« For The people » des Thee Dang Dangs : un retour plaisant à la fin des années 1960.

Thee Dang Dangs est un quatuor du Colorado formé par Rebecca Williams (au chant), Broox Pullford, Ray Korea et Scotty Gervais. Leur premier album – et je regrette de ne pas avoir découvert le groupe avant – propose une musique teintée de rock psychédélique, de surf rock, bref des sonorités comme celle qu’on pouvait entendre à la grande époque d’Haight-Ashbury à la fin des années 1960.

« For The People » est sorti début août 2013.

Je dois avouer que j’ai toujours aimé cette période musicale un peu spéciale, et que l’un de mes albums préférés de cette époque, c’est « The Piper At The Gates Of Dawn » des Pink Floyd.

Dès la première piste, on sent le son typique des années 1960. Et ça fait du bien. Et on est parti pour 37 minutes de voyage dans le temps. Les titres sont assez courts (de 1 minute 19 à 6 minutes 05 pour la plus longue). Comme des coups de pinceaux sur une toile.

Continuer la lecture de « « For The people » des Thee Dang Dangs : un retour plaisant à la fin des années 1960. »

Xfce, maltraité pour mieux attirer les utilisateurs de Microsoft Windows ?

J’ai noté une tendance dans les distributions GNU/Linux : la maltraitance de l’apparence de base de Xfce. Par défaut, Xfce se présente ainsi : Une barre supérieure avec un menu déroulant, un espace de gestion des taches, puis le nom d’utilisateur et quelques icones du genre gestion réseau ou audio ou météo.

En bas, on trouve un lanceur avec les principales fonctionnalités : navigateur internet, courrier électronique, gestionnaire de fichiers, ou encore recherche en ligne. Bref, un schéma général qui rappelle celui de MacOS-X d’Apple.

Mais cette apparence si spécifique est des plus maltraitée si on se limite au top 10 à 6 mois des statistiques de visites ou de curiosité de Distrowatch. Pour mémoire, voici à quoi il ressemble fin août 2013.

  1. Linux Mint
  2. Ubuntu
  3. Debian GNU/Linux
  4. Mageia
  5. Fedora Linux
  6. OpenSuSE Linux
  7. PCLinuxOS
  8. Manjaro Linux
  9. ArchLinux
  10. Puppy Linux

Pour faire un bilan de cette maltraitance, j’ai pris les versions Xfce (et donc Xubuntu en lieu et place d’Ubuntu) pour voir quelles distributions respectent l’apparence générale de Xfce et lesquelles la modifie.

Dans la liste, je n’ai pas trouvé de version native avec Xfce pour PCLinuxOS. Idem pour la Puppy Linux. A moins que j’ai mal cherché ? Donc, sur les huit restantes, combien vont respecter l’interface « officielle » de Xfce ?

Mais trève de bavardages, jettons un oeil au « massacre ».

Continuer la lecture de « Xfce, maltraité pour mieux attirer les utilisateurs de Microsoft Windows ? »

Manjaro Linux 0.8.7 : l’Ubuntu d’Archlinux continue son bonhomme de chemin.

J’ai pu lire ce matin l’annonce de la sortie de la Manjaro Linux 0.8.7 sur le forum francophone de la Manjaro Linux. J’ai donc eu envie de récupérer l’ISO de la 0.8.7 pour faire le point sur l' »Ubuntu » de l’ArchLinux. Par « Ubuntu », je veux dire : dérivée simplificatrice et compatible avec des utilisateurs qui sont effrayés par l’installation mécano classique.

Après avoir récupéré l’ISO avec Xfce en 64 bits, j’ai utilisé Qemu pour l’ensemble.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom manjaro-xfce-0.8.7-x86_64.iso -no-frame -boot order=cd &

Au premier démarrage, un écran comme celui de la LinuxMint nous accueille. On peut lancer l’installation en mode graphique, ou en mode ligne de commande (pour des options comme le support de l’UEFI par exemple). J’ai préféré prendre l’installateur graphique, pour le tester.

Continuer la lecture de « Manjaro Linux 0.8.7 : l’Ubuntu d’Archlinux continue son bonhomme de chemin. »

L’échec du financement de l’Ubuntu Edge est une bonne nouvelle au final.

En effet, Canonical peut être content que son financement n’ait pas pu aller jusqu’au bout. Cela peut paraître étrange de dire cela, mais je pense qu’un des buts de Canonical était de ne pas atteindre la somme demandée.

