Rions un peu avec les noms de code.

Dans l’informatique – aussi bien libre que non-libre – les noms de code sont une tradition vieille comme l’informatique elle même.

Quelques exemples célèbres :

  • Windows 95 => Chicago
  • Windows 98 => Memphis
  • Windows XP => Whistler
  • Windows 7 => Vienna

Mais les exemples qui parlent le plus actuellement, c’est la longue série des noms de code des Ubuntu Linux depuis la première en octobre 2004 :

  • 4.10 : Warty Warthog => Phacochère varuqueux
  • 5.04 : Hoary Hedgehog => Hérisson chénu
  • 5.10 : Breezy Badger => Blaireau jovial
  • 6.06 : Dapper Drake => Canard étincellent
  • 6.10 : Edgy Eft => Salamandre énervée
  • 7.04 : Feisty Fawn => faon téméraire
  • 7.10 : Gutsy Gibbon => Gibbon couillu
  • 8.04 : Hardy Heron => Héron robuste
  • 8.10 : Intrepid Ibex => Bouquetin intrépide
  • 9.04 : Jaunty Jackalope => Jackalope enjoué
  • 9.10 : Karmic Koala => Koala karmique
  • 10.04 : Lucid Lynx => Lynx Lucide.

Le nom de code de la version 10.10, Maverick Meerkat a été dévoilé il y a peu. Certains esprits chagrins pour remplacer les deux M par :

La 11.04 aura un nom de code en NN, comme Naughty Nymph (Nymphe coquine) par exemple.

Mais en y pensant bien, la combinaison OO (pour la  11.10) serait intéressant à tester. J’avais penser à un truc comme Oblivious Octopus (poulpe inconscients), par exemple 😉

Des idées à me proposer ? 😉

OpenSuSE 11.3 : retour aux bases sur l’interface pour la version Gnome ?

Je n’ai pas eu beaucoup de chance avec mes tests des précédentes versions de développement d’OpenSuSE 11.3.

Lorsque j’ai lu que la milestone 6 (l’avant dernière de la série) était disponible, j’ai décidé de la télécharger en version 64 bits. Il y aura ensuite deux versions Release Candidate.

J’ai ensuite lancé la machine virtuelle habituelle, à savoir :

[fred@fredo-arch download]$ qemu-img create -f qcow2 disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
[fred@fredo-arch download]kvm64 -hda disk.img -cdrom openSUSE-GNOME-LiveCD-Build0577-x86_64.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 correspond à :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1500 -soundhw all -localtime -k fr

Après avoir lancé l’installation via l’option en démarrant sur le live CD, je suis arrivé sur un Gnome 2.30 à l’affichage classique. En clair, le menu « SuSE » pour Gnome avait disparu.

Etant donné que cette version d’OpenSuSE utilise Xorg-server 1.8, il faut modifier le fichier /etc/X11/xorg.conf.d/50-monitor.conf en ajoutant :


HorizSync 30-70
vertRefresh 50-160

Au redémarrage suivant, on a un affichage en 1024×768 au lieu d’un petit 800×600. Ce qui est assez agréable.

Après une énorme mise à jour (dont beaucoup de paquets étiquettés 32 bits, comme jadis sur un test concernant la OpenSuSE 11.1 en janvier 2009), on a un environnement Gnome assez joli, aux couleurs anthracite assez agréable.

Ce qui est étonnant, c’est que le noyau proposé est une version de développement du noyau 2.6.34… Ce qui n’est qu’à moitié étonnant, la OpenSuSE 11.3 sort à la mi-juillet. L’équipe de développement mise sur la sortie de la version 2.6.34 du noyau entre temps.

Quant à Gwibber que je n’avais pas pu tester auparavant, j’ai vu que la version 2.31.1 est disponible. Il faut créer un répertoire .cache/gwibber dans le répertoire personnel.

Ensuite, on a droit au bug que j’avais rencontré lors du test avec la Mandriva 2010.1 beta1. En clair, l’impossibilité de créer le moindre compte sans être bloqué par le gestionnaire de mot de passe.

