En vrac’ rapide et libre avant le week-end.

Comme le week-end approche, un petit en vrac’ se justifie.

C’est tout pour aujourd’hui. Bon week-end

Mozilla Firefox 4.0b5pre : encore du progrès ?

Il y a une quinzaine de jours, je parlais d’une préversion de la 4ième béta de Mozilla Firefox 4.0. Désormais, on peut penser que la 4ième béta ne saurait tarder, étant donné que l’identifiant est le suivant :

Build identifier: Mozilla/5.0 (X11; Linux x86_64; rv:2.0b5pre) Gecko/20100819 Minefield/4.0b5pre

Coté test, n’ayant pas encore eu l’occasion de tester sunspider, je ne ferais que citer les chiffres brut, en faisant une différence entre les deux versions, séparées de 15 jours. La version de Minefield a été compilée environ 15 minutes avant la publication de l’article :

html5test.com : on arrive à un score de… 214 points… 14 points de mieux, ce qui est franchement pas si mal que cela 🙂

214 points au test html5 - Minefield 4.0b5pre

v8, test de vitesse de javascript : on passe de 1035 à 1114… Une progression de… 8%… Pour info, ma machine est propulsée par un AMD Athlon(tm) II X2 215 Processor (qui tourne de 800 à 2700 Mhz).

1118 points à V8 - Minefield 4.0b5pre

Bon, on est loin des scores d’un Chromium, mais le progrès est présent 😉

Victime de la malédiction de « frugal-amon » ?!

Hier soir, ayant réussi à réparer mon portable – à vrai dire une sorte de feeling m’a dit : tente ta chance et rallumes-le – j’ai voulu remplacer la distribution ArchLinux qui s’y trouvait dessus par une frugalware linux. Pourquoi ? Pour avoir les deux distributions rolling release sur mon matériel informatique.

J’ai donc appliqué la méthode qui – normalement – fonctionne. Installation du strict minimum, et ensuite on rajoute Xorg, le serveur graphique correspondant, etc… Bref, la mise en route en suivant les conseils du wiki de post-installation.

Sauf – et ce doit être encore ma malchance habituelle – je suis tombé sur un bug qui doit être très difficilement reproductible : certains des principaux paquets de Gnome, à savoir libgnome et gnome-vfs mettait jusqu’à 18 minutes pour s’installer…

Selon Bouleetbil sur le canal irc #frugalware.fr, c’était lié à un problème de gconftool-2… Mais pourquoi a-t-il fallu que je tombe dessus lors d’une installation sur une vraie machine alors que le bug n’avait pas pointé le bout de son nez lors de mes tests dans une machine virtuelle qemu, la veille ?

Résultat des courses… Excédés par ce bug – il restait encore quelque chose comme 140 paquets à installer après libgnome – j’ai installé une archlinux dessus…

A croire que je dois avoir un don pour tomber sur ce genre de bug…

Utiliser une version de développement de Gnash avec Archlinux.

Même si la technologie Adobe Flash est une horreur, il faut bien avoir un logiciel pour lire les fichiers flash sur la toile. Du moins, le temps que le html5 prenne son envol.

Comme je l’ai annoncé récemment, gnash qui semble bien mal en point semble continuer à viser l’avenir, et pour se faire, ils viennent de quitter l’outil de suivi de code source Bazaar pour git.

Dans le dépot tiers qu’est le Arch User Repository, on trouve un sacret paquet de versions pour gnash (plus ou moins périmées et / ou obsolètes).

AUR et gnash... Bon courage !

Voulant avoir une version qui utilise git, j’ai donc pris la version gnash-trunk-bzr-1.3, puis ayant recopié une partie du code source du PKGBUILD de vlc-git, je suis arrivé à obtenir un PKGBUILD fonctionnel, que voici ci-dessous :

# Contributor: Carlos Sanchez
# Maintainer for Parabola GNU/Linux: Omar Botta
# Contributor: Frederic Bezies
#
# Based on work made by Carlos Sanchez
#
pkgname=gnash-trunk-git
pkgver=20100813
pkgrel=1
pkgdesc= »Gnash is the GNU SWF Player based on GameSWF. Development version based on git »
arch=(‘i686’ ‘x86_64’)
url= »http://www.gnu.org/software/gnash/ »
license=(‘GPLv3+’)
makedepends=(‘git’ ‘automake’ ‘autoconf’ ‘gettext’ ‘libtool’)
depends=(‘agg’ ‘atk’ ‘libxml2’ ‘curl’ ‘ffmpeg’ ‘boost’ ‘pango’ ‘libxi’ ‘gstreamer0.10’ ‘gstreamer0.10-base’ ‘gstreamer0.10-ffmpeg’ ‘gstreamer0.10-base-plugins’ ‘gstreamer0.10-good-plugins’ ‘gstreamer0.10-bad-plugins’ ‘gstreamer0.10-ugly-plugins’)
provides=(gnash-common gnash-gtk)
conflicts=(gnash-common gnash-gtk gnash-trunk-bzr)
replaces=(gnash-common gnash-gtk)
md5sums=(‘8fdf50aaf01d00ccd9d5aed84abe25ca’)

