La difficile succession de la Crunchbang Linux… Quelle galère…

S’il y a une distribution basée sur la Fedora Linux que j’aime beaucoup, c’est la reptilienne Viperr. Elle reprend une idée développée par une distribution décédée depuis, la Crunchbang qui veut proposer un environnement basé sur OpenBox aussi léger et rapide que possible, avec une base de Debian GNU/Linux Wheezy.

En février 2015, le père de la Crunchbang Linux annonçait la fin du projet.

Depuis, ce sont au moins 3 projets qui ont voulu prendre le relai. Par ordre alphabétique :

Il y a aussi le projet de BusenLabs, mais il ne propose aucune ISO téléchargeable, uniquement des scripts à appliquer.

J’ai donc récupéré les ISOs des trois projets et j’ai décidé de voir ce que cela donne. Je n’ai pas pu télécharger l’ISO de la GoBang, étant donné qu’elle est hébergé par SourceForge et qu’au moment où je rédige cet article, le site est à moitié planté.

Un point à noter : si à l’époque de la CrunchBang 11, une traduction française avait été mise en place sur le site CrunchBang-fr, ce n’est plus d’actualité apparemment.

Donc, ce seront des OS en anglais qui accueillera l’utilisateur. Ouille !

Continuer la lecture de « La difficile succession de la Crunchbang Linux… Quelle galère… »

C’est officiel : acheter de la musique au format physique, c’est être un schnock !

En janvier 2012 – que c’est vieux – je poussais déjà une gueulante sur la mort du format physique en terme de musique. C’est un extrait d’un article sur l’hypocrisie des lois britanniques en terme de « pompage » de CDs pour pouvoir écouter sa musique sur autre chose qu’une platine CD qui m’a fait sortir de mes gonds.

Je cite l’extrait en question :

[…]Quelque part, toute ces lois sont maintenant à quelques années près des combats d’arrière garde. Le succès d’Apple Music et des autres systèmes de streaming nous orientent vers un système de location de contenus qui devrait finir par s’imposer comme la référence en terme de consommation de ces derniers.[…]

Mon sang n’a fait qu’un tour. Outre le fait qu’on part sur une hypothèse qui peut très bien se casser les dents, comme jadis Yahoo Unlimited (vers 2005 – 2006), car je ne crois pas que l’écoute en flux soit l’avenir de la musique enregistrée, c’est une manière de dire que les personnes  qui aime à avoir une version physique d’un album sont des dinosaures pour rester gentil et dans les limites des propos sociaux.

J’ai connu trois changements de supports musicaux. Mon enfance a été bercée le duo 33 et 45 tours en vynile. Mon adolescence par les cassettes stéréos. Puis les CDs et enfin la musique dématérialisée.

Si je n’ai plus de cassettes stéréos – largement plus fragiles qu’un vynile ou qu’un CD – j’ai toujours plus d’une centaine de galettes pour tourne-disque et plus de 600 galettes plastifiées, dont certaines ont un âge assez avancé : 22 ans. C’est l’âge de mon édition originale de « Into The Labyrinth » des Dead Can Dance.

Continuer la lecture de « C’est officiel : acheter de la musique au format physique, c’est être un schnock ! »

« Passes By » de Grus Paridae : du bon rock progressif finlandais.

Il m’arrive d’être contacté de temps à autres par des groupes ou des musicien(ne)s sans que je sache coment ils ont réussi à me trouver. Autant les boites qui veulent me vendre des articles sponsorisés, ça me provoque une poussée d’urticaire, autant quand on me parle musique, j’ai tendance à prêter un oeil et une oreille plus attentive. Même si je n’accroche pas au contenu proposé, j’ai toujours la politesse de répondre. Certains domaines feraient bien d’en tirer une leçon…

Il y a quelques jours, j’ai reçu un courriel en provenance de Finlande (tiens, pourquoi cela me parle sur le plan informatique ?) d’un duo du nom de « Grus Paridae« . Les deux membres étant Petteri Kurki et Rami Turtiainen.

Le courriel en question indique que ce duo propose des créations pour les personnes appréciant Pink Floyd, David Bowie, Genesis ou encore Peter Gabriel. Ça commence déjà bien. Surtout quand comme moi, on considère que la période bénie du progressif, c’est la première moitié des années 1970 avec Genesis (version Gabriel), Yes, King Crimson, Pink Floyd pour le côté expérimental. Bref !

