La MX Linux 16.1, un ultime hommage à la Debian GNU/Linux Jessie ?

Il y a des distributions que j’aime bien et qui sont basées sur la Debian GNU/Linux. Outre le projet facilitateur qu’est la DFLinux, je ne puis que citer le projet MX Linux.

La dernière fois que j’en avais parlé, c’était à l’époque de la première béta de la MX Linux 16.0, en novembre 2016.

Je concluais l’article ainsi :

Je dois dire qu’on est devant une distribution qui a été pensée du début jusqu’à la fin pour être utilisable. On est loin des distributions uniquement pensée sur le plan technique ou pour faire bien sur le CV. J’ai oublié de montrer l’outil de gestion des rétroportages (ou backports), mais il est construit avec le même sérieux que le reste ! Ça fait du bien 🙂

C’est le genre de distributions qui redorent le blason du monde libre qui en a sérieusement besoin par moment !

Environ 7 mois sont passés et la Debian GNU/linux Stretch s’approche à grand pas. Cela n’a pas empêché le projet MX Linux de sortir le 8 juin 2017 une nouvelle – et ultime ? – révision de la branche 16.x de sa distribution basée sur la Debian GNU/linux Jessie.

Continuer la lecture de « La MX Linux 16.1, un ultime hommage à la Debian GNU/Linux Jessie ? »

Ah, les distributions GNU/linux parfaites… :)

Je le savais, je n’aurai pas dû faire le billet sur la distribution au caméléon. Les commentaires ouverts jusqu’au 27 novembre 2016 sont une incitation à vider un champ de maïs entier pour en faire du pop-corn.

Je me doutais que j’allais ouvrir la boite de Pandore – toute proportion gardée bien entendue – mais je ne pensais pas que cela irait aussi loin.

Donc, tout en écoutant du métal industriel russe – oui, ça existe – et en me tâtant de manière symbolique sur l’achat du dit album, je rédige ce billet alors qu’il reste en ce dimanche 20 novembre 2016, une grosse semaine d’ouverture de commentaires.

Mais j’ai eu envie de faire un petit billet qui sera qualifié de troll par mes détracteurs et de reflexion intéressantes par les autres personnes. Sans vouloir m’avancer, donc une proportion de 80/20 en faveur de mes détracteurs 😉

Continuer la lecture de « Ah, les distributions GNU/linux parfaites… 🙂 »

En vrac’ dominical.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’.

Côté logiciel libre et informatique en général :

Pour les archives, le voici 🙂

parabolaCôté livre ? Sauf contre indication, je me base sur les extraits librement téléchargeables. Bien qu’ayant décidé d’arrêter de chercher les quelques rares pépites de l’auto-édition, vu l’offre plus que pléthorique et me méfiant comme de la peste des comptes twitter spécialisés dans le domaine, il pourra m’arriver d’en parler 🙂

  • Prenez une dose de policier, une dose d’humour bien léché sans tomber dans l’élephantesque, des personnages truculents sans tomber dans le lourdingue et un cadre rêvé : un lycée de classe préparatoire. Secouez le tout et vous obtiendrez « La tentation de la pseudo-réciproque » de Kylie Ravera. Pour info, j’ai dévoré près d’un tiers du bouquin en l’espace de deux heures. Merci à The SF Reader sur twitter pour le tuyau.
  • Après une comédie policière, Marylise Trécourt se lance dans une biographie mâtinée de suspense, « Otage de ma mémoire ». J’ai téléchargé l’extrait, on verra bien !

Côté musique ? Rien cette fois-ci.

Bon week-end 🙂

Retour gagnant pour la gNewSense 4.0 alias Ucclia ?

Dans le petit monde des distributions GNU/Linux, il y a deux catégories. Non pas les distributions sérieuses d’un côté et les celles pondues pour satisfaire l’égo de certaines personnes. Mais non, je parle d’une autre segmentation : Les distributions libres selon les canons de la FSF et les autres.

La gNewSense est une Debian GNU/Linux avec le noyau Linux-libre et qui évite comme la peste les logiciels privateurs.

