Une copie de ses photos, c’est une bonne idée de fin d’années, non ?

A chaque fin de mois, je fais une sauvegarde de mes données. N’ayant pas une confiance ultra prononcée dans le stockage en ligne, rejoignant ici Richard Stallman, j’ai fait quelques recherches pour avoir une copie de mes données sur support physique, car mieux vaut avoir deux exemplaires plutôt qu’un de ses photos.

Si le serveur qui héberge vos données se plante en beauté… Bref 🙂

Pour flickr, il existe un excellent script en python : flicktouchr.

L’utilisation est très simple. On commence par créer un répertoire de copie, puis on lance via la ligne de commande l’outil :


python2 flickrtouchr.py nom_du_répertoire_de_sauvegarde

Une session de votre navigateur va s’ouvrir, puis demander l’autorisation au script d’accéder au données. J’ai ainsi pu récupérer 1084 photos pour une taille de 298 Mo.

Continuer la lecture de « Une copie de ses photos, c’est une bonne idée de fin d’années, non ? »

Foresight Linux 2.5.2… Circulez, y a – malheureusement – pas grand chose à voir :(

J’avais jadis parlé de la version 2.0.3 de la Foresight Linux, en juillet 2008.

Je n’avais pas été super enchanté à l’époque par la distribution. Car malgré un système de paquet innovant et complexe à utiliser, la distribution était quand même sympathique.

J’ai donc récupéré l’ISO de la version 2.5.2, sortie mi-décembre 2011, puis j’ai créé un disque virtuel de 32 Go en dur… Si on prend un disque dynamique, l’installation dure… très longtemps.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32 bs=1G
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 444,938 s, 77,2 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom foresight-2.5.2+2011.12.12-x86_64-dvd1.iso -boot order=cd &

Continuer la lecture de « Foresight Linux 2.5.2… Circulez, y a – malheureusement – pas grand chose à voir 🙁 »

Mes prévisions pour 2012…

Puisque les plus grands experts font en fin d’année pour l’année suivante des prévisions – avec un niveau d’échec parfois impressionnant, spécialement en cas d’année électorale (souvenez-vous d’un certain mois d’avril il y a 10 ans environ) – j’ai envie de me lancer à cet exercice qui est toujours marrant.

Sur le plan des distributions Linux : c’est l’année de tous les dangers pour la distribution reine. Coiffée en fin d’année par une de ses dérivées célèbres, Ubuntu et donc sa maison mère Canonical vont devoir convaincre les personnes rebutées par Unity du bien fondé de cet environnement graphique par rapport à ce qui a été l’interface depuis… 2002 🙂

Je pense que le mois d’avril prochain sera un bouleversement. Non seulement car la prochaine version d’ubuntu sera supporté au minimum 5 ans, soit jusqu’en avril 2017, car c’est un LTS, comme jadis le furent les 10.04, 8.04 et 6.06.

C’est un peu le quite ou double. Car les utilisateurs restés sur la version 10.04 se verront proposer la migration. Et ces derniers seront-ils la copie conforme des personnes qui ont accueillis de manières variées l’interface nouvelle generation fabriquée par Canonical ?

Sans trop m’avancer, je pense que Linux Mint et son projet Cinnamon vont connaître un regain de popularité. Et avant qu’on me traite d’anti-ubuntu primaire, voici la photo de ma collection de CDs officiels d’Ubuntu. Le premier exemplaire ? Une version 5.04…

Collection de CDs d'installation d'ubuntu de la 5.04 à la 10.10 avec quelques trous ;)

Linux Mint : ce sera son année. Car le projet Cinnamon qui a fait couler pas mal d’encre numérique sera surement un appeau à utilisateurs conchiant la nouvelle génération d’interface.

Du duo fraticide Mageïa contre Mandriva, j’ai du mal à savoir laquelle des deux passera le cap de la fin d’année 2012.

