès des développeurs, ce qui est dommage car elle avait des qualités à revendre. Comme son modèle hybride, et elle aurait pu concurrencer Archlinux.

Ce qui pourrait sauver la distribution ? La sortie d’une version 2.1 avec Gnome, Kde et Xfce mis à jour d’ici la fin de l’année 2016. Sinon, elle nous quittera dans une longue agonie 🙁:(

Cet après-midi, alors que je prenais une tasse de thé, j’ai eu l’idée d’aller sur Distrowatch, et j’ai vu une annonce qui m’a surprise. L’arrivée de la Frugalware Linux 2.1. Je me suis pincé pour y croire. J’ai donc décidé d’aller lire les notes de publications complètes.

On apprend entre autres qu’à cause de la réduction de l’équipe de développement, des choix drastiques ont été faits. Adieu les images ISO en 32 bits. Adieu Xfce et Mate-Desktop. Le modèle hybride est abandonné, la branche stable étant désormais de l’histoire ancienne. On est sur un modèle rolling release classique pur et dur.

Si on va sur les serveurs, on s’aperçoit que 3 images sont désormais disponibles. Une pour installation minimale, une qui installe Gnome 3.20.x, et une dernière avec Plasma 5.7.x.

Continuer la lecture de « Frugalware Linux 2.1 : un retour en demi-teinte… Par obligation ? »

Frugalware Linux current : où en est-elle 18 mois après la sortie de sa dernière version stable ?

La dernière fois que je parlais de la distribution Frugalware Linux sa version 2.0 devait sortir environ 3 mois plus tard, en février 2015.

Je n’avais pas fait de billet sur la Frugalware Linux 2.0 alias Rigel. Il faut dire que la conclusion de mon précédent article, basée sur un malentendu vieux d’un an à l’époque ne m’avait pas donné envie d’aller plus loin.

J’ai donc voulu voir où en était la distribution après d’un an et demi sans nouvelle annonce sur la page d’annonce.

J’ai pris l’ISO de la 2.0rc2 datant de noël 2014, et j’ai fait chauffé mon ami VirtualBox pour montrer l’installation et la post-installation en direct.

La vidéo, ci-après, dure près d’une heure. Je comptais passer 45 minutes au grand maximum dessus, mais les aléas du direct ont rallongé l’enregistrement.

Continuer la lecture de « Frugalware Linux current : où en est-elle 18 mois après la sortie de sa dernière version stable ? »

En vrac’ de début de semaine.

Pour commencer la dernière semaine de ce mois de février 2015, un en vrac’ varié. Commençons par le logiciel libre.

Et en mode fourre-tout ? 🙂

Voila, c’est tout pour aujourd’hui !

Frugalware Linux : dommage que son équipe de développement soit aussi petite…

…Et une partie de sa communauté aussi obtuse. Cela fait plus d’un an que je n’ai pas consacré d’article d’une taille conséquente à ce qui a été un des grands noms de distributions GNU/Linux en semi-rolling release. Non pas en rolling release pure et dure, car durant plusieurs années, elle a suivi un cycle de publication d’une version stable tous les 6 mois, avec des gels du code toutes les 6 semaines pour proposer deux versions pre1 et pre2 (alpha et béta), puis deux version RCs avant de proposer une version finale.

Dans un article « en vrac' » du 3 novembre, j’écrivais :

Pour finir, aujourd’hui, la Frugalware Linux 1.9 vient de souffler sa première bougie. Et oui, elle est sortie le 5 novembre 2013. Aux dernières nouvelles, la distribution semi-rolling release serait en phase de gel pour sa version 2.0rc1 depuis le 13 octobre 2014. Espérons qu’elle sorte en version 2.0 avant les deux ans de la Frugalware Linux 1.9.

Ce qui m’a valu une petite remarque acide si j’en crois les archives du canal IRC de #frugalware-fr, en date du 10 novembre 2014. Je recopie ici le morceau sans aucune coupure, sauf l’heure que j’ai sortie pour des raisons de lisibilité.

