WindowMaker… Quand l’interface de NeXT est reprise par le logiciel libre.

Quand j’ai commencé à tâter du logiciel libre et du linux, c’était en 1996. Une interface qui avait pas mal de succès entre 1996 et 2002-2003, c’était WindowMaker.

Inspiré par l’interface de la deuxième boite de Steve Jobs, NeXT, WindowMaker reprend les bases de NeXTStep, qui était la surcouche graphique d’un noyau mach et d’un userland BSD… Tout comme un certain MacOS-X depuis plus d’une dizaine d’années maintenant.

Mais fermons cette parenthèse historique. Durant de longues années, WindowMaker est resté « inactif », et puis, il y a environ 2 ans, le projet est reparti, sous le nom de WindowsMaker-crm.

J’ai donc récupéré l’image ISO de la Archlinux en 64 bits, et j’ai suivi les recommandations du Wiki pour installer une version de développement de WindowMaker-crm.

J’ai rajouté quelques outils en me basant sur les suggestions d’un des auteurs de la distribution ArchBang. Car contrairement à un Gnome, un KDE ou encore un Xfce, WindowMaker ne propose que les bases. A l’utilisateur de rajouter les outils qu’il veut rajouter par la suite.

Des outils comme leafpad, ou encore PcManFM.

J’ai fait une petite vidéo de la version en cours de développement de WindowMaker. J’ai utilisé aussi VLC, Midori, Abiword et Gnumeric.

Ce qui est agréable, modulo le fait que c’est encore une version incomplète, c’est que tout peut se configurer à la souris. Avec quelques effets spéciaux typiquement années 1980 quand on enlève une application du dock de droite.

La vidéo parle pour elle même. Bon, je me suis limité au strict minimum pour le lancement de WindowMaker, en utilisant le bon vieux startx. Mais le plus important, c’est l’interface en action, pas le moyen de la lancer.

Gwibber 3.2.0.1 sur Archlinux… C’est possible !

La dernière fois que j’avais eu un Gwibber fonctionnel, cela remonte à la première version de développement de Gwibber 3.2, la 3.1.0. En gros, il y a 3 mois environ

Depuis, j’avais un peu laissé tomber le microblogging, par manque d’intérêt, puis par une utilisation un peu intensive du réseau social de Google.

Ce matin, j’ai été sur AUR, et j’ai vu le paquet Gwibber 3.2.0.1… Je me suis dit : pourquoi pas ?

J’ai donc récupéré le paquet avec un petit :


yaourt -G gwibber

Et c’est là que les ennuis ont commencé. Car pas moins de 2 dépendances disponibles sur AUR sont à installer : j’ai nommé dee et gtkspell3.

Bon, après avoir rapatrié, fait compiler et installé les dépendances, tout allait bien, jusqu’à ce que… patatras… La version du compilateur Vala (nécessaire pour compiler le logiciel) est trop jeune.

Il a fallu que j’installe temporairement vala 0.12.1, récupéré via le site Archlinux Rollback Machine.
Après avoir installé la dépendance, je me suis dit : « Super, maintenant ça va compiler pour de bon. » Et j’aurais mieux fait de me fermer ma grande…

Une erreur est apparue, me bloquant la compilation :


sed: cannot read client/Makefile: no such file or directory

J’ai donc commenté la ligne contenant la commande sed en question, et ouf, la compilation s’est bien passée.

J’avoue que le look du nouveau gwibber est sympathique. Le seul problème, c’est que la boite de saisie de message est masquée par défaut.

Enfin, une capture d’écran est quand même plus parlante que 15 lignes de blabla 🙂

gwibber 3.2.0.1 sous Archlinux... Ben oui !

Fedora 16 beta : un aperçu d’un grand cru ?

En lisant sur distrowatch l’annonce de la publication de la version beta de la Fedora 16, j’ai sauté sur l’occasion pour la récupérer, via mon navigateur internet – pour une fois. Puis, j’ai lancé l’installation dans une machine VirtualBox… pour avoir l’accélération 3D nécessaire pour Gnome-Shell.

J’ai commencé cet article (ou du moins les captures d’écrans et autres manipulations nécessaires aux alentours de 23 h 45 le 4 octobre).

Dès le démarrage, on voit une différence : le menu de démarrage est austère, et pour cause : grub2 (qui est une sacrée galère à installer sur Archlinux) a pris le relais du bon vieux grub graphique.

