De la pollution des commentaires liés à l’éternel conflit du Moyen-Orient.

Cet article est un coup de gueule qui concerne ma lassitude de l’import en Europe et ailleurs du conflit au Moyen Orient.

Conflit entretenu en parfaite COLLABORATION par les EXTRÉMISTES juifs qui ont noyauté le Likoud et les EXTRÉMISTES musulmans du Hamas, deux mouvements boutefeux et de fouteurs de guerre qui n’ont aucun intérêt à ce que le processus de paix reprenne.

Aux personnes qui vont vouloir parler du conflit israélo-palestinien dans les commentaires comme pour l’article précédent qui m’a foutu en colère au point de fermer les commentaires, voici ce que je vais dire, et ce sera simple : VOUS ME CASSEZ LES COUILLES, QUELQUE SOIT VOTRE CAMP !

Mon point de vue est simple, et s’exprime ainsi, débouchez-vous les oreilles : Je ne suis ni pour les uns, ni pour les autres, mais pour que les deux peuples cohabitent en paix !

Si on ne peut plus parler d’un album de musique sans être empoisonné par ce conflit, que dire ?

Il est facile d’employer le terme de génocide, comme cela a été le cas dans le commentaire qui m’a forcé à fermer l’article précédent.

Qu’on parle alors de celui qui a lieu depuis la fin des années 1950 au Tibet et où sa population est lentement mais sûrement réduite à néant par le pouvoir central de Pekin. Mais c’est vrai que se mettre à dos le milliard et demi de chinois, c’est pas trop conseillé.

Il y a des SALAUDS des DEUX côtés, quelque soit la guerre. Maintenant, si vous êtes INCAPABLES de comprendre cela, je vous invite à aller voir ailleurs.

Je vais donc finir ce billet avec un titre de Georges Brassens reprit par Maxime Le Forestier.

Merci de votre compréhension.