La campagne a atteint un chiffre plus qu’honnête, surtout pour une période estivale : 12 812 776 $, soit 40,04% de la somme nécessaire. Nombre de projets voudraient bien arriver à un tel résultat, quelque soit le site de financement participatif concerné.

Fin campagne indiegogo ubuntu edge

Comme je l’avais précisé dans un de mes articles sur l’Ubuntu Edge, Canonical ne vendait pas quelque chose de physique, de manipulable, de concret. Juste un concept bien expliqué dont certains points étaient encore à finaliser.

Continuer la lecture de « L’échec du financement de l’Ubuntu Edge est une bonne nouvelle au final. »

Noop Linux, une distribution GNU/Linux alternative de plus ?

Ce qu’il y a de bien dans le monde des distributions GNU/Linux, malgré une « fausse » diversité, il y a toujours des projets un peu fou, alternatif. La Noop Linux en fait partie. C’est une distribution en rolling release, partie d’une feuille blanche, proposant son format et son gestionnaire de paquet, respectivement bldr et pkgr. Elle utilise systemd.

La curiosité aidant, j’ai voulu voir à quoi ressemblait cette jeune distribution. Elle est sur la liste d’attente d’indexation de distrowatch depuis… août 2012. Et c’est en fouillant dans la liste d’attente que je l’ai retrouvée 🙂

J’ai récupéré l’ISO récente en 64 bits, qui est assez légère, car l’installation se fait via le réseau.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://nooplinux.org/dist/noop64-20130417.iso
–2013-08-22 10:38:27– http://nooplinux.org/dist/noop64-20130417.iso
Résolution de nooplinux.org (nooplinux.org)… 208.97.149.61
Connexion vers nooplinux.org (nooplinux.org)|208.97.149.61|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 252710912 (241M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «noop64-20130417.iso»

100%[======================================>] 252 710 912 2,09MB/s ds 2m 27s

2013-08-22 10:40:54 (1,64 MB/s) – «noop64-20130417.iso» sauvegardé [252710912/252710912]

Pour l’installation, j’ai suivi les instructions données sur la page de téléchargement.

J’ai utilisé qemu pour cette machine virtuelle. kvm64 étant un raccourci pour : qemu-system-x86_64 -k fr -m 2048 -sdl -soundhw hda,ac97 -vga std --enable-kvm. L’interface GTK pour Qemu n’est pas encore super au point 🙁

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom noop64-20130417.iso -boot order=cd &

Une fois la Noop Linux chargée, et demandé le clavier francophone via la commande loadkeys fr, j’ai utilisé cfdisk pour créer deux partitions. Une partition pour root de 124 Go, et une pour swap de 4 Go. Vu la jeunesse de la distribution, j’ai préféré resté dans un partionnement simple.

Continuer la lecture de « Noop Linux, une distribution GNU/Linux alternative de plus ? »

Sabayon GNU/Linux 13.08 : un plaidoyer pour Gentoo Linux et Funtoo Linux ?

Je n’ai jamais eu beaucoup de chance avec Sabayon GNU/Linux. J’ai toujours constaté que la distribution était assez lourde, d’une lenteur rebutante – est-ce du à l’utilisation d’une machine virtuelle, mais j’ai du mal à croire à cette hypothèse – et que Gnome Shell avait parfois du mal à démarrer, comme pour le test que j’avais fait de la Sabayon GNU/Linux 11 en février dernier.

J’ai donc voulu faire le point, 6 mois plus tard avec la sortie de la Sabayon GNU/Linux 13.08, sortie le 12 août dernier.

Parmi les nouveautés de cette version ? Gnome 3.8.4, KDE SC 4.10.5, Mate Desktop 1.6.2, Xfce 4.10, le noyau linux 3.10, LibreOffice 4.1 (après l’installation des mises à jour), meilleur support de l’UEFI et du Secure Boot, sans oublier l’arrivée d’un gros morceau : systemd. Oui, vous avez bien lu, systemd, le meilleur ennemi de Gentoo Linux entre autre.

J’ai donc récupéré l’ISO 64 bits avec Gnome dessus, et je l’ai installé dans une machine virtuelle VirtualBox. J’ai choisi l’option de lancer directement l’installation au démarrage.

L’installateur est l’ancien anaconda (celui fourni par Red Hat jusqu’à la Fedora Linux 17), et il y a toujours les mêmes qualités et les mêmes défauts, comme celui de définir une partition / prenant 50% de la taille disponible par défaut.

J’ai ensuite réduit la partition root à une taille plus réaliste.

