En vrac’rapide et libre.

Quelques liens concernant le logiciel libre et son actualité.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui 😀

VLC 1.1.0rc1 ou rc2 ?

Le célèbre lecteur multimédia libre, VLC vient d’annoncer sur son site la disponibilité de la version 1.1.0rc1 de son logiciel.

Un excellent article sur PC Inpact liste les nouveautés, et elles sont nombreuses.

Or, ayant utilisé le paquet AUR suivant, et l’ayant fait installer avec un petit yaourt -S vlc-dev, ce n’est pas une version 1.1.0rc1, mais 1.1.0rc2 qui apparait 🙂


[fred@fredo-arch ~]$ yaourt -Qi vlc-dev | grep Version
Version : 1.1.0_RC-2

Donc, apparemment, il y a eu des modifications rapides exigeant la sortie d’une deuxième RC en l’espace de 24 heures.

J’ai voulu tester cette version avec le deuxième DVD du coffret « Another Version Of The Truth » du groupe de fans « This One Is On Us ».

Wish en concert avec les sous-titres français dans VLC 1.1.0rc2

Et j’avoue que pour une préversion finale, cela ne fonctionne pas trop mal au final 😉

Maintenant, reste à savoir combien de RCs seront encore nécessaire avant la publication de cet excellent lecteur multimédia 😉

Sorties simultanées de la Slackware Linux 13.1 et de la Fedora Linux 13 : que du bonheur ;)

C’est surtout un bonheur pour montrer que le monde des distributions gnu/linux est largement moins monolitique que la sortie de la Ubuntu Linux 10.04 le laissait penser.

En ce qui concerne le tag « planet-libre », j’ai un peu hésité avant de le mettre. Si un modérateur ou un administrateur du Planet-Libre enlève ce billet, je n’y verrais aucun inconvénient.

J’ai déjà parlé de la Slackware 13.1 et de la Fedora Linux 13 dans des articles plus anciens, et mon but n’est pas le test habituel que certaines personnes auraient bien envie de voir partir vers /dev/null.

Non, la sortie de ses deux grands noms des distributions Linux montre que le dynamisme du logiciel libre est encore bien présent et que la concurrence entre distributions existe encore.

Evidemment, elles visent deux publics différents.

La vénérable Slackware Linux (17 ans au compteur) est destinée aux personnes qui veulent une distribution simple à administrer, tout en restant stable. D’ailleurs, j’avoue que c’est grace à une Slackware Linux en 1996 que j’ai découvert Linux 🙂

J’ai donc gardé une certaine tendresse pour cette distribution. Orientée plus KDE et Xfce, elle propose aussi un des systèmes de gestion de paquets assez simples, dont le gros défaut est la manipulation des dépendances 🙁

La Fedora Linux, plus récente, est aussi le « banc d’essai » de la RHEL.

Cependant, c’est une distribution qui se veut assez « bleeding edge », avec des technologies récentes, et c’est aussi une distribution qui a permis le murissement de certaines technologies, comme Plymouth, ou encore PulseAudio, et même de tester pour les plus courageux ext4fs avant sa stabilisation.

La Fedora Linux 13 permet, pour les plus courageux – de tester btrfs, le futur système de fichiers qui équipera les distributions linux.

Cependant, être « bleeding edge », ne veut pas dire être complètement fou, et c’est pour cela que le grub fourni n’est qu’une version 0.97, et non une version de grub2, pourtant plus évolué, mais aussi plus complexe à configurer.

Un autre créneau, c’est la volonté des deux distributions de distribuer aussi longtemps que possible que du logiciel libre. Ainsi, il faut passer par un dépot tiers, RPM Fusion pour avoir le support de technologies propriétaire comme le mp3.

Lorsque j’ai fait mon article sur la slackware 13.1rc1, j’ai du passer par un paquet tiers pour avoir le support du flash.

Donc, ce sont des distributions plus pour des utilisateurs un peu dégrossis, et j’avoue que si je devais former une personne à un système linux, en dehors d’un dégrossissage « obligé » par une Ubuntu Linux, je conseillerais une Fedora Linux, plus en accord avec la philosophie du logiciel libre.

Mais chacun voit midi à sa porte finalement 😉

Encore un appeau à geek : html5test.com

Après les tests acid2 et acid3, voici le test html5test. C’est simplement un test qui affiche le niveau de compatibilité avec la norme html5 encore en définition.