<Devil505> alors ca bosse ? car je crois que fredbezies n’est meme pas sur de tester XD
<Pingax> Rho lui -_-‘
<Baste> on est en froid polaire avec Fred 😀
<Pingax> Oui ça bosse, c’est juste les pontes qui ont pris du retard 😀
<PacMiam> On fait comme Debian, ça sort quand c’est prêt :p
<lenezir> après c’est pas plus mal
<Devil505> comme elementary aussi PacMiam alors 😀
<bouleetbil> salut
<PacMiam> Et puis, comme current est plutôt stable, je trouve que le changement de version est plus pour marquer le coup qu’autre chose

J’ai donc décidé de faire mentir Baste et Pingax. D’accord, l’expression n’est pas très jolie, mais elle est assez claire. Le froid date d’un propos mal interprété concernant les distributions souffrant de petites équipes de développement, peu après la mort de l’ambitieuse SolusOS.

Voici donc l’état dans laquelle est la Frugalware Current un an après la sortie de sa dernière version stable. Pour l’environnement de bureau, j’ai pris KDE SC. Étant donné qu’il n’y a pas eu de nouvelles ISOs pour installer la version « current » de Frugalware Linux, j’ai pris la dernière version en date. Celle de septembre 2013, en version basique pour une installation minimale.

Après l’installation, j’ai utilisé le wiki post-installation pour avoir un KDE SC.

Comme d’habitude, VirtualBox a été mon allié dans la rédaction de cette article.

Continuer la lecture de « Frugalware Linux : dommage que son équipe de développement soit aussi petite… »

Les distributions GNU/Linux en rolling release, nouvel effet de mode ?

Avec l’annonce de l’arrivée d’une version de la distribution au caméléon en mode rolling release, du moins la transformation de sa branche de développement en version rolling release, on peut se poser la question : les rolling releases, nouvel effet de mode pour les distributions GNU/Linux ?

L’annonce d’OpenSuSE indique que l’introduction d’une version en rolling release permettra de raccourcir la durée nécessaire à la stabilisation des versions classiques et l’abandon des versions intermédiaires. Il est vrai que le cycle atypique de 8 mois n’étaient pas en faveur de la distribution au caméléon, ne serait que quand la version 12.2 était sortie avec 2 mois de retard.

Mais il est vrai que je n’ai jamais eu de chance avec la distribution saurienne, comme à l’époque de la sortie de sa précédente incarnation, la 13.1.

Après cette rapide parenthèse pour justifier l’arrivée d’une version en rolling release, je me demande s’il n’y a pas un effet de mode en ce moment pour populariser ce mode de publication, qu’on peut résumer ainsi : Installer une fois, mettre à jour en continu, ne réinstaller qu’en cas de pépin grave ou de changement d’ordinateur.

Cependant, il convient de faire une classification dans les distributions en rolling release. Il y a les pures et dures, avec mise à jour quotidienne.

Celles qui ont un tampon de stabilisation assez court. Celles qui sont des semi-rolling release et celles qui étaient en rolling et qui sont devenus adeptes des « update packs » avec mise à jour trimestrielles. Je suis resté avec les principales distributions GNU/Linux, en m’excusant pour les éventuels oublis des listes qui suivront.

Dans le premier cas : ArchLinux (et son pendant libre, Parabola GNU/Linux), Gentoo Linux et sa cousine Funtoo Linux, sans oublier Sabayon Linux. Mais on peut aussi rajouter le branche « unstable » de la Debian GNU/Linux, qui ont donné Aptosid et Siduction.

Continuer la lecture de « Les distributions GNU/Linux en rolling release, nouvel effet de mode ? »

La mort prévisible de SolusOS, première d’une longue liste de distributions GNU/Linux à disparaître ?

J’avoue que l’annonce de la mort de la SolusOS ne me surprend pas le moins du monde. L’auteur annonce le tout dans un langage digne d’arracher quelques larmes au coeur le plus dur.

It is with a heavy heart that I must announce the closure of SolusOS. Simply put, there is no longer enough manpower to fulfil the vision. What began as a Debian derivative evolved into an independent distribution, without the large development team required to back such an effort.

Ce qui se traduit par :

C’est avec le coeur lourd que je dois annoncer la fermeture de SolusOS. Autrement dit, il n’y a plus assez de personnel pour concrétiser le projet. Ce qui a commencé comme une dérivée de Debian a évolué vers une distribution indépendante, sans l’équipe de développement suffisamment grosse nécessaire pour pérenniser un tel effort.

