Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 25 : Ulysse 31 ou mon initiation à la mythologie grecque.

Octobre 1981. Sur France Régions 3 à 19h55, passe une série franco-japonaise par tranche de 5 minutes chaque soir, en entier le samedi : « Ulysse 31 ». Le scénario de base est simple. Les auteurs – Jean Chalopin et Nina Wolmark – ont repris l’histoire d’Ulysse et l’ont transposé en série de science fiction. Au lieu de se situer en Mer Méditerranée, Ulysse – Odysseus en grec ancien – est envoyé dans le mystérieux univers de l’Olympe après avoir terrassé le Cyclope et s’être mis à dos Poséidon qui a demandé l’intervention de Zeus.

Tout comme dans l’histoire originale d’Homère. Outre le fait que les principales étapes soient respectées comme avec Calypso, Circée, le duo de Charybde et Scylla, un passage chez Éole ou encore les sirènes, il existe des épisodes comme « Les révoltés de Lemnos » ou « Le fauteuil de l’oubli » qui sont des créations pures et dures. Il y a aussi d’autres histoires tirées de la mythologie grecque : Sisyphe, sans oublier la présence d’épisodes avec des dieux Atlas ou encore Chronos. L’histoire se terminait au bout de vingt-six épisodes avec l’arrivée au Royaume d’Hadès.

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 25 : Ulysse 31 ou mon initiation à la mythologie grecque. »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 22 : Ah, les « Looney Tunes »…

Je tiens à dédier ce billet à Didier alias Iceman, qui dans un commentaire m’a fait me souvenir de mes dessins animés préférés quand j’étais tout petit… Les « Looney Tunes ». Dans un commentaire dans un autre billet, il disait :

[…]J’ai quand même trouvé un type à plus de 4000 critiques sur sens critique et le pire c’est qu’il arrive à donner l’impression d’avoir lu ou vu le truc. Quand on creuse par contre…[…]

Je ne sais pas pourquoi j’ai tout de suite vu ce pauvre Vil Coyote en train de tomber pour la 4500ième fois de sa falaise.

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 22 : Ah, les « Looney Tunes »… »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 21 : Les séries « Il était une fois… L’homme » et « Il était une fois la vie ».

Dans cet article, j’ai envie de me replonger dans deux séries qui ont bercé mon enfance et mon adolescence naissante, deux séries produites par Albert Barillé, « Il était une fois… L’homme » et sa version « biologique », « Il était une fois la vie ».

J’ai déjà abordé la première dans le troisième billet « mémoires télévisuelles » en juillet 2013. Je ne reviendrai pas dessus. Je vous renvoie à l’article en question. Je lui dois ma passion pour l’histoire soit dit en passant.

Non, je vais parler de la troisième série de la franchise « Il était une fois ». La deuxième série, « Il était une fois l’espace » est plus branchée SF, et j’avoue que ce n’est pas celle que je préfère. En 1986, Albert Barillé arrive à lancer une déclinaison pour expliquer l’humain, mais de l’intérieur.

Les personnages des précédentes séries sont toujours présents : Maestro présent à la fois sous la forme d’un globule rouge et du grand chef d’une cellule, Pierre et le Gros qui sont des globules blancs avec leur camarade Psi, personnage introduit lors de la série « Il était une fois l’espace. »

Les méchants sont toujours présents, le Teigneux étant le microbe, et le Nabot prenant le rôle du virus. Le générique est inoubliable.

Le générique était chanté par Sandra Kim qui participa à l’Eurovision en 1986 pour la Belgique, qu’elle gagna. Même si la biologie était volontairement simplifiée, elle permettait d’aborder pas mal de sujet et je me demande combien de personnes ont suivi des carrières médicales après avoir vu cette série.

C’est un peu une madeleine de Proust pour moi. Car même si je n’avais pas le niveau en maths pour effectuer des études scientifiques, cela a été pour moi le début d’une curiosité passionnée pour la biologie, même si je n’ai pas été très loin.

Je vous conseille la chaîne Youtube « Primum Non Nocere » qui vulgarise la biologie d’un point de vue médical avec réussite.