_gitroot=’git://git.sv.gnu.org/gnash.git’
_gitname=’gnash’
_buildir=${_gitname}-build

build() {
cd ${srcdir}

msg ‘Connecting to GIT server…’

if [ -d ${_gitname} ]; then
cd ${_gitname} && git pull origin
cd ..
else
git clone ${_gitroot}
fi

msg ‘GIT checkout done or server timeout.’

if [ -d ${_buildir} ]; then
msg ‘Cleaning previous build…’
rm -rf ${_buildir}
fi

git clone ${_gitname} ${_buildir}
cd ${_buildir}

msg ‘Generating necessary files…’

chmod +x autogen.sh
./autogen.sh
./configure –prefix=/usr \
–enable-renderer=agg \
–enable-gui=gtk \
–enable-sound=sdl \
–enable-media=gst \
–with-plugindir=/usr/lib/mozilla/plugins \
–disable-kparts3 \
–disable-kparts4 \
–disable-cygnal || return 1

make || return 1

make DESTDIR= »$pkgdir » install || return 1
make DESTDIR= »$pkgdir » install-plugins || return 1
}

J’ai proposé le paquet sous le nom de gnash-trunk-git.

Et voila le résultat, j’ai pris la publicité pour la Renault 21 qui faisait d’énorme clin d’oeil à la série de Patrick McGoohan, « Le Prisonnier ».

Gnash-trunk-git en action :)

Un simple yaourt -S gnash-trunk-git permettra d’installer le logiciel sous Archlinux.

Je pense que c’est assez facilement adaptable pour Frugalware. Faudra juste que j’essaye 🙂

Mozilla Firefox 4.0b4pre : du progrès ;)

Etant donné que l’identifiant est désormais, Mozilla/5.0 (X11; Linux x86_64; rv:2.0b4pre) Gecko/20100804 Minefield/4.0b4pre , ce qui annonce une sortie proche de la 3ième béta de Mozilla Firefox 4.0, j’ai voulu voir le niveau des tests geekiens que sont html5test ou encore le benchmark v8.

200 points au test html5test

v8 benchmark - 1035 points

Ce qui n’est pas si mal que cela, côté progrès, surtout au niveau de l’interprétation du Javascript.

Rajout à 22 h 19 : voici le résultat de SunSpider : 642 ms… Epiphany (basé sur webkit) arrive à 472 ms sur la même machine.

642 ms au test sunspider

De retour en vrac’ :)

Je suis de retour, officiellement, même si j’ai posté quelques billets durant ma période de « repos » officielle.

Il faut dire qu’un déménagement, cela pompe de l’énergie. Et ce qui est le plus ennuyeux, c’est la durée pour transférer une ligne internet d’un point à un autre d’une même ville.

Bref, voici un petit en vrac’ rapide et libre pour reprendre les bonnes habitudes.

  • Fossunet ferme à cause – censure d’une dizaine de jurons bien pensés – de spammeurs… La solution proposée ? GNewBook. A voir 😉

Fin de fossunet :(

C’est tout pour aujourd’hui. J’ai encore des cartons à déballer 🙁

Sabayon Linux 5.3 édition Xfce : tout en légèreté ;)

J’avais déjà parlé (et pas qu’en bien) de la version 5.1 de la Sabayon Linux édition Gnome.

Ayant lu sur distrowatch qu’une édition avec Xfce était disponible pour Sabayon, je l’ai téléchargé.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c ftp://ftp.nluug.nl/pub/os/Linux/distr/sabayonlinux/iso/Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso
–2010-07-21 07:39:27– ftp://ftp.nluug.nl/pub/os/Linux/distr/sabayonlinux/iso/Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso
=> «Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso»
Résolution de ftp.nluug.nl… 192.87.102.42, 192.87.102.43, 2001:610:1:80aa:192:87:102:43, …
Connexion vers ftp.nluug.nl|192.87.102.42|:21…connecté.
Ouverture de session en anonymous…Session établie!
==> SYST … complété. ==> PWD … complété.
==> TYPE I … complété. ==> CWD (1) /pub/os/Linux/distr/sabayonlinux/iso … complété.
==> SIZE Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso … 695560192
==> PASV … complété. ==> RETR Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso … complété.
Longueur: 695560192 (663M) (non certifiée)