L’une des rares fois que j’ai parlé de cette distribution, j’avais été dubitatif sur la survie voire l’utilité de cette distribution, et d’un fork initié dans la douleur, ConsortOS.

Je souhaite bien de la réussite à SolusOS, mais je ne crois pas en la pérénité de leur projet. Qui se souvient du fork GoneMe ?

Ce qui est dommage, c’est le gaspillage de ressources et d’énergie lié à une volonté de forker pour un oui ou pour un non. Alors que cela pourrait aider des projets existant depuis pas mal de temps et qui aurait bien besoin d’aide pour faire avancer leur code.

Continuer la lecture de « La mort prévisible de SolusOS, première d’une longue liste de distributions GNU/Linux à disparaître ? »

Cinnamon : l’exemple parfait des avantages et inconvénients de dépendre d’une distribution tierce pour un environnement de bureau.

Cinnamon, l’environnement de bureau qui a pris une importance croissante au fil des mois semble justement subir une crise de croissance. De plus en plus de distribution, en dehors de la Linux Mint utilise ou propose l’environnement en question : SnowLinux, CinnArch, Fedora Linux, Ubuntu, OpenSuSE, Gentoo Linux et donc Sabayon Linux, Frugalware Linux. Dixit la page de téléchargement de l’environnement.

Cependant, sa dépendance à une base Ubuntu et l’occasion manquée de pouvoir partir d’une base Debian GNU/Linux fragilise un peu la diffusion de l’environnement de bureau basé sur les technologies de Gnome Shell.

Dans un message récent, sur la liste de publipostage arch-dev-public, l’arrivée de Gnome 3.8 sur les dépots a entrainé une décision logique, bien que douloureuse pour Cinnarch (distribution basée dès le départ sur le duo Cinnamon + ArchLinux) entre autres : le retour de Cinnamon dans AUR, l’archive des logiciels tiers d’Archlinux.

Je cite le morceau important du courrier en question :

I agree about dropping cinnamon because it is impossible to work with Linux
Mint projects. They work with what they have instead of what is coming. So
now we have this gnome 3.8 problem, and then we would have gnome 3.10
problems. We can’t work with their packages.

Ce qui se traduit par :

Je suis d’accord pour l’abandon de Cinnamon car il est impossible de travailler avec les projets de Linux Mint. Ils travaillent avec ce qu’ils ont [la version de Gnome proposée par Ubuntu] pas ce qui arrive. Nous avons maintenant le problème avec Gnome 3.8, et nous aurons des problèmes avec Gnome 3.10. Nous [les développeurs d’Archlinux] ne pouvont pas travailler avec leurs paquets.

J’ai été jeté un oeil sur le dépot des paquets d’Ubuntu pour la Raring Ringtail. Au 12 avril, les paquets Gnome sont encore en partie en version 3.6.x : Nautilus est en version 3.6.3 par exemple. Idem pour Totem ou encore Brasero.

La Ubuntu 13.04 étant en béta 2 récemment, il serait étonnant d’introduire la dernière génération de Gnome fraichement sortie à moins de 2 semaines de la version finale.

Il y a donc de fortes chances pour qu’Ubuntu 13.04, base de la future version de Linux Mint, distribution référence de Cinnamon se base encore sur Gnome 3.6. Donc, potentiellement incompatible avec la dernière version officiellement stable de Gnome et de son shell. Version qui va se répandre dans les semaines qui viennent.

Et ce qui c’est passé avec ArchLinux et CinnArch, risque de se reproduire pour Fedora Linux ou encore Gentoo Linux qui ont moins de retard en terme de versions que la distribution de Canonical.

Doit-on en déduire que l’acharnement thérapeutique sur le code de Gnome 2, j’ai nommé Mate a une chance de se faire une place au soleil ? Pourquoi pas, même si j’avoue que je ne croyais pas vraiment à la pérénité du projet quand il est apparu.

Il est récemment sorti en version 1.6.0 récemment, et se porte étonnament bien. Il est vrai qu’il est moins dépendant que Cinnamon d’une quelconque distribution.

Reste à savoir cependant si le mode « Classique » de Gnome 3.8 lui fera ou pas de l’ombre.

Frugalware Linux 1.9pre1 : faut aimer les installateurs austères…

La première préversion de la Frugalware Linux 1.9 est sortie récemment, avec un nouvel installateur, fvbe. J’ai voulu voir ce que cela donnait, donc j’ai pris l’ISO qui permet d’installer uniquement la base.