J’ai donc testé Epiphany 2.30.2, Chromium 5, Opera 10.53 et une préversion de Mozilla Firefox 4.0 (à savoir une 3.7 pré-alpha5). Et le podium donne :

  1. Epiphany 2.30.2 : 138 / 160 = 86,25%
  2. Chromium 5.0 : 137 / 160 = 85,62%
  3. Opera 10.53 : 107 / 160 = 66,87%
  4. Mozilla Firefox 3.7a5pre : 106 / 160 = 66,25 %

Et les captures d’écran correspondantes :

Faisons une petite station bureautique avec OpenBSD 4.7 :)

OpenBSD, le BSD libre qui peut se justifier avec raison de n’avoir eu depuis des années que deux failles exploitables à distance avec une installation par défaut vient de sortir il y a quelques jours en version 4.7.

A l’époque de la version 4.2, j’avais pour le plaisir – et par envie de montrer une face différente de cet OS orienté sécurité – monté une petite station bureautique sous KDE.

Cela remonte à plus de deux ans et demi, et je voulais de nouveau tenter l’expérience. J’ai donc récupéré l’OS créé par des « singes masturbateurs » (dixit Linus Torvalds) et décidé de monter une petite station bureautique avec Xfce et OpenOffice.org.

NB : c’est un petit délire car j’ai envie de montrer un coté plus « fun » de l’OS qui se veut un des plus sécurisé de la planète 😉

La récupération de l’image s’est faite via le mirroir français primaire :

[fred@fredo-arch download]$ wget -c ftp://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/4.7/amd64/install47.iso
–2010-05-23 13:47:09– ftp://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/4.7/amd64/install47.iso
=> «install47.iso»
Résolution de ftp.fr.openbsd.org… 93.184.34.123
Connexion vers ftp.fr.openbsd.org|93.184.34.123|:21…connecté.
Ouverture de session en anonymous…Session établie!
==> SYST … complété. ==> PWD … complété.
==> TYPE I … complété. ==> CWD (1) /pub/OpenBSD/4.7/amd64 … complété.
==> SIZE install47.iso … 284704768
==> PASV … complété. ==> RETR install47.iso … complété.
Longueur: 284704768 (272M) (non certifiée)

100%[======================================>] 284 704 768 275K/s ds 22m 2s

2010-05-23 14:09:13 (210 KB/s) – «install47.iso» sauvegardé [284704768]

Et la machine habituelle pour lancer la virtualisation. J’ai été content de voir que je n’ai plus besoin de trifouiller le matériel réseau virtuel pour avoir une connexion fonctionnelle.


[fred@fredo-arch download]$ qemu-img create -f qcow2 disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
[fred@fredo-arch download]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom install47.iso -boot d &

Continuer la lecture de « Faisons une petite station bureautique avec OpenBSD 4.7 🙂 »

Deux tendances lourdes pour les distributions linux ?

J’ai traité un sacré paquet de distributions linux, qu’elles soient basées sur des paquets rpms, deb, des distributions « sources ». Même si cela m’a été parfois reproché vertement.

Et depuis tout ce temps, j’ai vu apparaître des « standards » :

  • Distributions à cycle semestriel
  • Distributions proposant des liveCDs

Bien entendu, il y a toujours eu des contre-exemples, comme la vénérable Slackware Linux (dont la deuxième release candidate pour sa version 13.1 vient de pointer le bout de ses octets), ou encore les rollings releases que sont ArchLinux et Frugalware Linux, même avec l’existence de projets comme Chakra Linux.

OpenSuSE a un cycle plus long, se limitant à une sortie majeure par an.

Or, les deux tendances commencent à être égratignées, par deux tendances opposées, bien que minoritaire actuellement :

  • Distributions n’hésitant à bousculer la date de sortie pour un « when it’s ready » pour éviter des bugs ennuyeux au dernier moment
  • Distributions proposant des liveDVDs / clé USB

Pour le « when it’s ready », le nom de Debian GNU/Linux vient aisément à l’esprit. Mais aussi de la Fedora Linux, dont le date de publication a été repoussée plusieurs fois, dernièrement pour un bug assez ennuyeux, car il bloquait d’une certaine manière le double-démarrage avec un MS-Windows

Pas un énorme bug, mais le genre de bug qui peuvent ruiner la réputation d’une distribution.

