En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’. Il sera uniquement consacré cette semaine à l’informatique. Je n’ai eu aucun coup de coeur littéraire ou musical… Quoique j’écris le billet en écoutant un album de 1972… « Fragile » d’un petit groupe peu connu… Yes 😀

C’est tout pour aujourd’hui !

Bon week-end !

Trois ans après le « free adgate », voici venu le temps de la « adblock war »…

Note préliminaire : je comptais publier cet article le 29 mars 2016, mais Cyrille Borne a pondu un article qui m’a fait penser que la publication devait être avancée de quelques heures.

J’enfile mon costume d’historien à deux centimes d’euros pour l’introduction de cet article. Souvenez-vous, nous sommes début janvier 2013. L’opérateur Free via une mise à jour du micrologiciel l’option de bloquer la publicité à vue, le tout à la discrétion de l’internaute. C’est alors le grand bal des faux-culs et des hypocrites qui commence, hurlant à tout va qu’on viole la neutralité du réseau… Benjamin Bayard de la FDN n’était pas du même avis. Étrangement, d’ailleurs 🙂

Surtout que cela touche les dites personnes en plein amour propre, je veux dire en plein portefeuille. Il faut rester honnête. Depuis 2013, la situation des personnes qui vont sur la toile sans bloqueur de publicité est une horreur sans nom. Quand je dépanne des amis et que je leur demande : « Tu veux que je te mette un outil pour bloquer les publicités ? », c’est tout juste si je ne vois pas couler des larmes de bonheur sur leurs joues.

Tuxicoman a fait un petit test… Aux résultats effarants. Sur trois articles de trois journaux qui touchent des sommes non négligeables en subventions, à savoir Liberation, Le Figaro et L’Express (merci Daniel pour la piqûre de rappel), en virant le contenu publicitaire, on gagne jusqu’à 87% en temps de chargement, et 68% en taille récupérée… Loin de 10 à 15% que j’avais mesuré en juillet 2014.

Le Geste, en gros le syndicat qui défend bec et ongles le modèle du financement publicitaire, a lancé une opération de blocage de bloqueurs de pubs, visant AdBlock plus, le moins éthique de tous. NextInpact en a parlé avec au passage quelques coups de pieds à une industrie qui ne veut pas se remettre en question. Ce qui m’a inspiré la commande suivante au dessinateur de talent Péhä :

fred_vs_adblock2 Continuer la lecture de « Trois ans après le « free adgate », voici venu le temps de la « adblock war »… »

Mercredi musical, deuxième partie : XII de Roger Subirana.

Voici donc le deuxième article de ce mercredi musical. Cela concerne un compositeur espagnol dont j’ai parlé longuement des oeuvres sur mon blog, Roger Subirana. J’avais déjà parlé de sa compilation, et de ses deux précédents albums, « Land Of Silence » et le sublime « Shedneryan »

Depuis 2012, Roger Subirana travaille sur un album XII, basé sur les 12 heures du cadran de l’horloge. J’ai déjà parlé du premier extrait de cet album, en mai 2012.

Très récemment, dans le but de boucler le budget et financer l’album, Roger Subirana a mis en place un financement participatif qui se terminera le 31 décembre prochain. Le but est de récolter 1800 € / 2400 $ d’ici là. La sortie est prévue pour février 2014.

Les sommes qu’on peut donner vont de 10 € / 14 $ à 200 € / 267 $. Il y a 6 paliers cumulatifs.

Continuer la lecture de « Mercredi musical, deuxième partie : XII de Roger Subirana. »

Le fiasco du financement participatif de PearOS, symptome de la rationalisation des distributions GNU/Linux ?

Alors que la recherche de fonds via IndieGogo pour PearOS est sur le point de se terminer, le 18 juin 2013 pour être précis, la somme récoltée est assez révélatrice du coté darwinien du petit monde des distributions GNU/Linux.

En effet, sur les 35000 € nécessaire au développement de cette dérivée d’Ubuntu qui est une copie de l’interface graphique d’Apple Mac-OS-X – soyons honnête, c’est flagrant – seul 115 € ont été récoltés. Soit environ… 0,32% de la somme demandée…

Echec financement PearOS

En dehors du fait que la somme demandée au départ était un peu trop ambitieuse, cela prouve une nouvelle fois que le monde des distributions GNU/linux est hautement darwinien. Et que la sélection naturelle qui s’y fait est sauvage.