L’installateur est encore dans ses couche-culottes, mais refondre un installateur ne se fait pas en un claquement de doigt ! Et ne se fait pas en quelques jours.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c ftp://ftp7.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-current-iso/fvbe-1.9pre1-basic-x86_64.iso
–2013-04-08 23:15:53– ftp://ftp7.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-current-iso/fvbe-1.9pre1-basic-x86_64.iso
=> «fvbe-1.9pre1-basic-x86_64.iso»
Résolution de ftp7.frugalware.org (ftp7.frugalware.org)… 2001:1b48:10f::2, 158.255.96.2
Connexion vers ftp7.frugalware.org (ftp7.frugalware.org)|2001:1b48:10f::2|:21…connecté.
Ouverture de session en anonymous…Session établie!
==> SYST … complété. ==> PWD … complété.
==> TYPE I … complété. ==> CWD (1) /pub/frugalware/frugalware-current-iso … complété.
==> SIZE fvbe-1.9pre1-basic-x86_64.iso … 431378432
==> EPSV … complété. ==> RETR fvbe-1.9pre1-basic-x86_64.iso … complété.
Longueur: 431378432 (411M) (non certifiée)

100%[======================================>] 431 378 432 764KB/s ds 8m 47s

2013-04-08 23:24:40 (799 KB/s) – «fvbe-1.9pre1-basic-x86_64.iso» sauvegardé [431378432]

J’ai ensuite lancé l’ISO dans une machine virtuelle virtualbox. Et dès le départ, on a un grub2 tout en mode texte. Pour des raisons pratiques, il faut configurer dès le départ la locale et le clavier (keyboard Layout).

Ensuite, au démarrage, on est accueilli par un simple login. J’ai entré le duo root et comme mot de passe, fvbe. Ensuite, l’installateur se démarre avec un simple fwsetup.

Continuer la lecture de « Frugalware Linux 1.9pre1 : faut aimer les installateurs austères… »

Gnome 3.8 : la version qui va réconcilier les fans de l’ancien Gnome avec la nouvelle génération ?

Gnome 3.8 est sorti récemment. Je comptais faire à l’origine ce billet avec une Archlinux virtualisée, mais comme le dépot Gnome-Unstable prend du temps à être complété, je me suis rabattu sur la Frugalware Linux.

Dans un billet du 23 mars posté sur Google+, Baste qui s’occupe d’empaqueter Gnome annonçait l’arrivée de la version 3.7.92 alias 3.8RC.

Ayant jeté un oeil sur le dépot gnometesting, la transition vers Gnome 3.8 est presque terminée, car il ne manque plus à l’appel que Totem, et les versions 3.8 d’Evolution et d’Epiphany. Le reste étant disponible, j’ai considéré que j’avais une base suffisante pour tenter le grand saut dans une machine virtuelle.

J’ai donc suivi les conseils de Baste, à savoir :

  1. Installer une Frugalware Linux minimale
  2. La faire passer en version « current »
  3. Installer Xorg et compagnie en utilisant le wiki post-installation.
  4. Ne pas oublier de modifier le nom de l’interface réseau dans /etc/sysconfig/network/default
  5. Après m’être assuré que tout était prêt, j’ai rajouté le dépot gnome-testing, et j’ai lancé l’installation avec le trio : pacman-g2 -Syy ; pacman-g2 -Sf gnome ; pacman-g2 -Syu
  6. Par sécurité, j’ai enlevé les paquets gnome-shell-extensions encore en version 3.6.x
  7. Enfin, j’ai activé NetworkManager en utilisant le duo systemctl disable netconfig.service ; systemctl enable NetworkManager.service
  8. Pour finir, j’ai rajouter le lien symbolique suivant pour que tout se lance correctement : ln -sf /lib/systemd/system/gdm.service /etc/systemd/system/display-manager.service

Et j’ai lancé l’ensemble. Je dois avouer que j’ai été étonné dès le départ par la rapidité de la nouvelle génération de Gnome, même si dans la vidéo ci-dessous, il y a des ralentissements. Et surtout, j’ai apprécié la présence d’une session spécifique qui risque de faire très mal à Mate, Cinnamon ou encore Consort : le mode Gnome Classic.

