Bienveillance, que de crimes l’on commet en ton nom !

Cela fait longtemps que j’ai envie de pousser ce coup de gueule. Je dois dire que j’ai pris du temps à le mûrir pour l’argumenter au maximum. Je sais très bien que certaines personnes vont me vouer aux gémonies en restant gentil.

Je vais commencer ce billet en rappelant une idée simple : quelle que soit votre apparence physique, votre milieu social, votre personnalité (au sens mental et psychologique du terme), votre spiritualité, il y aura toujours des personnes qui utiliseront une des composantes en question pour vous discriminer. Car il existe une vérité intangible : on sera toujours le con ou la conne d’une autre personne.

Cette vérité intangible étant désormais énoncée, attaquons-nous au coeur du sujet. J’en ai ma claque du « il faut être bienveillant les uns envers les autres ». Si dans le principe je suis entièrement d’accord, il ne faut pas tomber dans une forme de dictature de la bienveillance qui finit par aseptiser le langage.

Que ce soit dans le domaine informatique, où l’on voit fleurir des propositions pour remplacer des termes techniques comme le duo maître/esclave (les personnes qui ont connus les périphériques en IDE savent de quoi je parle), le duo liste blanche/liste noire, voire le duo carte mère et cartes filles (comme une carte son, une carte réseau, une carte graphique), j’ai envie de dire que l’on va trop loin dans le « polissage du langage ».

Je suppose qu’il doit y avoir dans tous les domaines techniques des expressions qui vont horripiler les spécialistes du « bien parler ». Spécialistes qui sont souvent encore dans le milieu estudiantin et qui veulent réinventer le monde, voire complexifier la langue française qui est déjà assez complexe. Si vous n’en êtes pas convaincu, je vous conseille de tester votre niveau sur le site du Certificat Voltaire.

Le français a un grand manque : il n’y a pas de forme neutre, comme le « it » anglais ou le « das » allemand. Déjà que les accords du participe passé sont assez complexes sans rajouter des formes complémentaires et difficile à lire… Mais revenons-en au sujet de l’article.

Vouloir lutter contre les discriminations, c’est normal. Mais en arriver à des extrémités comme censurer des pièces de théatre, comme cela fut le cas à la Sorbonne en mars 2019, il y a des limites à ne pas franchir.

Quand la lutte contre le racisme – du moins certaines de ces composantes – arrivent à faire interdire une pièce de théâtre écrite durant l’antiquité grecque, ça fait peur.

Continuer la lecture de « Bienveillance, que de crimes l’on commet en ton nom ! »

Entre la censure sur Youtube et 5€ dépensés, bonne journée, non ?

Tout a commencé il y a une semaine quand j’ai appris qu’un troll avait déposé une annonce type « rencontre gay ». Résultat des courses, 45 SMS et coups de fil liés à cette fausse annonce, parfois à trois heures du matin.

Puis j’apprends qu’un youtubeur francophone linux plutôt connu abrite sur son canal discord quelques trolls célèbres… Après avoir eu un coup de sang, je fais une vidéo calme où je commente les captures d’écran en question.

Continuer la lecture de « Entre la censure sur Youtube et 5€ dépensés, bonne journée, non ? »

En vrac’ rapide en petite tenue…

Car il fait bien 28°C dans l’appartement, rideaux baissés… Je hais le mois d’août !

C’est tout pour aujourd’hui… Je retourne chercher la fraicheur !

LOPSI 2 ? Bienvenue en République Populaire de Ch… de France.

Avec LOPSI (loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure) présentée à la chambre d’enregistrement…euh, je voulais dire Assemblée Nationale, l’internet en France sera à l’image de l’internet en Iran, en République Populaire de Chine : censuré à mort.

En effet, les fournisseurs d’accès devront bloquer sans délai des sites sur une liste apparement tenue au secret, sans intervention du pouvoir judiciaire pour légitimer les demandes de blocage.

Tout cela au nom de la lutte juste contre la pédo-pornographie. Mais cela risque au contraire de créer d’effroyables dégats collatéraux. Les pays qui ont testés ce genre de mesure se sont aperçus des effets secondaires de ce genre de filtrage :

En Australie, le filtre avait mis hors ligne des sites de jeux en ligne ou encore des sites proposant les liens bittorrent ; quel lien avec la pédopornographie ?

En Allemagne, seul 1,5% des sites listés étaient réellement liés à de la pédopornographie !

Dès que la lopsi 2 sera votée et les décrets d’applications publiés, les contenus réellement pédopornographique utiliseront des technologie de chiffrage encore plus importante, se rendant encore plus invisible, donc impossible à combattre.

Le vrai but de lopsi 2, c’est,  au final, non pas la lutte contre la pédopornographie, mais contre un internet qui ne peut pas être controlé par les gouvernements. Il suffit de voir la dernière idée de Silvio Berlusconi pour voir cette volonté de mettre au pas l’internet.

Et je finirais cet article avec une citation de Benjamin Franklin :

Celui qui est prêt à sacrifier un peu de sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.

Même cause, même effet : la riposte graduée automatisée inconstitutionnelle.

La mesure phare et dite « pédagogique » de la loi internet et création (ou loi HADOPI) est déclarée inconstitutionnelle.

En 2006, DADVSI appliquait un mécanisme comparable, qui utilisait uniquement des amendes. Et le texte avait été censuré à l’époque.

Et comme aurait un certain Siddharta Gautama, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

En déchiffrant la décision du Conseil Constitutionnel, on apprend que :

  • Seule la justice peut couper l’accès internet d’une personne.
  • Internet fait partie de la liberté d’expression, droit constitutionnel
  • C’est la présomption d’innocence qui est le fondement juridique en France et non la présomption de culpabilité.

A quand une DADVSI troisième version ? Qui prend le pari que la licence globale arrivera dans les deux ans ?