« Revers de fortunes » d’Antoni Lenormand… L’argent et le bonheur, est-ce compatible ?

J’avoue que je n’accroche pas facilement aux thrillers et aux policiers. Il y a trop de productions dans le domaine, ce qui le noie sous les pires nullités jamais proposées. Cependant, un article d’Agnès sur son blog parlant rapidement du livre a évéillé ma curiosité.

Cependant, le sujet du roman, un type un peu perdu, qui d’un seul coup décroche d’une manière peu conventielle le gros lot de la loterie nationale, et qui voit les revers s’accumuler est intéressante.

Surtout quand la faucheuse abat son instrument de travail à intervalles réguliers.

Un roman que j’ai dévoré en l’espace de quatre jours, ce qui est un exploit pour moi qui ne suit pas un fan du genre.

La fin est très surprenante, largement moins convenue qu’on pourrait le penser…

Un roman qui n’oublie pas les pointes d’humour noir, le cynisme, et les réflexions du personnage principal qui mériterait quelques baffes de temps à autres…

Slackware Linux : 21 ans déjà, et toujours en vie.

Dans le monde darwinien des distributions GNU/Linux, seules quelques vénérables distributions dépassent les 10 ans, voire les 15. On peut citer Debian GNU/Linux, Red Hat, Archlinux, Gentoo Linux, ou encore la Slackware Linux. Elle est à peu de chose près la distribution la plus vieille encore en vie.

Sa première version a été annoncée le 17 juillet 1993, et tenait à l’époque sur… 24 disquettes environ. Avec un noyau linux 0.99pl11, gcc 2.4.5, XFree 86 en version 1.3… Toute une époque 🙂

J’ai voulu voir où en était la future Slackware 14.2 (ou 15.0), 8 mois après la sortie de sa version 14.1. J’ai donc récupéré via Bittorrent l’ISO de la version 64 bits.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-slack.img 128G
Formatting 'disk-slack.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-slack.img -cdrom slackware64-14.1-install-dvd.iso -boot order=cd &

Pour les détails techniques de l’installation, je vous renvoie à l’article que je consacrais à la Slackware 14.1 beta en septembre 2013. Seule différence cette fois, j’utilise Xfce en place de KDE SC.

Continuer la lecture de « Slackware Linux : 21 ans déjà, et toujours en vie. »

Ah, les effets de mode… :)

Tout est cyclique, spécialement les modes. J’en veux pour preuve deux domaines qui m’intéressent à savoir celui des romans et des distributions GNU/Linux.

Quelques exemples ?

La saga de l’Héritage de Christopher Paolini. J’ai décroché à la moitié du troisième volume, « Brisingr », tellement l’ennui était palpable. Par la suite, combien de saga avec des dragons ont envahi les étalages ?

Mais n’oublions pas les histoires de vampyres après le succès de la saga Twilight ou encore la série de plus en plus barbante et prévisible des romans policiers de Camilla Läckberg qui sont de moins en moins intéressant depuis le tome 5, « L’enfant allemand ».

Je ne parlerais pas de la mode des polars et autres thrillers qui envahissent les étagères virtuelles ou réelles jusqu’à la nausée.

Combien de livres de saga qui sont des photocopies peu inventives finissent au pilon ?

Je dois dire qu’en dehors de quelques livres, comme « Un Genou à terre« , ou encore « Trois balles dans le buffet« , l’ennui est intégral quand je veux lire un roman policier ou un thriller. Même si je suis tombé sur une exception récemment dont je vous parlerai dans quelques jours, le temps de le finir.

Autant dire que quand j’ai auto-édité mon premier roman, en utilisant un thème de science fiction dystopique, je suis allé à contre courant de la mode actuelle… Ce qui est une très mauvaise idée sur certains plans 🙂

Mais assez parlé de littérature, parlons un peu d’informatique libre.

Continuer la lecture de « Ah, les effets de mode… 🙂 »

Evolve OS alpha 2 : un premier avant-goût du nouveau projet d’Ikey Doherty ?

Si Ikey Doherty est connu, c’est pour le projet SolusOS qui a eu une vie assez mouvementée. Depuis, Ikey Doherty s’est lancé dans un projet plus modeste, Evolve OS.

C’est une distribution GNU/Linux parte de la feuille blanche, uniquement 64 bits pour des raisons de charge de travail, utilisant les technologies à la base de Gnome Shell (3.10 apparemment) pour proposer un environnement graphique du nom de Budgie Desktop. La distribution utilise le gestionnaire de paquet PiSi, développé pour la Pardus Linux.

La deuxième alpha de la distribution est sortie le 13 juillet 2014, et une nouvelle version majeure de l’environnement de bureau Budgie Desktop, proposée le 20 juillet 2014, m’a donné envie de vous montrer un premier aperçu de cette distribution.

J’ai donc récupéré l’ISO de l’alpha2 d’Evolve OS et je l’ai lancé après l’avoir vérifié dans une machine virtuelle VirtualBox. Il ne faut pas oublier que c’est une alpha2, donc encore avec de nombreux angles à arrondir. C’est avec cette pensée en tête que j’ai rédigé la suite de l’article.

Continuer la lecture de « Evolve OS alpha 2 : un premier avant-goût du nouveau projet d’Ikey Doherty ? »

« I Will Always Be There » d’Alnea : un Mono européen ?

Mono, c’est un groupe japonais de post-rock instrumental. Connu pour ses orchestrations instrumentales (et monumentales), c’est le groupe qui m’a introduit au courant post-rock instrumental.

Fouillant sur Bandcamp dans la catégorie « post rock », je suis tombé sur le premier album d’Alnea, un EP d’une trentaine de minutes. Il s’appelle « I Will Always Be There « . L’album est sorti le 30 juin 2014.

Les pistes sont assez longues, la plus petite ne faisant qu’un peu moins de 6 minutes. C’est la piste d’introduction qui vous accroche l’oreille par sa douceur.

Le deuxième titre, « Your Eyes Are The Lights Of Our Souls Reflected In The Sea Of Our Eternal Love » est une piste entièrement instrumentale dont le style fait penser à Mono dans son style. Sauf que le titre est largement moins saturé que les compositions du groupe nippon.

La troisième piste, « Late Reflection Of A Broken Heart (259 Days Far) » reprend le même type de mélodie mais rajoute la jolie voix de Merrigan en duo avec un des guitariste du groupe, Umberto Angelone.

L’ultime piste « I Will Always Be There (The Lighthouse Symphony Pt 1) » conclue l’album en beauté.

En lisant le titre, j’espère que j’aurais l’occasion d’entendre la suite de la piste, même si celle-ci fait déjà 11 minutes.

Inutile de le préciser, c’est un énorme coup de coeur, celui qui dit : tu vas acheter l’album, après avoir écouté les deux premières pistes !

A vous de voir, maintenant !

Dear Pariah lance une campagne de financement participatif.

Sur ce blog, je parle souvent d’artistes indépendants. Outre le fait que je ne supporte plus la bouillie pour chat en voie de décomposition avancée qui monopolisent les ondes radios et la télévision, ça ma fait toujours plaisir d’aider à financer des albums d’artistes indépendants.

C’est le cas pour la production du deuxième EP de « Dear Pariah », un duo de folk britannique sur PledgeMusic.

Si vous aimez les mélodies minimalistes, les voix éthérées qui font un peu penser à la grande époque des Cocteau Twins, le groupe vous propose de financer l’album à partir de 5£.

Il reste 26 jours (au moment où je rédige l’article) pour que le financement atteigne les 100%, donc c’est faisable.

Et voici le clip d’un titre du premier EP éponyme et achetable sur le page bandcamp du groupe.

A vous de voir, et si vous accrochez de d’ajouter votre petite pierre.

Pour finir, n’oubliez pas que la Quadrature du Net fait appel aux dons pour se financer et lutter pour la liberté sur la toile.

Note : commentaire sclos pour des propos complètement déplacés et complètement hors-sujet.

Vendredi musical : « Collaborations No.1 » de Lucy Claire.

Le 16 juin 2014, Lucy Claire a sorti son deuxième album, « Collaborations No.1 », après son très réussi et désormais indisponible en version physique album « Suite« .

Comme son nom l’indique, c’est un album collaboratif où sont proposées diverses versions de deux créations, « Stille » et « Somnus ». Ce qui est agréable avec cet album, c’est que ce n’est pas uniquement du piano et des cordes classiques, mais que les collaborations apportent d’autres influences.

Entre les voix hypnotiques de la première piste, les cordes planantes de la deuxième piste, le côté répétitif et saccadé presque techno de la troisième piste, le côté éthéré de la quatrième piste, les grandes nappes de musique synthétique de la cinquième piste, l’auditeur n’a que l’embarras du choix.

C’est un très bon album, même s’il est assez court. Si vous cherchez quelque chose de nouveau, en clair, pas la bouillie pour chat en voie de décomposition avancée qui monopolise les ondes estivales, essayez donc cet album de Lucy Claire. Et inutile de me le demander, j’ai déjà commandé un exemplaire physique. J’attends juste de l’avoir dans ma boîte aux lettres désormais.

Les 3 premiers albums de Led Zeppelin remastérisés, deux tiers de foutage de gueule ?

Le 3 juin dernier, les trois premiers album de Led Zeppelin en version deluxe remastérisés sont sortis. Dans un article des Inrocks daté de mars 2014, on peut avoir la liste des bonus. L’expression de foutage de gueule pour les albums Led Zeppelin II et III peut s’appliquer.

Quel intérêt d’avoir des « roughs mix » en clair des maquettes retravaillées par la suite pour donner les versions finales comme pour le CD bonus de « Led Zeppelin II » ?

Les bonus du troisième album ne sont pas mieux lotis. Mis à part deux inédits et un blues, on voit que c’est le remplissage qui a été la règle.

Le seul album vraiment intéressant au niveau du CD bonus, c’est le premier, avec un concert du groupe à l’Olympia en 1969 où certains titres du premier albums sont repris et améliorés en live.

En clair, si vous n’avez pas les trois premiers albums du groupe anglais, vous pouvez acheter ceux-ci, même si les CDs bonus resteront dans le coffret.

L’offre est à mon avis, un foutage de gueule bien costaud et fait uniquement pour prolonger les droits d’auteurs. Comme avait dit Frank Zappa sur le titre d’un des ses albums qui pastichait « Sgt Peppers » des Beatles : « We’re Only in It for the Money », ce qu’on peut traduire par un : « Nous sommes seulement là pour l’argent ». C’est bien le cas de cette réédition.

Plasma 5.0 : un aperçu de la génération de KDE 5.x.

Plasma 5.0 a été officialisé le 15 juillet 2014. C’est la nouvelle génération de l’interface graphique du projet KDE.

Comme pour KDE 4.0 qui n’a pas été très apprécié des utilisateurs, cette première version permet de montrer le travail effectué par les développeurs de KDE pour proposer une interface plus modulaire, basée sur QT5 et les Frameworks 5. Même si l’interface générale est la même, la vitesse d’exécution n’a plus rien à voir… Au bénéfice de la nouvelle génération d’interface.

L’installation sur une Archlinux est relativement simple. Il faut installer KDE SC avec sa traduction. Ensuite, il faut installer les groupes kf5 et kf5-aids. Cependant, tant que le dépot kde-unstable ne sera pas rempli, il faut faire compiler le paquet AUR plasma-desktop, qui a une sacrée liste de dépendances… Et il faut compter deux bonnes heures pour les compiler… Merci le C++ 🙂

Plasma package list

Continuer la lecture de « Plasma 5.0 : un aperçu de la génération de KDE 5.x. »

En vrac’ rapide et plus ou moins libre.

Un petit en vrac’ de milieu de semaine.

Bonne journée !

Opération transparence !

Avec un titre digne d’un mauvais film d’espionnage, j’ai décidé de faire un petit listing des coûts engendrés par la catégorie musique de mon blog. Je vais prendre la période janvier à juillet 2014 comme exemple, en sachant que la moyenne est à peu près la même depuis environ deux ans, même si j’ai levé un peu le pied.

Comme je l’ai précisé dans un précédent article, chaque fois que je parle d’un album, c’est que je l’ai acheté, ou encore et je le précise en toutes lettres, je l’ai reçu en cadeau de la part du groupe ou de l’artiste, comme pour l’EP d’In Limbo.

Juillet 2014 : Transition et Cyborgs de Kassiel : 2×5€

Juin 2014 :

Mai 2014 :

Continuer la lecture de « Opération transparence ! »

Les blogueuses et blogueurs indépendants, denrée en voie de raréfaction ?