Pour conclure cette rapide présentation de la nouvelle génération de Gnome, je pense que l’arrivée du mode Gnome Classic va faire beaucoup de bruit, et – peut-être – réconcilier Gnome 3 avec les utilisateurs ayant détesté le Gnome Shell dès le départ.

Il y a deux ou trois choses que je n’ai pas montré, comme le retour du clic droit sur le fond d’écran par exemple. Et les icones sont absentes du fond d’écran du mode Gnome Classic, car je les avais désactivé dans Gnome-Tweak Tool.

Bien entendu, c’est une volonté de reprendre l’interface de Gnome 2.x dans ses grandes lignes, en utilisant les technologies récentes qui sont celle de Gnome 3. Reste à savoir quel impact cela aura sur Cinnamon, Mate et Consort. Du moins sur les deux premières, le troisième environnement étant encore embryonnaire.

Après la déception partielle de Gnome 3.6, Gnome 3.8 sera – peut-être- une version qui permettra de lui faire remonter la pente en terme de popularité ?

En vrac’ rapide et libre.

Un petit en vrac’ en ce milieu de semaine et à 3 jours de mon gâteau avec 39 bougies dessus.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui !

Frugalware Linux 1.8 Cinna : à la prochaine, Frugal’hamon :)

Même si l’annonce officielle n’a pas été effectuée, au moment où je rédige cet article, il est possible de trouver les ISOs d’installation de la Frugalware Linux 1.8 Cinna sur les miroirs.

J’ai donc récupéré l’image d’installation en réseau :

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c ftp://ftp.heanet.ie/pub/ftp.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-1.8-iso/frugalware-1.8-x86_64-net.iso
–2013-02-05 13:59:38– ftp://ftp.heanet.ie/pub/ftp.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-1.8-iso/frugalware-1.8-x86_64-net.iso
=> «frugalware-1.8-x86_64-net.iso»
Résolution de ftp.heanet.ie (ftp.heanet.ie)… 2001:770:18:aa40::c101:c140, 193.1.193.64
Connexion vers ftp.heanet.ie (ftp.heanet.ie)|2001:770:18:aa40::c101:c140|:21…connecté.
Ouverture de session en anonymous…Session établie!
==> SYST … complété. ==> PWD … complété.
==> TYPE I … complété. ==> CWD (1) /pub/ftp.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-1.8-iso … complété.
==> SIZE frugalware-1.8-x86_64-net.iso … 157286400
==> EPSV … complété. ==> RETR frugalware-1.8-x86_64-net.iso … complété.
Longueur: 157286400 (150M) (non certifiée)

100%[======================================>] 157 286 400 237KB/s ds 12m 11s

2013-02-05 14:11:51 (210 KB/s) – «frugalware-1.8-x86_64-net.iso» sauvegardé [157286400]

Pour changer des tests avec KDE SC (pour la version 1.8rc1) et Gnome pour les versions 1.8pre1 et 1.8pre2), j’ai décidé d’installer Xfce 4.10.

Il faut varier les plaisirs. Et j’ai lancé une machine virtuelle Qemu classique.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom frugalware-1.8-x86_64-net.iso -no-frame -boot order=cd &

Continuer la lecture de « Frugalware Linux 1.8 Cinna : à la prochaine, Frugal’hamon 🙂 »

En vrac rapide et libre de fin de semaine.

Pour finir cette semaine, un petit en vrac’ rapide et libre.

C’est tout pour aujourd’hui ! Bon samedi !

Frugalware Linux 1.8rc1 : Hé Frugal’hamon, tu laisses encore trainer des bandelettes !

En ce 7 janvier, la version 1.8rc1 de la distribution Frugalware Linux pointe le bout de ses octets. Parmi les nouveautés, un noyau linux 3.7.1, systemd 196, KDE SC 4.9.5 et plein de bonne petites choses.

Après la version 1.8pre2, j’ai voulu voir les progrès réalisés, et surtout savoir si le bug de systemd après une installation minimale avait disparu.

J’ai donc récupéré l’image minimale en 64 bits, et j’ai lancé l’installation.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom frugalware-1.8rc1-x86_64-net.iso -no-frame -boot order=cd &

Continuer la lecture de « Frugalware Linux 1.8rc1 : Hé Frugal’hamon, tu laisses encore trainer des bandelettes ! »