Mis à part cela, rien à dire, l’installation se passe très bien. C’est après le démarrage qu’on peut se dire que le mieux est vraiment l’ennemi du bien. Surtout pour certains points du genre : pourquoi utiliser plymouth au démarrage qui étouffe l’intérêt du démarrage rapide de systemd ?

Continuer la lecture de « Sabayon GNU/Linux 13.08 : un plaidoyer pour Gentoo Linux et Funtoo Linux ? »

Parsix GNU/Linux 5.0 : encore une fois le syndrome de la « modernisation incomplète » ?

Parsix GNU/Linux, c’est une distribution basée sur la Debian GNU/Linux stable, en la modernisant un peu. Si on suit les notes de publication, la Debian GNU/Linux Wheezy a été assez « modernisée », avec entre autres pour les plus grands noms du logiciel libre :

Mais il y a un point qui me fait vraiment tiquer : la présence de LibreOffice 3.5.4. La branche 3.5 est abandonnée depuis le 8 avril 2013, la version 3.5.4 étant sortie fin mai début juin 2012.

Mais ne partons pas sur un mauvais à priori, et voyons ce qu’à la distribution dans le ventre.

Pour LibreOffice, il reste l’option « sale » de récupérer directement les paquets .deb du site officiel de la dernière version stable conseillée – la 4.0.4 au moment où je rédige cet article – et les installer.

J’ai donc utilisé VirtualBox pour tester et présenter la distribution. Après le lancement, on a droit à un Gnome Shell avec un thème spécifique, avec des couleurs crème et marron.

Sans oublier des icones encore une fois inspirées de Faenza. Le logo de la Parsix remplaçant le terme « activités » en haut à gauche. Sur le plan technique, il faut savoir que :

  1. Le partitionnement doit comporter au moins un partition swap et une partition racine. Créer une partition pour /boot est inutile, cette option n’est pas prise en charge. On peut créer cependant une partition pour /home, l’installateur la prend en compte.
  2. Qu’il y a un méchant bug au niveau de l’installateur, qui oblige à lancer l’OS en anglais. Sinon, il est impossible de faire prendre en compte le mot de passe au niveau du compte utilisateur ! (cf la capture d’écran un peu plus loin dans l’article). Bug que j’ai rapporté sur l’outil de suivi de bug de la Parsix GNU/Linux
  3. Le clavier est par défaut en qwerty, même si on demande la version française dès le départ 🙁

Continuer la lecture de « Parsix GNU/Linux 5.0 : encore une fois le syndrome de la « modernisation incomplète » ? »

En vrac’ rapide et libre pour commencer la semaine.

Car il faut commencer la semaine en douceur, non ?

C’est tout pour le moment 🙂

La montée explosive d’ElementaryOS, preuve de la volatilité des statistiques de visites de distrowatch ?

Ah, les statistiques de distrowatch. Source de trolls sans fin, les statistiques de visites (qu’on pourrait aussi qualifier de curiosité) montrent une nouvelle fois leur dépendances chroniques aux effets d’annonces.

A l’origine de ce billet, un commentaire de Devil505 dans la communauté elementaryOS qui annonce en fanfare qu’eOS est n°2 au classement à 7 jours de Distrowatch. Et en effet, au 17 août 2013, le top 10 est le suivant (pour les 7 derniers jours) :

  1. Mint
  2. elementary
  3. Debian
  4. Ubuntu
  5. Mageia
  6. openSUSE
  7. Sabayon
  8. Puppy
  9. Kwheezy
  10. Manjaro

Il y a quand même des entrées étonnantes : comme la Kwheezy (qui ne casse pas trois pattes à un canard) ou la Sabayon qui est tout sauf une distribution révolutionnaire (du moins sa version 11). Pour elementaryOS, même si elle est encore jeune, c’est une bonne distribution, donc c’est normal qu’elle progresse en terme de curiosité, voire d’ISO récupérées en une semaine.

Comparons avec les statistiques de « visites » à 30 jours :

  1. Mint
  2. Debian
  3. Ubuntu
  4. Mageia
  5. PCLinuxOS
  6. openSUSE
  7. Puppy
  8. Fedora
  9. Manjaro
  10. Arch

Et à 30 jours, elementary pointe à la 13ième place (ce qui est déjà honorable) et Sabayon à la 18ième place. Comment expliquer un gain de 9 à 11 places, en l’espace de trois semaines ?

Continuer la lecture de « La montée explosive d’ElementaryOS, preuve de la volatilité des statistiques de visites de distrowatch ? »

« Vagrant » du groupe « Ysma » : quand le rock progressif allemand s’exprime, ça fait du bien aux oreilles !

