Ubuntu 12.04 : un premier aperçu à mi-chemin entre l’alpha 1 et l’alpha2

Alors que la distribution ne sortira que dans 3 mois, j’ai voulu tester une version à mi-chemin entre les deux versions alpha du cycle de la Ubuntu 12.04.

J’ai donc récupéré une image en date du 19 janvier, coté fraîcheur, difficile de faire vraiment mieux, surtout que je rédige cet article le 19 janvier aussi !

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://cdimages.ubuntu.com/daily-live/current/precise-desktop-amd64.iso
–2012-01-19 14:28:33– http://cdimages.ubuntu.com/daily-live/current/precise-desktop-amd64.iso
Résolution de cdimages.ubuntu.com… 91.189.92.168
Connexion vers cdimages.ubuntu.com|91.189.92.168|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 748990464 (714M) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : «precise-desktop-amd64.iso»

100%[======================================>] 748 990 464 1,69M/s ds 8m 18s

2012-01-19 14:36:51 (1,43 MB/s) – «precise-desktop-amd64.iso» sauvegardé [748990464/748990464]

Puis j’ai lancé l’ensemble.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 32g
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=34359738368 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom precise-desktop-amd64.iso -boot order=cd -no-frame &

Dès l’écran, un écran nous propose : essayer ou installer. Soyons fou, installons cette version de développement. L’installateur est simple, pose les quelques questions indispensables, puis le tout s’installe tout seul.

Continuer la lecture de « Ubuntu 12.04 : un premier aperçu à mi-chemin entre l’alpha 1 et l’alpha2 »

Parabola GNU/Linux : une archlinux 100% libre presque 100% utilisable ;)

J’ai parlé il y a pas mal de temps de la Parabola GNU/Linux, une version compatible avec les idéaux de la Free Software Foundation, à savoir aucun logiciel non-libre installé.

J’ai eu envie de voir l’état de la distribution en ce début janvier 2012. J’ai donc récupéré l’ISO 2011.09 via bittorrent, puis j’ai installé la base de cette archlinux libérée.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=34359738368 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom parabola-2011.09.01-netinstall-x86_64.iso -boot order=cd &

L’installateur est classique, à deux ou trois différences près, dont la profession de foi dès le premier écran d’installation, et aussi que l’installateur se lance en utilisant /libre/setup au lieu de arch setup

Continuer la lecture de « Parabola GNU/Linux : une archlinux 100% libre presque 100% utilisable 😉 »

0 Linux epsilon : la distribution qui est tout sauf nulle !

J’avais jadis parlé de la 0linux, et je n’avais pas eu franchement de chance à l’époque.

J’ai donc profité de la sortie de la version « Epsilon » pour essayer la distribution plus en profondeur. J’ai récupéré l’image ISO, puis j’ai réutilisé l’image disque créé avec l’article concernant la Mageia 2 alpha3. Soyons écologique, recyclons 😉

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c ftp://ftp.igh.cnrs.fr/pub/os/linux/0linux/iso_dvd/0linux-epsilon-DVD.iso
–2012-01-12 19:56:54– ftp://ftp.igh.cnrs.fr/pub/os/linux/0linux/iso_dvd/0linux-epsilon-DVD.iso
=> «0linux-epsilon-DVD.iso»
Résolution de ftp.igh.cnrs.fr… 193.50.6.138
Connexion vers ftp.igh.cnrs.fr|193.50.6.138|:21…connecté.
Ouverture de session en anonymous…Session établie!
==> SYST … complété. ==> PWD … complété.
==> TYPE I … complété. ==> CWD (1) /pub/os/linux/0linux/iso_dvd … complété.
==> SIZE 0linux-epsilon-DVD.iso … 1796093952
==> PASV … complété. ==> RETR 0linux-epsilon-DVD.iso … complété.
Longueur: 1796093952 (1,7G) (non certifiée)

100%[====================================>] 1 796 093 952 239K/s ds 84m 10s

2012-01-12 21:21:05 (347 KB/s) – «0linux-epsilon-DVD.iso» sauvegardé [1796093952]

J’avais déjà expliqué l’installateur dans l’article précédent, celui-ci n’ayant que peu évolué je n’y reviendrais pas. Et il fait bien son travail si on fait attention à ce que l’on fait.

