Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 31 : Porte-bonheur, l’émission voyeuriste qui donne « bonne conscience »

Nous sommes en 1984. La première chaine qui n’est pas encore privatisée propose une émission qui nous paraîtrait bien contemporaine sur certains plans.

Même si certaines personnes considèrent que la télé réalité qui pollue « les ondes » date de l’époque de Loft Story en 2001, c’est se tromper largement.

Je disais que nous étions en 1984. Le genre idéal de l’époque, Patrick Sabatier lance une émission qui a un but simple : apporter du bonheur en direct à des personnes qui n’ont pas été vraiment chouchouté par la vie. Les personnes sont sélectionnées sur proposition de leur proche et suite à l’envoi d’une lettre. Et oui, on utilise encore pas mal de papier à l’époque 🙂

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 31 : Porte-bonheur, l’émission voyeuriste qui donne « bonne conscience » »

La dystopie dans les films et les livres… Mes préférés.

On appelle « Dystopie » : « un récit de fiction peignant une société imaginaire, organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur, et contre l’avènement de laquelle l’auteur entend mettre en garde le lecteur. »

J’avoue que j’ai toujours aimé ce genre. Voici donc mes préférés dans ce domaine. En commençant par les livres :

  • 1984 de George Orwell.
  • Le meilleur des mondes (Brave New World) d’Aldous Huxley
  • Farenheit 451 de Ray Bradbury
  • La saga des Tripodes de John Christopher
  • Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick

Sur grand écran :

  • Blade Runner (tiré du livre de Philip K. Dick)
  • Soleil Vert avec Charlton Heston
  • L’age de Cristal
  • Dark City (Alex Pryas)
  • Gattaca
  • Orange Mécanique d’après le livre d’Anthony Burgess

C’est déjà une sacrée liste, non ?

Dead Can Dance en 1984… Quel impact ;)

1984 : trois ans après que le groupe se soit formé sort l’album éponyme aussi connu sous le titre de « The Fatal Impact ».

Encore très fortement imprégné de cold wave et de certains rythme que Ian Curtis, mort 4 ans auparavant, n’aurait pas renié (comme la piste 4 « Fortune » ou encore la piste 2 « The trial »).

Continuer la lecture de « Dead Can Dance en 1984… Quel impact 😉 »