Vieux geek, épisode 43 : 30 novembre 1997, sortie du dernier grand jeu avec une accélération 3D logicielle, « Quake 2 ».

Le 30 novembre 1997, id Software sortait son nouveau FPS, « Quake 2 », qui succédait à son succès de l’année précédente, Quake. Le moteur de Quake 2 était une version lourdement modifiée du premier Quake : possibilité de ramper, source de lumière colorée, eau transparente entre autres. Surtout, c’est le premier jeu d’id Software sortant directement pour MS-Windows. Même si Hexen II de Raven Software proposait une partie des nouveautés.

Pour la petite histoire, quand id Software a renommé ses moteurs en 2007, id tech 2 regroupa sous son nom les deux premiers Quake sous son appellation. Les moteurs id tech 1 s’occupant de Doom et Doom 2, id tech 3 étant celui de Quake 3 Arena, id tech 4 celui de Doom 3 et Quake 4. Fermons cette parenthèse technique 🙂

Après un monde inspiré des oeuvres de HP Lovecraft, on se retrouve dans un scénario plus typique de la science fiction classique. La Terre a été attaqué par une race extra-terrestre, les Strogg. Les armées terrienne pour se défendre décide d’attaquer la planète des Strogg dans une mission dénommé Alien Overlord.

Bien entendu, l’opération est éventée, et vous vous retrouvez seul à devoir attaquer la capitale ennemie. Bon courage 🙂

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 43 : 30 novembre 1997, sortie du dernier grand jeu avec une accélération 3D logicielle, « Quake 2 ». »

C’est mercredi, c’est musique.

Un minuscule billet musical, étant dans les écrits plus ou moins techniques jusqu’au cou. Joie 🙁

Voila, c’est tout. Je me replonge dans la préparation du tutoriel de novembre 2015 pour Archlinux, et dans d’autres billets qui sont encore au format brouillon et qui demande à être retravaillé 🙂

Étroniciels et squaticiels : deux plaies purulentes dans le petit monde des distributions GNU/Linux.

Après un article qui a eu des répercussions dans la blogosphère libriste francophone, j’ai eu envie de parler d’un problème que je résume avec deux néologismes : étroniciels et squaticiels.

Même si les deux termes sont assez parlants et sont parfois synonymes, définissons-les. Un étroniciel est souvent constitués au moins des deux élements suivants :

  1. Une base Ubuntu, car c’est devenu la distribution la plus utilisée pour faire des dérivées
  2. Une série plus ou moins longue de dépots tiers qui laisse douter de la stabilité sur le long terme

Le squaticiel est complémentaire à l’étroniciel dont il reprend parfois les bases. Il faut lui rajouter un élement : celui d’être complètement inutile ou presque par rapport à l’offre déjà existante, car la clonant avec une qualité parfois douteuse.

Des exemples ? Pour l’étroniciel, le premier exemple qui me vient à l’esprit est celui de la UUMate alias Update Ubuntu Mate. Cette distribution amélioré est tellement surchargée qu’on se demande parfois comment elle fait pour démarrer. Pour la liste des dépots tiers, dans mon article du mois de février 2015 à un total de 27 !

Et les squaticiels, me direz-vous ? Il y a un exemple parfait, dont j’ai parlé en mars 2014 et qui existe depuis 2012, si j’en crois ce vieux billet du blog de Clapico, la Cubuntu. Il m’est difficile de ne pas faire un jeu de mot sur la prononciation du nom de la distribution par des francophones. Mais je suis sûr que vous en avez déjà trouvé un ou deux en l’espace de quelques secondes.

Continuer la lecture de « Étroniciels et squaticiels : deux plaies purulentes dans le petit monde des distributions GNU/Linux. »

La Primtux : une bonne distribution GNU/Linux ou un énième projet inutile ?

Derrière ce titre, il se cache une remarque de Cep, que j’ai pu lire sur la framasphere* alors que je prenais les premières notes sur cet article consacré à la Primtux, après un premier lien dans un article « en vrac' » du 11 octobre 2015.

Pour la postérité, aucun réseau social n’étant éternel, voici la capture d’écran de la remarque de Cep.