Continuer la lecture de « 0 Linux epsilon : la distribution qui est tout sauf nulle ! »

En vrac’ rapide et libre ;)

En ce jour de chance ou de malheur (tout dépend de votre vision du vendredi 13), voici un en vrac’ rapide et libre.

Bon, allez, c’est tout, c’est court, mais c’est vendredi, après tout 😀

Mageïa 2, alpha3 ? « Houston, we’ve had a problem ! » :)

En ce vendredi 13, l’alpha3 de la Mageia Linux 2 est sortie. N’étant pas superstitieux, cela portant malheur (Merci Pierre Desproges), j’ai voulu voir ce que contient cette version instable de la future Mageïa 2. 41 ans et 9 mois après le célèbre accident qui faillit couter la vie à 3 astronautes, ceux d’Apollo 13, d’où le clin à la célèbre phrase de Jack Swigert

Etant donné que les images LiveCDs sont indisponibles au moment où je rédige l’article, et qu’une installation réseau risque d’être longue à faire voire déconseillée le jour d’une sortie d’ISO, j’ai récupéré l’image DVD en 64 bits. Puis j’ai créé un disque virtuel de 32 Go en version taille fixe. C’est toujours un léger plus au niveau de la vitesse d’installation.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://ftp-stud.hs-esslingen.de/pub/Mirrors/Mageia/iso/cauldron/Mageia-2-alpha3-x86_64/Mageia-2-alpha3-x86_64-DVD.iso
–2012-01-13 07:58:01– http://ftp-stud.hs-esslingen.de/pub/Mirrors/Mageia/iso/cauldron/Mageia-2-alpha3-x86_64/Mageia-2-alpha3-x86_64-DVD.iso
Résolution de ftp-stud.hs-esslingen.de… 129.143.116.10
Connexion vers ftp-stud.hs-esslingen.de|129.143.116.10|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 4334813184 (4,0G) [application/x-up-download]
Sauvegarde en : «Mageia-2-alpha3-x86_64-DVD.iso»

100%[====================================>] 4 334 813 184 1,51M/s ds 53m 40s

2012-01-13 08:51:41 (1,28 MB/s) – «Mageia-2-alpha3-x86_64-DVD.iso» sauvegardé [4334813184/4334813184]


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32 bs=1G
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 488,665 s, 70,3 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom boot.iso -boot order=cd &

Continuer la lecture de « Mageïa 2, alpha3 ? « Houston, we’ve had a problem ! » 🙂 »

DreamLinux 5.0 : quand le rêve n’est pas au rendez-vous.

La DreamLinux, c’est un mélange de Debian GNU/Linux Testing, avec Xfce et Plank (un outil à la Cairo Dock développé par l’équipe d’Elementary OS). Je sais que présenté ainsi, c’est pas extraordinaire. Mais même si j’avais entendu parler de cette distribution – à une époque payante, à moins que je confonde avec une autre distribution basée sur Debian GNU/Linux et Xfce ? – je n’avais jamais eu l’envie de m’y plonger.

J’ai donc lancé mon petit wget, et j’ai récupéré l’image ISO uniquement en 32 bits de la distribution.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://ftp.snt.utwente.nl/pub/os/linux/dreamlinux/Dreamlinux-5.iso
–2012-01-09 10:59:12– http://ftp.snt.utwente.nl/pub/os/linux/dreamlinux/Dreamlinux-5.iso
Résolution de ftp.snt.utwente.nl… 2001:610:1908:a000::149:20, 130.89.149.20
Connexion vers ftp.snt.utwente.nl|2001:610:1908:a000::149:20|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 1011875840 (965M) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : «Dreamlinux-5.iso»

100%[====================================>] 1 011 875 840 513K/s ds 2h 6m

2012-01-09 13:05:40 (130 KB/s) – «Dreamlinux-5.iso» sauvegardé [1011875840/1011875840]

Et j’ai créé un disque virtuel de 32 Go en taille fixe, pour éviter des ralentissements à l’utilisation. Il faut dire que la distribution semble assez gourmande coté place demandée, la page officielle annonçant 8 Go requis pour l’installation

HARDWARE REQUIREMENTS:
i686 CPU – 32bits, 512 MB RAM, DVD drive,
8GB free HDD or Flash Disk.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img bs=1G count=32
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 533,035 s, 64,5 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Dreamlinux-5.iso -no-frame -boot order=cd &

Au premier démarrage, il ne faut pas oublier que la clavier est en anglais.

