La mort d’Antergos, une nouvelle preuve qu’Archlinux et installateur simplifié ne font pas bon ménage ?

La nouvelle a été annoncée le 21 mai 2019 par les développeurs derrière le projet Antergos jadis né sous le nom de CinnArch en 2012 : le projet met la clé sous la porte.

Outre le fait que l’équipe s’autocongratule pour le travail effectué en 7 ans (avec plus de 930 000 téléchargements depuis 2014), une mise à jour à venir qui désactivera le dépot tiers de la distribution pour lui permettre de survivre quoiqu’il arrive.

C’est un mouvement dans la bonne direction, mais il ne faut pas oublier le passif plutôt chargé de la distribution basée sur Archlinux :

  1. un gestionnaire de session qui charge un moteur de navigateur internet, j’ai nommé lightdm-webkit2-greeter
  2. un installateur qui est continuellement resté en bêta depuis les premiers pas de CinnArch en 2012. Au bout de 7 ans, ça fait long !
  3. un dépôt tiers imposé sur les dépôts officiels avec des effets collatéraux comme l’absence de mise à jour de Pamac-aur durant de longues périodes, comme avec ce bug que j’avais ouvert en novembre 2018. Ce n’était pas le seul logiciel concerné d’ailleurs.
  4. L’imposition de ce qui est au final devenu synonyme de thème d’icones flat pour le monde linuxien, Numix.

Sans oublier les périodes où l’installateur vous explosait dans les mains sans raisons apparentes, les périodes où on ne pouvait pas installer une saveur pourtant officiellement proposée comme Mate-Desktop en juin 2016. Est-il besoin de tirer sur l’ambulance, ici ?

Continuer la lecture de « La mort d’Antergos, une nouvelle preuve qu’Archlinux et installateur simplifié ne font pas bon ménage ? »

Que sont devenues les distributions GNU/Linux de 2014 au bout de 5 ans ? Épisode 5

Après le mois d’avril qui n’a pas été tendre au niveau des survivantes, le mois de mai va-t-il se montrer un peu plus clément ?

J’ai eu pas mal de chose à faire depuis début mai, mais c’est l’annonce de l’arrêt de l’Antergos – sur laquelle je reviendrai plus longuement dans un article à venir – qui me fait poster l’article un peu plus tard que prévu à l’origine.

6 articles. Tous les projets sont en vie, mis à part la mauvaise plaisanterie qu’est la Blag Linux et Antergos qui a arrêté les frais le 21 mai 2019. Donc 33% de perte, cela qui remonte la moyenne des pertes. Que nous donnera l’ensoleillé mois de juin ?

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac…

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

C’est tout, je sais, c’est très court, mais c’est la vie qui veut ça !

Bon week-end 🙂

Ah, l’argument bien pratique de « la communauté du libre » pour se délester de ses choix stratégiques ?

On m’a parlé d’un article sorti sur Developpez.com avec une interview de Mark Shuttleworth qui exprimait son point de vue sur l’avenir de Linux.

J’ai commencé à lire l’article avec intérêt et d’un coup je suis tombé sur un terme qui m’a fait dire que cela ne valait pas trop le temps qu’on s’y attarde, je cite :

[…]
Il exprime également son regret sur le projet Unity dont le développement a été arrêté à cause de l’opposition de la communauté.
[…]

Rien que « la communauté », cela invalide le reste d’une bonne partie de l’argumentation développé par la suite.

Comme l’a si bien écrit Carl Chenet en 2016, « la Communauté », ça n’existe pas.

Il faudrait au minimum parler du :

  1. monde du libre linuxien dont le point commun minimal est l’utilisation du noyau linux
  2. monde du libre BSDien dont le point commun minimal est l’utilisation d’une base BSD (FreeBSD, OpenBSD, NetBSD)
  3. monde du libre bureautique avec l’utilisation d’outils comme LibreOffice ou OpenOffice.org.

Et encore je dois en oublier un sacré paquet. Mais je suis resté dans le plus visible.

Donc, si on ouvre un minimum les yeux, le terme de communauté est fallacieux. Cela me rappelle le film « Quo Vadis » de 1951, où Peter Ustinov qui joue un Néron exalté se plaint que le peuple de Rome n’ait pas une seule gorge que l’on puisse trancher. De mémoire, c’est aux alentours de l’incendie de Rome.

D’ailleurs est-ce la faute de « la communauté » si :

  1. Unity n’était ni utilisable ni portable en dehors de la base Ubuntu proposée par Canonical ?
  2. si cet environnement de bureau a été perçu comme une volonté de remplacer Gnome Shell ?
  3. si Canonical s’est cru plus puissant qu’il n’est en réalité en proposant sa vision du futur des environnements de bureau ?
  4. si les interfaces pensées pour les tablettes ne collent pas avec l’utilisation d’un périphérique sans écran tactile ?