D’ailleurs, nombre de logiciels libres appliquent cette politique du « when it’s ready », dont un célèbre navigateur internet 😉

La deuxième tendance se justifie par la gourmandise croissante des logiciels en place. Pour respecter la « sacro-sainte » limite des 700 Mo, on est obligé de faire la croix souvent sur des logiciels phare comme Gimp, ou encore OpenOffice.org.

Or, la publication récente de Linux Mint 9 propose une version en liveDVD qui contient des logiciels comme VLC et OpenOffice.org (assez indispensable de nos jours une suite bureautique) en complément de la version classique.

Dans un autre domaine, la distribution KISS propose une image ISO qui peut aussi bien être mise sur un CDRom que sur une clé USB.

D’ailleurs, il suffit d’aller de temps à autres sur QuebecOS ou distrowatch pour voir la place croissante prise par les distributions qui proposent des images USB / DVD live pour se faire connaitre.

Ce sont – à mon avis – deux tendances qui finiront par devenir majoritaire dans les années qui viennent. Car 6 mois, c’est déjà court pour stabiliser une distribution, et rester dans le cadre du format CD coté taille obligera constamment soit à augmenter le niveau de compression, en utilisant des outils comme xz soit à faire des sacrifices plus ou moins bien compris par les utilisateurs.

Déjà la première RC de la Slackware Linux 13.1… Et c’est un grand cru ! :D

En l’espace de 15 jours, la Slackware Linux est passée du stade de la béta1 à celui de la RC1… Ce qui est quand même très rapide, surtout pour cette distribution qui existe depuis le début de Linux ou presque !.

<petite parenthèse rapide>
Notons que c’est le genre typique d’article pour pourrir le Planet-Libre, dixit un commentaire sur un article récent !
</petite parenthèse rapide>

La Slackware Linux étant une de mes distributions fétiches, j’ai voulu voir ce qu’elle a dans les tripes 😉

La récupération de l’image ISO en 64 bits s’est faite via wget :

[fred@fredo-arch download]$ wget -c http://spheniscus.uio.no/pub/linux/slackware/slackware-current-iso/slackware64-current-11_May_2010-DVD.iso

–2010-05-16 17:57:02– http://spheniscus.uio.no/pub/linux/slackware/slackware-current-iso/slackware64-current-11_May_2010-DVD.iso

Résolution de spheniscus.uio.no… 129.240.5.4

Connexion vers spheniscus.uio.no|129.240.5.4|:80…connecté.

requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK

Longueur: 1929742336 (1,8G) [application/octet-stream]

Sauvegarde en : «slackware64-current-11_May_2010-DVD.iso»

100%[====================================>] 1 929 742 336 658K/s ds 52m 18s

2010-05-16 18:49:20 (601 KB/s) – «slackware64-current-11_May_2010-DVD.iso» sauvegardé [1929742336/1929742336]

Ensuite, j’ai utilisé le protocole habituel :

[fred@fredo-arch download]$ qemu-img create -f raw disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=raw size=34359738368
[fred@fredo-arch download]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom slackware64-current-11_May_2010-DVD.iso -boot d &

L’installateur n’ayant pas changé depuis des lustres, inutile d’en parler. C’est du mode texte qui fonctionne autant en profiter 😉

Continuer la lecture de « Déjà la première RC de la Slackware Linux 13.1… Et c’est un grand cru ! 😀 »

L’installateur graphique de la Frugalware Linux 1.3pre1 : la route de l’Enfer est pavée de bonnes intentions.

La première préversion de la Frugalware Linux 1.3 est sorti il y a deux semaines environ. J’ai voulu voir ce que donnait l’installateur graphique, une des grandes nouveautés de cette mouture de la Frugalware Linux.

J’ai utilisé wget pour récupérer l’image d’installation.

[fred@fredo-arch download]$ wget -c http://www7.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-testing-iso/frugalware-1.3pre1-i686-gui.iso
–2010-05-15 21:01:32– http://www7.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-testing-iso/frugalware-1.3pre1-i686-gui.iso
Résolution de www7.frugalware.org… 88.191.250.131
Connexion vers www7.frugalware.org|88.191.250.131|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 49180672 (47M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «frugalware-1.3pre1-i686-gui.iso»

100%[======================================>] 49 180 672 697K/s ds 71s

2010-05-15 21:02:43 (679 KB/s) – «frugalware-1.3pre1-i686-gui.iso» sauvegardé [49180672/49180672]

Pour des raisons techniques, j’ai été obligé d’utiliser l’option « -vga std », sinon le xorg ne se lance pas, et donc pas d’interface graphique.


[fred@fredo-arch download]$ qemu-img create -f raw disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=raw size=34359738368
[fred@fredo-arch download]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom frugalware-1.3pre1-i686-gui.iso -vga std -boot d &

Ensuite, c’est fwife qui nous accueille.

Continuer la lecture de « L’installateur graphique de la Frugalware Linux 1.3pre1 : la route de l’Enfer est pavée de bonnes intentions. »

Hors de VirtualBox, point de salut dans le domaine de l’émulation ?

Voulant tester « PureOS Light« , j’ai été étonné de voir un message étrange m’annonçant que la machine vraiment virtuelle que j’utilisais n’était pas une machine virtuelle, car je n’utilisais pas VirtualBox.

Or, jusqu’à preuve du contraire, Qemu permet de faire l’émulation / virtualisation sans aucun problème.

En plus de Qemu 0.12.4, j’ai installé en parallèle VirtualBox 3.1.8.

Continuer la lecture de « Hors de VirtualBox, point de salut dans le domaine de l’émulation ? »

En vrac’ rapide et libre.

Quelques liens en vrac 🙂

C’est tout pour aujourd’hui 😉

Haiku Alpha 2 : c’est du rapide.

La version logiciel libre du trop mal connu BeOS vient de sortir en version alpha2. Cette dépêche sur LinuxFr.org parle des nouveautés intéressantes, dont un début de support du wifi.

J’avais déjà parlé d’une pré-alpha2, et voici donc un aperçu de la version alpha2, car c’est toujours plaisant de parler d’autre chose que de Windows, Linux ou MacOS-X 🙂

J’ai donc récupéré l’image iso avec l’outil wget.

[fred@fredo-arch download]$ wget -c http://ftp.lip6.fr/pub/haiku/releases/r1alpha2/haiku-r1alpha2-iso.zip
–2010-05-10 21:20:14– http://ftp.lip6.fr/pub/haiku/releases/r1alpha2/haiku-r1alpha2-iso.zip
Résolution de ftp.lip6.fr… 195.83.118.1
Connexion vers ftp.lip6.fr|195.83.118.1|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 203767188 (194M) [application/zip]
Sauvegarde en : «haiku-r1alpha2-iso.zip»

100%[======================================>] 203 767 188 458K/s ds 5m 12s

2010-05-10 21:25:26 (638 KB/s) – «haiku-r1alpha2-iso.zip» sauvegardé [203767188/203767188]

Et l’habituel protocole de test a été appliqué 😉


[fred@fredo-arch download]$ qemu-img create -f qcow2 disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
[fred@fredo-arch download]$ kvm -hda disk.img -cdrom haiku-r1alpha2.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 équivaut à :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1500 -soundhw all -localtime -k fr

Bien qu’Haiku soit un système 32 bits, l’utilisation d’une machine virtuelle 64 bits n’a pas changé grand chose à la stabilité de l’ensemble.

Par rapport à mon précédent article, Haiku est vraiment plus équipé, et le navigateur basé sur Webkit, du nom de WebPositive – clin d’oeil au navigateur NetPositive fourni avec BeOS – bien qu’encore assez brut de décoffrage est intéressant à voir.

J’ai donc fait une petite vidéo en utilisant gtkrecordmydesktop. Le redémarrage est assez rapide (une grosse dizaine de secondes, la partie la plus longue étant du au chargement du bureau).

En tout cas, c’est du rapide.

Bon visionnage 😀

Fedora Linux 13 Release Candidate, que du bon :)

Ayant lu l’annonce de l’arrivée de la première RC de la Fedora 13 (alias Goddard) sur le site QuebecOS, j’ai récupéré l’image iso de la deuxième RC, sortie entre temps !

[fred@fredo-arch download]$ wget -c http://serverbeach1.fedoraproject.org/pub/alt/stage/13.RC2/Fedora/x86_64/iso/Fedora-13-x86_64-DVD.iso
–2010-05-09 12:26:48– http://serverbeach1.fedoraproject.org/pub/alt/stage/13.RC2/Fedora/x86_64/iso/Fedora-13-x86_64-DVD.iso
Résolution de serverbeach1.fedoraproject.org… 64.34.163.94
Connexion vers serverbeach1.fedoraproject.org|64.34.163.94|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 3629953024 (3,4G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «Fedora-13-x86_64-DVD.iso»

100%[====================================>] 3 629 953 024 685K/s ds 85m 31s

2010-05-09 13:52:20 (691 KB/s) – «Fedora-13-x86_64-DVD.iso» sauvegardé [3629953024/3629953024]

Puis j’ai lancé la machine virtuelle habituelle :


[fred@fredo-arch download]$ qemu-img create -f qcow2 disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
[fred@fredo-arch download]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Fedora-13-x86_64-DVD.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 est un raccourci pour :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1500 -soundhw all -localtime -k fr

L’installateur Anaconda nous accueille dans un environnement des plus esthétique.

Continuer la lecture de « Fedora Linux 13 Release Candidate, que du bon 🙂 »

Petit truc pour faire fonctionner un Xorg Server 1.8 dans une machine virtuelle Qemu / KVM

Grand « testeur » de distributions linux devant l’éternel, je suis souvent confronté à un problème récurrent : avoir une résolution exploitable avec Xorg-Server, en clair du 1024×768 au lieu du 800×600 habituel.

Même si dans un article récent, j’ai eu une partie de la solution au problème, c’est en lisant le wiki d’Archlinux que j’ai eu la réponse : voici le fichier 50-monitor.conf à insérer dans /etc/X11/xorg.conf :

Section "Monitor"
Identifier "Monitor0"
VendorName "Unknown"
HorizSync 30-70
VertRefresh 50-160
EndSection


Section "Screen"
Identifier "Screen0"
Device "Device0"
Monitor "Monitor0"
DefaultDepth 24
SubSection "Display"
Depth 24
Modes "1280x1024" "1024x768" "800x600"
EndSubSection
EndSection

Et au prochain démarrage de Xorg, une résolution en 1024×768 est disponible. Un petit truc à connaitre, surtout pour le logiciel de virtualisation libre qu’est Qemu / Kvm.

Pino 0.2.8 est sorti.

Pour cette nouvelle version mineure de Pino – en attendant une version 0.3 explosive – l’accent a été mis sur l’ergonomie et la correction de bogues :

  • Correction de bogues importants
  • Intégration plus complète au niveau d’indicate (intégration dans Ubuntu)
  • Une option pour les liens en couleurs (pour éviter de laisser passer un lien, que j’ai traduit par « Couleur de liens natifs »

L’installation ? Il suffit de lire cette page du site du logiciel pour savoir comment faire 😉

Pour l’installer sur Frugalware ?

Il suffit de prendre le FrugalBuild et de l’adapter pour la version 0.2.8. Quoique cette version arrivera après la reconstruction du « monde » en cours sur Frugalware actuellement.

Et les inévitables captures d’écran :

Pino 0.2.8 en action

Nouvelle fonctionnalité de pino 0.2.8

Rions un peu avec les noms de code.

Dans l’informatique – aussi bien libre que non-libre – les noms de code sont une tradition vieille comme l’informatique elle même.

Quelques exemples célèbres :

  • Windows 95 => Chicago
  • Windows 98 => Memphis
  • Windows XP => Whistler
  • Windows 7 => Vienna

Mais les exemples qui parlent le plus actuellement, c’est la longue série des noms de code des Ubuntu Linux depuis la première en octobre 2004 :

  • 4.10 : Warty Warthog => Phacochère varuqueux
  • 5.04 : Hoary Hedgehog => Hérisson chénu
  • 5.10 : Breezy Badger => Blaireau jovial
  • 6.06 : Dapper Drake => Canard étincellent
  • 6.10 : Edgy Eft => Salamandre énervée
  • 7.04 : Feisty Fawn => faon téméraire
  • 7.10 : Gutsy Gibbon => Gibbon couillu
  • 8.04 : Hardy Heron => Héron robuste
  • 8.10 : Intrepid Ibex => Bouquetin intrépide
  • 9.04 : Jaunty Jackalope => Jackalope enjoué
  • 9.10 : Karmic Koala => Koala karmique
  • 10.04 : Lucid Lynx => Lynx Lucide.

Le nom de code de la version 10.10, Maverick Meerkat a été dévoilé il y a peu. Certains esprits chagrins pour remplacer les deux M par :

La 11.04 aura un nom de code en NN, comme Naughty Nymph (Nymphe coquine) par exemple.

Mais en y pensant bien, la combinaison OO (pour la  11.10) serait intéressant à tester. J’avais penser à un truc comme Oblivious Octopus (poulpe inconscients), par exemple 😉

Des idées à me proposer ? 😉