En vrac’ libre.

Un en vrac’ libre pour calmer la semaine qui a été particulièrement épicée.

Josh Woodward - The Beautiful Machine

Petite mise au point sur le blog.

Suite à l’article précédent dont les commentaires se sont terminés par un point godwin, et en accord avec le grand patron du Blog-Libre, les billets qui sont trop polémiques et qui pourrait encore avoir des commentaires se terminant en point godwin seront publiés sur le Blog-Libre.

De plus, moins de 48 heures après mon passage à Chromium, j’ai fait machine arrière. J’avais agi en partie à cause d’une tendance à la radicalisation que je ressens dans la communauté du libre actuellement. Je m’en suis expliqué dans ce billet publié sur le Blog-Libre.

J’ai été à deux doigts de mettre la clé sous la porte du blog, mais je me suis dit que cela aurait été une trop bonne occasion de laisser gagner les extrémismes.

Continuer la lecture de « Petite mise au point sur le blog. »

J’ai honte d’être libriste. Oui, j’ai honte de ce que je suis depuis près d’une décennie.

Pourquoi ? Il ne faut pas se pencher trop loin dans le temps pour comprendre à quel point la communauté du libre est en train de jouer à la roulette russe avec 5 balles dans le barillet. L’affaire du support des flux cryptés est le plus beau des suicides en direct qu’il m’ait été donné de voir depuis… un sacré paquet d’années !

Le logiciel libre part de bons sentiments et d’idées généreuses : faire que l’utilisateur ait le contrôle le plus complet sur son ordinateur. Mais le zèle de certains libristes est contre productif au possible, qu’on peut résumer ainsi : « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge ! » (François-Marie Arouet dit Voltaire)

Je sens que je ne vais pas me faire des amis, mais il faut dire les choses comme elles sont : le librisme devient sectaire. Oui, sectaire, dans le sens où on sent que l’idéologie généreuse du libre se transforme en dictature de la pensée ou presque.

Je sais que je vais me faire traiter de tous les noms, mais il faut crever l’abcès.

La liste des articles qui défèquent sur la Mozilla Foundation est croissante. Et montre une fermeture d’esprit digne des pires mouvements idéologiques que l’humanité ait pu produire et commencer par mettre quelques points sur quelques « i ».

  1. Oui, Flash est une technologie omniprésente. On aura beau taper du pied dans son coin, ça ne changera rien au fait que les technologies basées HTML5 sont trop jeunes encore pour remplacer le vieux Flash qui a fait ses preuves.
  2. Oui, certains développeurs sont irresponsables et sacralise le principe du fork au point que des fusions de code qui pourrait permettre de faire avancer le schmilblick pour avoir une implémentation libre de flash potable soit une réalité semble être hors de portée de vue.
  3. Oui, la Free Software Foundation fait plus de mal que de bien par moment en voulant défendre le principe des 4 libertés fondamentales.
  4. Oui, les DRMs sont une incongruité technique imposée par les éditeurs (spécialement dans le domaine de la musique et de la vidéo) qui se croient encore dans les années 1980 et qui n’ont pas compris qu’Internet est l’astéroïde qui va les faire disparaître.

L’article qui me force à écrire ce billet, c’est une brève sur linuxfr.org qui défèque allègrement sur le choix par défaut de la Mozilla Foundation de supporter EME (encore à l’état de brouillon) dans une future version.

Il faut le dire les choses comme elles sont : cet article est complètement coupé de la réalité, comme nombre de libristes qui vivent dans leur monde idéalisée, où les logiciels « privateurs » sont inexistants. Sans oublier l’amnésie terrible dont fait preuve une partie de la communauté libriste, spécialement la plus zélée d’entre elles.

Sans Mozilla Firefox, le libre aurait-il gagné en popularité ? Sûrement pas. Combien de personnes sont passées au libre (partiellement ou complètement) grace à Mozilla Firefox ?

Continuer la lecture de « J’ai honte d’être libriste. Oui, j’ai honte de ce que je suis depuis près d’une décennie. »

Mozilla Firefox : le piège inextricable du support des flux DRMisés.

Depuis quelques jours, et suite à l’annonce du support de la norme EME (les DRMs dans les flux en HTML sur la toile), les volées de bois verts s’accumulent sur la Fondation Mozilla. Que ce soit par Cory Doctorow ou par les membres de la Free Software Foundation qui sont souvent parfois coupés du monde réel.

Ils auraient peut-être besoin de prendre conscience que par moment ils ont une vision parfois paranoïaque de la liberté oubliant que tous les utilisateurs ne sont pas technophiles.