Ce sont les principales remarques qui me viennent à l’esprit. Il est vrai qu’au moment où je rédige cet article, mon café n’a pas encore déployé sa magie 🙂

Continuer la lecture de « Ah, l’argument bien pratique de « la communauté du libre » pour se délester de ses choix stratégiques ? »

Peut-on prendre au sérieux le monde du logiciel libre en ce moment ? Pas vraiment avec deux exemples à l’appui.

En ce début du mois de mai 2019, j’avoue que je me pose de plus en plus la question. Je suis actuellement dans une période où je ne peux passer qu’une heure le matin et trois heures le soir entre ma chaise et mon clavier. Oui, je me socialise, étrange pour un vieux geek de 45 balais !

Mais cela ne m’empêche pas de prendre un peu de temps pour quelques libreries qui me permettent de me changer les idées… Cependant, ce que je récolte en ce moment, c’est une énorme désillusion par rapport à certains projets du monde du logiciel libre.

La première grosse déception récente, c’est la GuixSD qui a fait les bonnes feuilles virtuelles des magazines spécialisés informatique début mai 2019.

C’est un projet assez vieux – sept années si on en croit l’article qui parle de la version 1.0 du projet – mais qui souffre d’un bug qui fait penser aux déboires de la version 18.09 de MS-Windows 10 sur lequel je vais revenir.

Si on lit l’article on peut voir ceci :

For Guix, 1.0 is the result of seven years of development, with code, packaging, and documentation contributions made by 260 people, translation work carried out by a dozen of people, and artwork and web site development by a couple of individuals, to name some of the activities that have been happening.

Une traduction rapide ?

Pour Guix, la version 1.0 est le résultat de sept années de développement, avec des contributions de code, de packaging et de documentation de 260 personnes, des travaux de traduction effectués par une douzaine de personnes, et des illustrations et le développement de sites web par quelques personnes, pour ne citer que quelques-unes des activités qui ont été menées.

260 personnes ont travaillés sur le projet… En laissant passer un bug grossier – qui n’a fait l’objet d’aucun errata sauf erreur de ma part – et qui rend la distribution purement et simplement inutilisable… Outre le fait que cela rend inutilisable la session Xfce et que cela fait exploser en vol l’installation de la session Mate-Desktop, il est impossible de faire les opérations de base en ligne de commande : copier, déplacer ou renommer un fichier, créer un lien symbolique, etc…

Je n’aime pas casser des projets, mais tendre ainsi le bâton et se plaindre qu’on est roué de coups… Si vous pensez que j’étais content d’enregistrer une telle vidéo, c’est tout l’opposé…

Continuer la lecture de « Peut-on prendre au sérieux le monde du logiciel libre en ce moment ? Pas vraiment avec deux exemples à l’appui. »

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac… Désolé pour le manque d’activité sur mon blog en ce moment, la vraie vie intervenant ici.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

  • Roger Subirana a sorti en ce mois de mai 2019 son nouvel album « Symbiphonic ». Écoutable et téléchargeable sur son espace Bandcamp
  • Clement Belio, un des membres du groupe Izatmna vient de sortir son deuxième album solo, « Patience », cinq ans après le précédent. Tous les liens pour l’écoute et l’achat sont disponibles sur le site officiel du compositeur.

C’est tout, je sais, c’est court, mais c’est la vie qui veut ça !

Bon week-end 🙂

En vrac’ de milieu de semaine…

Puisqu’il faut remplir le milieu de semaine, vrac’ons !

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture.

Bonne fin de journée ! 🙂

Windows Subsystem for Linux 2.0, première étape vers un MS-Windows « 11 » qui ne portera pas ce nom ?

Microsoft est arrivé à la deuxième étape de sa stratégie du boa constrictor, celle où il s’étend avant d’étouffer sa proie.

Dans un article de NextInpact, on voit la politique de Microsoft qui lui a permis de garotter jadis OS/2 puis Netscape en pleine action.

Même si l’article est réservé aux personnes abonnées pour le moment, rien que le début est parlant et résume le noeud du problème :

Microsoft continue son offensive pour séduire les développeurs en travaillant sur des solutions open source et en intégrant Linux de manière croissante. Un nouveau Terminal arrive dans Windows 10 ainsi… qu’un noyau Linux complet, avec tous ses avantages.

Dans les dernières évolutions de Windows 10, Microsoft a montré un interêt particulier pour un élément jusque là délaissé : l’invite de commandes. Les changements étaient principalement techniques et en profondeur comme nous l’avions relevé dans un article sur l’alternative Cmder, préparant des changements plus visibles et importants.
[…]

Un article de ZDNet nous montre un autre aspect, la disponibilité d’un noyau linux LTS 4.19.