100%[======================================>] 695 560 192 535K/s ds 18m 2s

2010-07-21 07:57:30 (628 KB/s) – «Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso» sauvegardé [695560192]

La distribution tient sur un CD. Autant dire qu’elle doit être assez légère sur le plan des logiciels installés. J’ai donc lancé l’installation dans la machine virtuelle habituelle :


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f raw disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=raw size=34359738368
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 correspond à :


alias kvm64='qemu-system-x86_64 -enable-kvm -localtime -soundhw all -k fr -m 1500 -net user -net nic,model=rtl8139'

L’outil d’installation n’est autre qu’Anaconda, autant dire que l’installation se fait « nasodigitalement » 😉

Continuer la lecture de « Sabayon Linux 5.3 édition Xfce : tout en légèreté 😉 »

Mozilla Firefox 4.0 béta 1 pour bientôt ?

Comme chaque matin, j’ai fait recompiler à ma machine un code source de développement de Mozilla Firefox (alias Minefield) mis à jour… Et le numéro de version est assez intéressant…

Oui, c’est bien :

Build identifier: Mozilla/5.0 (X11; U; Linux x86_64; en-US; rv:2.0b2pre) Gecko/20100629 Minefield/4.0b2pre

Autant dire que la version 4.0 béta1 va bientôt arriver. Donc, voici les tests g33k habituels : acid3, html5test et v8 pour tester la vitesse de l’interprétation de JavaScript.

Pour le dernier test, il faut savoir que mon ordinateur est équipé d’un AthlonX2 II 215, dont voici les infos via cat /proc/cpuinfo :

[fred@fredo-arch ~]$ cat /proc/cpuinfo
processor : 0
vendor_id : AuthenticAMD
cpu family : 16
model : 6
model name : AMD Athlon(tm) II X2 215 Processor
stepping : 2
cpu MHz : 800.000
cache size : 512 KB
physical id : 0
siblings : 2
core id : 0
cpu cores : 2
apicid : 0
initial apicid : 0
fpu : yes
fpu_exception : yes
cpuid level : 5
wp : yes
flags : fpu vme de pse tsc msr pae mce cx8 apic sep mtrr pge mca cmov pat pse36 clflush mmx fxsr sse sse2 ht syscall nx mmxext fxsr_opt pdpe1gb rdtscp lm 3dnowext 3dnow constant_tsc rep_good nonstop_tsc extd_apicid pni monitor cx16 popcnt lahf_lm cmp_legacy svm extapic cr8_legacy abm sse4a misalignsse 3dnowprefetch osvw ibs skinit wdt npt lbrv svm_lock nrip_save
bogomips : 5426.71
TLB size : 1024 4K pages
clflush size : 64
cache_alignment : 64
address sizes : 48 bits physical, 48 bits virtual
power management: ts ttp tm stc 100mhzsteps hwpstate

processor : 1
vendor_id : AuthenticAMD
cpu family : 16
model : 6
model name : AMD Athlon(tm) II X2 215 Processor
stepping : 2
cpu MHz : 800.000
cache size : 512 KB
physical id : 0
siblings : 2
core id : 1
cpu cores : 2
apicid : 1
initial apicid : 1
fpu : yes
fpu_exception : yes
cpuid level : 5
wp : yes
flags : fpu vme de pse tsc msr pae mce cx8 apic sep mtrr pge mca cmov pat pse36 clflush mmx fxsr sse sse2 ht syscall nx mmxext fxsr_opt pdpe1gb rdtscp lm 3dnowext 3dnow constant_tsc rep_good nonstop_tsc extd_apicid pni monitor cx16 popcnt lahf_lm cmp_legacy svm extapic cr8_legacy abm sse4a misalignsse 3dnowprefetch osvw ibs skinit wdt npt lbrv svm_lock nrip_save
bogomips : 5426.68
TLB size : 1024 4K pages
clflush size : 64
cache_alignment : 64
address sizes : 48 bits physical, 48 bits virtual
power management: ts ttp tm stc 100mhzsteps hwpstate

C’est un processeur dont la fréquence d’horloge varie de 800 à 2700 Mhz en fonction des besoins…

Alors, quand arrivera Mozilla Firefox 4.0 béta 1 ? Bonne question, merci de l’avoir posée 😉

Fedora 13 : un mois déjà.