L’installation se fait simplement. Un redémarrage, puis on peut créer le compte utilisateur, et après un dernier démarrage, DreamLinux est utilisable. Même si un petit passage de l’outil « Dream Linux / Distro upgrade » n’est pas du luxe 😀

Continuer la lecture de « DreamLinux 5.0 : quand le rêve n’est pas au rendez-vous. »

En vrac’ rapide et libre

Un petit vrac’ histoire de me calmer les nerfs après la volée de bois vert prise dans l’article précédent.

Bonne soirée !

Une distribution GNU/Linux communautaire est-elle condamnée à court terme ?

Dans le petit monde des distributions GNU/Linux, très peu sont adossées à des entreprises, source importante plus ou moins assurée de revenus. Je citerais : Red Hat Entreprise Linux (et sa version grand public, la Fedora Linux, plus communautaire), Ubuntu (financée par Canonical), OpenSuSE (financée par Novell). Et puis, sauf erreur de ma part, c’est tout.

3 distributions (4 en comptant Fedora Linux), adossées à des entreprises, donc censées avoir les reins plus solides. J’aurais bien cité Mandriva, mais celle-ci – malheureusement – empeste une odeur persistante de sapin verni

Donc, si on prend le top 10 des distributions listées sur Distrowatch – oui, je sais, ça vaut pas grand chose, mais déjà, cela donne une idée de la répartition des distributions auprès des personnes l’utilisant pour une utilisation de GNU/Linux sur le bureau), à savoir, en ce début janvier 2012 :

  1. Linux Mint
  2. Ubuntu
  3. Fedora Linux
  4. OpenSuSE
  5. Debian GNU/Linux
  6. ArchLinux
  7. CentOS
  8. PCLinuxOS
  9. Puppy
  10. Mageia

Mis à part Ubuntu, Fedora Linux (indirectement) et OpenSuSE, le reste est occupé par des distributions communautaires ou de type communautaire. D’ailleurs, cette année, la distribution communautaire ArchLinux fête ses 10 ans, Debian GNU/Linux ses… 19 ans ! CentOS ? 8 ans cette année.

Il ne faut pas oublier que sans le projet communautaire Debian GNU/Linux, et sa branche de developpement Sid / Unstable, la distribution qui a monopolisé la première place du top 10 Distrowatch durant plusieurs années (en gros de 2007 à fin 2011) sans interruption n’aurait pas eu à se mettre grand chose sous la souris.

Il est vrai que la position acquise au fur et à mesure des années par la distribution « commerciale » – par opposition aux distributions communautaires – de Canonical l’a rendu incontournable au point de voir fleurir chaque semaine ou presque une version dérivée ayant eu une destinée plus ou moins glorieuse.

Continuer la lecture de « Une distribution GNU/Linux communautaire est-elle condamnée à court terme ? »

Une copie de ses photos, c’est une bonne idée de fin d’années, non ?

A chaque fin de mois, je fais une sauvegarde de mes données. N’ayant pas une confiance ultra prononcée dans le stockage en ligne, rejoignant ici Richard Stallman, j’ai fait quelques recherches pour avoir une copie de mes données sur support physique, car mieux vaut avoir deux exemplaires plutôt qu’un de ses photos.

Si le serveur qui héberge vos données se plante en beauté… Bref 🙂

Pour flickr, il existe un excellent script en python : flicktouchr.