Coté distributions, la tendance des distributions en .deb de passer d’ubuntu vers debian va continuer. Elle avait commencé jadis avec le passage de Crunchbang vers une base debian, d’autres distributions suivent ce chemin. La dernière en date : La Bodhi Linux, au moins pour sa version pour processeur ARM. Le reste des architectures va suivre ou pas ?

Je pressens aussi que ce sera une année assez faste pour… la Pomme. Suivant la tradition qui veut que depuis l’époque reculée de Windows 3.1 (20 ans déjà), une version sur deux du Windows grand public est pas franchement réussie.

Donc, les réussites ont été : Windows 3.1, 98 (alias 4.1), XP (alias NT 5.1) et 7 (alias NT 6.1). Les échecs : Windows 95 (je l’ai connu…), Windows Millenium (alias 4.90), et bien entendu Windows Vista (alias NT 6.0).

Comme jadis avec le fiasco Vista, la tendance sera en premier lieu à la rétrogradation de version, au passage vers le Mac (pour les plus aisés) ou vers Linux (pour le restant). Le problème ? C’est de vouloir imposer son interface à la Windows Phone 7 sur des écrans non tactiles. J’avais exprimé mon point de vue sur ce problème dans un billet du mois de septembre dernier.

Côté navigateurs, 5% à 10% de plus de parts de marché pour Chrome, grignotés à Internet Explorer et Mozilla Firefox. Cela compensera l’échec qui s’annonce pour ChromeOS et les Chromebook, car un OS castré comme l’est ChromeOS, c’est pas la joie à utiliser, surtout que sans réseau à proximité, il est inutile.

Je sens aussi que ce sera une année douloureuse pour les tablettes à plusieurs centaines d’euros. Quand HP avait liquidé ses stocks à 99 €, il avait montré le vrai prix des tablettes. Car quand on voit les tablettes à la Pomme n’ayant que 16 Go de stockage à près de 500 €, cela fait mal quelque part…

Dernière prévision ? La fin de la belle histoire de Facebook. Car avoir 800 millions voire 1 milliard de membres s’est bien. Mais avoir des membres assidus, c’est mieux non ? Et je suis près à parier que petit à petit Google Plus – que j’ai connu à l’époque de la béta fermée – grapillera des utilisateurs à Facebook. A force de croire que les arbres montent au ciel…

Bilan dans un an, ou d’ici trois mois pour un premier bilan intermédiaire, d’accord ? 😉

Petit cadeau de noël avec du retard :)

J’avais été contacté par une personne via mon courrier électronique. Une demande m’avait été faite : un guide pour installer Archlinux et Gnome 3.2. J’ai donc fait un petit guide, en essayant de ne pas trop être la tête dans le guidon…

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 3.0.

La source au format LibreOffice Writer, compressé en bzip2 et la version au format PDF.

Commentaires et remarques sont les bienvenues. Bonne lecture 😉

 

Quand Frugalware rentre dans la cour des grands…

Quel est le point commun entre : Ubuntu, Linux Mint, Fedora, OpenSuSE, Debian GNU/linux, Puppy et Mageïa ? Mis à part d’être dans le top 10 de Distrowatch ? Proposer des versions Live de leur distribution.

C’est dans le but d’accroitre sa popularité que l’équipe de Frugalware nous propose à son tour une série de LiveCD / DVD installable et hybride.

Même si le projet ne sera vraiment mature que pour la sortie de la version 1.6 de la distribution (donc pour le 13 février prochain), c’est déjà agréable d’avoir un aperçu de ce qu’on peut avoir installé 🙂

Continuer la lecture de « Quand Frugalware rentre dans la cour des grands… »

Razor-Qt, quand Lxde rencontre QT.

J’ai parlé dans mon dernier en vrac’ de Razor-QT.

J’ai donc voulu montrer ce nouvel environnement en action. J’ai simplement installé une machine ArchLinux avec xorg, openbox, clementine (pour l’audio), Abiword et Gnumeric (pour la bureautique), qupzilla pour la navigation internet. J’ai aussi installé le thème tango-icon-theme pour avoir quelque chose de sympa.