Dans un article fleuve, Cep sur le Blog-libre nous exprime son point de vue et considère presque que la Foundation Mozilla a baissé les bras voire la culotte devant les exigences des ayants droits de l’audio-visuel sur le plan des flux vidéos.

Que la Mozilla Foundation implémente ou pas la technologie EME (qui est encore à l’état de brouillon au 18 mai 2014), elle se serait faite assassinée.

Si elle avait dit non, ses utilisateurs finaux auraient été condamnés à ne pas profiter des flux DRMisés de certains sites. D’où une chute du nombre d’utilisateurs, ce qui est à son désavantage.

Si elle avait dit oui (comme c’est le cas actuellement), ce sont les utilisateurs technophiles qui sortent la mitrailleuse lourde, qui menace de laisser tomber Mozilla Firefox ou qui demande à ses versions non officielles de ne pas activer le bac à sable qui sera utiliser pour gérer EME alors que le code n’est pas encore arrivé sur le tronc. Du moins au 18 mai 2014, alors que j’écris cet article.

Sans oublier que certains ont tenté de spammer le bug tracker de Mozilla. Et ce sont pris une fin de non-recevoir en pleine tronche.

Sans être méchant, faut arrêter la consommation de certaines substances pas très licite, ça surdimensionne l’égo à point de le confondre avec celui de la taille du super amas de la Vierge.

Continuer la lecture de « Mozilla Firefox : le piège inextricable du support des flux DRMisés. »

Les logiciels libres sur lesquels il faudrait arrêter l’acharnement thérapeutique… Les implémentations libres d’Adobe Flash.

Cet article est le premier d’une liste de trois ou quatre articles sur des logiciels libres dont on se demande si l’acharnement thérapeutique est vraiment nécessaire.

Pour commencer cette série, je vais commencer par l’exemple typique de logiciels libres où l’acharnement thérapeutique est flagrant : les implémentations libres du greffon Adobe Flash.

Qu’on le veuille ou non, et ce n’est pas certains membres un peu trop coupés du monde réel de la Free Software Foundation qui me contrediront, Adobe Flash s’est imposé au fil des années comme un des médias principaux pour la vidéo et l’audio en ligne.

Même si les technologies liées à HTML5 commencent à pointer le bout de leur nez sur des sites incontournables comme Youtube, force est de constater que l’on est encore très loin de la masse critique permettant un retournement de la situation.

Jadis, l’une des implémentations les plus avancées du greffon Adobe Flash fut swfdec. Malheureusement, il n’y a plus eu de versions depuis 2008, ce qui est dommage.

On fut alors obligé de se retourner vers Gnash. M’occupant de maintenir en vie le port de la version de développement de Gnash sur AUR, via le paquet gnash-trunk-git, je sais que le développement est très lent. Pour mémoire, la dernière version « stable » est sortie en… février 2012 !

Continuer la lecture de « Les logiciels libres sur lesquels il faudrait arrêter l’acharnement thérapeutique… Les implémentations libres d’Adobe Flash. »

Funtoo Linux avec Mate-Desktop : le retour de la geekitude absolue ? Deuxième partie.

C’est la suite de la première partie. L’article a été rédigé entre le 16 et le 17 mai. J’ai arrêté la compilation des logiciels le 16 après avoir obtenu un Mate Desktop fonctionnel.

Après avoir vaqué à mes occupations, j’ai été confronté à ce chapelet d’une quinzaine de jurons de rarian qui refusait de se compiler avec la locale « fr_FR ». J’ai du remettre la locale en_US dans le fichier /etc/portage/make.conf pour que ce dernier se compile…

Après avoir corrigé ce bug à la chapelet d’une quinzaine de jurons, j’ai relancé l’opération de compilation, et je suis parti à d’autres occupations, car c’est passionnant de voir un logiciel se compiler 🙂

L’attente est largement plus longue que les 3 heures estimées… Il faut dire que webkit-gtk2 est recompilé… Même LibreOffice et ses 4 heures de compilations sur ma machine réelle feraient presque pâle figure ! Au final, c’est près de 5 h 30 d’attente pour compiler le moteur de rendu qui fait fonctionner Midori ou encore Web (le navigateur de Gnome).

Continuer la lecture de « Funtoo Linux avec Mate-Desktop : le retour de la geekitude absolue ? Deuxième partie. »

Funtoo Linux avec Mate-Desktop : le retour de la geekitude absolue ? Première partie.