En fouillant sur Bandcamp, je suis tombé sur l’album « Vagrant » du groupe allemand Ysma. C’est un quartet de Münster, formé en 2009, qui mélange avec bonheur de nombreuses influences. L’album est proposé sous licence Creative Commons CC-BY-NC-ND.

Mis à part la 11ième piste qui dure plus de 9 minutes 30, les morceaux sont assez court pour du progressif, dépassant à peine les 6 minutes. J’ai rédigé l’article en l’écoutant, ce qui explique le coté un peu « brut » de l’article 😉

C’est un groupe qui propose un rock progressif teinté de sonorités métal, mais aussi d’autres influences. Après une courte intro, le morceau « The Wanderer » arrive et nous propose une piste qui ne renie quelques influences jazzy.

La troisième piste « Remember Jenny Samkis » est plus rock, bien que l’influence métal avec une rythmique assez rapide se faire sentir.

Continuer la lecture de « « Vagrant » du groupe « Ysma » : quand le rock progressif allemand s’exprime, ça fait du bien aux oreilles ! »

Le « faux-lettrisme » numérique, caractéristique des « digital natives » ?

Par « faux-lettrisme », je veux dire : la connaissance imparfaite de l’outil informatique et de certaines notions qui sont indispensables à une bonne hygiène numérique.

J’ai pu lire récemment la traduction d’un article anglais sur Lunatopia qui m’aurait fait exploser la vessie de rire si le constat n’en était pas terriblement vrai : « Les gamins ne savent pas utiliser les ordinateurs… Voici pourquoi ca devrait vous inquieter. »

Je vous conseille la lecture de cet article qui est une sacrée claque. On considère souvent à tort que la jeune génération alias « Digital Natives », les 16 à 25 ans sont des cracks en informatique car ils y passent une grande partie de leur temps libre. Rien n’est plus faux.

Prenons un groupe de 100 personne de cette tranche d’âge, utilisant quotidiennement l’informatique, imaginons le résultat que donnerait les questions suivantes.

  1. Qui sait ce qu’est un navigateur internet ? Et m’en citer un nom ?
  2. Qui sait comment réinstaller MS Windows s’il le faut ?
  3. Qui sait nettoyer son disque dur des fichiers inutiles ?
  4. Qui défragmente régulièrement le contenu de son disque dur ?

Je pense que les résultats seraient… catastrophiquement intéressant à observer. Car il faut être honnête. Une grande partie des 16 à 25 ans passe son temps libre sur Facebook – pour parler du dernier tube à la mode ou dire que Mamie Jeannette a attrapé la grippe intestinale – sur Twitter pour poster leurs états d’âmes qui n’intéressent qu’eux ou encore sur Ask.fm a poser des questions qui ont autant d’intérêt que la dernière saison de la dernière télé-réalité à la mode.

Continuer la lecture de « Le « faux-lettrisme » numérique, caractéristique des « digital natives » ? »

SkyOS 5 : 5 ans plus tard…

Dans le petit monde des « hobby » OS, il y a des grands noms, comme Syllable, MenuetOS ou encore HaikuOS. Mais il y a aussi des noms qui sentent bon le passé, et dans ce domaine, SkyOS est un nom qui embaume une époque révolue.

Développé par Robert Szeleney, cet « hobby » OS a connu 4 versions majeures, la dernière version qui devait être la cinquième s’est arrêté aux alentours de 2009, même si l’auteur déclarait en 2010 vouloir expérimenter avec un nouveau libre comme linux ou NetBSD. Les 4 premières versions étaient open source, seule la version 5 était « closed source ».

Il y a quelques jours, OSNews annonçait la publication pour les curieux de la dernière ISO, proposée en août 2008, à savoir la build 6947.

Je n’avais jamais pu mettre la main sur cet OS 32 bits qui était assez prometteur à l’époque : multitache préemptif, noyau monolithique chargeant les modules à la volée (tiens, ça me dit quelque chose ça, linux 2.0 sorti en 1996, non ?), un système de fichiers ressemblant à celui de BeOS (journalisation, support des métadonnées, compatible POSIX), et des outils comme ceux de recherches qu’on trouve maintenant sur tous les environnement de bureau. Sans oublier un mode graphique dès le départ. Chose que les Unix libres ont encore du mal à faire de nos jours 😀

Dans les commentaires, j’ai pu trouver un lien pour récupérer l’ISO, et j’ai du patienter sur 5 tentatives pour que wget lance la récupération de l’ISO.

fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://www.skyos.org/downloads/beta/retail_6947.rar
–2013-08-14 19:38:25– http://www.skyos.org/downloads/beta/retail_6947.rar
Résolution de www.skyos.org (www.skyos.org)… 87.106.95.206
Connexion vers www.skyos.org (www.skyos.org)|87.106.95.206|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…ERREUR de lecture (Connexion ré-initialisée par le correspondant) de l’en-tête.
Nouvel essai.

[3 essais entre temps]

–2013-08-14 19:43:06– (essai: 5) http://www.skyos.org/downloads/beta/retail_6947.rar
Connexion vers www.skyos.org (www.skyos.org)|87.106.95.206|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 460535955 (439M) [application/x-rar-compressed]
Sauvegarde en : «retail_6947.rar»

100%[======================================>] 460 535 955 2,23MB/s ds 3m 36s

2013-08-14 19:57:19 (2,03 MB/s) – «retail_6947.rar» sauvegardé [460535955/460535955]

Et dans le même commentaire, j’ai pu trouver les codes qui permettent d’accéder à la version de développement.

J’ai donc ensuite créer une machine virtuelle VirtualBox pour avoir enfin accès à cet « Hobby » OS que j’ai toujours voulu tester 🙂

Continuer la lecture de « SkyOS 5 : 5 ans plus tard… »

De la « fausse » diversité des distributions GNU/Linux.

Quand monsieur ou madame Michu apprend l’existence de Linux – faut pas aller directement à l’appellation distribution GNU/Linux – c’est avec des projets comme Ubuntu par exemple. Et un jour, le concept de distribution apparait dans son esprit.

Et pour les plus curieux, ils apprennent l’existence de distrowatch, source de trolls sans fin. Et quand il voit les statistiques de fréquentation, l’idée même qu’il existe une centaine de distributions GNU/Linux voire plus les effrayent.

« C’est quoi ce bazar ? » pourrait-être la première réflexion. La deuxième serait « Pourquoi y en a-t-il autant ? » Et la troisième (si on arrive à ce stade avancé ce qui n’est pas gagné) : « C’est quoi la différence ? »

Si on prend la seule statistique qu’il est difficile de contester sur Distrowatch, c’est celle qui liste hebdomadairement les distributions indexées sur le site. En gros, une bonne partie de ce qui existe et a existé depuis 2002, année de naissance de Distrowatch.

Si on prend le bulletin du 12 août 2013, on peut lire :

DistroWatch database summary

– Number of all distributions in the database: 761
– Number of active distributions in the database: 304
– Number of dormant distributions: 48
– Number of discontinued distributions: 409
– Number of distributions on the waiting list: 303

Quoi ? 761 distributions listées ? 409 abandonnées ? Et 304 actives et maintenues ? De quoi effrayer. Cependant, cette diversité est largement un trompe l’oeil. Surtout si on considère les grandes familles qui existent.

Continuer la lecture de « De la « fausse » diversité des distributions GNU/Linux. »

En vrac’ rapide et culturel.

Pour animer un peu ce mois d’août décidément léthargique, un petit en vrac’ rapide et culturel.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui !

Elementary OS 0.2 : du progrès, mais la route est encore longue.

Elementary OS, c’est une distribution dérivée d’Ubuntu LTS (encore une) qui propose un environnement utilisant les technologies à l’origine de Gnome Shell, dont mutter, dixit la page de Gala, le gestionnaire de fenêtres.

L’apparence générale est un mélange de Gnome Shell et de MacOS-X. En effet, l’interface des logiciels y fait vraiment penser, même si ce n’est pas de la bête copie.

J’avais déjà parlé de la distribution lors d’une préversion de la 0.2 en septembre 2012. C’est un projet au développement très lent. Il sort en gros une version stabilisée par an en moyenne.

La version 0.2 étant officiellement sortie
, j’ai voulu voir à quoi ressemblait cette version finale, dont l’histoire est résumée dans un article sur le blog officiel.

Comme pour la précédente préversion, on trouve parmi les outils principaux sur Elementary OS :

Autant dire que certains projets sont encore très jeunes, et auquel il manque des fonctionnalités, comme la synchronisation avec google agenda pour Maya par exemple. Même si c’est en cours de financement, et espérons-le bientôt en développement 🙂

J’ai donc récupéré l’ISO de la 0.2 en 64 bits via BitTorrent. Puis j’ai lancé mon VirtualBox préféré pour voir ce que cette énième dérivée d’Ubuntu Linux donne finalement.

Continuer la lecture de « Elementary OS 0.2 : du progrès, mais la route est encore longue. »