En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac’ 🙂

Après avoir été accomplir mon droit civique (comme pour chaque élection depuis 1992), et même si cela ne sert pas à grand chose, voici donc le billet en vrac’ de fin de semaine.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ? Pas grand chose, désolé.

Bonne journée !

La convergence des écrans, nouvelle « marotte » de l’informatique ?

J’aurais bien employé le terme de mode à la place de celui de marotte. Depuis plusieurs années, après avoir voulu appliqué le principe généreux du « écrire une fois du code, pouvoir le lancer partout », on est passé à la volonté, tout aussi généreuse de vouloir faire du code et des interfaces utilisateurs qui soient utilisables sur les principaux écrans de la vie quotidienne.

En clair, vouloir proposer une interface identique pour les téléphones intelligents, les tablettes tactiles, les ordinateurs classiques, et pour les téléviseurs connectés. Une interface commune pour des écrans allant de 4 à 60 pouces, soit de 10,24 cm à 153,6 cm de diagonale.

Il y a trois acteurs principaux dans ce domaine. Un ancien, Apple, qui depuis la sortie de son iPhone premier du nom en 2007 propose un iOS qui fonctionne aussi bien sur téléphone que sur sa tablette iPad, mais pas sur ordinateur (quoique MacOS-X se « iOS »ise de plus en plus).

Un plus jeune, Microsoft. En 2012, il sort MS-Windows 8 et son interface « Modern UI » qui est clairement pensée pour les tablettes tactiles. Continuation de l’ergonomie introduite avec son OS pour téléphone Windows Phone. D’ailleurs sa tablette tactile maison, avec un clavier qui fait penser à celui du zx80 de Sinclair, n’est pas ce qu’on peut appeler un franc succès.

Vu la réaction à la sortie de l’interface ModernUI, on peut se dire qu’il reste du pain sur la planche.

Continuer la lecture de « La convergence des écrans, nouvelle « marotte » de l’informatique ? »

Ubuntu serait-elle en perte de vitesse médiatique ?

En rédigeant l’article sur la Mageia 3 RC, je voulais faire un article différent. Je pensais à tort que « Ubuntu va encore monopoliser les grands titres de la presse informatique pour la sortie de sa 18ième version ». Et oui, à tort. J’ai été jeté un oeil sur les principaux grand noms de la presse informatique française, les articles sont tous très mesurés, pour ne pas dire qu’il ressemble à du copier-coller de communiqué de presse. Que ce soit sur Clubic, PcInpact dont le sous titre est parlant, ou encore Generation-NT qui pond un des articles les plus complets.

Je n’ai rien trouvé sur zdnet.fr, ni sur 01net. La palme de l’annonce courte revenant à OSNews qui pourtant fait des articles largement plus fouillés. L’article le plus poussé que j’ai pu lire avec une bonne dose de troll des montagnes ayant perdu son rasoir, c’est sur un article de LinuxFr.

Il faut dire que l’impression que cette version n’est qu’un énorme service pack de la précédente n’aide en rien. Où sont les vraies nouveautés, celle qui attire l’oeil et le coeur de l’utilisateur ?

Je veux bien que l’interface maison Unity soit améliorée, mais rien d’aussi révolutionnaire que son introduction il y a environ 2 ans n’est à signaler. Un nouveau dialogue de fermeture / redémarrage ? Un historique sur chaque icone du lanceur ? Une refonte et une simplification de certains dialogues ? La disparition de cette horreur qu’est Gwibber ?

Continuer la lecture de « Ubuntu serait-elle en perte de vitesse médiatique ? »

Ubuntu Phone : du buzz et rien d’autre pour le moment ?

Un nouvel arrivant dans le monde des OS pour smartphones. Outre les géants Android et iOS (Apple), on peut penser à Windows Phone, SailfishOS (dérivé de Meego), ou le projet de la Fondation Mozilla, FirefoxOS qui doit pointer le bout de son nez cette année.

Notre ami Canonical propose son Ubuntu Phone.