Le courriel est un peu « tardif » surtout que leur premier EP est sorti en mai 2014. Ayant pu accéder au kit de presse, j’ai récupéré les deux titres de l’EP en format mp3 320, qu’on peut écouter aussi sur Deezer ou sur Spotify.

Je dois dire que même si j’accueille agréablement les courriers musicaux, cela en m’empêche pas de rester objectif et de dire ce que j’en pense. L’EP est très court, une grosse dizaine de minutes.

Continuer la lecture de « « Passes By » de Grus Paridae : du bon rock progressif finlandais. »

« Objections » des Rotters Damn : du très bon folk-rock français.

En fouillant sur Bandcamp – et en étant très patient – on finit toujours par tomber sur des pépites. Bon, il faut de l’obstination, mais ça finit toujours par payer.

C’est ainsi que j’ai pu tomber sur le deuxième EP des Rotters Damn, « Objections ».

Sorti en décembre 2014, cet EP nous propose un musique folk-rock à tendance progressive. Même s’il n’y a que cinq pistes pour un peu plus de 22 minutes, on dépasse à chaque fois les 3 minutes des titres qui pullulent sur les médias non-interactifs comme la télévision ou la radio.

La première piste « Fight & Prayers » nous plonge dans un folk-rock qui envoie du lourd dès le départ. Le chanteur a une voix qui me fait penser à Tom Waits, mais moins en « cassée et éraillée ».

La deuxième piste « In The Highway » rajoute une composante country. Son intro fait penser à une scène de western. Il ne manquerait plus que le saloon et l’ambiance enfumée 😉

La troisième piste « Archaic Minds » est la piste la plus folk classique de l’ensemble. Elle est presque entièrement acoustique, avec la voix du chanteur qui fait passer des frissons dans le dos.

L’avant-dernière piste « Take Shelter » reprend le côté folk-rock développé dans les pistes précédentes. La montée en puissance est progressive. L’ultime piste de l’EP « We Never Know » est acoustique dès le départ, et termine la vingtaine de minutes en douceur.

L’EP est disponible en version numérique à prix libre sur Bandcamp. Si vous préférez – comme moi, le vieux collectionneur – les versions physiques, le groupe vend l’EP sur son site.

Bonne écoute !

Tanglu 3.0rc2, le retour gagnant d’une autre distribution GNU/Linux ayant le cul entre deux chaises ?

Il y a près de 18 mois, en février 2014, je parlais de la version 1.0 de la Tanglu en saveur KDE.

Alors que la Debian GNU/Linux Jessie devait sortir un peu plus d’an après la Tanglu, je concluais l’article ainsi :

[…]je pense qu’il est plus simple d’installer directement une Debian GNU/Linux Jessie (via une installation avec l’image KDE) et vous aurez un résultat plus propre que la Tanglu dont l’intérêt me semble très limité, mis à part le fait qu’elle propose une installation facilitée d’une Debian GNU/Linux testing. Et c’est tout dans l’absolu.

Encore une distribution qui ne révolutionnera pas l’univers de GNU/Linux sur le bureau 🙂

Via distrowatch, j’ai pu apprendre la sortie de la version 3.0rc2 de la Tanglu dite Chromodoris willani – et on critiquera les noms de codes à la mords-moi l’appendice caudal de Canonical après – et j’ai donc décidé de la récupérer pour voir si la distribution était toujours aussi peu utile dans l’absolu, surtout avec l’existant : Debian GNU/Linux avec KDE.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://mirror1.hs-esslingen.de/pub/Mirrors/releases.tanglu.org/chromodoris/rc2/tanglu-chromodoris-rc2-kde-live-amd64.hybrid.iso
–2015-07-16 11:21:48– http://mirror1.hs-esslingen.de/pub/Mirrors/releases.tanglu.org/chromodoris/rc2/tanglu-chromodoris-rc2-kde-live-amd64.hybrid.iso
Résolution de mirror1.hs-esslingen.de (mirror1.hs-esslingen.de)… 129.143.116.10
Connexion à mirror1.hs-esslingen.de (mirror1.hs-esslingen.de)|129.143.116.10|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1241513984 (1,2G) [application/x-up-download]
Sauvegarde en : « tanglu-chromodoris-rc2-kde-live-amd64.hybrid.iso »

tanglu-chromodoris- 100%[=====================>] 1,16G 3,86MB/s ds 5m 43s

2015-07-16 11:27:31 (3,46 MB/s) — « tanglu-chromodoris-rc2-kde-live-amd64.hybrid.iso » sauvegardé [1241513984/1241513984]

Oui, vous avez bien vu 3,86 Mb/s. C’est plus rapide que d’habitude, ayant désormais un accès internet en VDSL2.