Il y a environ 18 mois, j’avais essayé d’installer une Funtoo Linux avec Xfce, et la malchance avait été au rendez-vous à cause d’un bug du noyau 🙁

Cette fois, j’ai décidé de tenter ma chance à nouveau, dans une machine Qemu, mais avec Mate Desktop en lieu et place de Xfce. Cela a demandé 4 bonnes heures de compilations intense pour la première partie. Il est vrai que cela aurait été largement plus rapide sur une machine réelle, mais je n’en avais pas sous la main pour installer la Funtoo Linux.

Pour l’installation de la base (avec un noyau linux 3.14.4), je suis parti d’une ISO de la SystemRescueCD, et en me basant sur le tutoriel disponible sur le site de la Funtoo Linux.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-funtoo.img 128G
Formatting 'disk-funtoo.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-funtoo.img -cdrom systemrescuecd-x86-4.2.0.iso -boot order=cd &

A la différence du tutoriel proposé que j’ai suivi au maximum, j’ai créé une partition /home séparée formatée en ext4 comme la partition /. Pour une simple et bonne raison : cela m’évitait d’oublier de faire compiler le support du xfs par le noyau.

Continuer la lecture de « Funtoo Linux avec Mate-Desktop : le retour de la geekitude absolue ? Première partie. »

Lethian Dreams : quand le métal atmosphérique obtient ses lettres de noblesses.

C’est la deuxième fois que je parle d’albums lié au genre « métal atmosphérique ». La première fois, c’était quand j’avais parlé de « Griseus » du groupe Aquilus, même si les influences « symphoniques » étaient plus prononcées.

Comment définir le métal atmosphérique ? Je vais recopier la définition que j’ai pu trouvé sur le site de la Bibliothèque musicale de Lyon qui explique très bien ce sous-genre du métal :

Forme de heavy metal plus aérien qui émerge au milieu des années 90. Héritiers du rock planant de Pink Floyd et adeptes de différents courants du metal (death, doom, dark, etc.) se rejoignent dans une musique puissante, mélodique, lente et éthérée. Le metal atmosphérique conserve la lourdeur et la grandiloquence du heavy metal, mais les tempère avec de nouveaux éléments (lenteur, répétition, chant lyrique féminin ou rauque masculin, sons électroniques, cordes, esthétique romantique).

Voila ! C’est plus clair ? Pas franchement ? Désolé, c’est pas évident. Faisant des recherches sur bandcamp sur les groupes avec chant féminin, je suis tombé sur les français de Lethian Dreams. Les deux albums qu’ils ont publiés sur Bandcamp m’ont vraiment tapé dans l’oreille. Le premier est sorti en 2012, c’est « Season of Raven Words ».

Ce qui frappe sur cet album – comme sur le suivant, c’est le coté long des pistes. Mis à part les troisième et sixième pistes, chacune tourne au bas mot dans les 4 à 6 minutes en moyenne. La voix de Carline Van Roos donne un côté éthérée à chaque morceau.

Dès « Dawn » on sent que l’on va avoir droit une ballade dans un monde cotonneux, nuageux, mais cependant doux et nostalgique. L’ensemble des pistes est vraiment travaillé. Malgré leur omniprésence, les guitares ne sont pas étouffantes. La piste la plus courte nous offre une pause au piano, avec toujours ce côté éthérée et cotonneux. « White Gold » offre une intro acoustique du plus bel effet, et surprend agréablement l’auditeur.

La qualité est au rendez-vous. Au point que lorsqu’on arrive à la fin de la dernière piste, on a du mal à réaliser que 42 minutes sont déjà passées.

Continuer la lecture de « Lethian Dreams : quand le métal atmosphérique obtient ses lettres de noblesses. »

Antergos 2014.05.14-rc : où en est l’Archlinux avec son installateur convivial ?

Anciennement connue sous le nom de Cinnarch, la Antergos propose la première release candidate d’une image d’installation. Dans les notes de publications, on apprend qu’un nouveau thème d’icones est disponible. Et surtout une nouvelle version de l’installateur cnchi, celui employé par la Manjaro Linux depuis plusieurs versions sous le nom de Thus.