L’utilisation est très simple. On commence par créer un répertoire de copie, puis on lance via la ligne de commande l’outil :


python2 flickrtouchr.py nom_du_répertoire_de_sauvegarde

Une session de votre navigateur va s’ouvrir, puis demander l’autorisation au script d’accéder au données. J’ai ainsi pu récupérer 1084 photos pour une taille de 298 Mo.

Continuer la lecture de « Une copie de ses photos, c’est une bonne idée de fin d’années, non ? »

Foresight Linux 2.5.2… Circulez, y a – malheureusement – pas grand chose à voir :(

J’avais jadis parlé de la version 2.0.3 de la Foresight Linux, en juillet 2008.

Je n’avais pas été super enchanté à l’époque par la distribution. Car malgré un système de paquet innovant et complexe à utiliser, la distribution était quand même sympathique.

J’ai donc récupéré l’ISO de la version 2.5.2, sortie mi-décembre 2011, puis j’ai créé un disque virtuel de 32 Go en dur… Si on prend un disque dynamique, l’installation dure… très longtemps.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32 bs=1G
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 444,938 s, 77,2 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom foresight-2.5.2+2011.12.12-x86_64-dvd1.iso -boot order=cd &

Continuer la lecture de « Foresight Linux 2.5.2… Circulez, y a – malheureusement – pas grand chose à voir 🙁 »

Mes prévisions pour 2012…

Puisque les plus grands experts font en fin d’année pour l’année suivante des prévisions – avec un niveau d’échec parfois impressionnant, spécialement en cas d’année électorale (souvenez-vous d’un certain mois d’avril il y a 10 ans environ) – j’ai envie de me lancer à cet exercice qui est toujours marrant.

Sur le plan des distributions Linux : c’est l’année de tous les dangers pour la distribution reine. Coiffée en fin d’année par une de ses dérivées célèbres, Ubuntu et donc sa maison mère Canonical vont devoir convaincre les personnes rebutées par Unity du bien fondé de cet environnement graphique par rapport à ce qui a été l’interface depuis… 2002 🙂

Je pense que le mois d’avril prochain sera un bouleversement. Non seulement car la prochaine version d’ubuntu sera supporté au minimum 5 ans, soit jusqu’en avril 2017, car c’est un LTS, comme jadis le furent les 10.04, 8.04 et 6.06.

C’est un peu le quite ou double. Car les utilisateurs restés sur la version 10.04 se verront proposer la migration. Et ces derniers seront-ils la copie conforme des personnes qui ont accueillis de manières variées l’interface nouvelle generation fabriquée par Canonical ?

Sans trop m’avancer, je pense que Linux Mint et son projet Cinnamon vont connaître un regain de popularité. Et avant qu’on me traite d’anti-ubuntu primaire, voici la photo de ma collection de CDs officiels d’Ubuntu. Le premier exemplaire ? Une version 5.04…

Collection de CDs d'installation d'ubuntu de la 5.04 à la 10.10 avec quelques trous ;)

Linux Mint : ce sera son année. Car le projet Cinnamon qui a fait couler pas mal d’encre numérique sera surement un appeau à utilisateurs conchiant la nouvelle génération d’interface.

Du duo fraticide Mageïa contre Mandriva, j’ai du mal à savoir laquelle des deux passera le cap de la fin d’année 2012.

Coté distributions, la tendance des distributions en .deb de passer d’ubuntu vers debian va continuer. Elle avait commencé jadis avec le passage de Crunchbang vers une base debian, d’autres distributions suivent ce chemin. La dernière en date : La Bodhi Linux, au moins pour sa version pour processeur ARM. Le reste des architectures va suivre ou pas ?

Je pressens aussi que ce sera une année assez faste pour… la Pomme. Suivant la tradition qui veut que depuis l’époque reculée de Windows 3.1 (20 ans déjà), une version sur deux du Windows grand public est pas franchement réussie.

Donc, les réussites ont été : Windows 3.1, 98 (alias 4.1), XP (alias NT 5.1) et 7 (alias NT 6.1). Les échecs : Windows 95 (je l’ai connu…), Windows Millenium (alias 4.90), et bien entendu Windows Vista (alias NT 6.0).

