Vieux Geek, épisode 138 : Quake premier du nom et son niveau castré…

Je dois dire que s’il y a un jeu qui a marqué mes années de jeune adulte, c’est bien le premier Quake sorti par id Software en 1996.

J’ai déjà eu l’occasion de parler plusieurs fois de Quake dans cette série vieux geek :

Dans l’épisode 21, fin juin 2014 : sur le niveau de difficulté à l’époque
Dans l’épisode 65, en juillet 2016 : le mission pack 3, « Abyss of Pandemonium »
Dans l’épisode 110, en février 2018 : l’ultime préversion du jeu

Cependant, il aura fallu attendre les 5 ans du jeu, en 2001 pour qu’une anecdote soit révélée par John Romero. Dans le deuxième épisode, « The Realm of Black Magic », le dernier niveau « The Dismal Oubliette » a été amputé d’une bonne partie de son introduction.

En effet, comme l’avoue John Romero lui même, le niveau a été « castré » pour tenir dans la limite imposée de 1,4 Mo.

This was the original starting point of the Dismal Oubliette, e2m6. It was cut for size reasons since it made the .BSP file go way over our self-imposed 1.4mb limit.

Une traduction rapide donne :

C’était le point de départ original de the Dismal Oubliette, e2m6. Il a été coupé pour des raisons de taille car cela faisait que le fichier .BSP dépassait largement la limite de 1,4 Mo que nous nous étions imposée.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 138 : Quake premier du nom et son niveau castré… »

Vieux geek, épisode 33 : Shinobi, Dragon Ninja, Bubble Bobble, Tetris. Les bornes d’arcade de mon adolescence !

Dans le livre que j’ai rédigé à la demande et en collaboration avec les éditions Larousse, « Complètement geeks », il y a une page consacré aux bornes d’arcades.

Pour moi, les bornes d’arcades, ça me fait penser à l’odeur des Lucky Strike – la seule que j’ai fumé m’a donné une crise d’asthme carabinée – aux pièces de 5 et 10 francs (bicolores ou pas), la musique des Doors à fond la caisse (le film d’Oliver Stone est sorti vers 1991, non ?), et surtout à la Maison des Jeunes qui se trouvait à quelques dizaines de mètres du lycée où j’ai terminé ma scolarité secondaire.

En dehors des babyfoot, il y avait deux caissons qui contenait des écrans cathodiques avec des jeux vidéos qui variait en moyenne tous les 3 mois. C’était la pause quotidienne de mes années lycée (septembre 1989 à juin 1993).

Entre midi et quatorze heures, quelques dizaines de lycéens venaient se détendre et se changer les idées. Une bande de joueurs, issus de la terminale C (science et maths), passait une quinzaine de minutes à jouer après avoir inséré une pièce de 10 francs pour avoir 5 ou 7 crédits. Je me suis toujours demandé si le fait d’être dans la classe de terminale la plus corsée en matière scientifique donnait un avantage aux jeux vidéo payants. Un mystère qui ne sera jamais résolu ! 😀

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 33 : Shinobi, Dragon Ninja, Bubble Bobble, Tetris. Les bornes d’arcade de mon adolescence ! »

Comment reconnaître que l’on commence à se faire vieux ?

Cet après-midi, j’attendais mon train à la gare de Gujan-Mestras – suite à un rendez-vous – tout en remplissant des grilles de mots fléchés quand deux adolescentes de 16 – 17 ans s’approche, tout en parlant fort et de manière assez directe d’une forte envie de se soulager la vessie.

Je cite de mémoire : « J’ai la pisse au ras du c** »… Sans commentaire, non ? 😉

Bref, je reste tranquille, plongé dans mes mots flechés quand la plus téméraire des deux commencent à me parler et à m’aborder en me parlant des mots fléchés, me demandant où je descendais.

La plus timide des deux me demande timidement mon age : quand je lui dis que j’ai 36 ans, elle semble être surprise me disant qu’elle me donnait au maximum 25 ans. Ensuite, elles m’ont demandé si j’étais célibataire, si j’avais été marié, bref, de la drague en bonne et due forme.

Les trucs qui m’ont fait me sentir vieux c’est :

  1. Le vouvoiement
  2. Du monsieur à toutes les sauces

Techniquement, je pourrais être leur père, c’est surtout cela qui m’a fait rire… Et oui, elles ont 20 ans de moins que moi 🙂

Il y a une expression anglaise pour parler du démon du midi qui attaque les trentenaires finissant et les quadragénaires : « She’s half my age », ce qui donne traduit « Elle a la moitié de mon âge » 🙂

Un exemple de la connerie humaine dans sa plus parfaite expression.

René Descartes se trompait lourdement quand il déclarait que le bon sens est la chose la mieux partagée au monde. C’est l’inverse.

Une anecdote assez fraiche qui prouve ceci.

Ce soir, je vais faire quelques courses à mon hypermarché local. Je trouve une caisse pas trop occupé, me disant que 5 minutes plus tard, je serais passé. En fait, j’ai du poirauter 4 fois plus de temps.

Une cliente – que je ne qualifierais pas – paye une note assez salée (92 €) par le biais de coupon cadeau plastifié. Et au lieu de donner des coupon de grosses valeurs, elle donne des petits coupons. Chacun d’entre deux doivent être débité de la note.

32 coupons plastifiés sont donnés. Et la caissière de passer près de dix minutes à débiter les coupons de la note finale.

Une fois la cliente partie, la chef caisse passant, elle parle à la caissière qui lui montre le paquet imposant de cartes. 32 cartes pour une telle somme. Le terme connerie – oups ! – me vient à l’esprit.

La caissière souffrait vraiment, mais qu’avait-elle le droit de dire ? Et la chef caisse de critiquer ce mode de paiement qui coute plus cher qu’il ne rapporte.

Bref, la bétise humaine s’est exprimée dans sa version la plus claire.