L’installation de razor-qt se fait en compilant le paquet proposé sur AUR, et pour qupzilla, il faut passer par le paquet qupzilla-git. Enfin, j’ai utilisé lxdm pour l’ouverture de session. Et il suffit de choisir le gestionnaire de fenêtre à utiliser lors du premier démarrage, même si on peut le modifier par la suite.

Choix du gestionnaire de fenêtre dans Razor-QT

La vidéo est très courte, car il n’y a pas grand chose à montrer pour le moment. C’est un environnement sympathique, assez versatile coté gestionnaire de fenêtre utilisé.

L’ensemble fait penser à lxde, quoique le projet lxde soit plus avancé en terme d’outils disponible. Un projet à suivre de près, donc, car il est une option pour les personnes ayant des vieilles machines et n’appréciant pas le projet lxde.

En vrac’ rapide, plus ou moins libre.

Quelques liens.

Bonne soirée !

Mozilla Firefox 9.0 est mort… Vive Mozilla Firefox 9.0.1 :)

Fouinant ce matin le serveur ftp de mozilla.org, j’ai pu voir la présence d’un répertoire marqué http://releases.mozilla.org/pub/mozilla.org/firefox/releases/9.0.1/.

Tiens donc. Etrange. J’ai donc décidé de trouver l’information qui justifie une nouvelle publication.

J’ai donc été sur le dépot mercurial de la Fondation Mozilla, plus précisément ici : http://hg.mozilla.org/releases/mozilla-release/

J’ai pu lire alors ceci juste avant l’annonce de la montée en version automatisée du code vers la 9.0.1

Olli Pettay – backout Bug 708572, a=akeybl, CLOSED TREE

Traduction :

Olli Pettay – retrait du Bug 708572, a=akeybl, ARBRE CLOS

Le bug en question est assez cryptique au niveau du titre, car j’avoue que cela dépasse mes faiblissimes connaissances en programmation informatique :

Consider backing out bug 335998 from Beta/FF9

Ce qu’on peut traduire par quelque chose comme : « Envisagons le retrait du bug 335998 de la Beta/FF9 ».

Cela concerne un composant du DOM, donc quelque chose que l’utilisateur lambda ne voit pas directement. C’est vraiment le genre de mise à niveau très mineure (sauf pour les développeurs web), un peu à l’image des versions 7.0.1 ou 8.0.1.

En tout cas, on peut récupérer la version 9.0.1 directement depuis le site officiel de Mozilla, ou encore son site miroir européen. Pour les utilisateurs de distributions Linux, je pense que la mise à jour sera proposée dans les dépots d’ici noël 🙂

SalixOS 13.37… La slackware pour les humains ayant quelques notions d’informatique :)

J’avais testé pour noël 2009 la version 13.0.2 de la SalixOS.

Deux ans – à quelques jours près – sont passés, j’ai donc voulu voir l’évolution de cette distribution dérivée d’une des plus anciennes distributions survivante des tous débuts de l’aventure linuxienne.

J’ai donc récupéré l’image ISO de la version xfce 64 bits, mais il existe aussi des versions plus ou moins g33k3sques : KDE, fluxbox et pour les plus fanatiques du minimalisme, avec RatPoison.

J’ai donc lancé mon environnement habituel, puis l’installation a commencé.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=34359738368 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom salix64-xfce-13.37.iso -boot order=cd &

Nul besoin d’avoir un installateur avec des beaux boutons arrondis ou un diaporama de fonctionnalité. C’est le genre d’outils que l’on ne voit que rarement lors d’une utilisation d’une distribution gnu/linux, sauf si l’on est adepte du « distro hopping ».

Continuer la lecture de « SalixOS 13.37… La slackware pour les humains ayant quelques notions d’informatique 🙂 »

Vector Linux 7.0 : oh, une distribution qui n’est pas basée sur Ubuntu Linux ;)

J’ai déjà eu l’occasion de parler de distributions qui était basée sur la Slackware linux.