Si vous n’arrivez pas à lire la prose de Cep, je la recopie verbatim ci-après :

Multiplication à l’envie de billets hyper raccoleurs sur PrimTux.

Parmi tous ceux qui en parlent combien l’ont réellement et sérieusement essayé ? car si c’était le cas, vu le nombre de bugs et l’amateurisme le discours serait différent.

Le libre paye le prix de ces emballements faciles et de cet amateurisme dans la réalisation de nombreux projets. Un peu plus de sérieux au « détriment » du chiffre ferait un bien fou.

#libre #linux #debian

Même si je comprends le « coup de gueule » de Cep, j’ai eu envie de voir par moi-même si on pouvait appuyer les arguments avancés d’une manière un peu lapidaire ici. J’ai donc récupéré l’ISO de la Primtux, et je l’ai lancé dans une machine VirtualBox bien « couillue » : 2 Go de mémoire vive dédiée, 2 CPUs virtuels, 128Go de disque dur.

Après avoir récupéré et vérifié l’image ISO qui pèse quand même près de 3 Go, depuis l’espace sourceforge de la distribution. J’ai utilisé l’image du nom de « PrimTux-2015-10-22-TotaleLiberte.iso ». Donc, la dernière en date au moment où je rédige cet article le 25 octobre 2015.

Continuer la lecture de « La Primtux : une bonne distribution GNU/Linux ou un énième projet inutile ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme tous les samedis ou dimanches depuis quelques temps, un en vrac’ pour boucler la semaine. Commençons par le panier de crustacés qu’est le logiciel libre.

  • En dehors de la floppée des versions officielles de la Ubuntu Linux, il faut noter la sortie de la nouvelle version de CloneZilla, outil bien pratique pour cloner son disque dur à des fins de sauvegardes. Distribution qui utilise une base Debian GNU/Linux Sid. Plus d’infos sur les notes de publication.
  • L’équipe de la LinuxMint a annoncé la sortie de Cinnamon 2.8. Elle est réservé pour le moment aux fondu(e)s ! Plus d’infos sur le billet qui annonce la publication.
  • Un nouveau venu dans le monde du blog consacré au libre : Maxso. Je lui souhaite une bonne continuation !
  • Un nouveau forum consacré au logiciel libre a pointé le bout de ses octets récemment : Torrent Libre.

Passons à la culture. Après le gros billet du mercredi 21 octobre, je n’ai pas vraiment grand chose à me mettre sous la souris 🙁

  • Vous aimez le death metal melodique ? Laissez donc trainer une oreille sur le premier EP éponyme des Watch Them Burn. Merci Twitter 🙂
  • Dans le genre plus doux – c’est pas difficile – je demande le premier album d’Andrea Lucia, « Eschaton ».
  • Prenez du post-rock, ajoutez une dose de progressif, un peu de shoegaze, et mélangez bien le tout. Vous obtiendrez « In the midst of chaos there is stillness » du groupe Fleur de Lis originaire d’Oslo.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui. Bon week-end 🙂

« Ai » de Ordinary Vision : un premier EP réussi.

Dans un récent « en vrac’ musical », dans la liste des albums que j’ai présenté, il y avait le premier album d’Ordinary Vision, alias Emanuele Viali. L’album est sorti le 4 octobre 2015. Il est uniquement disponible en téléchargement à prix libre.

C’est un album qui mélange allègrement le post-rock, le progressif et le metal. Il faut dire qu’il n’y a que quatre pistes, qui vont de 3 à 9 minutes, pour un total d’environ 28 minutes.

Si on vous dit metal, vous pensez guitare saturée, voix gutturales, batteries déjantées. Mais ce n’est pas l’impression que nous donne la première piste. C’est plutôt une ambiance de méditation, avec de longues plages planantes.

Continuer la lecture de « « Ai » de Ordinary Vision : un premier EP réussi. »

Ah, les noms de code des diverses versions d’Ubuntu… Merci à Lucy in the Sky with Diamonds ? :)

Alors que la 22ième publication d’Ubuntu est encore toute fraîche, et que le grand manitou de Canonical, j’ai nommé Mark Shuttleworth a annoncé le nom de code de la 6ième LTS de l’histoire de la distribution, j’ai eu envie de revenir sur les noms de code qui sont les plus… bizarroïdes jamais proposés.

Le nom de code la Ubuntu 16.04 LTS étant hors concours, bien qu’il est assez tiré par les cheveux, car il faut y penser à Xenial Xerus. Dixit Mark Shuttleworth, Xenial signifierait amical ou hospitalier. Le Xerus fait un peu penser aux suricates dans l’apparence générale, bien qu’ils soient affiliés aux écureuils. Bizarre, non ?

Mais il y a d’autres noms de code depuis la sortie de la première Ubuntu en octobre 2004 qui valent leur pesant de « Mais comment ils ont pu trouver ça ? ». Voici donc mon top 5, rangé par ordre chronologique.

À tout seigneur, tout honneur. Commençons par la Ubuntu 4.10, sortie en octobre 2004. Inaugurant le principe d’une Debian GNU/Linux « simplifiée », la première Ubuntu avait pour nom de code… Warty Warthog, ce qu’on peut traduire par « phacochère verruqueux ». Non, je n’ose même pas m’imaginer la tête d’un phacochère souffrant de verrues. Pauvre bête !

À l’époque la seule interface disponible était Gnome 2.8 avec Mozilla 0.9 (mise à jour par la suite en version 1.0.x), et OpenOffice.org 1.1…

Continuer la lecture de « Ah, les noms de code des diverses versions d’Ubuntu… Merci à Lucy in the Sky with Diamonds ? 🙂 »

En vrac’ musical du mercredi.

Cette semaine, un en vrac’ musical un peu chargé. Je vous fais donc partager mes découvertes, dont certaines déboucheront sur des achats, d’autres pas.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui 🙂

La mort annoncée de twitter… Finalement une bonne chose ?

Dans un article au vitriol, Laurent Dupin pose une question qui fait mal : « Et si Twitter disparaissait ? »

J’ai un compte sur le réseau à l’oiseau bleu depuis 5 ans et demi. En effet, j’ai ouvert ce compte en mars 2010. Il me sert essentiellement pour faire un peu de veille technique, musicale. Il me sert aussi pour voir en action la décomposition avancée d’une partie de la société pour qui la ségrégation, basée sur la couleur de peau, l’orientation sexuelle, la sexualité ou encore la confession religieuse est une des raisons de vivre…

Dire que twitter est devenu un immense égout à ciel ouvert, c’est faire un constat. Malheureux constat, faut-il dire.

Dans son article Laurent Dupin liste un certain nombre de raisons pour laquelle le réseau à l’oiseau bleu devrait disparaitre pour renaître tel un phénix : il a vieilli, il a du mal à conserver son équipe dirigeante, sa course à la monétisation, la course au nombre de suiveurs qui incite à acheter de faux suiveurs, etc…

Continuer la lecture de « La mort annoncée de twitter… Finalement une bonne chose ? »

Blogo, ergo sum… Désolé René, j’ai repris ta citation du « Discours de la Méthode » :)

Je parle ici de René Descartes (1596-1650), un des pères de la philosophie moderne (qui s’étend de 1492 à 1789), avec Emmanuel Kant, Blaise Pascal, David Hume, John Locke ou encore Baruch Spinoza et Jean-Jacques Rousseau pour rester dans les plus célèbres.

Cher René – tu permets que je tutoies et que j’emploie ton prénom ? – tu m’as tellement pourri mon unique année de cours de philosophie quand j’étais au lycée que je n’ai pas pu me retenir ta citation la plus célèbre pour introduire cette bafouille qui m’est venu sous le clavier comme une pollution nocturne chez un jeune adolescent suite à un rêve trop explicite. Du moins, une pollution nocturne purement intellectuelle, faut-il préciser.