C’est un OS pour téléphone, proposant l’interface Unity déjà prosposée sur ubuntu. La page officielle est assez sèche coté détails, spécialement sur sa base technique. Base androïd ? Faite maison ?

On sait que les applications seront soit en HTML5 (coucou FirefoxOS) ou avec le toolkit QML.

Coté disponibilité ? C’est le flou. Quel appareil ? Flou idem.

L’article sur OMG Ubuntu qui reprend l’annonce officielle n’apporte pas grand chose de plus. Le point le plus inquiétant, c’est la date prévue avec des modèles prééquipés : la fin de l’année 2013. Je cite :

So when can you get one? Sadly not just yet. Although talks are taking place no major vendor has yet signed up to ship the device.

But there is hope.

Canonical are ‘confident’ a major manufacturer will ship Ubuntu for Android this year; that will be the first step. But the first pure Ubuntu Phone devices will appear towards the end of the year.

Donc, en gros, on nous annonce un OS dont personne ou presque n’a été capable de voir en fonctionnement, apparemment ce serait pour le CES 2013 pour le voir en vrai. Et dont la disponibilité pour le grand public est minimum dans un an…

Pas que je sois dubitatif, mais comment un OS qui est annoncé pour sortir dans un an en prééquipement – quelle proportion des utilisateurs de mobiles « roote » son téléphone pour le mettre à jour avec des OS non officiels du genre cyanogen mod ? – je ne donne pas cher de sa capacité à s’imposer sur le marché.

Celui-ci est déjà phagocyté par le duo Android / iOS. Windows Phone ramasse les miettes, et FirefoxOS, même s’il n’est pas sorti, va souffrir sûrement pour se faire une place au soleil.

Donc au lieu de m’exciter comme une puce saoûle sur ce projet, j’attends pour voir ce que sera vraiment cet OS en réel. Mais je ne suis pas très optimiste sur sa capacité à se faire une place au soleil.

J’espère cependant me tromper. Mais un tel départ n’augure rien de bon.

De l’intérêt pour Canonical d’avoir un Unity non portable, ou peu portable…

Il y a 15 jours, j’avais écrit un billet au titre assez dépotant : « Unity, un cul-de-sac à terme pour Canonical ? »

J’y parlais des problèmes liés au portage de l’interface de Canonical, Unity sur des distributions autre qu’Ubuntu. Même si apparemment le port d’Unity semble avancer pour Archlinux (je ferais un billet dès que possible dessus), ce n’est clairement pas l’intérêt pour Canonical.

C’est un article de Stéphane Robert sur son site « Le Libriste » qui m’a apporté des éléments d’argumentation sur le non-intérêt de Canonical de voir Unity exister ailleurs que sur Ubuntu.

Car même si Cyrille Borne l’a précisé maintes fois, Unity ce n’est pas Ubuntu, Canonical avec sa volonté d’interface passant aussi bien sur une tablette que sur un portable que sur un ordinateur de bureau classique, en clair, un « one-size-fits-all », c’est une volonté de verrouiller le marché des distributions un minimum, en s’adressant à un marché plus qu’alléchant : les débutants dans le monde linuxien.

J’ai déclaré dans un article précédent qu’Ubuntu aurait quelque chose comme 34% de parts de marché sur le domaine des distributions linux. Or, ce n’est pas encore suffisant pour verrouiller le marché et imposer sa vision de l’interface graphique. La masse critique serait plus proche des 70% pour qu’un tel verrouillage puisse devenir réalité.

Je vais maintenant copier trois / quatre paragraphes de l’article de Stéphane qui illustre le coeur du problème, avec des points que je n’aurais pas aborder, Unity ayant tendance à me taper trop rapidement sur les nerfs 🙁

Continuer la lecture de « De l’intérêt pour Canonical d’avoir un Unity non portable, ou peu portable… »

En vrac’ rapide et libre :)

La semaine a été très calme sur le blog, vraie vie oblige 😉

C’est tout pour aujourd’hui. Bon week-end 😀