La Rumeur, Tome 2 « L’espoir » : une suite réussie ?

Solenne Hernandez a sorti le deuxième tome – de sa trilogie ? – « La Rumeur » en novembre 2016.

J’avais parlé de son premier tome en mai 2016. Mon seul gros regret fût à l’époque l’absence de chapitrage pour permettre au lecteur d’avoir des points de repères.

Le deuxième tome prend son point de départ au moment de l’Incendie du village. Ensuite, via le jeu des chapitres qui nous font naviguer entre le passé et le temps présent de l’histoire, l’auteure nous distille des informations qui nous permettent d’en apprendre plus sur certains personnages clés de l’histoire, quels que soient leurs liens de parentés.

Solenne Hernandez nous dévoile aussi un peu plus le plan machiavélique et franchement mégalomaniaque du Secteur.

Continuer la lecture de « La Rumeur, Tome 2 « L’espoir » : une suite réussie ? »

« La rumeur, Tome 1 : La fuite » de Solenne Hernandez… Un bon premier roman.

J’ai eu une histoire compliquée avec ce livre. Je l’avais découvert via le réseau social à l’oiseau bleu, mais j’avais du reculer par rapport au prix exorbitant pratiqué à l’époque (12€ pour la version numérique).

J’avais néanmoins apprécié l’extrait, au point de laisser un commentaire 4 étoiles.

Quand le prix est revenu raisonnable à savoir 1,99€, je me suis laissé tenter… Et bien m’en a pris.

On se retrouve dans un monde où la crise économique a tout ravagé. Les villes sont devenues des villages, et seule une entité gouvernementale mystérieuse, le Secteur semble avoir trouvé une solution à cette crise sans fin. Cependant, cette solution a un coût terrible : celui de la capacité de rêver.

Quand le livre commence, Brewen fête ses 8 ans avec ses proches. Son père lui raconte l’histoire de la Rumeur… Le soir même, son village est attaqué. Brewen et son cousin Oswald doivent prendre la fuite pour survivre.

Continuer la lecture de « « La rumeur, Tome 1 : La fuite » de Solenne Hernandez… Un bon premier roman. »

« Chroniques de la Nouvelle-Arkaïa », mon deuxième roman auto-édité disponible en version papier… Et bientôt en électronique.

Il y a 6 mois, je parlais de la publication en auto-édition de mon premier roman, « Arkaïa ». Ce que je n’avais pas précisé, à l’époque, ignorant l’accueil de celui-ci, c’est qu’une suite avait été extraite de mon cerveau, écrite en l’espace de quatre à cinq mois, toujours sur mon temps libre, et en parallèle à mes publications en libre accès.

L’histoire pouvait être considérée comme terminée à la fin du roman déjà publié, et il n’était pas nécessaire de savoir que j’avais rédigé une suite. Avec les retours positifs, bien que peu nombreux, sur mon premier gros texte, j’ai pris mon courage à deux mains, et après 4 mois de relectures entrecoupées de pause (c’est long et laxatif de relire un texte), scrupuleusement vérifié l’orthographe et la grammaire, voici donc le tome 2 de mon récit de science-fiction dystopique.

La version électronique devrait être disponible d’ici début novembre 2014, avec le même principe : non aux DRMs. Je rajouterais les liens vers les versions électroniques dès sa disponibilité.

Continuer la lecture de « « Chroniques de la Nouvelle-Arkaïa », mon deuxième roman auto-édité disponible en version papier… Et bientôt en électronique. »

Mon premier livre, « Arkaïa ».

On dit souvent que l’on est jamais mieux servi que par soi-même. Je profite donc de l’existence de mon blog pour vous parler de mon premier livre, publié avec Atramenta, qui s’appelle « Arkaïa ».

C’est un très vieux projet, dont j’avais tracé les premières ébauches en… 1999 ! Puis, la vie étant ce qu’elle est, j’ai dû mettre en pause ce projet. De plus, je sentais qu’à l’age de 25 ans, je n’avais pas la maturité nécessaire, ni le style qui s’imposait pour un tel roman.

En juin 2012, sur les conseils d’une personne que je tiens à remercier, j’ai repris la rédaction de l’histoire qui était resté en plan durant une douzaine d’années. De 100 pages que je comptais rédiger à l’origine, je suis arrivé à plus de 300 en l’espace de huit long mois d’écriture, uniquement effectué sur mon temps libre. Ensuite, j’ai mis le texte en repos, le cerveau aussi durant quelques semaines, et j’ai rédigé quelques textes plus courts que vous trouverez sur mon espace Atramenta.

Continuer la lecture de « Mon premier livre, « Arkaïa ». »

« Les monades urbaines » : quand Robert Silverberg nous raconte un avenir vertical…

Je ne connaissais pas trop l’auteur Robert Silverberg. « Les Monades Urbaines » (sorti en 1971) nous amène dans un 24ième siècle où pour des raisons pratiques, les humains vivent dans des tours de 1000 étages de hauteur.

On y suit les histoires croisées d’un socio-computeur, d’un jeune couple, d’un historien, d’un musicien, d’un futur administrateur et d’un technicien.

Dans ce futur, la sexualité est libérée, l’intimité inexistante, et le « croissez et multipliez » est la règle. Une sorte de dictature du plaisir et de la sensualité.

C’est un court roman qui vaut largement le détour. D’ailleurs c’est le quatrième de couverture qui m’a attiré vers ce livre. De la science fiction dystopique comme seul les années 1970 pouvait en produire.

La dystopie dans les films et les livres… Mes préférés.

On appelle « Dystopie » : « un récit de fiction peignant une société imaginaire, organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur, et contre l’avènement de laquelle l’auteur entend mettre en garde le lecteur. »

J’avoue que j’ai toujours aimé ce genre. Voici donc mes préférés dans ce domaine. En commençant par les livres :

  • 1984 de George Orwell.
  • Le meilleur des mondes (Brave New World) d’Aldous Huxley
  • Farenheit 451 de Ray Bradbury
  • La saga des Tripodes de John Christopher
  • Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick

Sur grand écran :

  • Blade Runner (tiré du livre de Philip K. Dick)
  • Soleil Vert avec Charlton Heston
  • L’age de Cristal
  • Dark City (Alex Pryas)
  • Gattaca
  • Orange Mécanique d’après le livre d’Anthony Burgess

C’est déjà une sacrée liste, non ?