En vrac’ dominical pour changer un peu :)

Un petit en vrac’ de fin de semaine. Commençons par le logiciel libre.

  • L’Unix libre le plus versatile est disponible dans une nouvelle mouture. Je parle bien entendu de NetBSD 7.0.
  • Clap de fin pour la Archbang Linux ? En tout cas, une équipe veut faire continuer de vivre cette Archlinux inspirée de la Crunchbang Linux.
  • Dans le genre projet généreux, je demande la NormandieOS, une OpenSuSE sur laquelle est rajouté LXQt et quelques outils. On verra bien ce qu’elle durera.
  • Vous êtes professeur (maternelle et école primaire) et vous cherchez une distribution GNU/Linux conçue pour l’éducation ? La PrimTux sera un bon choix : Debian GNU/Linux Jessie avec le dernier HandyMenu. Plus d’infos sur le site officiel avec un excellent dessin de Péhä.

Parlons un peu culture.

C’est tout pour ce dimanche ! Bonne fin de week-end !

Diaspora* : je t’aime, moi non plus ?

C’est un peu la relation que j’ai avec ce réseau social alternatif. Pour la troisième fois, je me suis réinscrit, via le pod d’accès de framasoft. Et j’espère que cette fois, j’y resterais un peu plus longtemps que les fois précédentes.

Dans un article fleuve, Cyrille Borne nous annonce qu’il quitte diaspora*, je cite :

[…]
Oui vous avez bien lu c’est un échec, on a bien du monde, on a bien du contenu mais il manque ce qu’il manque toujours et j’ai l’impression que le phénomène s’accélère, il n’y a pas de codeurs. Raconter des conneries, balancer des lol cats, troller sur Microsoft, Apple Google, refaire le monde est à la portée de tout le monde, mais des événements montrent qu’il manque toujours des bras pour coder les applications libres.[…]

Je suis d’accord, diaspora* est encore un peu fruste, il n’a pas le polissage graphique et ergonomique d’un Google+ ou de l’éléphantesque réseau des Fesseurs de Caprins.

Je suis d’accord qu’il y a moins de codeurs, mais c’est une constante de ce qui fait à la fois la force et la faiblesse du logiciel libre : l’égo de ses développeurs et la possibilité de s’entendre.

Continuer la lecture de « Diaspora* : je t’aime, moi non plus ? »