Dans les notes de publications, on apprend que le serpent de mer concernant l’installation en UEFI continue de faire des siennes (en gros, si vous avez de l’UEFI, passez votre chemin). Sinon, en suivant les notes de publications de la RC1, on apprend que le système propose systemd 221, un noyau linux 4.0, Plasma 5.3 et l’installateur Calamares 1.1.

Modulo la présence de Calamares et Plasma 5.x est partiellement disponible sur la Debian GNU/Linux Unstable au moment où j’écris cet article, le 16 juillet 2015, c’est ce que propose la future Debian GNU/Linux 9 alias Stretch.

J’adore déjà l’idée de prendre une base de Debian GNU/Linux testing et lui mettre dessus un environnement partiellement disponible sur la branche unstable de la Debian GNU/Linux…

Mais restons optimiste et voyons comment se présente la Tanglu 3.0-rc2.

Continuer la lecture de « Tanglu 3.0rc2, le retour gagnant d’une autre distribution GNU/Linux ayant le cul entre deux chaises ? »

« The Moutain Ghost » de Kylver : Un LP plus que costaud.

Dans un en vrac’ récent, j’ai abordé le premier album de Kylver. Ce groupe britannique est spécialisé dans le metal progressif instrumental, teinté de post-rock.

Sur le plan pratique, « The Moutain Ghost » c’est un LP assez court, presque un EP, car il n’y a que 4 pistes. Mais la durée le fait entrer dans la catégorie des LP, car les pistes vont de 6 à 14 minutes, pour un total d’un peu plus de 38 minutes. Autant dire qu’il y a de quoi se mettre dans les oreilles.

Chaque piste est très travaillée, et on sent que le groupe a pris le temps de ciseler chaque morceau. La piste la plus longue commence l’album.

L’intro de cette piste me fait penser à celle d’un titre de Black Sabbath, tiré de l’album « Dehumanizer » du nom de « After All (the dead) ». Après une douce introduction, le morceau rentre très vite dans le vif du sujet. Même si on peut dire que la piste est un brin répétitive, cela ne la dessert pas le moins du monde.

Les deux pistes suivantes respectent le schéma de la première, avec un montée en puissance progressive. Pour tout dire, les deux pistes se complètent très bien.

L’ultime piste, qui ne fait que 8 minutes est plus inspiré psychédélique, assez teinté des années 1970, époque reine des tendances progressives.

C’est un album que je pourrais conseiller aux amateurs de mélodies progressives, surtout si on apprécie le rock bien lourd et la metal progressif. Ce premier opus est très réussi. À vous d’écouter, maintenant 🙂

Point Linux 3.0 Mate Desktop : une distribution vraiment utile ou de transition ?

J’en ai parlé dans un en vrac’ récent, la Point Linux 3.0 est sortie en déclinaison pour Xfce (avec Xfce 4.10.1) pour remplacer la version Gnome et Mate Desktop (avec Mate Desktop 1.8.1).

C’est avec cette deuxième déclinaison que j’ai envie de vous parler une nouvelle fois de la Point Linux. J’avais déjà parlé de sa version 3 béta en février 2015.

Je concluais l’article ainsi :

[…]le choix est simple si vous voulez une Debian GNU/Linux avec Mate Desktop, et on peut le schématiser rapidement ainsi.

Première option : Vous n’avez pas envie de vous prendre la tête à installer la Debian GNU/Linux avec Mate Desktop. Dans ce cas, la Point Linux sera pour vous.

Deuxième option : Vous vous sentez à l’aise avec l’installateur graphique de la Debian GNU/Linux et jouer un peu avec Synaptic ne vous fait pas peur, quite à rajouter IceWeasel depuis un dépot tiers comme celui de la Debian Mozilla Team ? Dans ce cas, préférez la Debian GNU/Linux.