[…]
Lors de la première journée de sa conférence Build Developer, Microsoft a révélé qu’il avait créé un noyau Linux personnalisé, qu’il intégrera dans Windows 10, à partir des versions de test d’Insider livrées cet été. Ce noyau fournira les bases de la fonctionnalité WSL 2.0 de Microsoft. Ce sera la première fois que Linux sera inclus en tant que composant au sein de Windows, ont indiqué des responsables de Microsoft dans un article de blog du 6 mai.

Le noyau Microsoft Linux est basé sur la version 4.19 de Linux, qui est identique à celle utilisée dans le système d’exploitation utilisé par Azure. Le noyau sera entièrement open-source, ont déclaré des responsables. Microsoft prévoit d’ouvrir le code et de mettre à disposition de la communauté toutes les modifications apportées à son noyau.
[…]

En gros, petit à petit, Microsoft met en place les pièces du puzzle pour se fabriquer son MacOS-X à lui, à savoir une base unix (ou apparentée unix) avec une interface propriétaire.

Continuer la lecture de « Windows Subsystem for Linux 2.0, première étape vers un MS-Windows « 11 » qui ne portera pas ce nom ? »

Vieux Geek, épisode 150 : Looking Glass, la preuve que les interfaces en 3D complète, ça fonctionne pas…

Quelques années avant Compiz et ses indispensables effets de fenêtres molles et son iconique cube, Sun Microsystems qui n’était pas encore racheté par Oracle proposa une interface 3D complète pour montrer les capacités et la puissance de Java.

Le projet s’appelait Looking Glass. C’était plus une preuve de faisabilité qu’un environnement utilisable au quotidien.

En farfouillant sur ArchiveOS, j’ai pu mettre la main sur un des derniers liveCD qui permettait de s’amuser avec Looking Glass, LG3D.

Après avoir récupéré l’image ISO, j’ai configuré VirtualBox pour qu’il me permette d’enregistrer la vidéo ci-après.

Comme vous avez pu le voir – et si votre estomac a tenu le choc – c’était complètement à l’ouest en terme d’ergonomie. Bon, c’est vrai, l’émulation n’a pas aidé pour la vitesse, mais c’était pas franchement la joie au final.

On comprend pourquoi les interfaces en 3D n’existent – principalement – que dans les films de science fiction, maintenant 🙂

« Songs from Ivanhoe », un retour gagnant pour les Happy Endings.

S’il y a bien un groupe de pop-rock origine du Royaume-Uni que j’apprécie de suivre depuis des années, c’est Happy Endings. Après un premier album sorti en juillet 2017, l’annonce de la sortie de leur deuxième opus m’a intéressé au plus haut point. « Songs from Ivanhoe » est sorti en avril 2019.

Ici, toute la famille Fee qui constitue le noyau dur du groupe a été mise à contribution. On retrouve tout au long des 57 minutes et 13 pistes de l’album toute l’étendue des talents du groupe.

Encore une fois, on est servi en terme de qualité et de quantité !

Continuer la lecture de « « Songs from Ivanhoe », un retour gagnant pour les Happy Endings. »

Le soft hopping, un argument fallacieux pour « justifier » l’utilisation de logiciels abandonnés en amont ?

J’adore les commentaires de mon blog, surtout quand ils sont critiques, qu’ils m’accusent de jouer sur le mots et autres argumentations qui sentent bon le souffre 🙂

Dans un commentaire, j’ai appris l’existence d’un néologisme qui est à mes yeux une justification pour l’utilisation de logiciels abandonnés en amont que l’on trouve souvent sur les distributions fixed releases plutôt conservatrices. Je tiens à remercier Palatino pour le terme exprimé dans le commentaire suivant que je cite intégralement.

Après le « distro-hopping, expression d’une insatisfaction chronique ? », le « soft-hopping », ou la nécessité d’avoir toujours la dernière version du logiciel, que ce soit utile ou pas.

Je rejoins le commentaire de dec: « Tu fais tjrs la course aux dernières versions même si elle ne t’apporte rien dans l’absolue ».

Je dois dire que ce commentaire a été source d’une réflexion que je vous livre ici. Je tiens à préciser que je ne pense pas avoir toujours raison. Si c’était le cas, cela ferait longtemps que je me serai lancé en politique pour décrocher le cocotier, à savoir le fauteuil de président de la République.

Sur le plan pratique, avoir un logiciel supporté par l’équipe de développement, cela permet plusieurs choses, entre autres :

  1. avoir une forte certitude que les bugs que l’on peut rencontré à l’utilisation seront corrigés
  2. avoir la possibilité de rapporter un bug sans se faire envoyer paître par les développeurs avec l’argument du « on ne supporte plus cette version, démerdez-vous ! » exprimée de manière plus diplomatique
  3. être à peu près certain que les failles potentielles de sécurité dévoilées seront prises en compte
  4. en cas de nécessaire compatibilité avec des formats fermés d’avoir un meilleur support avec le monde extérieur

Il est évident que certains logiciels sont parfois un peu frais et que ça peut merder. Mais entre un logiciel un peu trop frais et un qui ressemble à une momie en voie de fossilisation, il y a un juste milieu à trouver, non ? 🙂

Continuer la lecture de « Le soft hopping, un argument fallacieux pour « justifier » l’utilisation de logiciels abandonnés en amont ? »

Tonton Fred se promène : l’église Saint Gervais de Biganos

Une petite vidéo que j’ai faite alors que je revenais du dépannage informatique d’une connaissance.

Je suis passé devant l’église Saint Gervais – et non Saint Martin comme je l’affirme en début de vidéo – et j’ai eu envie de vous la montrer.

Dommage que je n’ai pas pu y rentrer pour vous en montrer l’intérieur 🙁

Une page lui est consacré sur le site Gironde Tourisme.

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac…

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Dans la série « tiens elle est encore en vie, tant mieux pour elle », je demande la SuperX 5.0 dont la précédente version datait de… mars 2015 ou quelque chose de ce style 🙂
  • La DGLFI de la semaine, la Black Web, énième clone de la Kali Linux… Youpi !
  • En dehors de l’avalanche d’annonces liées à la sortie de la version 30 de la Fedora, une distribution pour geeks – qui est intéressé dans le grand public par un système de paquets transactionnels ? – soutenue par la FSF, j’ai nommé la GuixSD 1.0.0.

Côté culture ?

C’est tout, je sais, c’est court, mais c’est la vie qui veut ça !

Bon week-end 🙂

Le blues du « rollingiste »…

J’utilise le néologisme de rollingiste pour désigner toute personne ayant décidé de passer à une distribution en publication continue ou rolling release pour ne pas avoir tous les 6 mois à 2 ans à faire une sauvegarde complète de ses données pour éviter de tout perdre à la montée en version majeure de sa distribution chouchoute.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer, j’ai l’impression que les distributions fixed sont un brin dépassée par l’accélération des sorties logicielles. Un rythme de publications semestrielles rend difficile de suivre la sortie des logiciels : un nouveau Gnome ou Plasma ou LibreOffice tous les 6 mois, un nouveau Chromium ou Mozilla Firefox tous les deux mois en moyenne…

Sans oublier l’évolution rapide des autres couches logicielles : un nouveau noyau Linux qu’il soit LTS ou pas tous les deux mois. J’ai l’impression qu’on assiste à une sorte de cycle mystique annuel voire pluri-annuel :

  1. Fin avril et fin octobre de chaque année, on a la tétrachiée habituelle d’articles sur les dernières Ubuntu, même si elles n’apportent plus trop d’évolutions.
  2. Un mois plus tard après la Ubuntu, c’est au tour de la Fedora Linux
  3. Tous les deux ans, en juin, c’est au tour de la Debian de sortir sa nouvelle version majeure

On est dans un train-train qui me donne plus envie de bailler qu’il ne me donne une érection technique… Sans oublier les distributions qui sortent entre temps mais qui n’ont plus trop d’intérêt par rapport aux distributions mères et leurs filles directes.

Prenons par exemple la dépêche sur la sortie de la plus que dynamique Fedora 30. Si on regarde, les révolutions sont modestes. C’est plus de l’évolution au final. En dehors de gcc9, on a Gnome 3.32.x, la glibc 2.29, boost 1.69, java 12, php 7.3, qui sont déjà tous disponibles sur Archlinux et Manjaro, qui sont les principales rollings releases.

On pourrait faire la même remarque pour Mate-Desktop, Lxqt, Deepin ou encore Xfce. Du réchauffé pour les personnes qui sont passées sur des bases rolling releases.

Continuer la lecture de « Le blues du « rollingiste »… »

Guide d’installation d’Archlinux, version de mai 2019.

Voici la soixante-sixième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle de avril 2019.

Note : des versions plus dynamiques sont disponibles sur mes espaces github et framagit.

Pour les captures d’écran, je suis parti d’une image ISO intermédiaire créée avec l’outil Archiso. Au moment où j’envoie l’article en ligne, le 1er mai vers 8 h 30 du matin, l’ISO de mai 2019 n’est pas encore disponible.

Si vous avez besoin d’une image ISO en 32 bits, le projet archlinux32 vous en proposera une.

Côté environnements : Gnome 3.32.1, Plasma 5.15.x, Xfce 4.12.0 et Mate-Desktop 1.22.0 en gtk3, Cinnamon 4.0.10 et Deepin 15.10.

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 4.0 à compter du mois de mai 2016.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !