Je hais l’informatique, je hais les PCs, je hais Microsoft Windows et c’est ma joie. :)

Note : Ce qui suit est basé sur mon expérience avec Microsoft Windows 3.1, 95, 98/98Se, 2000, XP, et un peu de Windows Vista et 7, le tout depuis environ 15 ans.

Parfois s’y connaitre en informatique, c’est devenir, pour ses relations « proches », une personne qui saura débloquer un ordinateur plus ou moins neuf, et ce dernier toujours équipé par Microsoft Windows.

D’ailleurs, j’ai remarqué que nombre de personnes ne s’aperçoivent alors qu’elle ne vous connaissent qu’à ce moment précis. Mais ne soyons pas mauvaise langue.

D’ailleurs, il faut noter qu’avec Microsoft Windows, on atteint parfois un degré certain de comportement typiquement aléatoire qui font douter de la logique même de l’informatique. Il est vrai qu’au niveau du processeur, il n’y a que deux possibilités : soit le courant passe, soit il ne passe pas. Mais à force de rajouter des couches logicielles, tels un mille-feuilles, on finit par devoir se dire que le peu de connaissances chèrement acquises sont en réalité… caduques. 🙂

Malgré ses adorateurs qui sont parfois des curiosités sur certains plans humains, Microsoft Windows est presque toujours une horreur à maintenir en vie. Outre son degré de tendance suicidaire – et sur ce point, l’horrible Windows Millenium aura été utile – compensé par la restauration système (quand elle sert à quelque chose), il faut lui ajouter divers outils pour que le système fonctionne à peu près correctement : anti-espiogiciel (souvent couplé avec l’antivirus qui fait aussi pare-feu), un vrai défragmenteur, car même le système de fichier NTFS fragmente (moins que les fat, mais par moment, c’est pas triste), un outil pour compléter le travail du nettoyeur de disque, un navigateur internet qui comprend vraiment les dernières normes sur le plan des pages web, etc…

Continuer la lecture de « Je hais l’informatique, je hais les PCs, je hais Microsoft Windows et c’est ma joie. 🙂 »

En vrac’ rapide et libre.

Un petit vrac pour finir la semaine.

C’est tout pour aujourd’hui !

Ah, les douces joies d’Archlinux avec le dépot [testing] activé :)

Quand j’ai décidé jadis de passer à une distribution rolling-release (que ce soit la Frugalware ou la Archlinux), j’ai voulu – en bon masochiste pleurnichard que je suis – utiliser le code le plus récent, le plus frais.

Parfois cela conduit à des situations cocasses comme celle que je vais vous raconter. J’ai vu récemment qu’une nouvelle version de grub2 (outil critique car il conditionne le démarrage des OS installés) allait arriver sur le dépot [testing].

Par prudence, j’avais activé la ligne IgnorePkg de mon fichier /etc/pacman.conf/ en lui disant d’ignorer le paquet grub2.

En parallèle, j’installais dans une machine virtuelle une archlinux minimale, avec comme chargeur de démarrage, la version 1.98 de Grub2, version précédemment utilisée. Activant le dépot [testing] dans la machine virtuelle, j’ai fait installé la nouvelle version, et j’ai redémarré la machine virtuelle sans autre forme de procès…

Ce qui a été un énorme co****** bourde… Le précédent fichier de configuration de grub2 (celui qui contenait le chemin d’accès au noyau) n’avait pas été repris… J’ai donc du redémarrer la machine virtuelle avec le support d’installation, et j’ai monté la partition /boot.

J’ai ensuite tapé les commandes suivantes :


cp grub.cfg grub.cfg.bak
cp grub.cfg.pacsave grub.cfg

Au démarrage suivant, la machine virtuelle refonctionnait correctement. J’ai donc ouvert un bug sur l’outil de suivi de bug d’Archlinux. J’ai fait de même sur ma machine réelle, qui m’annonce :


[fred@fredo-arch ~]$ yaourt -Qi grub2-common
Nom : grub2-common
Version : 1.99~rc1-2
URL : http://www.gnu.org/software/grub/
Licences : GPL3
Groupes : --
Fournit : --
Dépend de : xz freetype2 device-mapper
Dépendances opt. : --
Requis par : grub2-bios
Est en conflit avec : grub
Remplace : --
Taille (installé) : 4716,00 K
Paqueteur : Ronald van Haren
Architecture : x86_64
Compilé le : sam. 29 janv. 2011 09:06:59 CET
Installé le : sam. 29 janv. 2011 12:44:24 CET
Motif d'installation : Installé comme dépendance d'un autre paquet
Script d'installation : Oui
Description : The GNU GRand Unified Bootloader version 2 - Files common for all platforms

Dommage qu’il faille transférer à la main le fichier grub.cfg. Bah, on est jamais trop prudent avec grub / grub2 🙂

Encore heureux que ce soit un programme auquel on ne touche qu’une fois par trimestre, et encore, par vent de face 😉

Fedora Rawhide : jouons un peu avec du code pré-alpha de la Fedora Linux 15 :)

Bien que la première version alpha ne soit pas prévue avant le premier mars, j’ai eu envie d’avoir un premier aperçu de ce que donnera cette alpha. J’ai donc utilisé le disque virtuel qui m’a servi pour le test rapide de la Sabayon 5.5, et après avoir récupéré l’image ISO de la Fedora 14 en 64 bits, j’ai lancé la machine virtuelle :


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Fedora-14-x86_64-Live-Desktop.iso -boot cd &

Ensuite, en suivant le wiki, j’ai fait prendre en compte les dépots vers le code de développement, alias « Rawhide ».

Continuer la lecture de « Fedora Rawhide : jouons un peu avec du code pré-alpha de la Fedora Linux 15 🙂 »

Sabayon 5.5 : de gros progrès pour cette gentoo « civilisée »

J’ai pu lire sur Distrowatch l’arrivée de la nouvelle version de la Sabayon 5.5. Après avoir récupéré longuement l’image ISO de la version Gnome en 64 bits, j’ai lancé la machine virtuelle habituelle, en utilisant l’habituel :


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Sabayon_Linux_5.5_amd64_G.iso -boot cd &

Après un démarrage assez rapide, j’ai été accueilli dans un environnement Gnome 2.32.

Continuer la lecture de « Sabayon 5.5 : de gros progrès pour cette gentoo « civilisée » »

I’m bugman… Ou comment je suis poursuivi – en partie – par la malédiction de frugal’ammon :)

La Frugalware Linux est une très bonne distribution, mais je joue souvent de malchance. Lors de ma première période frugalienne, j’avais mis à jour un bug méchant qui bloquait la gravure en fonction d’une certaine configuration technique de l’ordinateur que j’utilisais à l’époque.

Après un deuxième passage plus rapide, qui m’a valu l’animosité de certains frugaliens (ce dont je me désole profondément), lors du test de la version 1.4rc1, j’ai rencontré un bug qui bloque la connexion en tant que root depuis l’utilisateur classique.

J’ai rapporté le bug en question, et il me semble que je sois en train d’être confronté encore à un bug vicieux, limite quasi non reproductible.

J’ai donc récupéré l’image ISO pour une installation par le réseau, puis j’ai lancé l’installation avec le schéma suivant (en utilisant un disque dur virtuel de 32 GiO) :


/dev/sda1, ext2, /boot, 128 Mb ; /dev/sda2, swap, 4096 Mb ; /dev/sda3, ext4, 7500 Mb, root partition ; /dev/sda4, ext4, espace restant, /home

Et coté logiciel, j’ai choisi uniquement Gnome, en décochant les groupes openoffice, network et devel.

J’ai pu enfin comprendre le pourquoi du comment du bug… Du moins je l’espère…

On peut tout simplement « sauter » l’étape l’insertion du mot de passe de root, qui suit l’installation du chargeur de démarrage. Cette opération étant un peu longue, on a tendance à cliquer deux fois sur le bouton suivant, et boum !

J’ai donc modifié le bug en conséquence, à moins que ce bug (l’étape de l’entrée du mot de passe de root soit encore un bug non reproductible) ne soit que sur ma machine virtuelle 😉

Qui vivra verra 😉

ChromeOS 1.0.628rc… Trop beau pour être vrai ?

Hier, je lisais un article de PetitBob d’expérience Linuxienne qui annonce la sortie d’une nouvelle RC de ChromeOS.

Ni une, ni deux, je vais sur le site. Et je commence à me poser quelques questions. Pourquoi le téléchargement est-il proposé sur du torrent et sur un site de téléchargement direct ?

De plus, quel intérêt aurait Google de proposer une suite bureautique en dur pour un OS plutôt orienté « cloud » quand on sait que Google Docs existe ?

Une recherche sur le nom de domaine, getchrome.eu semble être connu pour être un faux… Et pour cause, dès qu’on démarre, on s’aperçoit que c’est une OpenSuSE revampée qui démarre…

Faux ChromiumOS !

Etrange, quand on jette un oeil sur les instructions de compilation de ChromiumOS, la version « libre » de ChromeOS… En effet, on trouve des termes comme overlay ou encore portage… Typique d’une distribution Gentoo !

Une recherche sur le nom de domaine donne :

Registrar Technical Contacts:
Name: Xxxxx Xxxxxx
Organisation: OVH
Language: fr
Phone: +33.899701761
Fax: +33.320200958
Email: support@ovh.com

Registrar:
Name: OVH
Website: www.ovh.com/

Nameservers:
jay.ns.cloudflare.com
kim.ns.cloudflare.com

Mieux vaut éviter le site. Je suis en train de tenter de compiler ChromiumOS sur ma machine. Si j’y arrive, je posterais des captures d’écran. En attendant, évitez ce site comme la peste !

Aperçu rapide de la Chakra Linux 0.3.1… Attention, alpha ;)

Après l’annonce de la sortie de la Chakra Linux 0.3.1, j’ai voulu voir à quoi ressemblait la distribution dérivée d’ArchLinux, qui utilise désormais sa propre série de dépots et des outils tiers pour gérer les paquets. J’ai donc récupéré l’image avec l’outil wget.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://downloads.sourceforge.net/chakra/chakra-0.3.1-x86_64.iso
–2011-01-13 20:07:04– http://heanet.dl.sourceforge.net/project/chakra/0.3/images/chakra-0.3.1-x86_64.iso
Résolution de heanet.dl.sourceforge.net… 193.1.193.66, 2001:770:18:aa40::c101:c142
Connexion vers heanet.dl.sourceforge.net|193.1.193.66|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 720371712 (687M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «chakra-0.3.1-x86_64.iso»

100%[======================================>] 720 371 712 1,86M/s ds 7m 11s

2011-01-13 20:14:15 (1,59 MB/s) – «chakra-0.3.1-x86_64.iso» sauvegardé [720371712/720371712]

J’ai réemployé l’image disque utilisée pour l’article concernant Xfce 4.8pre3. J’ai simplement effacé le disque et repartitionner avec l’outil Partition Manager de KDE en suivant l’agencement comme montré dans la capture d’écran ci-dessous.

Continuer la lecture de « Aperçu rapide de la Chakra Linux 0.3.1… Attention, alpha 😉 »

En vrac’ rapide et libre.

Un petit en vrac’ en passant.

C’est tout pour aujourd’hui !

Xfce 4.8pre3 dans Archlinux : environnement de bureau léger et sympathique !

J’ai toujours eu une certaine attirance pour l’environnement de bureau léger Xfce. J’ai voulu en avoir un aperçu de la version 4.8pre3. La version 4.8 finale est prévue pour le 16 janvier prochain.

J’ai donc installé une machine virtuelle ArchLinux dans une machine virtuelle classique : 32 GiO de disque, 1,5 GiO de mémoire vive.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32 bs=1G
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 521,633 s, 65,9 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom archlinux-2010.12-1-archboot.iso -boot cd &

Je me suis basé sur la page du wiki de XFCE version ArchLinux 🙂

Continuer la lecture de « Xfce 4.8pre3 dans Archlinux : environnement de bureau léger et sympathique ! »

Les logiciels qui vont souffrir en 2011…

J’ai eu envie de faire un petit billet sur les logiciels qui vont souffrir, voire même passer l’arme à gauche d’ici le 31 décembre 2011. Ce ne sont bien que des impressions, reste à savoir si elles seront vérifiées ou pas.

A tout seigneur, tout honneur : Internet Explorer 9 de Microsoft. Même si Windows 7 vient de franchir (au bout de 14 mois) la barre symbolique des 20% de parts de marché, il ne faut pas oublier que selon Net Applications, Internet Explorer 9 (qui demande au minimum) Windows Vista SP2 ou Windows 7 sera hors jeu sur près de 57% des PCs propulsés par Windows XP… 57% près de 10 ans après la sortie. Papy fait de la résistance ?

En tout cas, c’est du pain béni pour Mozilla Firefox 4.0 (qui sortira d’ici mars / avril prochain) et les versions 9 et suivantes de Google Chrome qui demande au minimum un Windows XP, et fonctionne aussi sur MacOS-X et les divers OS libres… Donc autant dire, un marché largement plus gros que le duo Windows Vista + Windows 7

Autre logiciel qui va souffrir : OpenOffice.org. Alors que la version 3.3 se traine dans une 8ième version RC depuis le 17 decembre, LibreOffice est en version 3.3 rc2 en route vers la version 3.3 finale. A noté que les deux RCs sont arrivées en moins de 3 semaines. (RC1 : 5 décembre, rc2 : 23 décembre).

Et les annonces sont en faveur de LibreOffice : Canonical (Ubuntu) annonce que ce sera la suite bureautique par défaut, et c’est déjà le cas pour les préversions de la OpenSuSE 11.4 qui sortira aux alentours du 10 mars prochain… La milestone 5 propose LibreOffice

LibreOffice 3.3 dans OpenSuSE 11.4m5

Canonical + Novell… Oracle aurait-il des ennuis en perspective ? En tout cas, mon choix est fait : LibreOffice sera ma suite bureautique.

Un autre logiciel que je sens très mal : le fork de Mandriva Linux, j’ai nommé Mageia. Pour être clair, la sortie de la Mandriva Linux 2010.2 semble être un autre clou dans le cercueil du fork de Mandriva Linux. Tout ce que Mageia propose pour le moment ? Un logo et l’annonce d’une version Alpha0… courant Avril 2011, dixit le wiki

Bon, c’est tout pour aujourd’hui. On fera le point d’ici deux – trois mois !

Frugalware Linux 1.4rc1 : que du bon ou presque :D

C’est un message de Devil505 sur identi.ca et twitter qui m’a mis la puce à l’oreille. j’ai donc récupéré l’image du DVD. Pour plusieurs raisons :

  1. C’est une image qui permet de faire une installation hors-ligne, les dépots seront surement pris d’assaut lors de l’annonce
  2. Je voulais me simplifier la tache 🙂
  3. Car c’est bien pratique, même si les images proposées ne sont qu’en 32 bits, la 1.4 finale (début février) sortira aussi en x86_64 et ppc)
  4. Et que j’avais envie de faire mumuse avec la Frugalware Linux 1.4rc1 sans faire une trop longue installation, en gros une installation depuis le support, pas une installation « à la archlinux » 🙂

J’ai donc récupéré l’image ISO en utilisant ce bon vieux wget.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c ftp://ftp7.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-testing-iso/frugalware-1.4rc1-i686-dvd1.iso –2011-01-09 11:04:03– ftp://ftp7.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-testing-iso/frugalware-1.4rc1-i686-dvd1.iso => «frugalware-1.4rc1-i686-dvd1.iso» Résolution de ftp7.frugalware.org… 88.191.250.131 Connexion vers ftp7.frugalware.org|88.191.250.131|:21…connecté. Ouverture de session en anonymous…Session établie! ==> SYST … complété. ==> PWD … complété. ==> TYPE I … complété. ==> CWD (1) /pub/frugalware/frugalware-testing-iso … complété. ==> SIZE frugalware-1.4rc1-i686-dvd1.iso … 4493068288 ==> PASV … complété. ==> RETR frugalware-1.4rc1-i686-dvd1.iso … complété. Longueur: 4493068288 (4,2G) (non certifiée) 100%[====================================>] 4 493 068 288 2,27M/s ds 34m 33s 2011-01-09 11:38:37 (2,07 MB/s) – «frugalware-1.4rc1-i686-dvd1.iso» sauvegardé [4493068288]

Continuer la lecture de « Frugalware Linux 1.4rc1 : que du bon ou presque 😀 »

En vrac’ rapide et libre.

Premier billet consacré à du logiciel libre de l’année 2011.

C’est tout pour aujourd’hui 🙂

Installer LibreOffice 3.3rc2 sur Archlinux… A chacun sa méthode :)

Bien que les paquets aient été rendus disponibles durant que je m’occupais de faire compiler l’ensemble de LibreOffice, j’ai expérimenté (la volonté de me concocter une LFS me monte-t-elle à la tête ?) la longue compilation de la trousse bureautique libre (3 heures environ sur un PC équipé d’un Athlon X2 – 215, épaulé de 3 GiO de mémoire vive, le tout avec une ArchLinux (avec le dépot testing activé).

LibreOffice 3.3rc2 sous ArchLinux

Si vous voulez savoir quels paquets installer, sautez quelques lignes 😉

Continuer la lecture de « Installer LibreOffice 3.3rc2 sur Archlinux… A chacun sa méthode 🙂 »

Utiliser une machine virtuelle pour tester un OS, c’est ne pas l’utiliser vraiment ?

Certaines personnes m’ont fait remarquer que je ne prenais pas la peine d’utiliser une partition réelle de mon disque dur pour tester les distributions Linux, les BSDs et autres OS qu’il m’arrive de présenter. Et que cela n’était pas bien

Ce qui m’a valu quelques gentillesses, comme celle d’être traité de demi-mots de mythomane sur identi.ca

Mais passons outre cette polémique de propos qui ressemble à ceux d’une époque digne d’Oncle Joe et venons en au coeur du problème : pourquoi utiliser une machine virtuelle plutôt qu’une partition en dur ?

Pour plusieurs raisons :

  1. Car c’est plus simple de créer une image disque que de partitionner un disque dur. En cas d’erreur, on efface le fichier et on recommence. Tandis qu’avec une partition…
  2. Car le matériel émulé depuis l’arrivée des instructions KVM (AMD-V, Intel VT) est aussi rapide que le matériel réel, au moins sur le plan puissance de calcul du microprocesseur).
  3. Bien que le matériel émulé ne puisse pas de manière simple accéder aux ressources poussées (comme les fonctionnalités 3D des circuits graphiques) cela permet toujours d’avoir un matériel classique et fonctionnel).
  4. Pas besoin de rajouter / sortir les os installés dans le gestionnaire de démarrage

En gros, c’est largement plus simple d’accès. Certains puristes hurlent à la mort – tel des loups devant la pleine lune – car j’ose utiliser un virtualiseur dans mes présentations… Et me font comprendre qu’en dur, le résultat serait différent.

Continuer la lecture de « Utiliser une machine virtuelle pour tester un OS, c’est ne pas l’utiliser vraiment ? »