Vieux Geek, épisode 150 : Looking Glass, la preuve que les interfaces en 3D complète, ça fonctionne pas…

Quelques années avant Compiz et ses indispensables effets de fenêtres molles et son iconique cube, Sun Microsystems qui n’était pas encore racheté par Oracle proposa une interface 3D complète pour montrer les capacités et la puissance de Java.

Le projet s’appelait Looking Glass. C’était plus une preuve de faisabilité qu’un environnement utilisable au quotidien.

En farfouillant sur ArchiveOS, j’ai pu mettre la main sur un des derniers liveCD qui permettait de s’amuser avec Looking Glass, LG3D.

Après avoir récupéré l’image ISO, j’ai configuré VirtualBox pour qu’il me permette d’enregistrer la vidéo ci-après.

Comme vous avez pu le voir – et si votre estomac a tenu le choc – c’était complètement à l’ouest en terme d’ergonomie. Bon, c’est vrai, l’émulation n’a pas aidé pour la vitesse, mais c’était pas franchement la joie au final.

On comprend pourquoi les interfaces en 3D n’existent – principalement – que dans les films de science fiction, maintenant 🙂

Vieux Geek, épisode 142 : Neverball et Neverputt, les jeux 3D déconseillés aux estomacs sensibles.

Les jeux 3D ont eu des débuts modestes. Il aura fallu attendre des titres comme Descent, dont j’ai parlé en mars 2016 pour avoir un affichage 3D temps réel à peu près potable, même si je lui préfère largement Quake:)

Le monde du logiciel libre n’a pas été en reste. En mai 2003, un jeu inspiré de Marble Madness est lancé. Son nom ? Neverball. Si l’original avait pour but de diriger une bille dans une 3D isométrique, Neverball lui joue sur les trois axes : roulis, tangage et lacet.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 142 : Neverball et Neverputt, les jeux 3D déconseillés aux estomacs sensibles. »

Vieux geek, épisode 57 : Descent, le jeu qui vous file la nausée.

Au milieu des années 1990, le monde du jeu vidéo ne jure que par la 3D. Qu’elle soit simulée ou réelle, la 3D est partout. Que ce soit avec Doom fin 1993 ou encore avec Duke Nukem 3D en 1996. Il y aussi en 1995 le duo Terminal Velocity / Fury 3 dont j’ai parlé dans un précédent article de la série.

Fin 1994 (Europe) et début 1995 (Amérique du Nord), un titre fait son apparition, et propose une vrai immersion en 3D, c’est « Descent ». Développé par Parallax Software et publié par Interplay, il nous propose de parcourir 30 niveaux, dont 3 secrets dans un monde complètement en 3D… Avec des libertés de déplacements dans les 3 dimensions.

La version shareware nous envoie dans sept mines, deux sur la Lune, deux sur Vénus et les deux dernières sur Mercure. Le dernier niveau étant celui du boss de fin. Il suffisait de sortir la carte bleue pour obtenir les derniers niveaux. À l’époque, les cartes d’accelération 3D étaient du domaine du doux rêve, ce qui fait que le rendu était entièrement fait par le processeur central. Autant dire qu’un Pentium à 75 voire 90 Mhz était chaudement conseillé !

Comme pour les moteurs d’id Software, le code source de Descent a été libéré en 1997 et pour sa suite Descent 2 en 1999.

Ce qui a permit de donner naissance à des projets comme Dxx-Rebirth qui a pour but d’adapter le code source à la modernité. J’ai donc décidé de capturer en vidéo via Dosbox le premier Descent, puis dans sa version améliorée avec le port d1x-rebirth compilé sur mon Archlinux.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 57 : Descent, le jeu qui vous file la nausée. »

Vieux geek, épisode 55 : Terminal Velocity et Microsoft Fury3.

On dit souvent « jamais deux sans trois ». Pour la troisième fois, ma série vieux geek parle des vieux MS-Windows. Après un clin d’oeil à MS-Windows 3.11 et l’improbable Internet Explorer 5 dédié, après l’arrière-grand-père de MS-Windows XP, j’ai décidé de passer au ludique. Aborder au passage un vieux jeu injustement oublié, Microsoft Fury3.

Revenons donc en 1995. En ce joli mois d’août, Microsoft annonce la sortie de son nouveau MS-Windows resté dans l’histoire sous le nom de MS-Windows 95. Dôté d’une ergonomie renouvelée, Microsoft veut surtout le promouvoir comme base ludique.

Si 20 ans plus tard, avoir des jeux basés sur MS-Windows est la norme, en 1995, l’environnement de choix, c’est MS-DOS. Pour faire de la publicité à MS-Windows et forcer la main des développeurs, Microsoft décide de travailler main dans la main avec 3D Realms et porter un titre de jeu de tir en 3D, Terminal Velocity.

Même si Microsoft Fury3 est installable sous le fringant et tout jeune MS-Windows 95, Microsoft n’oublie pas son énorme base installée de Microsoft Windows 3.1x et propose un port du jeu pour l’ancienne plateforme.

Le jeu n’est pas aussi gourmand que cela, du moins avec nos yeux d’utilisateurs ayant des disques durs se mesurant en plusieurs centaines de Go. En 1995, si vous aviez un disque dur qui arrivait au 600 Mo, c’était déjà pas si mal 🙂

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 55 : Terminal Velocity et Microsoft Fury3. »

Vieux geek, épisode 39 : « Chasm : The Rift », un FPS à mi-chemin en Doom et Quake.

Nous sommes en 1997. Doom et Doom 2 sont sortis depuis environ 3 ans. Duke Nukem 3D est sorti depuis un an et Quake aussi. On commence déjà à parler de Duke Nukem 4 Ever, en ignorant qu’il ne sortira que… 14 ans plus tard.

Comme l’a signalé Didier dans un billet sur son blog, il faudra attendre Serious Sam premier du nom en 2001 pour avoir le mélange d’humour dévastateur et moteur 3D abouti.

En cette année 1997 où Microsoft travaille d’arrache-pied sur la prochaine version de son OS grand public, le monde des jeux vidéo tombe sous le charme de Lara Croft et attend le deuxième opus de la pilleuse de tombe.

Dans le monde des FPS, il y a deux écoles à l’époque. Celui de la 3D complète comme pour Quake et celui de la simili-3D où les sprites sont légions. Duke Nukem 3D et son humour dévastateur y règne en maitre. L’accélération 3D matérielle est encore balbutiante, malgré les cartes 3Dfx.

C’est donc le processeur de la machine qui doit s’occuper à la fois du calcul et du rendu. Autant dire que c’est assez moche quand on veut de la 3D « pure et dure ». Sauf erreur de ma part, les processeurs Pentium II sont le haut de gamme en 1997.

Les jeux simili-3D sont sur la pente descendante. En septembre 1997, une petite équipe ukrainienne du nom d’Action Forms propose son jeu, un FPS qui est à mi-chemin entre Doom et Quake. Le jeu se lance sous MS-DOS et s’appelle « Chasm : The Rift ».

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 39 : « Chasm : The Rift », un FPS à mi-chemin en Doom et Quake. »