Rotters Damn : le premier LP est enfin disponible.

Les Rotters Damn, c’est un groupe de folk-rock originaire de Mayenne dont j’avais parlé du deuxième EP, « Objections » en juillet 2015. Dommage que les liens de l’article soient cassés. Mais c’est la vie 🙂

Étant abonné aux nouveautés du groupe via Bandcamp, j’ai appris en ce 14 avril la sortie de leur premier album long, « But my friend you know that I think I love you ». Oui, ça fait un titre assez long 🙂

Note : Je tiens à préciser en introduction qu’au moment où je rédige cet article, le 14 avril 2017, je n’ai pas encore acheté l’album en question. Mais il est dans ma liste de souhaits, ce qui est bon signe pour la suite 🙂

Note 2 : je l’ai acheté par la suite… Et il est allé rejoindre son camarade dans ma collection 🙂

Continuer la lecture de « Rotters Damn : le premier LP est enfin disponible. »

Marion Mayer : de la folk acoustique et folk-rock française, pourquoi pas ? :)

Il m’arrive d’être contacté par des artistes ou des groupes pour me parler de leur production et m’inviter à l’écouter. J’écoute toujours, et je fais toujours un retour. Qu’il soit positif ou négatif, c’est la moindre des choses.

Cela a été encore le cas récemment avec une personne qui m’a contacté pour me parler de Marion Mayer qui doit sortir bientôt son prochain clip, sur un titre inédit « Into The Wall ».

Je dois avouer que j’ai des réflexes. Si on me dit folk acoustique ou folk-rock, je réponds : Royaume-Uni ou États-Unis. Pour moi, ce sont les deux nations où l’on trouve le plus facilement les deux genres cousins.

J’ai été remis à ma place par les deux EPs de Marion Mayer. C’est à la suite du visionnage du clip, que je me suis penché sur les deux galettes sorties par l’artiste.

Commençons par le premier EP, paru en mai 2014, « Leave ».

Continuer la lecture de « Marion Mayer : de la folk acoustique et folk-rock française, pourquoi pas ? 🙂 »

Confession d’un amateur de musique, épisode 10 : ma découverte de la Renaissance Folk-Rock avec Blackmore’s Night.

Si j’aime les musiques qui vous décapent les oreilles à grand coup de guitares saturées, de chants gutturaux et de rythmes de batterie presque inhumains à cause de leur complexité, j’aime aussi le strict opposé.

Le groupe qui m’a fait découvrir la musique folk-rock avec des ambiances de la Renaissance, c’est le dernier projet musical d’un guitariste aussi talentueux que son caractère est porcin. J’ai nommé Richard Hugh Blackmore, qui fêtera ou aura soufflé ses 72 bougies le 14 avril 2017.

C’est un groupe qu’il a fondé en 1997 avec celle qui allait devenir sa troisième épouse, Candice Night. Après avoir exploré le hard-rock classique et fait des expérimentations avec Rainbow, il se lance dans la musique folk-rock inspiré des ambiances de la Renaissance. J’ai découvert le groupe sur le tard, après la sortie de l’album Autumn Sky en 2010, dont voici un de mes titres préférés, même si je préfère avec le recul l’album « Ghost of a Rose ».

Continuer la lecture de « Confession d’un amateur de musique, épisode 10 : ma découverte de la Renaissance Folk-Rock avec Blackmore’s Night. »

En vrac’ mercurien et culturel.

Un très court en vrac’ consacré à la culture cette semaine.

Côté livres et apparentés ?

Côté musique ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui, mais c’est déjà pas mal, non ? 🙂

Bon mercredi !

« Objections » des Rotters Damn : du très bon folk-rock français.

En fouillant sur Bandcamp – et en étant très patient – on finit toujours par tomber sur des pépites. Bon, il faut de l’obstination, mais ça finit toujours par payer.

C’est ainsi que j’ai pu tomber sur le deuxième EP des Rotters Damn, « Objections ».