Distrowatch, dont le classement est souvent sujet à caution, est depuis plus de 10 ans (l’intro du premier « distrowatch weekly », le 9 juin 2003 annonce « Last week, DistroWatch.com completed its second year in existence« ), est une bonne base pour connaitre le nombre de distributions ayant existées, actives ou abandonnées.

Pour le 10ième anniversaire du Distrowatch Weekly (le 10 juin dernier), j’ai été jeté un oeil sur la section qui précède les commentaires.

Continuer la lecture de « Le fiasco du financement participatif de PearOS, symptome de la rationalisation des distributions GNU/Linux ? »

These Animals : un quatuor de pop-rock new-yorkais qui veut concrétiser son rêve, leur premier LP.

These Animals, c’est un groupe que j’ai connu via le netlabel Aaahh Records qui à faire connaitre aussi des artistes comme Julia Kotowski alias Entertainment For The Braindead, Bryyn ou encore Uniform Motion.

These Animals est un groupe de New York, constitué de Greg Baldwin, Brian Crimmins, Jon Rick et Will Whatley. Ils se sont connus alors qu’ils étudiaient dans la même école des arts.

Leur premier EP, intitulé « These Animals » est sorti en 2011 sur Aaahh Records. On peut le télécharger gratuitement ou contre un don en mp3 320, ogg 320 et Flac.

Leur premier EP a permis de définir un univers musical qui fait penser à celui de la pop de la fin des années 1960, début des années 1970. Mais c’est plus compliqué car leur musique a d’autres influences, comme des morceaux comme « Side By Side » le prouve.

On a des mélodies plus orientées « balades », comme avec « Miles », voire vraiment orientée rock comme l’introduction de « Pocket ».

Des mélodies qu’on aurait pu entendre dans les années 1970, mais avec un son plus récent, plus net et plus travaillé.

J’avoue que j’aime bien les groupes des années 1970, donc pour moi, ça a été un coup de coeur. Et récemment, Aaah Records via leur fil twitter a passé l’information comme quoi le groupe voulait financer via kickstarter leur premier album. Album du nom de « Pages ».

J’ai fait un don car ayant aimé le premier EP du groupe, j’ai voulu aidé pour que l’album soit concrétisé. Au moment où je rédige cet article, il reste 27 jours, et 819$ ont été récoltés sur les 6500$ demandés. Autant dire que c’est largement faisable. Si le financement est couronné de succès, l’album sera disponible courant juillet 2013.

Je fais donc passer le message par mon blog, car ce serait bien d’aider ce groupe a concretisé leur premier album.

Maintenant, à vous de voir 😉

Vers la fin des « blogueurs influents » ? Et de l’internet gratuit ?

Regardant ce 12 mai l’émission sur France 5, « Medias le mag », un reportage était consacré à la baisse des revenus publicitaires, tous médias confondus.

Un article du Figaro annonce la couleur, dès mars 2013, et c’est très clair :

Les recettes publicitaires des médias français ont chuté de 3,5% en 2012, pour s’établir à 13,3 milliards d’euros, en raison d’un contexte économique difficile, selon l’Institut de recherches et d’études publicitaires (Irep) et France Pub.

« Cette tendance baissière concerne la majorité des familles de médias », a résumé Philippe Legendre, directeur délégué de l’Irep, lors d’un point presse.

3,5% de baisse. C’est ce qui s’appelle une claque. Même si cela réjouie mon coeur de publiphobe qui en a marre de la pollution qu’est la publicité, une question se pose : allons-nous voir disparaître à terme les « blogueurs influents » qui dépendent de manière importante de la publicité ?

Et si cela permettait de dédouaner les utilisateurs qui ne sont pas responsables de la crise et qui veulent juste éviter de subir un viol de la rétine quand ils vont sur le moindre site, ce ne serait pas un mal. Car culpabiliser les utilisateurs car ils osent vouloir surfer sans publicité, c’est dégueulasse !

Continuer la lecture de « Vers la fin des « blogueurs influents » ? Et de l’internet gratuit ? »

Les 8 méthodes « infaillibles » pour suicider votre blog ?