Par exemple la Salix (en décembre… 2009) ou encore la ZenWalk Linux (en avril 2010).

Les distributions qui se basent sur autre chose qu’Ubuntu sont loin d’être ultra nombreuses.

Même si j’ai eu l’occasion d’en tester depuis le début du mois Viperr (basée sur la Fedora 16) ou encore la Semplice (basée sur la Debian), avoir une distribution basée sur une Slackware ou une Debian GNU/Linux, cela fait plaisir. C’est le cas de la Vector Linux, un mélange de Slackware et de Xfce.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-vector.img 32GFormatting 'disk-vector.img', fmt=qed size=34359738368 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm32 -hda disk-vector.img -cdrom VL7.0-STD-GOLD.iso -boot order=cd &

L’installation se lance automatiquement et est assez simple, bien qu’étant en anglais. Il suffit de cliquer sur deux ou trois cases de temps à autre, ou de choisir parmi des options. Les captures d’écran qui suivent montrent les principales étapes de l’installation.

Continuer la lecture de « Vector Linux 7.0 : oh, une distribution qui n’est pas basée sur Ubuntu Linux 😉 »

Les logiciels qui ont souffert en 2011… Bilan de mes « prédictions ».

En janvier 2011, j’avais joué mon petit voyant, en exprimant mon ressenti par rapport aux logiciels que je sentais mal parti pour cette année 2011.

Commençons par le commencement. Internet Explorer. Même si Microsoft a déclaré qu’à partir de début 2012, les Internet Explorer installés migreront vers la dernière version disponible pour chaque OS – on peut donc s’attendre à une explosion d’Internet Explorer 8 pour la base de MS-Windows XP encore installée (soit environ 45% du marché, seulement 13 points de plus que MS-Windows 7 sorti il y a déjà deux ans), Internet Explorer 9 est quant à lui pas si répandu que cela.

Internet Explorer 8 est encore à 28% de part de marché (à cause de la base de Windows XP installée) et Internet Explorer 9 seulement à… 10%… A 4 points derrière… Chromium (alias Google Chrome pour le grand public) 15.0…

10% pour IE9 ? Et uniquement 53% pour toutes les versions d’IE confondues… Ca sent vraiment la fin de règne calamiteuse pour celui qui fut il y a moins d’une décennie maitre incontesté de la toile…

Ma deuxième prédiction concernait le duel LibreOffice / OpenOffice. Je déclarais à l’époque :

« Autre logiciel qui va souffrir : OpenOffice.org. Alors que la version 3.3 se traine dans une 8ième version RC depuis le 17 decembre, LibreOffice est en version 3.3 rc2 en route vers la version 3.3 finale. A noté que les deux RCs sont arrivées en moins de 3 semaines. (RC1 : 5 décembre, rc2 : 23 décembre).

Et les annonces sont en faveur de LibreOffice : Canonical (Ubuntu) annonce que ce sera la suite bureautique par défaut, et c’est déjà le cas pour les préversions de la OpenSuSE 11.4 qui sortira aux alentours du 10 mars prochain… La milestone 5 propose LibreOffice… »

La messe est dite. Comme l’a si bien souligné Cyrille dans un article écrit à l’acide nitrique :

Une libération de ce type n’est pas sans faire penser à OpenOffice donné à la fondation apache après le bide pris par Oracle dans les tentatives de vente de licences commerciales de la suite bureautique.

La libération en question ? Celle de WebOS. Et la mise sous perfusion à la Fondation Apache ne risque pas de changer grand chose

Enfin, parlons du duo / duel Mandriva – Mageïa. Bon, j’avoue que je me suis trompé sur la vitalité de Mageïa. La deuxième alpha du projet communautaire est sortie récemment, même si elle plante dans les grandes largeurs dans une machine virtuelle qemu… Pour une version alpha, c’est normal.

Sinon, les deux distributions sont au coude à coude dans le classement de distrowatch, qu’il vaut ce qu’il vaut. Mandriva, 10ième, sur les 6 derniers mois avec 696 pages vues par jour. Mageïa ? 11ième, sur les 6 derniers mois avec 689 pages vues par jour.

Cependant, je pense qu’une des deux ne passera pas le cap de la Saint Sylvestre 2012… On verra bien. Mais les deux sont perdantes, car loin derrière le reste du top 10…

Dans un prochain billet, je ferais mes prédictions 2012… Ben ouais, le résultat ne peut pas être pire que les prévisions des instituts de sondages qui vont se viander lamentablement en avril prochain…

Frugalware 1.6 pre2… Ca au moins, c’est de la bonne version de développement.

La Frugalware Linux 1.6, nom de code Fermus, en est à son étape pre2.  Avec mon Archlinux, ce sont mes deux distributions préférées. Dimanche après-midi en fouinant sur les miroirs de la distribution, j’ai vu dans le répertoire frugalware-testing-iso quelque chose d’intéressant. L’iso de la pre2 avant l’annonce officielle.

J’ai fait alors chauffer mon wget… Cependant, à cause d’ennuis expliqué plus bas, l’article a pris plus de temps que prévu… Et Devil505 a envoyé en ligne l’annonce de la sortie de la version pre2.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://www7.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-testing-iso/frugalware-1.6pre2-i686-net.iso
–2011-12-18 16:32:31– http://www7.frugalware.org/pub/frugalware/frugalware-testing-iso/frugalware-1.6pre2-i686-net.iso
Résolution de www7.frugalware.org… 88.191.250.131
Connexion vers www7.frugalware.org|88.191.250.131|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 185597952 (177M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «frugalware-1.6pre2-i686-net.iso»

100%[======================================>] 185 597 952 1,58M/s ds 2m 2s

2011-12-18 16:34:33 (1,45 MB/s) – «frugalware-1.6pre2-i686-net.iso» sauvegardé [185597952/185597952]

J’ai donc fait une environnement habituel de test, et j’ai lancé l’ensemble.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-frug.img 32G
Formatting 'disk-frug.img', fmt=qed size=34359738368 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-frug.img -cdrom frugalware-1.6pre2-i686-net.iso -boot order=cd &

J’ai vu la présence d’une ligne GUI dans les choix de départ… L’outil fwife développé par Elentir ?

J’en avais déjà parlé il y a pas mal de temps, et j’ai voulu voir les évolutions de l’outil.

Continuer la lecture de « Frugalware 1.6 pre2… Ca au moins, c’est de la bonne version de développement. »

Se faire son propre environnement léger avec Archlinux et Openbox.

C’est après avoir testé l’excellent Viperr que j’ai voulu faire cet article. L’environnement obtenu à la fin n’est nullement fignolé au point de ce qu’on peut avoir avec Viperr. C’est juste une volonté d’amuser avec Openbox et les outils. Car c’est le coté bricolage personnalisé qui m’a branché ici, et surtout la volonté d’expérimenter un peu.

Je tiens à remercier Alexandre Singh alias DarthWound pour ses conseils durant cette expérience. Et surtout, encore un énorme merci pour la version remixée de la Fedora 16.

Je suis donc partie d’une machine virtuelle ArchLinux 64 bits à jour, et j’ai installé les logiciels suivants, liste non exhaustive bien entendu :

  • Internet : Mozilla Firefox
  • Bureautique : LibreOffice, cups (et ghoscript avec foomatic-db)
  • Graphisme : Gimp, XSane, scrot pour les captures d’écran
  • Multimédia : VLC, QuodLibet et xfburn
  • Gestionnaire de fichiers : Thunar et son extension thunar-volman
  • Emulateur de terminal : terminator
  • Accessoires : xarchiver, galculator, xscreensaver, gmrun (pour avoir un menu de lancement comme ce qu’on a le raccourci Alt-F2 dans la plupart des environnements classique.

Etant donné que durant la préparation de l’article, j’ai pas mal galéré, ce qui suit est la version propre de mes manipulations. Pour l’installation des logiciels comme Openbox, le wiki d’Archlinux est comme d’habitude est une source inépuisable.

Continuer la lecture de « Se faire son propre environnement léger avec Archlinux et Openbox. »

Viperr 1.0 : quand Fedora Linux rencontre Openbox.

Parfois, quand je recherche des distributions à présenter et à tester, on peut tomber sur de très bonnes surprises comme sur de très mauvaises, comme ce fut le cas récemment avec PearOS 3.0.

J’ai fait une série de billets récemment sur des distributions proposant Openbox car j’avoue que si j’ai passé une période creuse avec ce gestionnaire de fenêtre, je recommence à m’y intéresser.

J’ai donc décidé de voir ce que Viperr, un remix de la Fedora Linux avec Openbox proposé par Alexandre Singh alias Darthwound a dans le ventre. La distribution est disponible aussi bien en anglais qu’en français, en 32 qu’en 64 bits.

J’ai donc pris l’iso française 64 bits, et j’ai lancé mon environnement habituel.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=34359738368 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Viperr-1-64FR.iso -boot order=cd &

Une fois l’environnement lancé, on a une interface minimaliste, léchée, avec l’ensemble des raccourcis clavier, et une barre de tâche en bas, minimaliste. On sent une volonté d’intrusion et de bling-bling minimisée au maximum. Une flèche à coté de l’heure permet de cacher les icones du réseau et du réglage du volume.

Il faut préciser que l’auteur de cette version remixée de Fedora est aussi un administrateur du site francophone de la distribution CrunchBang… Et c’est une très bonne distribution 🙂

Cependant, le bling-bling existe ici aussi et proposé un effet d’ombre sympathique sous les fenêtres. L’installateur est Anaconda, simple, mais qui fait son travail, que demander de plus ? 😉

Continuer la lecture de « Viperr 1.0 : quand Fedora Linux rencontre Openbox. »

Bilan de 2011 pour Archlinux.

L’année 2011 est bientôt finie, et comme pour d’autres distributions, cette année aura été riche en évènement. Et c’est aussi un article clin d’oeil au diablotin, célèbre mainteneur de la distribution Frugalware Linux qui est une de mes distributions chouchoute 🙂

Le plus important, c’est la sortie de plusieurs ISO d’installation non officielles et une ISO officielle très attendue, en août dernier.

Il faut dire l’ISO précédente datait de plus d’an, de mai 2010. Et vu l’évolution rapide du projet, autant dire que cela faisait une petite éternité.

Coté grand évènement, c’est l’arrivée sur le dépot testing – et l’année prochaine sur la version stable – d’un pacman qui gère les signatures de paquets.

Et parmi les autres évolutions de 2011 ? La gestion automatisée des modules ainsi qu’une gestion différente de leur mise sur liste noire, est celle qui me vient à l’esprit.

Ce qui m’a fait aussi plaisir, c’est la transition sans encombre vers le noyau linux 3.0, ou encore la possibilité de voir arriver la nouvelle génération de Gnome, génération décriée à cause de son ergonomie complètement différente par rapport à la génération précédente qui avait vu le jour en 2002.

Ce qui a marqué l’année, c’est aussi la popularité croissante d’Archlinux. Et même si ces statistiques ne valent pas grand chose, sur les 12 derniers mois, Archlinux est à la 6ième place du top de pages vues quotidiennement sur Distrowatch, contre 9ième un an plus tôt.

D’ailleurs, le nombre de distributions dérivées d’Archlinux ne cesse de croitre (liste non exhaustive), même si on est loin de ce qui se passe avec Ubuntu…

Espérons que 2012 soit une grande année pour les distributions rolling release, aussi bien pour ArchLinux adorée que pour ma chouchoute, la Frugalware Linux.