Sorti en décembre 2014, cet EP nous propose un musique folk-rock à tendance progressive. Même s’il n’y a que cinq pistes pour un peu plus de 22 minutes, on dépasse à chaque fois les 3 minutes des titres qui pullulent sur les médias non-interactifs comme la télévision ou la radio.

La première piste « Fight & Prayers » nous plonge dans un folk-rock qui envoie du lourd dès le départ. Le chanteur a une voix qui me fait penser à Tom Waits, mais moins en « cassée et éraillée ».

La deuxième piste « In The Highway » rajoute une composante country. Son intro fait penser à une scène de western. Il ne manquerait plus que le saloon et l’ambiance enfumée 😉

La troisième piste « Archaic Minds » est la piste la plus folk classique de l’ensemble. Elle est presque entièrement acoustique, avec la voix du chanteur qui fait passer des frissons dans le dos.

L’avant-dernière piste « Take Shelter » reprend le côté folk-rock développé dans les pistes précédentes. La montée en puissance est progressive. L’ultime piste de l’EP « We Never Know » est acoustique dès le départ, et termine la vingtaine de minutes en douceur.

L’EP est disponible en version numérique à prix libre sur Bandcamp. Si vous préférez – comme moi, le vieux collectionneur – les versions physiques, le groupe vend l’EP sur son site.

Bonne écoute !

Crimson : un album folk-rock du groupe Hudson.

J’ai parlé il y a une dizaine de jours de l’album « Eastward » de Hudson. Dans leur deuxième album concept, l’ambiance est plus tendance rock que le premier opus. L’histoire est celle d’une personne qui s’échoue, pris en charge par la population qui vit sous le joug d’un tyran. Jusqu’à la disparition du tyran. Une voyage musical de 31 minutes 🙂

Dès le premier titre on sent que l’oeuvre est plus ambitieuse que le premier opus, mais n’en est pas moins magnifique.

La guitare du titre « Meeting place » est un chef d’oeuvre de douceur, avec un piqué qui attire l’oreille sans pour autant monopoliser l’attention. Les nombreux effets sonores, comme l’orage sur « Secure the Ropes » nous plonge dans l’ambiance de l’album, ou encore un bruit de vagues sur la piste instrumentale « Crimson Fleet ».

La voix de Katherine Crowley s’invite sur deux ou trois pistes, et offre un coté doux, et rêveur à la composition.

Continuer la lecture de « Crimson : un album folk-rock du groupe Hudson. »

Hudson, de la bonne musique folk-rock indépendante.

Ayant récupérér les 4 compilations de l’année 2011 du site @diffuser, j’ai pu entendre dans le 3ième volume un titre du nom de « Seven Arrows », et j’ai eu un coup de coeur. Après quelques recherches, je suis tombé sur la page bandcamp du groupe Hudson.

L’album d’où est tiré le titre « Seven Arrows » s’appelle « Eastward ». Le groupe se compose de John Boswell, Will et Katherine Crowley.

Ce groupe de folk rock indépendant situé dans l’Etat de Washington (vous savez où se trouve Seattle, siège historique de Boeing et Redmond, siège d’une petite entreprise, Microsoft), et créé des albums concepts en les écrivant et les enregistrant une semaine maximum.

Pour cet album, le concept est le suivant : le voyage d’un jeune homme partant vers l’Est pour sauver son frère.

Les albums ainsi produits sont disponibles au téléchargement, sur le principe du « donner ce que vous voulez » (sans limite basse). J’ai donc télécharger l’album, et je pense faire un don de 5 ou 10 dollars car j’ai vraiment aimé l’album.

A noter que les albums produits sont publiés sous licence Creative Commons CC-BY-NC-SA 3.0, donc : partage à l’identique sans exploitation commerciale en précisant la paternité de l’oeuvre.

A noter qu’un deuxième album, « Crimson » est sorti, et qu’une version en digipack est disponible. Ne l’ayant pas écouté, je ne peux pas me prononcer dessus.

Etant donné qu’on peut écouter en flux les albums, vous ne perdrez que quelques minutes si vous n’aimez pas 😀