Dans le monde des blogueurs, il y a une question qui taraude les esprits : comment faire pour monétiser mon blog, en clair, tirer quelques piécettes pour financier le nom de domaine et l’hébergement.

Dans un excellent article, Hamza Chahid du blog « TousGeeks » donne 8 recettes pour monétiser son blog.

Or, à mon très humble avis, celui d’une personne qui n’a que 1000 à 1500 visites par jour (donc 500 humains en vrai), d’un blog qui existe depuis 7 ans, ce sont des recettes pour se suicider à petit feu, voire de se faire un seppukku en place publique.

Souvenez-vous du scandale dit du « Free Adgate » quand Free a décidé de bloquer une certaine régie publicitaire. Des cris d’orfraies comme quoi la neutralité du net était morte, que le méchant Free allait tuer les blogueurs indépendants (hum), que la publicité était un fondement incontournable de la blogosphère francophone, etc…

J’avais écrit deux articles, qui m’ont valu des remarques acides, le premier – et le deuxième – qui montrait le vrai noeud du problème : les blogueurs sont tenus par les testicules par les annonceurs.

Mais revenons à l’article de Tous Geeks, et analysons les propositions abordées.

Continuer la lecture de « Les 8 méthodes « infaillibles » pour suicider votre blog ? »

La vraie victime de l’#adgate, c’est la neutralité du réseau ou le modèle de financement de nombreux sites ?

Ceci sera mon dernier article sur l’#adgate, car j’avoue que je suis étonné devant les dérives de certaines personnes dont on peut se demander si elle ne tombe pas un panneau digne du mouvement #geonpi.

Ouvrons une rapide parenthèse :

Pour info, j’ai ce blog depuis 7 ans, j’ai en moyenne dans les 1000/1200 pages vues par jour, la moitié étant des humains. Et je n’ai jamais touché le moindre centime, refusant même de rédiger des articles sponsorisés. C’est ce qu’on appelle vouloir rester intègre.

Je tiens à préciser que je considère que le mouvement de Free a été maladroit, que je suis pour la neutralité de la toile. Mais qui se plaindrait, en tant qu’utilisateur final, d’avoir moins de publicités affichée à l’écran ?

Fermons la rapide parenthèse.

Parmi les premiers à hurler, nous avons les blogueurs influents dont les sites ressemblent au catalogue de la Redoute quand on y va sans un bloqueur de pub, à la AdBlock, activé.

Passons en vitesse sur la politique de certaines personnes qui attaquent les freenautes à cause de leurs fournisseurs d’accès. Ce qui est pire, non ?

Pour info, j’ai désactivé le filtre en question, donc c’est pas excessif comme réaction, de considérer qu’un freenaute est un censeur en puissance ? Et vous noterez qu’il y a 6 ou 7 mouchards au passage sur la page en question. Merci Ghostery !

Benjamin Bayard – qui s’y connait quand même pas mal dans le domaine de la neutralité du réseau – a déposé un point de vue qui contredit les cassandres.

Pour moi, il est évident que non, ce n’est pas une atteinte à la neutralité des réseaux. D’abord parce que le filtrage n’est pas fait par le réseau, mais par un équipement de périphérie. Les abonnés qui utilisent leur propre modem ADSL, en lieu et place du Frinitel officiel, ou ceux qui utilisent tout simplement une version plus ancienne, ne sont pas touchés. Ergo, ce n’est pas le réseau qui filtre.

Est-ce une atteinte à la neutralité des intermédiaires techniques, que j’appelle de mes voeux ? Oui, très clairement. Les abonnés qui ont fait le choix d’utiliser le Frinitel sont touchés, et changer de boîtier n’est pas une mince affaire: il faut re-configurer tout le réseau de la maison, il faut avoir un modem sous la main, etc. Cette atteinte est-elle acceptable ? Si je reprends la définition assez stricte que je donnais en conférence en juin, oui, c’est acceptable, parce que c’est sous contrôle de l’utilisateur.

Le problème – enrobé dans la neutralité du réseau pour faire bonne figure – est le modèle bancal de financements des sites internet. Est-il réaliste de ne dépendre que d’un seul fournisseur pour ses revenus ?

Continuer la lecture de « La vraie victime de l’#adgate, c’est la neutralité du réseau ou le modèle de financement de nombreux sites ? »