J’ai eu envie de voir où en était l’Antergos, et surtout son élément le plus intéressant, l’installateur graphique cnchi. J’ai utilisé mon ami wget pour récupérer l’ISO.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://mirrors.antergos.com/iso/testing/antergos-2014.05.14RC-x86_64.iso
–2014-05-15 09:37:26– http://mirrors.antergos.com/iso/testing/antergos-2014.05.14RC-x86_64.iso
Résolution de mirrors.antergos.com (mirrors.antergos.com)… 82.192.75.147
Connexion à mirrors.antergos.com (mirrors.antergos.com)|82.192.75.147|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 302 Found
Emplacement : http://www.mirrorservice.org/sites/repo.antergos.com/iso/testing/antergos-2014.05.14RC-x86_64.iso [suivant]
–2014-05-15 09:37:27– http://www.mirrorservice.org/sites/repo.antergos.com/iso/testing/antergos-2014.05.14RC-x86_64.iso
Résolution de www.mirrorservice.org (www.mirrorservice.org)… 212.219.56.184
Connexion à www.mirrorservice.org (www.mirrorservice.org)|212.219.56.184|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 845152256 (806M) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « antergos-2014.05.14RC-x86_64.iso »

100%[======================================>] 845 152 256 417KB/s ds 28m 24s

2014-05-15 10:05:50 (484 KB/s) — « antergos-2014.05.14RC-x86_64.iso » sauvegardé [845152256/845152256]

Ensuite, j’ai utilisé VirtualBox pour offrir une machine virtuelle à l’Antergos.

Continuer la lecture de « Antergos 2014.05.14-rc : où en est l’Archlinux avec son installateur convivial ? »

« The Solstice » des Cosmic Birds : un solstice nostalgique ?

Les espagnols du groupe Cosmic Birds ont annoncés récemment la sortie au format numérique de leur deuxième album, « The Solstice », la version physique étant disponible dès le 25 mai 2014. J’avais déjà parlé de leur premier opus, « Chronicles of the Windwar » en janvier 2013.

J’avais participé à la campagne de financement de l’album sur Verkami, et j’ai donc pu avoir accès rapidement à une version mp3 de l’album, en ayant donné pour avoir un CD avec le poster dédicacé. Oui, je suis un fan des albums dédicacés 🙂

Ce deuxième opus d’une durée de 42 minutes nous plonge dans l’univers des Cosmic Birds qu’il est agréable de retrouver. On sent dès la première piste que l’ambiance est plus lourde, un peu plus « triste » que le premier opus, sans pour autant tomber dans un excès qui repousserait l’auditeur.

Continuer la lecture de « « The Solstice » des Cosmic Birds : un solstice nostalgique ? »

Nostalgique de PearOS ? Allons, réjouissez-vous, la PinguyOS est pour vous.

La dérivée Ubuntu au goût de pomme vous manque atrocement ? Il y a toujours une alternative, c’est la PinguyOS. Je n’en ai jamais parlé sur mon blog, en dehors de liens dans des billets « en vrac' ». La suite de ce billet vous fera comprendre pourquoi.

Hier, j’ai pu lire l’annonce de l’arrivée de la PinguyOS 14.04 LTS sur Distrowatch. On peut apprendre dans les notes de publications que tout n’est pas rose, comme l’auto-connexion qui ne fonctionne pas en post-installation. Mais ne nous arrêtons pas sur les bugs, mais sur la distribution en elle même.

Si on va sur la page « about us », on apprend que c’est une distribution à destination des utilisateurs normaux.

Oui, mais qu’est-ce que cela veut dire ? Apparemment, c’est une Ubuntu LTS avec le dernier Gnome Shell (ou l’avant dernier ?) et une logithèque qui se veut conséquente, donc en concurrence frontale avec la Ubuntu Gnome.

Ni une, ni deux, j’ai récupéré l’ISO complète qui ne pèse que 2,2 Go.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://downloads.sourceforge.net/pinguy-os/Pinguy_OS_14.04-LTS-x86-64.iso
–2014-05-12 21:28:46– http://downloads.sourceforge.net/pinguy-os/Pinguy_OS_14.04-LTS-x86-64.iso
Résolution de downloads.sourceforge.net (downloads.sourceforge.net)… 216.34.181.59
Connexion à downloads.sourceforge.net (downloads.sourceforge.net)|216.34.181.59|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 302 Found
Emplacement : http://freefr.dl.sourceforge.net/project/pinguy-os/Pinguy_OS_14.04_LTS/Full/64/Pinguy_OS_14.04-LTS-x86-64.iso [suivant]
–2014-05-12 21:28:46– http://freefr.dl.sourceforge.net/project/pinguy-os/Pinguy_OS_14.04_LTS/Full/64/Pinguy_OS_14.04-LTS-x86-64.iso
Résolution de freefr.dl.sourceforge.net (freefr.dl.sourceforge.net)… 2a01:e0d:1:8:58bf:fa88:0:1, 88.191.250.136
Connexion à freefr.dl.sourceforge.net (freefr.dl.sourceforge.net)|2a01:e0d:1:8:58bf:fa88:0:1|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 2380267520 (2,2G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « Pinguy_OS_14.04-LTS-x86-64.iso »

100%[====================================>] 2 380 267 520 1,45MB/s ds 23m 25s

2014-05-12 21:52:11 (1,62 MB/s) — « Pinguy_OS_14.04-LTS-x86-64.iso » sauvegardé [2380267520/2380267520]

J’ai ensuite lancé l’ensemble dans une machine virtuelle VirtualBox en vérifiant que j’ai bien la case « accelération 3D » cochée dans les préférences de l’affichage. Un léger bug esthétique nous accueille. L’ISO dit être celle de la mini… Une mini qui pèse 2 Go… Bref, passons sur ce bug esthétique, et lançons la distribution.

Continuer la lecture de « Nostalgique de PearOS ? Allons, réjouissez-vous, la PinguyOS est pour vous. »

En vrac’ rapide et encore #méchantfred…

Pour une simple et bonne raison : l’actualité est parfaite pour ce genre d’en vrac’… Malheureusement 🙁

« Un genou à terre » de Wendall Utroi : un thriller psychologique addictif.

J’ai dévoré en l’espace de trois jours le roman de Wendall Utroi, « Un genou à terre ». C’est un thriller très prenant, très psychologique, et surtout très machiavélique.

Le thème de départ est simple : Max est un jeune homme qui a depuis sa plus tendre enfance souffert de surpoids, et des conséquences sociales de son embonpoint. Quoi de plus cruel que les enfants ? Rien pourrait-on dire ! Quelle erreur de taille 🙂

Alors qu’il effectue son service militaire, il ignore qu’un engrenage va se mettre en route et transformer toute sa vie.

C’est le genre de roman très addictif, quelque soit le domaine concerné. On a envie de connaître la suite, mais malheureusement, il est déjà une heure du matin alors qu’on a commencé à lire vers les dix heures du soir.

Continuer la lecture de « « Un genou à terre » de Wendall Utroi : un thriller psychologique addictif. »

Une partie de la blogosphère française en train de crever à cause de sa dépendance publicitaire et des articles sponsorisés ?

C’est la réflexion que je me suis fait en allant sur le site d’un blogueur influent français dont j’ai déjà parlé à l’époque du Free Adgate.

Etant allé sur le blog en question, sur la page d’accueil, on peut voir des billets « proposés » ou « sponsorisés » par telle ou telle marque.

Que ce soit par HP (six billets entre avril 2014 et mai 2014, au moment où je rédige ce billet le 9 mai 2014 !) ou encore par Qobuz comme celui-ci on se demande si la blogosphère française ne tend pas lentement vers le canal de publi-rédactionnel. Sans oublier que le blogueur en question semblerait avoir un intérêt potentiel, comme le souligne la fin de l’article en question sur Qobuz.

Quelques questions peuvent rester en suspens, cf le morceau volontairement anonymisé :

Et pour conclure, si ça vous intéresse, Qobuz offre 30% de réduction sur son catalogue en Studio Masters avec le code ******. Et sinon, sachez qu’il est toujours possible de s’inscrire gratuitement à l’offre d’essai du service.

C’est bien connu, les entreprises dans le domaines des NTIC sont des philanthropes 😀

Car sur le plan légal, un article sponsorisé, c’est du publi-rédactionnel. Donc, de la publicité enrobée dans un soupçon d’article de blog pour que la pilule passe mieux.

Continuer la lecture de « Une partie de la blogosphère française en train de crever à cause de sa dépendance publicitaire et des articles sponsorisés ? »

« Sous les crocs acérés du lapin » de Cécile Bramafa : c’est si bon un roman atypique !

M’intéressant aux auteur(e)s de l’auto-édition, je suis tombé sur le petit mais costaud roman de Cécile Bramafa, « Sous les crocs acérés du lapin ».

Ce roman, disponible sur Atramenta, sur Amazon ou encore sur le site de la Fnac, nous plonge dans un monde aux valeurs inversées, où la méchanceté est le sentiment dominant.

Attila est envoyé par ses parents dans la meilleure école de formation des psychopathes du pays. Son tort ? Etre un gentil, à la grande honte de ses parents.

Il arrive donc à l’école Donald Harvey, donc le directeur s’appelle Monsieur Landru. Tout un programme, non ? Avec sa gentillesse congénitale, Attila arrivera-t-il à survivre à ce qui l’attend ?

Ce roman est un peu bizarre à première vue, mais passionnant dès qu’on s’y plonge. Il n’est pas si fréquent de voir un roman où faire des mauvaises actions est le summum de la vie en société.

Si vous voulez découvrir un roman différent qui est très addictif, je l’ai dévoré en l’espace de deux jours, vous ne verrez plus les lapins sous le même oeil 😉