Comme jadis avec le fiasco Vista, la tendance sera en premier lieu à la rétrogradation de version, au passage vers le Mac (pour les plus aisés) ou vers Linux (pour le restant). Le problème ? C’est de vouloir imposer son interface à la Windows Phone 7 sur des écrans non tactiles. J’avais exprimé mon point de vue sur ce problème dans un billet du mois de septembre dernier.

Côté navigateurs, 5% à 10% de plus de parts de marché pour Chrome, grignotés à Internet Explorer et Mozilla Firefox. Cela compensera l’échec qui s’annonce pour ChromeOS et les Chromebook, car un OS castré comme l’est ChromeOS, c’est pas la joie à utiliser, surtout que sans réseau à proximité, il est inutile.

Je sens aussi que ce sera une année douloureuse pour les tablettes à plusieurs centaines d’euros. Quand HP avait liquidé ses stocks à 99 €, il avait montré le vrai prix des tablettes. Car quand on voit les tablettes à la Pomme n’ayant que 16 Go de stockage à près de 500 €, cela fait mal quelque part…

Dernière prévision ? La fin de la belle histoire de Facebook. Car avoir 800 millions voire 1 milliard de membres s’est bien. Mais avoir des membres assidus, c’est mieux non ? Et je suis près à parier que petit à petit Google Plus – que j’ai connu à l’époque de la béta fermée – grapillera des utilisateurs à Facebook. A force de croire que les arbres montent au ciel…

Bilan dans un an, ou d’ici trois mois pour un premier bilan intermédiaire, d’accord ? 😉

Petit cadeau de noël avec du retard :)

J’avais été contacté par une personne via mon courrier électronique. Une demande m’avait été faite : un guide pour installer Archlinux et Gnome 3.2. J’ai donc fait un petit guide, en essayant de ne pas trop être la tête dans le guidon…

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 3.0.

La source au format LibreOffice Writer, compressé en bzip2 et la version au format PDF.

Commentaires et remarques sont les bienvenues. Bonne lecture 😉

 

Quand Frugalware rentre dans la cour des grands…

Quel est le point commun entre : Ubuntu, Linux Mint, Fedora, OpenSuSE, Debian GNU/linux, Puppy et Mageïa ? Mis à part d’être dans le top 10 de Distrowatch ? Proposer des versions Live de leur distribution.

C’est dans le but d’accroitre sa popularité que l’équipe de Frugalware nous propose à son tour une série de LiveCD / DVD installable et hybride.

Même si le projet ne sera vraiment mature que pour la sortie de la version 1.6 de la distribution (donc pour le 13 février prochain), c’est déjà agréable d’avoir un aperçu de ce qu’on peut avoir installé 🙂

Continuer la lecture de « Quand Frugalware rentre dans la cour des grands… »

Razor-Qt, quand Lxde rencontre QT.

J’ai parlé dans mon dernier en vrac’ de Razor-QT.

J’ai donc voulu montrer ce nouvel environnement en action. J’ai simplement installé une machine ArchLinux avec xorg, openbox, clementine (pour l’audio), Abiword et Gnumeric (pour la bureautique), qupzilla pour la navigation internet. J’ai aussi installé le thème tango-icon-theme pour avoir quelque chose de sympa.

L’installation de razor-qt se fait en compilant le paquet proposé sur AUR, et pour qupzilla, il faut passer par le paquet qupzilla-git. Enfin, j’ai utilisé lxdm pour l’ouverture de session. Et il suffit de choisir le gestionnaire de fenêtre à utiliser lors du premier démarrage, même si on peut le modifier par la suite.

Choix du gestionnaire de fenêtre dans Razor-QT

La vidéo est très courte, car il n’y a pas grand chose à montrer pour le moment. C’est un environnement sympathique, assez versatile coté gestionnaire de fenêtre utilisé.

L’ensemble fait penser à lxde, quoique le projet lxde soit plus avancé en terme d’outils disponible. Un projet à suivre de près, donc, car il est une option pour les personnes ayant des vieilles machines et n’appréciant pas le projet lxde.

En vrac’ rapide, plus ou moins libre.

Quelques liens.

Bonne soirée !