Ensuite, on arrive sur un Gnome 3.1.91 (ou 3.1.92 ?) en mode restreint. L’installation est comme d’habitude nasodigitale, et après un premier redémarrage et la configuration d’un compte utilisateur, on se retrouve dans gnome. La première chose que j’ai faite : mettre à jour le système… Plus de 260 Mo m’attendait.

Continuer la lecture de « Fedora 16 beta : un aperçu d’un grand cru ? »

Unity – Gnome Shell, deux interfaces pour un seul but ?

Dans le but de faire un article comparatif, j’ai récupéré une iso 64 bits post-béta 2 d’Ubuntu 11.10. La capture d’écran ci-dessous montre la date de récupération. Cela évitera toute polémique sur ce plan précis.

Récupération d'une ISO d'Ubuntu 11.10 post beta 2

J’ai ensuite directement lancé l’installation de la Ubuntu 11.10 dans une machine virtuelle VirtualBox. Une fois l’ensemble installé, j’ai lancé par 3 fois (on n’est jamais trop prudent) la vérification de présence de mises à jour.

Donc, à moins de tomber sur un miroir pas à jour (j’ai utilisé le miroir francophone officiel), la version de Unity proposée est à jour.

Aucune mise à jour disponible

Sous Unity, on trouve à la fois des outils de Gnome 3.2 (comme Nautilus ou le centre de controle), mais aussi des restes de Gnome 3.0, par exemple le terminal.

Nautilus 3.2 et Gnome-terminal 3.0 ?

J’ai pu noté avec intérêt la présence de Deja Dup (un outil de sauvegarde présent depuis la Fedora Linux 13).

Autre point intéressant, c’est que le dash se décale quand on déplace une fenêtre sur le coté. Cela me fait penser alors à la vue par défaut en mode « Applications » du Gnome-Shell.

Continuer la lecture de « Unity – Gnome Shell, deux interfaces pour un seul but ? »

6 mois de Gnome 3.x : mon bilan utilisateur.

Il y a 6 mois de cela – même un peu plus, j’ai installé Gnome 3.0 depuis le dépot [gnome-unstable] à l’époque de la version RC – j’ai commencé à utiliser l’interface Gnome Shell.

Le changement depuis l’interface classique du Gnome 2.x était complet. On cherche en vain durant quelques heures des fonctions comme le clic droit sur le fond d’écran pour changer le papier peint, mais on finit par s’y habituer rapidement. Il est vrai que la nouvelle interface des paramètres systèmes est vraiment bien conçue.

Il est vrai qu’avoir un bureau vide, cela est déroutant au début. Quand on vient de Gnome 2.32, ne plus avoir une icone pour aller directement aux documents, une autre pour la musique, une troisième pour les images, c’est effrayant.

Cependant, la barre d’activité contient la plupart des informations nécessaires : la date et l’heure, gérer le réseau, le son, fermer sa session, se déconnecter, ou encore se mettre en mode déconnecté par rapport aux réseaux de messagerie instantané.

Un autre point ennuyeux – et qui est résolu par l’utilisation de gnome-tweak-tool – c’est l’absence d’un bouton pour minimiser les fenêtres.

Pour moi Gnome Shell, c’est surtout la volonté de vouloir avoir un environnement simple permettant à l’utilisateur de se concentrer sur ses tâches. L’absence d’une barre d’état – pratique pour jongler entre les différentes fenêtres – est parfois une source distraction, surtout quand on a lancé un peu trop d’applications et que s’y retrouver tiens de la gageure.

Alors que si j’ai besoin d’avoir une fenêtre de navigateur ouverte pour des recherches tandis que je rédige un article dans gedit – pas besoin de LibreOffice dans ce cas – je peux mettre le navigateur dans un nouvel écran virtuel.

En ce moment, capture d’écran qui suit, voici mon environnement gnome-shell 3.2… Le fond d’écran, c’est un de ceux de « Year Zero Remixed ».

gnome shell en mode activité

Un autre point que j’apprécie, c’est le « dock » à gauche. C’est tellement pratique, surtout qu’il se planque quand on en a pas besoin. J’y ai mis toutes les applications que j’utilise quotidiennement ou presque. Et si j’ai besoin d’une autre ?

Alt+f1 ou touche super (la plus souvent la touche windows, pour une fois qu’elle sert !), je clique sur la zone de recherche, et en quelques instants, j’y ai accès. Capture d’écran ci-après avec comme exemple epiphany, le navigateur de base de gnome. Il m’a suffit de taper epi, et boum, j’ai le logiciel en question.

recherche d'applications sous gnome 3.2

Ce que j’apprécie, c’est le gain d’espace. Un point que j’ai longtemps trouvé ennuyeux – et qui a été résolu avec Gnome 3.2 – c’est l’absence de notification quand un disque dur externe, un CD, un DVD ou une carte mémoire était branchée. C’était directement nautilus qui était ouvert, sans autre forme de procès. Désormais avec l’annonce de la connexion une fenêtre d’info apparait, fenêtre qui permet aussi l’éjection propre en cas de besoin.

Jongler avec les applications se fait avec un simple alt-tab. D’ailleurs j’ai remarqué que les applications sur différents bureaux sont séparés par des barres verticales. Ce qui est sympathique. Et le changement se fait de manière transparente que l’application soit sur le même bureau ou sur un autre.

alt-tab sous gnome 3.2

J’avoue que j’apprécie la philosophie du nouveau bureau de Gnome, après une période d’adaptation d’une ou deux journée. Il me serait difficile de revenir à une interface comme celle de Gnome 2.

Gnome Shell est une interface facile à apprendre, pour peu qu’on y consacre une journée.

Les seuls manques ? L’absence d’une application qui donne la météo, et l’obligation – en attendant que l’extension refonctionne – d’utiliser la touche alt en cliquant sur le nom d’utilisateur pour éteindre la machine au lieu de la mettre en veille.

Gnome 3.2 en action sous Archlinux.

Bien que Gnome 3.2 sorte officiellement demain, 28 septembre, Ionut Biru qui s’occupe de maintenir l’environnement sur Archlinux a profité de la disponibilité des sources pour empaqueter l’ensemble de l’environnement, même si au moment où j’écris cet article, il manque un gros morceau : les jeux 🙂

J’ai utilisé mon ordinateur portable pour faire une petite vidéo (dont une partie un peu plus interactive) pour montrer un petit peu l’environnement Gnome 3.2 en action. Oui, j’ai un peu utilisé gnome-tweak-tool pour avoir le bouton de réduction de fenêtre et les icones dans les menus 🙂

Le seul hic, c’est que Tracker n’avait pas indexé mes données sur le disque dur du portable, donc cette partie n’a pas été des plus « victorieuses ».

Je tiens à dire que je suis très content pour un point précis. J’avais précisé dans un article précédent que j’avais rapporté un bug assez ennuyeux qui entrainait facilement des plantages et redémarrages de Gnome Shell.

En lisant les notes de modification du paquet gnome-shell pour sa version 3.2, on peut lire entre autres choses :

Fix a crash that could happen during CSS transitions [Florian; #659676]

Il se trouve que c’est le bug que j’ai rapporté suite aux nombreux plantages que j’avais connu. Cela m’a fait chaud au cœur de voir ce que j’avais connu comme problème ne serait plus un problème. C’est cela aussi, contribuer au logiciel libre.

Je rédigerais bientôt un article sur mes 6 mois d’utilisation de Gnome Shell. Et oui, j’utilise Gnome Shell depuis sa sortie, en mars dernier, et au bout de 6 mois, un billet serait intéressant à rédiger !

1500ième billet déjà… Et bientôt 6 ans.

Ce 1500ième billet arrive 3 jours avant le 6ième anniversaire du blog, né le 28 septembre 2005. Mais j’y reviendrais mercredi prochain.

1500 billets en près de 6 ans !1500 billets sur 6 ans, cela fait environ 250 billets par an, 5 par semaine.

Sur les quasiment 6 ans du blog, j’ai utilisé : Apple MacOS-X Tiger (et oui, j’ai honte avec le recul), puis ubuntu à l’époque de la 6.06 que j’avais installé à l’époque de la béta jusqu’à la version 7.10 de la distribution de Canonical, puis un premier passage sous Archlinux puis un retour sur Ubuntu à l’époque de la 8.04 pour y rester un peu plus d’une année et la quitter de nouveau pour Archlinux sous laquelle je suis resté avec deux passages plus ou moins long sous la Frugalware Linux, le premier étant de deux mois, le second plus court.

Mais si Archlinux me convient pour le moment, ce ne sera peut-être pas le cas d’ici 6 mois ou un an. Et même si cela choque, il n’y a aucune distribution parfaite, aucune qui ne soit l’alpha et l’omega dans son domaine.

Mais je n’ai pas uniquement parlé d’informatique. J’ai eu de nombreux coups de gueules sur DADVSI, HADOPI.

La musique et la culture fait parti de ce blog, même si « La culture, c’est comme la confiture, moins en a plus on l’étale » (Françoise Sagan ou Pierre Desproges ?)

Il m’aura fallu environ 20 mois pour passer de 1000 à 1500 billets. Rendez-vous dans 20 mois pour le 2000ième billet ?

Pas besoin d’Adobe Flash ou presque :)

Alors que la version 11 du plus célèbre des greffons devrait sortir (la version RC est déjà disponible depuis quelques temps), voici quelques sites (liste qui est tout sauf exhaustive) qui utilise à fond html5, webgl, les CSS ou encore le SVG pour nous en mettre plein la vue.

Et encore je n’ai pris que les premiers liens qui me sont venus à l’esprit.

Il y en a bien d’autres. Si un titre aussi connu qu’Angry Birds peut être disponible dans une version non Flash, cela laisse de l’espoir pour la suite, même s’il est encore très mince, vu l’omniprésence d’Adobe Flash pour tout et n’importe quoi de nos jours.

En vrac’ rapide et libre.

La fin de semaine approchant… 🙂

Google Plus officiellement ouvert : maintenant, on pourra comparer avec Facebook

Alors que certains noms du domaine du web 2.0 ne cessent d’annoncer la mort du réseau de google (en oubliant son coté « béta privée »), et de se gargariser des 83% de comptes inactifs, voici que Google tape du point sur la table.

Désormais, les inscriptions sont libres, comme sur le réseau social de référence qui semble avoir un peu peur de ce nouvel arrivant qui est épaulé par l’un des géants du web.

Vous pouvez désormais voir à quoi ressemble le réseau social de Google, et comparer.

J’avais encore un compte Facebook, mais il est dormant depuis des semaines. Je pense que je détruirais mon compte Facebook d’ici un mois ou deux.

Car les kikoolol qui pollue Facebook avec des jeux à la con, ça va 5 minutes hein…

Répètez après moi : dans gnome-unstable, il y a unstable.

Derrière ce titre qui doit évoquer quelques souvenirs aux collégiens qui ont appris l’anglais dans les années 1980, je voudrais parler de la courte mésaventure qui m’est arrivée hier aux alentours de 23 h 30.

Alors que Gnome 3.2 RC commence à pointer le bout de son nez, j’ai effectué – accidentellement – une mise à jour incomplète. En effet, des composants de l’affichage du Gnome Shell (et donc de GDM à partir de Gnome 3.2) était « cassé ». En effet, clutter avait été mis à jour, mais ni mutter et ni Gnome Shell.

Ayant eu la mauvaise idée de fermer la session avant l’arrivée d’une version à jour de mutter et de Gnome Shell – l’info m’ayant été fourni par Ionut Biru sur les forums d’Archlinux – j’ai réussi à sauver la mise. Par prudence, j’ai toujours un support d’installation d’Archlinux, en l’occurence un CD-RW avec la dernière ISO en date dessus.

J’ai donc redémarré sur le CD-RW, et quand j’ai eu la main, j’ai chargé le clavier francophone azerty (oui, je sais, bépo est mieux), et j’ai monté ma partition racine (root ou /) que j’ai laissée non chiffrée.

Voici donc la série de ligne de commandes que j’ai utilisé :

mkdir /mnt/root
mount /dev/sda4 /mnt/root
cd /mnt/root/etc
nano rc.conf

J’ai ensuite désactivé le lancement automatique de gdm, puis j’ai relancé la machine, et lancé en root :

yaourt -Syu

Une fois les paquets mis à jour, j’ai pu lancé gdm avec un petit :

/etc/rc.d/gdm start

Une fois Gnome lancé, j’ai pu réactiver le lancement de gdm. Moralité ?

  1. Quant clutter est mis à jour, attendre que mutter et Gnome Shell le soit aussi
  2. Toujours avoir un support d’installation disponible sous la main
  3. Ne pas oublier que Gnome-unstable peut claquer entre les doigts lors des grosses mises à jour

Après tout, on apprend plus de ses échecs que de ses réussites, non ?

Maintenant qu’Acid3 est de l’histoire ancienne, vive la branlette de neurones avec html5test ! Première partie.

La dernière fois que j’ai parlé du test html5, c’était il y a… 15 mois.

A l’époque, j’avais utilisé Chromium 6, Epiphany 2.30.2, Mozilla Firefox 3.7 pré-alpha6. A l’époque le test comptait 300 points. Au moment où je rédige cet article, il est monté à 450 points.

Dans cette première partie, je vais parler des résultats de :

Un deuxième article sera consacré à Internet Explorer 9, Opera et Safari, les trois sous MS Windows 7 (récupéré depuis un DVD de sauvegarde de ma machine actuelle) sous VirtualBox.

Continuer la lecture de « Maintenant qu’Acid3 est de l’histoire ancienne, vive la branlette de neurones avec html5test ! Première partie. »

Tiens, 100/100 à Acid3 pour les navigateurs modernes ? ;)

La première fois que j’ai parlé du test acid3, c’était en… mars 2008. Etant abonné au bug qui gère le suivi des normes utilisées par le test acid3, à savoir le bug 410460, j’ai pu lire un commentaire de Lars Gunther qui annonce que le test est passé entièrement désormais, suite à quelques modifications intrinsèques au test en lui-même.

Un article posté sur Google Plus par Ian Hickson (vous savez le réseau qui monte même s’il est encore en béta fermée) donne des explications complémentaires.

N’ayant pas le dernier Mozilla Firefox stable sur ma machine (le 6.0.2 au moment où je rédige cet article, j’ai fait une capture d’écran avec une version compilée maison du code en « alpha ».

Ca fait plaisir finalement de voir cela 🙂

Avoir un aperçu rapide de fichier avec Gnome 3.2 ? C’est vraiment sans souci…

Alors que la version béta 2 de Gnome 3.2 a été officiellement annoncée et que Ionut Biru a annoncé officiellement que l’on peut utiliser le dépot gnome-unstable, j’ai voulu montrer un « gadget » bien pratique intégré au futur Gnome 3.2, j’ai nommé SuShi.

Cet outil d’aperçu rapide permet d’ouvrir des fichiers sans lancer la grande artillerie (visionneur d’image, de pdf, lecteur vidéo, etc.) Il suffit de cliquer sur le fichier puis d’appuyer sur la barre espace.

Mais le plus simple, c’est une vidéo de SuShi en action 🙂

Sympa, non ? Et pour mémoire, les infos techniques du paquet sushi…

[fred@fredo-arch ~]$ pacman -Si sushi
Dépôt : gnome-unstable
Nom : sushi
Version : 0.1.90-1
URL : http://www.gnome.org
Licences : GPL2
Groupes : gnome-extra
Fournit : —
Dépend de : clutter-gtk clutter-gst gjs libmusicbrainz3
libwebkit3 gtksourceview3 evince
Dépendances opt. : —
Est en conflit avec : —
Remplace : —
Taille (à télécharger): 43,09 K
Taille (installé) : 316,00 K
Paqueteur : Ionut Biru
Architecture : x86_64
Compilé le : lun. 05 sept. 2011 14:50:47 CEST
somme MD5 : 69e9367239f3be07aadf770e318c93b4
Description : A quick previewer for Nautilus

J’ai comme l’impression que Gnome 3.2 sera un grand cru lors de sa sortie à la fin du mois.

HP et sa tablette à 99$ / 99€ : la fin des tablettes chères ?

Depuis que HP a annoncé en fanfare qu’il se recentrait sur son coeur de métier (imprimantes, scanner et compagnie), sa division tablette solde les stocks en les vendant à un prix plus qu’intéressant : à partir de 99$ / 99€…

Il n’est pas difficile d’imaginer la ruée sur les tablettes en question.

Mais surtout, cela a montré, « un peu à l’absurde », que les tablettes sont vendues largement plus chères que leur vrai coût, par exemple avec la tablette phare, l’iPad 2, vendu à 489€ en entrée de gamme… Et qu’elle ne revient qu’à 326$, soit 228,49€ au moment où je rédige cette article. En dehors du logiciel, qui ne doit pas couter quand même autant, voire plus que le matériel en lui-même… Du moins, faut espérer…

Et pour 489€, on a souvent un bon portable – donc avec un clavier – chose qui manque cruellement à une tablette.

Comme l’a mentionné Cyrille Borne dans un de ses excellents articles, si les tablettes sont à la mode, elles sont largement inférieur à un portable, ne serait que par l’absence de clavier, de souris. Car le tout tactile, c’est bien beau, mais cela a ses limites. Faire une lettre sur un écran tactile, je n’imagine pas le temps que cela doit prendre.

Je pense que sur certains plans, mon vieux portable de près de 3 ans (un Acer 5520, 3 Go de mémoire, 160Go de disque) doit être plus puissant qu’un iPad, ne serait que coté capacité de stockage.

Les tablettes ? Un gadget pour les personnes allergiques aux claviers et autres souris. Bref, un marché de niche qui reproduira celui des netbooks qui sont vraiment trop chers pour leur puissance…