Il faut le dire, la situation est simple. Les blogueuses et blogueurs indépendants, c’est une denrée en voie de raréfaction. Il y a plusieurs maux qui gangrènent la blogosphère, qu’elle soit francophone ou mondiale. C’est la gueulante d’Agnès sur son blog qui m’a donné l’idée de ce billet.

Dans ces maux, on peut citer principalement :

  1. La monétisation classique via les régies publicitaires aux placards plus ou moins discrets
  2. Les articles sponsorisés qui sont clairement du léchage de bottes des produits des annonceurs
  3. Les blogueurs influents qui se font acheter via des appareils ou des produits de tests en avant première

Je ne reviendrais pas sur le cul-de-sac de la monétisation via les régies publicitaires. Ici, Lionel Dricot alias Ploum a fait un article magnifique sur ce point précis.

Sur le deuxième point, il faut être réaliste et ne pas nier le côté foncièrement étouffoir à critique qu’est l’article sponsorisé. Forme dérivée du publireportage de la presse papier classique, il n’a que peu ou pas d’intérêt.

C’est vrai ? Qui irait mordre la main de l’annonceur en déclarant que son produit, c’est de l’excrément de chien en barre ?

Ce qui a fait perdre toute crédibilité ou presque à la presse du jeu vidéo classique, avec des tests où les notes sont au minimum du 16/20 même si le produit est tout juste bon pour récurer la cuvette des toilettes. Et à 60€ le jeu de nos jours… 🙁

Il ne reste plus que des magazines comme Canard PC pour oser dire : Oui, ce titre est une merde, fuyez en courant !

Quant aux conflits d’intérêt de cette presse, je vous renvoie aux détails croustillant de cet article d’Acrimed…

Le problème de conflits d’intérêt et articles sponsorisés sont tels qu’un article satyrique sur le blogosphère de la mode est un petit bijou à lire tant on sent le fond de vérité qui sous-tend

Continuer la lecture de « Les blogueuses et blogueurs indépendants, denrée en voie de raréfaction ? »

HandyLinux 1.6 : où en est cette Debian GNU/Linux pensée pour les grands débutants ?

En avril 2014, je parlais de la version 1.4.2 de la Handy Linux. Cette distribution basée sur la Debian GNU/Linux Wheezy était pour moi une possibilité de recycler des vieilles machines sous MS-Windows XP pas suffisamment puissantes pour migrer vers Windows 7. Je concluais l’article ainsi :

Pour conclure, cette distribution est une vraie réussite, et elle est surement une des solutions possibles pour les personnes n’ayant pas envie d’investir 300 à 400 € dans une nouvelle machine.

Et surtout, comme sa consoeur Emmabuntüs, elle apporte vraiment quelque chose, et ça, ça fait plaisir !

En ce 225ième anniversaire de la prise de la Bastille, l’équipe de la Handy Linux nous propose la version 1.6 de sa distributionEnfin, presque. La distribution a été annoncée hier. Mea culpa 🙂

Parmi les nouveautés : une ISO bilingue dès le départ, ajout de la nouvelle génération du HandyMenu, le greffon Pepper Flash pour Chromium (pour les personnes ayant du mal à se passer de cette technologie), ajout du support MTP, support de l’impression améliorée. Bref, que du bon.

J’ai récupéré la version i686-pae pour ordinateur de 2005 ou plus récent, dixit la page de téléchargement. Cependant, vu la taille de l’image (1,3 Go), il faut espérer avoir sous la main une machine qui démarre sur une clé USB ou qu’elle ait un lecteur DVD.

J’ai donc créé une machine virtuelle Qemu classique pour y lancer cette version de la HandyLinux.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting ‘disk.img’, fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom handylinux-1.6-686.iso -boot order=cd &

Pour mémoire, kvm64 est un alias pour : qemu-system-x86_64 -k fr -m 2048 -sdl -soundhw hda,ac97 -no-frame -vga std --enable-kvm

J’ai demandé l’installation directe, pour avoir de la souplesse à l’utilisation.

Continuer la lecture de « HandyLinux 1.6 : où en est cette Debian GNU/Linux pensée pour les grands débutants ? »

Vieux Geek, épisode 22 : Mediabarre et Oreka, où quand le miroir aux alouettes publicitaires jouait à plein. Ah, la grande époque du surf rémunéré :)

Dans un article récent, je parlais de la bande passante consommée pour charger le contenu non-informatif de certains sites, qui est parfois énorme. Mais à une époque pas si reculée que cela sur le plan humain, il y a une quinzaine d’années, donc entre 1999-2001, la publicité était utilisée tel un miroir aux alouettes pour séduire les internautes.

Pour mémoire, un miroir aux alouettes est définit comme étant un : « Piège, leurre, dispositif trompeur. »

Il faut se souvenir que l’ADSL n’a commencé à se démocratiser que vers 2001-2002 en France, pour ne prendre son élan que vers 2003-2004. Donc jusqu’en 2004, les connexions à très bas débit, celle qui nécessitait d’accrocher la porteuse était la norme.

Les abonnements pour 10, 20 voire 50 heures mensuelles coutaient assez cher. D’ailleurs, le troublion de l’internet français fera très mal à la concurrence en annonçant son accès ADSL à 30€ par mois, alors que les autres FAI faisait payer 45 voire 60 € par mois.

Je ne me lasse pas de voir Stéphane Treppoz, PDG d’AOL à l’époque apprendre la mise à mort de son abonnement à 45€.

Mais revenons donc à notre miroir aux alouettes. Donc, pour aider les internautes à faire baisser les coûts de leur accès à Internet, deux idées sont proposées.

La première, un abonnement gratuit de 18 heures mensuelles mais à une seule condition : avoir une barre publicitaire qu’il faut cliquer régulièrement, activité se surveillant par le mouvement de la souris. C’est le modèle proposé par Oreka.

Des personnes finirent par développer un outil qui cliquait automatiquement sur les bannières publicitaires, ce qui mettait à mal le modèle économique. L’offre fut rapidement abandonnée, et Oreka décèdera en 2005. Je vous renvoie à ce vieil article de mai 2005 de NextInpact (qui s’appelait PCInpact à l’époque).

Mais il y avait un autre outil, la barre publicitaire classique. Ce fut le modèle de la plus célèbre d’entre elles, Mediabarre.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 22 : Mediabarre et Oreka, où quand le miroir aux alouettes publicitaires jouait à plein. Ah, la grande époque du surf rémunéré 🙂 »

Le coût de la gratuité des sites grâce au financement publicitaire, c’est 10% à 15% de votre bande passante ?

Après avoir lu un article sur le coût économique et écologique de la publicité papier en boite aux lettres sur le site de l’UFC Que Choisir qui coûte 231 millions d’euros par an aux contribuables au niveau du recyclage, j’ai voulu savoir, par curiosité, quelle était la proportion de la bande passante consommée par la publicité sur les sites internet.

Ouvrons une parenthèse.

On justifie la gratuité des sites internet par l’utilisation de la publicité, comme pour l’existence de chaînes de télévision ou de radio. Mais il y a une différence. La radio et la télévision sont des médias passifs, dans le sens où les interactions sur les contenus sont proche de zéro, en dehors des votes plus ou moins faisandés à base de SMS payants que l’on trouve (trouvait ?) à l’époque des Loft Story et autres télé-crochets.

Sur Internet que l’on réduit souvent au web, l’utilisateur peut décider s’il veut ou pas afficher tel ou tel contenu. Ce qui est une différence de taille. En clair, l’utilisateur ne peut pas être considéré comme une oie qu’on gave sans qu’elle puisse rien y faire.

Fermons cette parenthèse.

Pour faire une expérience rapide, j’ai pris mon navigateur internet. J’ai rajouté un profil nu, sans le moindre bloqueur de pub, ni de flingueur de cookies. Et mon profil qui utilise adblock edge et Ghostery.

Ensuite, j’ai décidé d’enregistrer des versions filtrées et non filtrées des sites listés ci-dessous. Il m’a suffit par la suite de calculer la différence de taille entre les deux versions.

  1. ZdNet.fr
  2. Clubic.com
  3. Korben.info
  4. Cdiscount.com
  5. 01net.com
  6. Youtube.com
  7. Dailymotion.com
  8. amazon.fr
  9. Fnac.com
  10. PriceMinister.com

Je ne peux pas tester tous les sites, mais j’ai essayé de faire un panel aussi large et varié que possible.

Continuer la lecture de « Le coût de la gratuité des sites grâce au financement publicitaire, c’est 10% à 15% de votre bande passante ? »