Bon, la distribution sort d’ici 9 semaines, donc les choses peuvent bouger. C’est une distribution dont on se demande si elle est en 32 ou en 64 bits, un peu le cul entre deux chaises.

A tester lors de la sortie de la version finalisée de la OpenSuSE 11.3, pour voir l’état des lieux. En tout cas, le retour aux bases pour l’interface de Gnome, cela fait plaisir à voir.

So long, Frugalware… Back to Archlinux…

Que les anglophobes me pardonnent ce titre en anglais, inspiré d’un titre de l’album « Bridge Over Troubled Water » du duo Simon & Garfunkel.

Le 14 février dernier, j’installais la Frugalware Linux. Même si les débuts ont été un peu chaotique, j’ai appris à apprécier cet autre grand nom des distributions rolling release. Les 80 jours que j’ai passé sur Frugalware Linux m’ont énormément appris et m’ont permis de connaitre une communauté où le sens solidarité n’est pas uniquement du marketing.

Je tiens à remercier Devil505, Bouletbil, Kooda et tous les autres membres sur le canal irc #frugalware.fr pour les bons moments passés.

Ce matin, un énième gel de ma distribution lors de la compilation de mon exemplaire quotidien de mon Mozilla Firefox de développement – ce qui signifiait effacer le répertoire contenant le code compilé – a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Je n’avoue que je n’ai jamais su la cause de ses gels, même si la gestion de la vitesse du CPU pourrait être un bon suspect.

En l’espace d’une heure et quart, j’ai pu installer une Archlinux testing avec l’équipement logiciel équivalent à celui que j’avais précédemment sous ma Frugalware Linux.

Et même un peu « mieux » sur certains plans, dont un certain Xorg-server 1.8.0.902 🙂

nvidia et xorg server 1.8.902 sous Archlinux

Il y a bien sûr d’autres raisons :

  • La syntaxe des FrugalBuild qui m’a toujours semblé ésotérique
  • Le manque d’un AUR, même si parfois il y a à boire et à manger
  • La lenteur de mise en place de certaines technologies

Cependant, si vous cherchez une distribution en rolling release et que tout devoir vous configurer à la mimine vous effraye, essayez Frugalware. Vous y trouverez votre bonheur.

Et d’ailleurs, je pense que je parlerais encore de Frugalware dans des billets à venir. Car 80 jours avec une distribution, cela ne s’oublie pas !

En vrac’ rapide et libre.

Un petit en vrac’ pour inaugurer ce mois de mai.

A plus tard 🙂

Yoper Linux 2010… A suivre dans un prochain article ?!

La YoperLinux est une distribution optimisée 32 bits, qui partant de zéro se veut rapide et innovatrice :

The distribution is scratch-built as opposed to modifying one of the more popular distributions to create a new distribution. There is no denying of influences though. So there are recognizable elements from other Linux distributions ranging from Archlinux, Ark , Gentoo and Fedora.

Ce qui donne traduit :

La distribution est construite à partir de zéro, par opposition à la modification de l’une des distributions les plus populaires pour créer une nouvelle distribution. Il est indéniable qu’il y a des influences. Il y a donc des éléments reconnaissables des autres distributions Linux à partir de Archlinux, Ark, Gentoo et Fedora.

J’ai donc profité de la sortie de cette distribution qui propose des versions pour KDE4, KDE3 et Xfce pour y jeter un oeil.

J’ai donc récupéré l’image ISO proposant KDE4.

fred@frugalware:~/download$ wget -c http://ftp.nluug.nl/pub/os/Linux/distr/yoper/iso/YOPER-2010-KDE4.iso
–2010-05-01 08:30:41– http://ftp.nluug.nl/pub/os/Linux/distr/yoper/iso/YOPER-2010-KDE4.iso
Résolution de ftp.nluug.nl (ftp.nluug.nl)… 192.87.102.43, 192.87.102.42, 2001:610:1:80aa:192:87:102:43, …
Connexion vers ftp.nluug.nl (ftp.nluug.nl)|192.87.102.43|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 708003840 (675M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «YOPER-2010-KDE4.iso»