Le 25 mai dernier, la 13ième version de la Fedora Linux sortait. J’ai voulu voir l’état de la distribution un mois après qu’elle fut rendue disponible. J’ai donc récupéré via Bittorrent l’image ISO 64 bits pour la version live Gnome.

C’est plus un rapide aperçu qu’un test approfondi.

D’ailleurs, c’est avec ce petit genre de tests qu’on peut se faire un premier aperçu d’une distribution… qui peut donner envie d’aller plus loin ou pas du tout 🙂

Et j’ai ensuite lancé mon environnement de test habituel : à savoir une machine virtuelle doté de 1,5 GiO de mémoire vive, 32 GiO de disque dur virtuelle, donc les habituelle lignes de commande.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f raw disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=raw size=34359738368
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Fedora-13-x86_64-Live.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 est un raccourci pour :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1500 -k fr -localtime --soundhw all

Après l’installation et la création d’un compte utilisateur, j’ai ouvert un terminal en compte root pour effectuer un petit « yum update » qui m’a installé les mises à jour depuis la date de la sortie. Et seulement 254 paquets à mettre à jour, ce qui est peu finalement.

Parmis les nouveautés, on trouve un certain… Mozilla Firefox 3.6.4 🙂

Continuer la lecture de « Fedora 13 : un mois déjà. »

En vrac’ libre et en retard ;)

Un petit vrac’ libre et un peu en retard parfois 😉

  • Mozilla Firefox 3.6.4 est enfin sorti. Et fini les plantages à cause de certains greffons mal élevés 😉
  • VLC 1.1.0 pointe le bout de son nez. Avec pas mal de nouveautés (support du WebM, VAAPI, etc…), dont beaucoup sont en interne. Tant qu’il fonctionne bien, que demande le peuple ? 😉
  • Gnome 2.30.2 est enfin sorti. Et est disponible au moins sur Archlinux et Frugalware 😉
  • Bien que ce ne soit pas complètement libre, notons la sortie du premier épisode de la série uniquement diffusée via P2P, « Pioneer One« . Avec une ambiance à la « 24 » première saison, c’est assez bien. Les sous-titres arrivent au fur et à mesure. Et si vous voulez qu’un deuxième épisode voit le jour, donnez via paypal 😉

Voila, c’est tout pour aujourd’hui !

Bonne journée 😉

Un libriste = extrémiste du libre ?

Les termes en « isme » ou « iste » ont été associés depuis des années à des mouvements extrémistes. Mais, n’est-ce pas réducteur ?

Doit-on dire qu’un capitaliste est un extrémiste du capital ? Un marxiste, celui de la doctrine de Marx ? Un pacifiste, un extrémiste de la paix ?

Cela est un peu réducteur et facile à dire. On pourrait multiplier les exemples de terme en « isme » qui ne sont pas connecté à un extrémisme.

Donc, pour moi, un libriste n’est pas un extrémiste du libre, mais un utilisateur de logiciel libre. Si on devait parler d’extrémiste, un « librissiste » – néologisme complet – serait plus adapté.

Pour tout dire, je ne suis pas linguiste, et je n’ai pas fait d’étude de linguistique, mais une personne qui essaye d’expliquer – même si cela considère que c’est impossible – que le terme libriste est à mes yeux tout sauf un terme injurieux.

Evidemment, c’est de la philosophie et de la linguistique à 0,02 €, mais cela fait plaisir de faire un peu de masturbation intellectuelle de temps en temps, même si certaines personne considèrent que je suis inapte à toute forme de réflexion.

Et si on utilisait un peu Minix ?

Minix, c’est à l’origine un OS développé à titre d’enseignement par Andrew Tannenbaum. C’est aussi en utilisant Minix que Linus Torvalds créa linux 0.0.1 en 1991.

Or, depuis sa version 3, le but est passé de l’enseignement à un OS réellement utilisable sur des machines restreintes en terme de capacités techniques.

J’ai voulu tester Minix 3.1.7, et voici ce que cela donne. J’ai commencé par récupérer l’ISO avec l’outil wget :

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://www.minix3.org/download/minix_R3.1.7-r7256.iso.gz
–2010-06-19 10:20:18– http://www.minix3.org/download/minix_R3.1.7-r7256.iso.gz
Résolution de www.minix3.org… 130.37.20.20
Connexion vers www.minix3.org|130.37.20.20|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 484985419 (463M) [application/x-gzip]
Sauvegarde en : «minix_R3.1.7-r7256.iso.gz»

100%[======================================>] 484 985 419 762K/s ds 10m 35s

2010-06-19 10:30:53 (746 KB/s) – «minix_R3.1.7-r7256.iso.gz» sauvegardé [484985419/484985419]

Pour l’émulation, j’ai utilisé une machine virtuelle différente de celle que j’utilise d’habitude. 8 Go de disque, 256 Mo de mémoire sont largement suffisant. Et comme c’est un OS en 32 bits, j’ai utilisé le binaire qemu qui propose une émulation uniquement en 32 bits, au lieu d’utiliser qemu-system-x86_64.