La Point Linux vous servira à évaluer la compatibilité de votre matériel et voir si Mate Desktop est un environnement qui vous convient… Même si cela vous demandera de faire les mises à jour à la main 🙂

J’ai donc eu envie de voir si ce jugement était toujours valide… ou pas ! Étant proche du renouvellement de mon forfait de téléphonie mobile et de ses 20 Go de data, ma connexion ADSL étant en panne, j’en ai profité pour récupérer l’ISO de la Point Linux 3.0 Mate avec Transmission.

Ensuite, j’ai créé la machine virtuelle habituelle dans VirtualBox : 2 Go de mémoire vive, 128 Go de disque, 2 CPUs virtuels.

Au premier démarrage l’ensemble est en anglais. Après avoir fait passé le clavier en français, j’ai lancé l’installateur. Il faut noter que le jeu d’icones n’est autre que notre ami faenza. Il m’aurait presque manqué, tiens 🙂

Continuer la lecture de « Point Linux 3.0 Mate Desktop : une distribution vraiment utile ou de transition ? »

En vrac’ via le mode « attache » de mon téléphone intelligent.

Tandis que je suis obligé de consommer de l’internet au compte-goutte (ce qui me fait revenir 18 ans dans le passé) via le mode tethering (qu’on peut traduire par attache) de mon smartphone Wiko Kite 4G, voici un petit billet en vrac’.

Commençons par le monde des pollutions nocturnes embranchements aussi primordiaux et indispensables qu’une envie d’uriner, j’ai nommé les logiciels libres 😉

Parlons maintenant culture, ça changera des produits à la date de péremption et à l’utilité plus que douteuse 😉

C’est tout pour aujourd’hui. Je suis obligé d’attendre quelques jours pour pouvoir récupérer un boitier de connexion fonctionnelle.

Mise au ralenti du blog.

Un petit billet en passant.

Suite à de nouveaux ennuis avec ma connexion internet, ceux qui suivent les ennuis de fin juin 2015, ayant été rétrogradé de l’étape 2 vers l’étape 1 de la connexion de mon boitier Freebox serveur, je suis obligé de ralentir l’alimentation du blog.

Ça commence à empester le sapin pour mon boitier serveur qui a fonctionné sans trop de problèmes depuis fin octobre 2011.

Donc, ne vous étonnez pas si aucun autre billet n’est publié avant une bonne semaine, n’ayant que mon smartphone en mode « tethering » pour pouvoir accéder au réseau.

Bonne continuation à toutes et à tous.

Vous prendrez bien un peu de thé à la menthe, subtilement parfumé à la canelle ?

Derrière ce titre gustatif se cache un jeu de mots dont j’ai honte. Comme vous vous en doutez, cet article va être consacré à la plus célèbre fille d’Ubuntu, j’ai nommé la LinuxMint en déclinaison Cinnamon. Cela faisait une petite éternité que je n’avais plus consacré d’article à la LinuxMint « principale ». Le dernier article remontait à mai 2013.

La version 17.2, troisième version basée sur la Ubuntu 14.04 LTS, est sortie le 30 juin 2015.

Du nom de code de Rafaela, elle propose Cinnamon 2.6 (à la naissance agitée, j’y reviendrais plus tard), des réglages affinés dans tous les domaines, un meilleur support pour l’usine à gaz qu’est l’UEFI, un noyau Linux 3.16 (comme celui qui propulse Debian GNU/Linux Jessie et la Linux Mint Debian Edition), ainsi qu’une logithèque mise au goût du jour.

J’ai donc fait chauffer Transmission pour récupérer l’ISO d’installation. Ensuite, j’ai créé une machine virtuelle VirtualBox avec 2 Go de mémoire, 2 CPUs virtuel, 128 Go de disque, et j’ai aussi activé le support EFI. Soyons fous 🙂

Cinnamon 2.6.11 en anglais nous accueille. Quand on lance l’installateur, on se retrouve avec celui d’Ubuntu. Donc, inutile de s’apesantir dessus. Je préfère cependant l’installateur de la LMDE, mais il faut vérifier sa compatibilité avec l’UEFI. J’ai un doute sur ce point précis.

Continuer la lecture de « Vous prendrez bien un peu de thé à la menthe, subtilement parfumé à la canelle ? »

Top 5 et flop 5 des distributions GNU/Linux que j’ai eu sous la souris ? Le retour.

En juillet 2012, j’avais rédigé deux articles concernant les 5 pires et les 5 meilleures distributions GNU/Linux qui ont atterri sur mon disque dur.

Pour mémoire, le flop 5 :

  1. PearOS – paix à ses octets
  2. OpenMamba
  3. GoboLinux
  4. OpenSuSE
  5. KahelOS – paix à ses octets

Et le top 5 :

  1. ArchLinux
  2. Frugalware Linux
  3. Fedora Linux
  4. Viperr
  5. LinuxMint Debian Edition

Trois ans sont passés, et quelques modifications doivent être apportés aux deux classements. Commençons par le flop 5, étant donné que deux ont passés l’arme à gauche. J’ai cependant enlevé OpenSuSE, car j’ai trouvé pire entre temps 🙂

Continuer la lecture de « Top 5 et flop 5 des distributions GNU/Linux que j’ai eu sous la souris ? Le retour. »

En vrac’ dominical.

Un petit en vrac’ dominical, car il le faut bien. Et oui, il sera très petit 😀

Comme d’habitude, commençons par le panier de crabe, à savoir le logiciel libre.

Dans le domaine culturel ?

Ce n’est pas grand chose, mais faut pas en demander plus en ce moment 🙂

Comment je suis devenu publiphobe… Et que je n’ai pas honte de l’être !

Enfant des années 1970, j’ai été biberonné avec des publicités qui étaient souvent artisanales, pour ne pas dire remplies de clichés sexistes avec des stars en devenir : la bande du Splendid y fit ses premières armes pour payer de quoi se remplir son assiette. Ou encore un certain Michel Colucci !

Comme vous avez pu le voir, il y avait quand même du lourd. Au fil des années, la publicité est devenue envahissante. Vraiment envahissante. Ce mouvement s’est accéléré avec la privatisation pour le mieux disant culturel (du moins, prétexte employé à l’époque) de la première chaine de télévision française en 1987.

Si on fait un rapide saut dans le temps entre 1987 et 2015, sur certaines chaines de la TNT, les coupures publicités arrivent à intervalles réguliers, mécanique. Ce qui donne parfois des résultats « marrants ». Après la 1350ième diffusion d’un épisode de « La Petite Maison dans la Prairie », après que celui-ci soit terminé, le générique de l’épisode suivant est à peine fini qu’une coupure pub de cinq bonnes minutes arrive…

Faites donc l’essai, c’est pathétique. Mais c’est le lot des médias non-interactifs, comme la télévision ou encore la radio.

Continuer la lecture de « Comment je suis devenu publiphobe… Et que je n’ai pas honte de l’être ! »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 16 : « L’académie des neuf »

Entre 1982 et 1988, sur Antenne 2, à l’heure du repas de midi, on avait droit à une émission de jeu, inspiré d’Hollywood Squares, « L’académie des neuf »

Le principe du jeu était simple : neuf célébrités, dont une avait toujours un produit à vendre, se retrouvait un plateau en forme de grille pour répondre à des questions de culture générale.

C’était une émission où les célébrités s’entraidaient, se chariaient, et soufflaient tellement pour donner les réponses qu’une tornade aurait été moins bruyante.

Présenté par Jean-Pierre Foucault, l’humour était une constante et ça volait parfois très bas. Il y avait des sociétaires récurrents, comme Philippe Castelli, Sim ou encore Micheline Dax, voire Danièle Évenou.

Le générique était complètement « c’est quoi ce délire » ?

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 16 : « L’académie des neuf » »

Guide d’installation d’Archlinux, version de juillet 2015.

Voici la vingt-et-unième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle de juin 2015.

Côté environnements : Gnome 3.16.2, KDE SC 4.14.9, Plasma 5.3.2, Cinnamon 2.6.11 (la 2.6.12 est sortie aujourd’hui !), Xfce 4.12.0 et Mate Desktop 1.10.0. J’ai conservé KDE SC 4.14.x. J’ai hésité avant de le conserver, mais tant qu’il est maintenu en amont…

J’ai rajouté un retour concernant le clavier sous Xorg.

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 3.0.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !