Citizen Helene, une voix envoutante.

J’avais parlé il y a quelques temps de Josienne Clarke. Parmi les artistes recommandés, une chanteuse du nom de « Citizen Helene« . Son premier album est un EP de 4 titres, et qui s’appelle « Citizen Helene« .

Après l’avoir écouté l’album sur le site Bandcamp, j’ai craqué, et j’ai commandé un exemplaire en version physique.

L’album commence sur la balade « PS I Don’t Love You ». Une chanson tout en acoustique, où la voix de Citizen Helene s’exprime dans toute sa beauté, avec un arrière fond très léger de bossa nova. Le deuxième titre « Sunday Morning Light » est une ballade plus intimiste, toujours en acoustique, tout en douceur.

Avec la troisième piste, « ‘Til Tomorrow », il suffit de fermer les yeux pour se laisser emporter. L’album se termine avec le titre « Stephen Fry », accompagné de violoncelle, concluant ce cours album en douceur.

Petit bonus de fin, le clip de « Sunday Morning Light » :

A quand la suite ? Car c’est le genre d’album coup de coeur qui donne envie d’avoir la suite ! Encore merci, Citizen Helene pour ce petit bijou de douceur.

Ballade près de l’Eyre.

Hier, en compagnie d’amis bénévoles à l’Encrier, j’ai été faire une longue ballade du coté de l’Eyre, entre Lamothe et Biganos.

J’ai pris les meilleures photos et j’en ai fait une vidéo en utilisant PhotoFilmStrip. Le fond musical ? « In Cyclum » de Roger Subirana, tiré de l’album « Lost Words » (2006)

Bon visionnage.

Parfois, cela fait du bien d’être un vieux con.

Avec l’annonce de l’arrivée des Beatles sur iTunes avec 13 albums à 12,99 €, cela fait l’ensemble à 168,87 € (alors que le coffret en version physique est à seulement 150 € sur Amazon), cela fait cher pour du dématérialisé avec l’AAC qui est un format de compression à perte… Mais vu que les oreilles se sont habituées à du MP3 en 192…

Il est vrai que le support CD est en fin de vie, mais quand on voit le prix du dématérialisé, cela fait mal à l’amour propre… Surtout qu’on peut copier les pistes des CDs dans n’importe quel format, et à volonté… Sauf avec des CDs limite illisibles, comme jadis un certain X&Y des Coldplay 😉

Toujours à propose de galettes de plastiques, j’ai pu acquérir récemment la version deluxe de l’album XII des Barclay James Harvest, où on trouve une ballade magnifique, Berlin.

En 2002, lors d’un concert en Allemagne, ce qui reste du groupe emmené par Les Holroyd en a fait une version magnifique :

Que c’est bon d’être un vieux con par moment 😉

Le concert de Berlin des Barclay James Harvest : avoir les deux versions est indispensable ?

Quand en 1982, le groupe Barclay James Harvest fait un concert gratuit à Berlin (devant plusieurs dizaines de milliers de personnes), un album sort. J’avais déjà parlé du titre phare « Child of the universe » dans un autre billet.

Lors du passage en CD, Polydor qui produit les Barclay James Harvest propose une version assez spéciale du concert. Non seulement deux titres manque à l’appel, mais la liste des titres est chamboulée. Voici la liste de la version de Polydor :

  1. Berlin
  2. Loving Is Easy
  3. Mockingbird
  4. Sip Of Wine
  5. Nova Lepidoptera
  6. In Memory Of The Martyrs
  7. Life Is For Living
  8. Child Of The Universe
  9. Hymn

Et la pochette de la version Polydor du concert :

Or, sur le site « officiel » des Barclay James Harvest, on peut acheter pour environ 14 € la version « complète » du concert qui est composée ainsi :

  1. Love on the Line
  2. Mockingbird
  3. Rock N’ Roll Lady
  4. Nova Lepidoptera
  5. Sip of Wine
  6. In Memory of the Martyrs
  7. Life Is for Living
  8. Child of the Universe
  9. Berlin
  10. Loving Is Easy
  11. Hymn

Et sa jaquette, légèrement différente :

La version complète dure environ 12 minutes de plus. Avoir les deux est intéressant pour une simple raison : la version « courte » permet d’avoir un aperçu assez complet de la prestation, bien que la liste des morceaux soit complètement chamboulée.

La version « complète » du concert permet de se replonger dans l’ambiance du concert, surtout avec le compte à rebours en allemand au début du premier titre !

La ballade du vendredi matin : « The Day The World Went Away »

C’est un des titres phare du double album « The Fragile » du groupe Nine Inch Nails, sorti en 1999. Sorti d’abord comme morceau d’introduction sur un CD simple (Halo 13 dans la numérotation de Nine Inch Nails), il est le deuxième du premier CD du double album « The Fragile ».

Si Nine Inch Nails peut produire des titres assez puissant, il a produit de belles ballades, comme « Hurt » dont j’avais parlé il y a plus d’un an.

Trève de bavardage, voici donc « The Day The World Went Away ».

Pour une fois, une édition remastérisée qui a de l’intérêt !

J’ai tendance à me méfier des versions « remastérisées » des albums déjà sorti sous format CDs, car souvent, ce n’est qu’une copie reprise et un peu dépoussiérée des versions précédentes. La remastérisation des albums des Beatles est un peu une exception, car les livrets fournis avec sont d’excellentes qualités.

Un autre contre exemple, c’est l’édition remastérisée de « Everyone Is Everybody Else » des Barclay James Harvest.

L’album sorti en 1974 – très bonne année, n’est-ce pas 😉 – avait à l’origine neuf pistes. Sur l’édition que j’ai achetée sur Amazon.fr, c’est 14 pistes qui attendent l’auditeur.

En effet, deux versions alternatives de la sublime ballade « Child Of The Universe » sont proposées, ainsi que des versions alternatives de « The Great 1974 Mining Disaster » et de « Negative Earth », sans oublier une piste intitulée « Maestoso (A Hymn In The Roof Of The World) »

Pour une fois, je suis content d’une version remastérisée d’un album 😉

Une ballade des Barclay James Harvest pour bien commencer la semaine.

J’ai eu envie de commencer la semaine en partageant un de mes titres préférés des Barclay James Harvest, « Child Of The Universe », sorti sur leur album « Everyone Is Everybody Else » (1974), bien que le titre soit aussi présent sur la version rééditée de « Time Honored Ghosts » en tant que piste bonus.

La vidéo est tirée du concert gratuit mis en place par le groupe à Berlin en 1982.

Bonne écoute 🙂