Mais trève de bavardage, voici les lignes de commandes utilisées :


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f raw disk.img 8G
Formatting 'disk.img', fmt=raw size=8589934592
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu -enable-kvm -k fr -m 256 -localtime -soundhw all -hda disk.img -cdrom minix_R3.1.7-r7256.iso -boot d &

Continuer la lecture de « Et si on utilisait un peu Minix ? »

Adieu flashplugin, bienvenu à… Gnash ;)

Avec la sortie de la version 10.1 de Flash Plugin, le port 64 bits qui avait été l’apanage de Linux 64 bits n’est plus maintenu.

C’est donc avec un petit peu d’appréhension que j’ai installé le plugin gnash, avec le support du ffmpeg dans gstreamer… Pourquoi ? Sinon, la moindre vidéo sur youtube (mon fournisseur principal de vidéo, Dailymotion refusant décidément de fonctionner avec Gnash)  ne fonctionne pas.

Sur mon Archlinux – à adapter selon votre distribution, cela s’est résumé à la ligne de commande suivante :

yaourt -S gstreamer0.10-ffpmeg gnash-gtk

Pour faire reconnaitre le plugin gnash dans mon Mozilla Firefox de développement, il m’a fallu faire un lien symbolique depuis /usr/lib/mozilla/plugins/libgnashplugin.so vers ~/.mozilla/plugins…

Et cela fonctionne… La preuve en image 😉

gnash 0.8.7 sur Youtube ;)

A propos, pour Youtube, si on ne bloque pas le cookie (via Edition / Préférences / Vie Privée), les vidéos ne sont pas affichées !

réglage pour les cookies ;)

Et m**** ! Identi.ca devient la cible de spammeurs :(

Ce matin, en ouvrant mon client de microblogging, Pino, j’ai eu droit à une série de messages (spams) de « BestDietPlus » (meilleur régime plus)… Il est vrai que je dois suivre un régime, vu que je mesure 1,87 m et que je pèse environ 73 kg 😉

Spam sur identi.ca

Après avoir viré le lien avec mon compte dans Pino, je suis allé sur identi.ca pour signaler ce robot spammeur.

Il m’a suffit de le sélectionner dans la liste de mes abonnés, de cliquer sur désabonnement, puis « flag » et enfin « bloquer ».

Si vous voulez combattre le spam, connectez à votre compte identi.ca, et quand vous voyez un spam, il suffit de cliquer sur le nom du spammeur.

En deux images avec un spammeur pour vendre des produits technologiques, le nom étant volontairement flouté :

Plus de spam, partie 1

Plus de spam, partie 2

Un peu long, mais si cela permet de faire un peu le ménage…

15 jours à un mois sans le moindre article sur le logiciel libre…

J’ai décidé de m’astreindre à ne RIEN poster pour les 15 jours à un mois qui arrive sur le logiciel libre en général. A vrai dire, c’est quand j’ai lu ceci dans un commentaire que j’ai décidé de ne plus poster durant au minimum 15 jours sur le logiciel libre :

[…] »Ta position de pragmatique s’enracine dans une logique individualiste. Elle donne la primauté à l’utile pour soi sur le libre pour tout. Moi d’abord, en somme. C’est un choix personnel, un choix que je ne soutiens pas parce qu’il est dangereux selon moi et je le dénonce à ce titre, pour ses implications éthiques : « On ne doit nuire à autrui ni par son action ni par son inaction ». En affichant tes positions pragmatiques, tu te satisfais d’une logique privative. »[…]

Cela montrera mon caractère d’égoiste, limite collaborateur avec le logiciel privateur, comme cela semble ressortir du commentaire.

Je sais, c’est une polémique qui va s’engager, mais je l’assume. Après tout, la liberté – même si la mienne s’arrête à celle d’autrui – est de pouvoir exprimer son point de vue sans être « dénigré » (Je sais le terme est un peu fort, mais cela est fait exprès).

Cela me laissera l’occasion de bloguer sur autre chose, et de montrer que la communauté du libre est constitué de personnes qui savent s’exprimer et assumer leurs propos.