Je ne veux pas être accusé d’écrire sur mon humble blog des textes qu’on pourrait qualifier d’osé voire pire. Non, je laisse cela aux adolescent(e)s sur ask.fm ou sur Facebook 🙂

Dans un article en date du 18 octobre, maître Cyrille – sur son blog perché – met une nouvelle fois de plus les points sur les « i ». Son article fleuve concerne l’éparpillement sans fin des nécessaires présences sur les réseaux sociaux (le fesseur de caprin, l’oiseau bleu, le réseau fantôme ou encore celui de la fleur de pissenlit) qui finit par influer sur les blogs et leurs fréquentations.

[…]
Ceux qui écrivent aujourd’hui, Frédéric, Philippe en font partie, sont présents sur les réseaux sociaux, qui sont devenus des lieux d’échanges, on leur doit certainement la mort des commentaires, le débat se déplaçant ailleurs ce qui montre tout de même une recherche chez tout un chacun d’une centralisation, tout trouver au même endroit.
[…]
Moralité, vous êtes lus par des gens qui ne devraient pas être là, c’est curieux mais c’est ainsi. C’est un peu comme à l’époque où on avait que trois chaînes de télé et qu’on regardait le tour de France alors qu’on n’aime pas le vélo. Je lis ces derniers jours et dans mes commentaires, et ailleurs dans les fameux shaarlis, journals du hacker des propos de plus en plus durs car les gens n’ont plus d’endroit où aller et n’ont pas la force de faire autre chose, toxicos de l’info.

Continuer la lecture de « Blogo, ergo sum… Désolé René, j’ai repris ta citation du « Discours de la Méthode » 🙂 »

Vieux geek, épisode 42 : Ah, les Skyblogs à leur grande époque (2006-2010)

Pour le 42ième épisode de la série, j’aurais été tenté de parler de H2G2, mais cela aurait été trop prévisible et trop facile, surtout avec la réponse à « La grande question sur la vie, l’univers et le reste« . Non, je vais parler d’un phénomène qui a agité la toile française dans la deuxième moitié des années 2000, les Skyblogs.

Nous sommes vers 2006-2007, et les adolescent(e)s qui arrivent maintenant sur le marché de l’emploi (pour les plus jeunes d’entre eux) tiennent alors ce qui est indispensable : un skyblog. Un blog qui comme son nom l’indiqué est proposée par une plateforme détenue par Skyrock. Le site madmoizelle a fait un excellent billet sur les Skyblogs en 2014.

En 2006, alors que mon blog avait à peine un an, je parlais des dérives pro-ana (ana pour anorexie) qui y sévissait. Cependant, 7 ans plus tard, les choses n’ont pas vraiment changé, et le mouvement pro-ana continuait de faire des ravages.

En 2008, je me fendais d’un billet vachard où je considérais qu’il y avait plusieurs niveaux de blogueries, le niveau 0 étant celui des Skyblogs.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 42 : Ah, les Skyblogs à leur grande époque (2006-2010) »

En vrac’ de fin de semaine un brin vachard !

Pour finir cette semaine, un en vrac’ assez chargé et spécialement vachard. Y a des jours comme ça…

Commençons par le logiciel libre :

  • Après de nombreux mois de développement, la NuTyX 8.0 alias Houaphan (dont j’avais parlé le 17 septembre 2015) est officiellement disponible.
  • Dans la série « je fais un bond énorme en terme de numérotation », je demande la OpenSuSE Leap 42.1 rc1. La version 42.1 finale, qui suivra la OpenSuSE 13.2, est prévue pour le 30 octobre.
  • La Emmabuntüs 3 vient de sortir sa nouvelle révision mineure, la version 1.02… Qui sur certains plans aurait bien mérité une numérotation 2.0 🙂

Passons maintenant au monde merveilleux des liens bien vachards.

Pour finir, on va parler musique.

C’est tout pour aujourd’hui ! Bon week-end !

Thierry Eliez Trio en concert : Ou comment s’initier au jazz progressif.

J’apprécie de vivre dans une petite ville parfois. C’est vrai que côté événement musicaux, ce n’est pas la joie. Cependant, on peut tomber sur des bonnes surprises, comme le Thierry Eliez Trio qui propose du jazz progressif.

Donc le 16 octobre 2015, je suis allé voir le concert du trio dont deux des membres sont originaires – Thierry Eliez et son frère Philippe – du Bassin d’Arcachon. Autant dire qu’en jouant à Biganos, il était en terrain conquis.

Le concert a été l’occasion pour moi de m’initier au jazz progressif. La prestation qui a duré une petite heure et demie a été l’occasion d’entendre des versions allongés de certains titres des albums studio du trio.

Le concert a débuté avec le titre « A new time for music », puis a été suivi du titre « Night Fears » tirés de l’album du même nom sorti en 2013. Entre les deux premières chansons, Thierry Eliez a évoqué Biganos et son aspect odorifère spécifique qui l’ont marqué étant jeune. Si vous ne comprenez pas pourquoi, chercher « cellulose du pin », vous comprendrez.

Je parlais un peu avant de versions allongées, et ce fut le cas pour le titre « The gifted boy with a twisted mind » qui est passé des presque 3 minutes à près d’une dizaine en live. D’ailleurs, alors qu’il poussait une petite hurlante en fin de titre, Thierry Eliez a fait un peu d’humour, en disant qu’il était atteint d’une « Johnnyte »… 😀

Continuer la lecture de « Thierry Eliez Trio en concert : Ou comment s’initier au jazz progressif. »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 18 : « Maguy », le premier sitcom français à succès.

Si pour nombre de trentenaires, les sitcom françaises riment avec les innombrables séries d’AB Productions, pour les quadragénaires, c’est une autre série qui vient rapidement à l’esprit : « Maguy ».

Adaptation du sitcom américain « Maude », c’est l’une des premières séries de ce style produite en France. La première étant l’essai raté de Stéphane Collaro, « La Famille Bargeot » en mars 1985.

Diffusée entre septembre 1985 et décembre 1994 sur Antenne 2 puis France 2, elle raconte les aventures de Maguy (Rosy Varte), de son troisième mari Georges (Jean-Marc Thibault), de leur femme de ménage Rose (Marthe Villalonga) et de leur cercle de proches dont Pierre (Henri Garcin) ex-interne des Hôpitaux de Paris dans la ville fictive du Vézinet, homonyme de la commune du même nom en Yvelines.

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 18 : « Maguy », le premier sitcom français à succès. »

Quel bilan pour les distributions GNU/Linux basées sur Arch, en dehors de Manjaro Linux ? Dernière partie.

Après la Archbang Linux, la BBQLinux et la Bridge Linux, continuons cette série de distributions GNU/Linux basées sur Archlinux.

Au début je comptais faire un article sur la Kademar Linux, mais deux facteurs m’ont fait changé d’avis. Le premier, c’est que j’en ai parlé en mars 2015.

Le second, c’est la politique bizarre de la distribution. Quand j’ai fait l’article à la mi-mars 2015, j’avais pris la version avec Xfce. Or, près d’un mois avant, une version avec Plasma avait été publiée, mais non proposée par défaut en téléchargement comme version principale, car comme sa consonnance l’indique, c’est une distribution qui est principalement basée sur KDE. C’est quand même étrange. Parler d’une version et ne pas la proposer à un téléchargement plus large, pourquoi ? Quant à faire migrer une session de KDE SC 4 vers Plasma, c’est source d’ennuis sans fin 🙁

J’ai donc décidé de faire l’impasse et de me replier sur la PoliArch, vu l’énorme activité sur le site de la Kademar

Distribution d’origine italienne, PoliArch est basée sur Xfce avec pour but principal d’être une trousse à outils pour récupérer des données et réparer des ordinateurs. Je l’ai donc récupérée pour voir si, comme pour la BBQLinux elle peut être détournée de sa fonction d’origine ou pas.

Le point noir, c’est la sortie d’ISO semestrielle. Donc au moment où je rédige cet article, le 15 octobre 2015, la dernière en date a été publiée début avril 2015.

Comme d’habitude, j’ai utilisé mon ami VirtualBox avec la configuration habituelle (2 Go de mémoire, 128 Go de disque dur, 2 CPUs virtuel) m’a bien aidé dans cette tâche 🙂

Continuer la lecture de « Quel bilan pour les distributions GNU/Linux basées sur Arch, en dehors de Manjaro Linux ? Dernière partie. »