100%[======================================>] 708 003 840 563K/s ds 16m 34s

2010-05-01 08:47:16 (695 KB/s) – «YOPER-2010-KDE4.iso» sauvegardé [708003840/708003840]

La virtualisation a utilisé une machine virtuelle habituelle :


fred@frugalware:~/download$ qemu-img create -f qcow2 yoper.img 32G
Formatting 'yoper.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred@frugalware:~/download$ kvm32 -hda yoper.img -cdrom YOPER-2010-KDE4.iso -boot d &

Continuer la lecture de « Yoper Linux 2010… A suivre dans un prochain article ?! »

Sortie de Pino 0.2.7

Le client identi.ca et twitter léger vient de sortir dans une nouvelle version. Peu de nouveautés au premier abord :

Pas de quoi casser 3 pattes à un canard pour un client qui n’a peu de manque, le principal étant l’absence d’une ligne de temps commune à plusieurs comptes différents.

J’ai pris le FrugalBuild de la version 0.2.6 et je l’ai adapté pour la version 0.2.7. Et bien entendu, l’obligatoire capture d’écran :

Pino 0.2.7 en action.

Dans un article, notre cher maître à tous, a légèrement exprimer son point de vue sur le micro-blogging, je cite :

Chaque version qui sort apporte son « plus ». Sur cette version, je me sens moins concerné, n’étant pas utilisateur de rhythmbox je ne passe pas par ce biais pour acheter ma musique, n’étant pas un aficionados des outils de microbloging l’intégration de Gwibber me laisse de glace. Je trouve tout de même regrettable qu’on privilégie quand même ce qui sera certainement une mode dépassée dans quelques temps, plutôt que de résoudre de véritables problèmes de fond, car il en reste encore et de lourds sur Ubuntu.

Une mode dépassée, le micro-blogging ? J’avoue être dubitatif, sur ce point précis. Sinon, le reste de son article est intéressant, même s’il sent la justification à postériori et les poncifs un peu rances sur certaines fanboys personnes.

Frugalware-current : adieu Locris, bienvenue Haven.

Ce matin, en effectuant la mise à jour quotidienne de ma Frugalware Linux, j’ai eu droit à l’arrivée de plusieurs paquets. Bien que je sache que le processus vers la première préversion de la Frugalware Linux 1.3 (alias Haven) soit en route, je ne pensais pas recevoir si tôt le paquet qui gère l’identité de la distribution.

Deux captures d’écran seront plus parlantes que tout le blabla qui précede :

mise à jour et arrivée de haven

frugalware haven : bienvenue ;)

Vivement le 3 mai que le code ouvre de nouveau et que le processus qui mènera la 1.3pre2 soit lancé 😉

KahelOS, version mai 2010, quoi de neuf ?

J’avais déjà testé il y a quelques temps la KahelOS, critiquant certains points comme la surcharge du fichier /etc/rc.conf.

J’ai eu envie de voir à quoi ressemblait la version mai 2010 (oui, alors qu’au moment où j’écris le billet, nous sommes le 28 avril 2010).

Après avoir récupéré l’image ISO, j’ai lancé la machine virtuelle classique pour ce genre de test.

Donc, en ligne de commande :


fred@frugalware:~/download$ qemu-img create -f qcow2 disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred@frugalware:~/download$ kvm64 -hda disk.img -cdrom kahel-desktop-050110-x86_64.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 est un alias pour :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1500 -soundhw all -localtime -k fr

Après un écran de démarrage assez coloré, on arrive à un installateur en mode texte assez agréable. Et qui est en gros le copier / coller de la version précédente 😉

Notons que l’installation totale est d’environ 3,2 GiO…

Continuer la lecture de « KahelOS, version mai 2010, quoi de neuf ? »

Coup de gueule… Cyrille Borne, l’éternel aigri de la blogosphère francophone.

J’ai un peu hésité avant de rédiger ce billet, mais maintenant, la coupe est pleine. C’est en écoutant l’excellent « Long Live Rock’n’Roll » de Rainbow que je te réponds.

Cyrille, tu es devenu un utilisateur aigri du logiciel libre, il faut dire les choses comme elles sont. Car c’est ainsi que je te vois désormais.

Ton « running-gag » sur mon retour d’ubuntu via la Lucid Lynx commence à m’exploser les testicules. Cf cet article : http://www.cyrille-borne.com/index.php?post/2010/03/28/Nous-accueillons-trois-nouveaux-mod%C3%A9rateurs-sur-le-planet-libre ou encore celui-ci : http://www.cyrille-borne.com/index.php?post/2010/04/27/L-inconnu-du-m%C3%A9tro

Cela fait bientôt un an que j’ai quitté Ubuntu, en gros une semaine après la sortie de la Jaunty Jackalope. J’avais expliqué les raisons du départ assez clairement dans l’article en question.

Même si je suis passé de manière assez abrupte à Frugalware Linux, et même si les débuts ont été assez chaotiques (surtout avec le bug à la con qui m’a bloqué la gravure durant quelques temps), je suis resté fidèle à la deuxième distribution rolling release.

En l’espace d’une année, je n’ai jamais été tenté de revenir vers ubuntu, et ce n’est pas la Lucid Lynx (qu’on pourrait aussi appeller Ubuntu Snow Leopard sur certains plans) qui me fera changer d’avis.

Je comprends bien que du à ton temps libre réduit, être profs de maths cela prend du temps, et après tout je ne suis qu’un salarié à temps partiel, que tu aies choisi de revenir vers Ubuntu après un passage malheureux sous Fedora Linux, corrige-moi si je me trompe.

Cependant, installer une rolling release, que ce soit ArchLinux ou Frugalware, cela demande juste une grosse journée pour configurer son système aux petits oignons. Et puis, c’est tout. En faisant une mise à jour par semaine, on peut avoir un système toujours à jour sans gros incident.

Cela demande de faire un peu de veille technologique, et de fouiller les forums.

Que tu n’aies pas envie de te prendre la tête, je le concède aisément. Mais, par pitié, arrête avec ton « running-gag » qui ne fait rire que toi et qui montre que tu es aigri.

Ubuntu est une solution de facilité quand on veut découvrir Linux et le monde du logiciel libre en général.

Une certaine proportion restera sur Ubuntu, avec des réinstallations tous les 6 mois, une autre proportion, déçue, croyant trouver un MS-Windows bis retourneront sous l’original. Une dernière proportion migrera soit vers une rolling release, soit vers la Debian ou encore la Fedora.

Que tu n’ais pas réussi à faire fonctionner la Frugalware ou la Archlinux, c’est ton problème et inutile de jeter le bébé avec l’eau du bain.

J’ai envie de terminer en te disant que c’est une solution de facilité de fermer tous les commentaires. Je ne ferme les commentaires qu’au bout de 15 jours, juste pour éviter le spam.

Qu’il y ait des personnes qui sont tels des inquisiteurs incapables de voir plus loin que le bout de leur appendice nasal, j’en ai affronté à chaque billet polémique, prenant un malin plaisir à montrer leurs bétises crasses.

Clore les commentaires, c’est une solution de facilité, de lacheté, et de refus de communiquer.

C’est tout ce que j’avais à dire, mais il faut l’avouer, cette petite tartine m’a soulagé la patate.

En vrac rapide et plus ou moins libre ;)

Un petit vrac que j’avais envie de faire.

J’allais oublier la capture d’écran du site de la KahelOS !!!

kahelOS, une distribution en avance sur son temps ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui ! Bonne journée !

Quoi de neuf sur le dépot git de Gthumb ?

Gthumb est devenu un de mes logiciels préférés. C’est pour moi le logiciel pour remplacer le trop lourd F-Spot.

Une fonctionnalité vient juste d’arriver… Le diaporama. Voici à quoi cela ressemble :

Activation de l'extension diaporama

Réglage du diaporama dans GThumb

Autant dire que la future version 2.11.4 de Gthumb sera un grand cru !

Gwibber 2.30 en dehors d’Ubuntu Lucid Lynx… Quel bilan ?

J’ai voulu voir sur le top 10 des distributions de distrowatch lesquels – en dehors d’Ubuntu – qui peuvent proposer un Gnome 2.30, prérequis pour pouvoir utiliser Gwibber 2.30. Pour chaque distribution, j’ai utilisé qemu, soit avec une image ISO 32 bits (pour Mandriva ou encore PCLinuxOS), ou une image ISO 64 bits (pour les autres).

C’est aussi – en quelque sorte – une réponse à ce commentaire : http://frederic.bezies.free.fr/blog/?p=3791&cpage=1#comment-12467

C’est un article assez long, avec une grosse quinzaine de captures d’écran, mais j’ai voulu être le plus complet et le plus vérifiable possible.

On verra bien si je suis selon les propos de certains commentaires un « anti-ubuntu primaire » ou encore un « anti-logiciel libre primaire » 🙂

Dans la mesure du possible, j’ai utilisé des versions proposant directement Gnome dès l’installation, si possible en liveCD.

Le top 10 au 24 avril 2010 est le suivant :

  1. Ubuntu
  2. Fedora
  3. Mint
  4. OpenSuSE
  5. Mandriva
  6. Debian
  7. PCLinuxOS
  8. Sabayon
  9. Arch
  10. Mepis

Dans la liste, on peut sortir 3 distributions : Ubuntu, Mint (qui est fortement basée sur Ubuntu et dont la version 9 se basera – sauf information contraire – sur Ubuntu 10.04), et Mepis qui ne propose pas de version avec Gnome.

Continuer la lecture de « Gwibber 2.30 en dehors d’Ubuntu Lucid Lynx… Quel bilan ? »

Fedora 13 Béta : quand la deuxième tentative est la bonne ;)

J’avais, il y a une semaine tenté en vain de mettre à jour une Fedora Linux 13 béta fraichement installée depuis l’image d’installation au format DVD. J’ai donc retenté ma chance en partant de l’image liveCD, ou plutôt liveDVD étant donné que celle-ci pèse près de 900 Mo, et cette fois-ci cela a été la bonne.


fred@frugalware:~/download$ qemu-img create -f qcow2 f13b.img 32G
Formatting 'f13b.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred@frugalware:~/download$ kvm64 -hda f13b.img -cdrom F13-Beta-x86_64-Live.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 est un raccourci pour :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1500 -soundhw all -localtime -k fr

Parmi les bonnes nouvelles, la résolution écran a été directement celle que je voulais, du 1024×768. Et coté nombre de mises à jour, elles se sont faites en deux étapes. D’abord yum (9 mises à jour cumulées), puis le reste (dont Gnome 2.30 et le noyau linux 2.6.33.2) soit 414 mises à jour.

Après une grosse heure et demie d’attente, la Fedora 13 me propose un Gnome 2.30 fonctionnel. L’ensemble est assez léger malgré tout, et j’avoue que le fond d’écran est assez reposant 😉

J’ai donc ensuite utilisé l’outil de gestion de paquets basé sur PackageKit – qui devient enfin utilisable – pour installer le logiciel qui m’a fait découvrir Pino par la suite, j’ai cité Gwibber. Même si c’est un « je t’aime moi non plus » entre les développeurs de Fedora Linux et Gwibber 2.30, celui-ci est disponible, mais il faut l’installer par soi-même.

Et on voit à quel point il est devenu lourd en vieillissant… Lorsqu’on l’installe, 50 Mo de dépendances sont installées… Sans oublier qu’il faut lancer un service supplémentaire, couchdb.

Et joie, on voit un Gwibber 2.30.0.1 qui fonctionne en dehors de sa version pour Ubuntu.

J’avoue que je m’étais un peu emporté lors de ma première gueulante sur la dérive de gwibber. Ok, il fonctionne pour Fedora 13. Mais installer 50 Mo de dépendances pour un simple logiciel de microblogging, cela fait un peu lourd.

Fedora Linux 13 ? Je pense que ce sera une version de bonne qualité. Reste à savoir si elle pourra se faire une place au soleil dans le domaine des distributions gnu/linux pour grand public 🙂

Comment Apple est devenu l’alpha et l’omega de certains acteurs du logiciel libre – partie 2.

Pour cette deuxième partie, j’ai envie de parler de la tendance de certains membres du libre à pomper allègrement – avec plus ou moins de finesse – ce que fait Apple.

Comme apéritif, je vais utiliser une certaine version de la Debian 5.0 (alias Lenny) qui propose une version KDE, la 3.5.9.

J’ai donc récupéré l’image iso via wget :

fred@frugalware:~$ wget -c http://cdimage.debian.org/debian-cd/5.0.4/amd64/iso-cd/debian-504-amd64-kde-CD-1.iso
–2010-04-16 14:29:07– http://cdimage.debian.org/debian-cd/5.0.4/amd64/iso-cd/debian-504-amd64-kde-CD-1.iso
Résolution de cdimage.debian.org (cdimage.debian.org)… 130.239.18.173, 130.239.18.163, 2001:6b0:e:2018::173, …
Connexion vers cdimage.debian.org (cdimage.debian.org)|130.239.18.173|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…302 Found
Emplacement: http://caesar.acc.umu.se/debian-cd/5.0.4/amd64/iso-cd/debian-504-amd64-kde-CD-1.iso [suivant]
–2010-04-16 14:29:07– http://caesar.acc.umu.se/debian-cd/5.0.4/amd64/iso-cd/debian-504-amd64-kde-CD-1.iso
Résolution de caesar.acc.umu.se (caesar.acc.umu.se)… 130.239.18.142, 2001:6b0:e:2018::142
Connexion vers caesar.acc.umu.se (caesar.acc.umu.se)|130.239.18.142|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 679571456 (648M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «debian-504-amd64-kde-CD-1.iso»

100%[======================================>] 679 571 456 523K/s ds 20m 23s

2010-04-16 14:49:31 (543 KB/s) – «debian-504-amd64-kde-CD-1.iso» sauvegardé [679571456/679571456]

Et j’ai ensuite utilisé le protocole habituel de test :


fred@frugalware:~/download$ qemu-img create -f qcow2 deb.img 32G
Formatting 'deb.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred@frugalware:~/download$ kvm64 -hda deb.img -cdrom debian-504-amd64-kde-CD-1.iso -boot d &

Ensuite, une fois installé, on peut très bien avoir un comportement des fenêtres avec les applications KDE à la MacOS. Il faut ouvrir le centre de contrôle, et aller dans « Bureau / Comportement » et « Barre de menus de l’application courante (Comme MacOS) ».

Un KDE 3.5 à la sauce Apple ?

Konsole 3.5.x en mode macos

Pour un environnement qui se basait sur Microsoft Windows pour ses grandes lignes (bouton K en lieu et place du Menu Démarrer), navigateur natif (Konqueror), etc, cela faisait un peu étrange. Mais passons sur cette fonctionnalité anecdotique, et voyons le coeur du problème : combien de technologies et de fonctionnalités de MacOS ont été réprise dans le monde du libre :

Et on pourrait continuer la liste, mais je me suis basé aux premiers exemples qui me sont venus, car ce sont les plus visibles.

Entendons-nous bien sur un terme, l’innovation :

Ensemble du processus qui se déroule depuis la naissance d’une idée jusqu’à sa matérialisation (lancement d’un produit), en passant par l’étude du marché, le développement du prototype et les premières étapes de la production.

Maintenant, il faudrait presque penser que l’innovation est devenu une grossièreté. Qu’y a-t-il de réellement novateur dans des logiciels comme Cairo-Dock ?

De quand date un projet réellement novateur dans le domaine du logiciel libre et opensource ? J’avoue que j’ai du mal à répondre. Il semblerait que la communauté du libre soit devenue un peu plus frileuse en ce moment, en se limitant presque à recoder des idées déjà testées ailleurs.

Tout compte fait, le seul gros logiciel vraiment novateur, ce sera peut-être Gnome-Shell, qui devrait sortir avec Gnome 2.32 alias Gnome 3.0, car il bouleversera complètement l’interface telle qu’on la conçoit actuellement.

Je me souviens d’une époque pas si lointaine où les projets innovants provenaient du monde du libre et que le monde du « privateur » adaptait tant bien que mal.

J’ai bien aimé le commentaire de Respawner sur l’article précédent et surtout une phrase :

Et pensez à un truc, l’innovation passe aussi par la copie et la reprise de certaines idées.

Si copier est innover, alors l’interface de MS Windows qui est la parfaite symétrie horizontale de MacOS (ou presque) est énormément innovatrice.

Il est vrai qu’Apple est un mètre étalon en ce qui concerne l’ergonomie et la facilité d’utilisation, c’est ce que je disais lors du premier anniversaire de mon époque d’utilisateur de Mac.

Mais à trop vouloir copier l’interface du Mac, on finit par tomber dans les mêmes travers : contrôler l’utilisateur en lui faisant croire qu’il est libre de choisir les logiciels qu’il veut utiliser.

On pourra toujours faire croire à l’utilisateur que l’informatique c’est magique, mais c’est tout sauf cela. L’informatique, c’est quelque chose de mécanique.

A trop vouloir cacher la réalité des choses, on finit par rendre les utilisateurs complètement incapable de penser par eux-même, et on finit à des réinstallations semestrielle car la mise à jour via le réseau se sera mal passée.

Si j’aime la communauté du libre, c’est à cause de la possibilité de pouvoir dépanner une machine sans avoir besoin de formater, comme cela est le cas dans le monde du logiciel privateur (bien que ce soit surtout vrai chez Redmond).

Maintenant, si vous considérez qu’en codant des beagle, tracker, amarok ou autre Cairo-Dock, on innove en copiant, c’est votre choix. Je vous le laisse, mais je ne le partage pas le moins du monde.

Finissons de MacOS-Xiser une Ubuntu Linux 10.04… ou comment Apple est devenu l’alpha et l’omega de certains acteurs du logiciel libre – partie 1.

NB : J’ai longtemps hésité avant de poster cet article sur le planet-libre, mais comme il parle de logiciels libres sans se limiter à un bête coup de gueule, je l’ai posté. Si un de mes camarades administrateurs ou modérateurs décide de l’enlever, je n’y verrais aucun inconvénient.

J’ai déjà plusieurs fois parlé de la tendance de Canonical à copier l’interface d’Apple et de son MacOS-X. Au moins sur deux billets, dont le dernier est assez humoristique sur le plan du titre.

J’ai donc récupéré l’image iso d’une version récente de développement d’Ubuntu Linux 10.04 via wget :

fred@frugalware:~/download$ wget -c http://cdimages.ubuntu.com/daily-live/current/lucid-desktop-amd64.iso
–2010-04-16 11:29:28– http://cdimages.ubuntu.com/daily-live/current/lucid-desktop-amd64.iso
Résolution de cdimages.ubuntu.com (cdimages.ubuntu.com)… 91.189.88.34
Connexion vers cdimages.ubuntu.com (cdimages.ubuntu.com)|91.189.88.34|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 728909824 (695M) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : «lucid-desktop-amd64.iso»

100%[======================================>] 728 909 824 689K/s ds 17m 17s

2010-04-16 11:46:45 (687 KB/s) – «lucid-desktop-amd64.iso» sauvegardé [728909824/728909824]

Et j’ai ensuite utilisé le protocole habituel de test :


fred@frugalware:~/download$ qemu-img create -f qcow2 ubu.img 32G
Formatting 'ubu.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred@frugalware:~/download$ kvm64 -hda ubu.img -cdrom lucid-desktop-amd64.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 est un alias pour :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1500 -soundhw all -localtime -k fr

On va maintenant rendre Ubuntu Linux 10.04 copie presque conforme à MacOS-X. Et il suffit de quelques minutes et d’utiliser uniquement des logiciels disponibles dans les dépots par défaut.

Comment ? Suivez le guide 🙂

Après avoir effectué les mises à jour, j’ai lancé l’installation de cairo-dock. A cause de certaines limitations de la machine virtuelle, l’ensemble n’est pas très rapide à l’usage. Il suffit d’aller dans la Logithèque Ubuntu et de chercher cairo-dock, puis de l’installer.

Continuer la lecture de « Finissons de MacOS-Xiser une Ubuntu Linux 10.04… ou comment Apple est devenu l’alpha et l’omega de certains acteurs du logiciel libre – partie 1. »