La dernière fois que j’ai parlé de la gNewSense, c’était il y a environ… 3 ans, du moins au moment où je rédige cet article. En effet, je parlais de la gNewSense Parkes alias 3.0 en mai 2013.

La gNewSense 4.0 alias Ucclia a été annoncée via une première alpha en décembre 2014. Près de 18 mois plus tard, la version stabilisée est enfin arrivée !

Je disais que la gNewSense 3 sentait la naphtaline, car elle se basait à l’époque sur l’ancienne version stable. En mai 2013, la Debian GNU/Linux stable était la Wheezy, sortie début mai 2013.

Autant dire qu’utiliser une base Debian GNU/Linux Squeeze (sortie en 2011) donnait une odeur de renfermé prononcée. De même, la gNewSense 4.0 est basée sur la Debian GNU/Linux Wheezy, sortie donc en mai 2013. Il y a 3 ans au moment où je rédige l’article. Cependant, j’ai voulu pousser la curiosité jusqu’au bout et j’ai lancé mon client Bittorrent pour récupérer l’ISO de la gNewSense 4.0 avec Gnome en 64 bits.

Continuer la lecture de « Retour gagnant pour la gNewSense 4.0 alias Ucclia ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Pour finir la dernière semaine du mois d’octobre 2015, un petit en vrac’.

Et du côté culturel ?

  • Si vous aimez le rock progressif avec une teinte 70’s, bref la meilleure époque du progressif, essayez donc l’album « Winter Soulstice » des Sonus Umbra. Un bon album même si je trouve qu’il est resté dans les limites des canons du progressif des années 1970.
  • Vous préférez le progressif inspiré space rock et Pink Floyd ? Dans ce cas, essayez le premier EP « Monolith » des The Last Glacier.

Sur ce bon samedi !

La BusenLabs Linux va-t-elle mettre un terme à la difficile succession de la Crunchbang Linux ?

Dans un billet de juillet 2015, je parlais de plusieurs héritières potentielles de feu la Crunchbang Linux, à savoir la Crunchbang++ et la Crunchbang Monara.

Je concluais l’article sur une note assez négative :

Le bilan n’est pas des plus folichons. Autant la Crunchbang++ est utilisable et le script de post-installation fonctionnel, autant la Crunchbang Monara se vautre à moitié sur la deuxième partie, ce qui montre le béta-test n’a pas été très poussé.

Cela ne laisse pas grand espoir pour le moment en ce qui concerne la succession de la Crunchbang. Il reste encore l’option de passer par un tutoriel en partant d’une Debian GNU/Linux Jessie, comme celui proposé par Coyotus, mainteneur actuel de la Viperr, sur son forum.

Un peu artisanal, mais avec un résultat qui sera sûrement plus facile à maintenir qu’une CrunchBang++ ou une Crunchbang Monara. Ça ne sent pas très bon pour les fans de la Crunchbang Linux… Dommage 🙁

Dans la gazette du 21 septembre 2015 du site Distrowatch, dans la série des distributions ajoutées à la liste d’attente, on peut lire ceci :

BunsenLabs Linux. BunsenLabs Linux is a Debian-based distribution offering a light-weight and easily customizable Openbox desktop. The project is a community continuation of CrunchBang Linux.

La question est donc : est-ce que la BunsenLabs s’en tirera mieux que la Crunchbang++ et la Crunchbang Monara ? J’ai donc récupéré la BunsenLabs rc1 en 64 bits via le réseau BitTorrent.

Une fois l’ISO récupérée, j’ai créé une machine virtuelle dans VirtualBox en prenant comme base le modèle Debian GNU/Linux en 64 bits, mais en gonflant un peu l’ensemble : 2 Go de mémoire dédiée, 2 CPUs virtuel et 128 Go de disque.

Pour mémoire, la page de téléchargement recommande 1 Go de mémoire vive et 10 Go d’espace disque pour l’utilisation.

Continuer la lecture de « La BusenLabs Linux va-t-elle mettre un terme à la difficile succession de la Crunchbang Linux ? »

Point Linux 3.0 Mate Desktop : une distribution vraiment utile ou de transition ?

J’en ai parlé dans un en vrac’ récent, la Point Linux 3.0 est sortie en déclinaison pour Xfce (avec Xfce 4.10.1) pour remplacer la version Gnome et Mate Desktop (avec Mate Desktop 1.8.1).

C’est avec cette deuxième déclinaison que j’ai envie de vous parler une nouvelle fois de la Point Linux. J’avais déjà parlé de sa version 3 béta en février 2015.

Je concluais l’article ainsi :

[…]le choix est simple si vous voulez une Debian GNU/Linux avec Mate Desktop, et on peut le schématiser rapidement ainsi.

Première option : Vous n’avez pas envie de vous prendre la tête à installer la Debian GNU/Linux avec Mate Desktop. Dans ce cas, la Point Linux sera pour vous.

Deuxième option : Vous vous sentez à l’aise avec l’installateur graphique de la Debian GNU/Linux et jouer un peu avec Synaptic ne vous fait pas peur, quite à rajouter IceWeasel depuis un dépot tiers comme celui de la Debian Mozilla Team ? Dans ce cas, préférez la Debian GNU/Linux.

La Point Linux vous servira à évaluer la compatibilité de votre matériel et voir si Mate Desktop est un environnement qui vous convient… Même si cela vous demandera de faire les mises à jour à la main 🙂

J’ai donc eu envie de voir si ce jugement était toujours valide… ou pas ! Étant proche du renouvellement de mon forfait de téléphonie mobile et de ses 20 Go de data, ma connexion ADSL étant en panne, j’en ai profité pour récupérer l’ISO de la Point Linux 3.0 Mate avec Transmission.

Ensuite, j’ai créé la machine virtuelle habituelle dans VirtualBox : 2 Go de mémoire vive, 128 Go de disque, 2 CPUs virtuels.

Au premier démarrage l’ensemble est en anglais. Après avoir fait passé le clavier en français, j’ai lancé l’installateur. Il faut noter que le jeu d’icones n’est autre que notre ami faenza. Il m’aurait presque manqué, tiens 🙂

Continuer la lecture de « Point Linux 3.0 Mate Desktop : une distribution vraiment utile ou de transition ? »

En vrac’ rapide et varié mercurien.

En ce jour dédié à Mercure, version romanisée du dieu grec Hermès, un petit article en vrac’ pour remplir un peu le blog 🙂

Commençons par le logiciel libre.

Continuons par du culturel.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui. Bonne journée !

Énième épisode de la guerre des init : le fork de Debian est officialisé.

L’année 2014 aura été dans le monde des distributions GNU/Linux de la guerre des inits. En gros d’un côté systemd, et de l’autre les systèmes classiques à la sysVinit ou encore des projets alternatifs comme OpenRC (Gentoo et Funtoo), runit (utilisé par Void Linux par exemple) ou encore uselessd. Pour rester dans les grands noms.

En dépliant mon fil RSS ce matin, j’ai pu lire via OSNews que le projet Debian Fork allait jusqu’au bout de sa logique, et mettait en route un fork de Debian GNU/Linux basé sur le rejet de systemd. J’ai appris que le projet portait le nom de Devuan, via un article du blog « Ma Vie Linux ». Merci pour l’information.

Au moment où j’écris cet article, fin novembre 2014, le projet se limite à un paquet spécifique prenant le dessus sur l’installateur de Debian GNU/Linux, j’ai nommé devuan-baseconf, dixit la page de la distribution :

a Debian installer with preseed of sysvinit-core and a couple of devuan packages containing a keyring, repository list files and pinnings. Once installed and updated this package avoids the requirement of systemd as PID 1 and adopts systemd-shim when strictly needed.

Ce qui donne traduit :

Un installateur Debian préconfiguré avec sysvinit-core et un couple de paquets devuan contenant un trousseau de clés, une liste de dépôts et de pinnings. Une fois installé et mis à jour ce paquet évite le pré-requis de systemd que PID 1 et adopte systemd-shim lorsque cela est strictement nécessaire.

Cela me fait penser à un paquet spécifique de la Parabola GNU/Linux, qui s’appelle your-freedom, dont la description est la suivante :

This package conflicts with every nonfree package known to date to ensure your system is free.

Ce qui donne traduit :

Ce paquet entre en conflit avec tout paquet non libre connue à ce jour pour s’assurer que votre système est libre.

Le projet Devuan me semble cependant partir sous de mauvaises auspices. Pour plusieurs raisons.

Continuer la lecture de « Énième épisode de la guerre des init : le fork de Debian est officialisé. »

HandyLinux 1.7 : un vent de liberté ?

La HandyLinux 1.7 est sortie le 19 octobre 2014. Cette nouvelle version mineure de la distribution GNU/Linux pour grands débutants est placée sous le signe de la liberté des utilisateurs.

En effet, dixit les notes de publiations, on apprend que mise à part le passage vers la Debian GNU/Linux Wheezy dans sa version 7.7, il y a la disparition du bouton Facebook au profit d’un lien vers l’offre de services de Framasoft, que Chromium a été viré au profit de Debian Iceweasel (avec une palanquée d’extensions, dont l’indispensable bloqueur de publicité pour une navigation fluide et dépolluée), ainsi que les futures orientations vers la HandyLinux 2.0 (basée sur la Debian GNU/Linux Jessie).

J’ai donc utilisé en bon tipiak (pour reprendre les termes de l’industrie de l’inculture) mon client bittorrent pour récupérer l’ISO de la version i686 de la HandyLinux.

Ensuite, j’ai utilisé mon ami VirtualBox pour mettre à l’épreuve la HandyLinux. J’ai choisi au démarrage l’option pour installer directement la HandyLinux en français.

L’installateur est celui de la Debian GNU/Linux, en légèrement plus automatisé.

Continuer la lecture de « HandyLinux 1.7 : un vent de liberté ? »

En vrac rapide et plus ou moins libre en ce pluvieux lundi de Pentecôte.

Un petit vrac pour commencer cette semaine.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui 🙂

En vrac’ rapide et libre dominical.

Un petit en vrac’ en ce dimanche pluvieux.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui.

Debian GNU/Linux Jessie : un premier aperçu, dix mois après la sortie de la Debian GNU/Linux Wheezy.

Il y a un peu plus de 10 mois, la Debian GNU/Linux Wheezy sortait officiellement. Le cycle de développement est maintenant plus simple : 18 mois d’évolution de la prochaine version stable en tant que testing, puis un gel technique et une durée d’environ 9 à 10 mois de stabilisation.

En effet, sur les trois dernières versions, à savoir Lenny, Squeeze et Wheezy, la période de gel a été respectivement de 6 mois et 23 jours (203 jours), 6 mois et 4 jours (184 jours), et 10 mois et 4 jours (308 jours).

J’ai donc voulu avoir un premier aperçu de la Debian GNU/Linux Jessie, l’actuelle version en testing. Et surtout voir la facilité de migration de son système d’initilisation à la sysVinit vers systemd, annonce fracassante ayant eu lieu il y a environ un mois.

Tout en se souvenant que la version finale de Jessie ne sortira pas avant le premier voire le second trimestre 2015, le gel arrivant début novembre 2014.

J’ai eu l’idée de reprendre le tutoriel publié par Cep sur le blog de Cyrille Borne. Mais au lieu d’aller directement sur la version « unstable » alias sid de Debian, je me suis contenté de testing.

Après avoir récupéré l’énorme image ISO minimale (une vingtaine de Mo !), et avoir vérifié qu’elle était correcte, j’ai lancé une machine virtuelle qemu avec l’équipement habituel : 128 Go de disque virtuel, et 2 Go de mémoire vive.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom mini.iso -boot order=cd &

Apparemment, par défaut, et on peut le voir en allant dans les options avancées, l’ISO minimale propose l’installation de Xfce, au lieu de Gnome. Mais comme je voulais avoir un Gnome, j’ai choisi l’installation de Gnome en mode texte. Le mode graphique d’installation ne semblant pas disponible avec les ISO minimales. C’est moins convivial, mais c’est aussi plus « rapide » à l’utilisation 🙂

Continuer la lecture de « Debian GNU/Linux Jessie : un premier aperçu, dix mois après la sortie de la Debian GNU/Linux Wheezy. »

Le mieux est l’ennemi du bien… Pourquoi ne pas s’en souvenir ?

Dans le domaine de l’informatique libre, on ferait bien par moment de se souvenir de ce proverbe. Depuis quelques jours, dans plusieurs billets, dont un qui à fait couler beaucoup d’encre électronique, où je parlais de certains défauts dérivant des qualités de la distribution à l’origine de plusieurs dizaines d’autres, la Debian GNU/Linux.

Que ce soit Ubuntu (et sa floppée de dérivées officielles et non-officielles) ou encore des projets comme l’excellent HandyLinux, on voit que Debian GNU/Linux, c’est de la qualité.

Outre un billet très bien écrit par Cep sur le blog de Cyrille Borne qui expliquait certaines arcanes de la gestion des paquets sur une Debian GNU/Linux, qui exigent parfois certaines contorsions techniques, les commentaires sur un autre billet sur le financement participatif du logiciel de retouche vidéo Pitivi ont mis en lumière certaines limites liées à la volonté d’avoir une distribution aussi solide que du granite.

Continuer la lecture de « Le mieux est l’ennemi du bien… Pourquoi ne pas s’en souvenir ? »

Tanglu : un hommage à la Debian GNU/Linux testing, ou pas ?!

Alors que la version 8.0 de la Debian GNU/Linux est à encore une bonne année de sa sortie, Jessie devant connaître son « gel technique » vers le 5 novembre 2014 et qu’il faudra compter bien 6 mois de délai par la suite, quelques développeurs ont lancé le projet Tanglu.

Pour la recette ? Prenez une Debian GNU/Linux testing, avec systemd activé par défaut (ce qui sera le cas pour la Debian GNU/Linux Jessie), KDE SC, les dépots non-libres activés eux aussi (pour le moment ?), mélangez bien le tout, et vous avez la Tanglu. D’accord, j’ai simplifié, mais l’idée est là.

Dixit les notes de publications, seule la version KDE SC est supporté pleinement. En effet, une note renvoie à la remarque suivante :

The GNOME team is missing people, so we can not ensure that it will receive the same attention as KDE does.

Ce qu’on traduit par :

L’équipe de GNOME manque de personnel, donc nous ne pouvons pas garantir qu’il recevra la même attention que KDE.

De plus, si vous utilisez une machine avec UEFI, passez votre chemin, cette technologie n’est pas encore supportée :

We currently do not support UEFI in our live-installer, this feature did not complete in time. If you are an experienced user, you can manually install Tanglu on an UEFI-based machine, for all other users we recommend switching to legacy BIOS for this release.

Ce qu’on peut traduire par :

Nous ne supportons pas UEFI dans notre live-installer, cette fonction n’a pas été terminé à temps. Si vous êtes un utilisateur expérimenté, vous pouvez installer manuellement Tanglu sur une machine UEFI, pour tous les autres utilisateurs, nous recommandons de passer en mode BIOS pour cette version.

Malgré toutes les premières limitations techniques, récupérons l’ISO en 64 bits pour KDE SC. Dommage qu’il faille passer par une récupération via le navigateur ou la ligne de commande. J’aurais largement préféré un fichier torrent. De plus, aucun fichier md5sum pour vérifier la qualité de l’ISO.

rs/releases.tanglu.org/aequorea/tanglu-1.0-kde-live-amd64.hybrid.iso
–2014-02-27 11:30:20– http://mirror1.hs-esslingen.de/pub/Mirrors/releases.tanglu.org/aequorea/tanglu-1.0-kde-live-amd64.hybrid.iso
Résolution de mirror1.hs-esslingen.de (mirror1.hs-esslingen.de)… 129.143.116.10
Connexion à mirror1.hs-esslingen.de (mirror1.hs-esslingen.de)|129.143.116.10|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1067450368 (1018M) [application/x-up-download]
Sauvegarde en : « tanglu-1.0-kde-live-amd64.hybrid.iso »

100%[====================================>] 1 067 450 368 2,90MB/s ds 5m 54s

2014-02-27 11:36:15 (2,87 MB/s) — « tanglu-1.0-kde-live-amd64.hybrid.iso » sauvegardé [1067450368/1067450368]

Continuer la lecture de « Tanglu : un hommage à la Debian GNU/Linux testing, ou pas ?! »