Book Depository : une bonne boutique pour les livres en anglais

Je tenais à faire un petit billet sur une excellente boite auprès de laquelle je me procure la série des « Harry Potter » dans la langue d’origine, Book Depository.

C’est une boite qui travaille en partie avec Amazon et permets d’avoir en l’espace d’une grosse semaine des livres qui pourraient demander jusqu’à un mois de délai ailleurs.

Je prends comme exemple le livre « Harry Potter and the Goblet of Fire » (796 pages au format poche, dit édition adulte, en comparaison des 756 pages de la version française).

J’ai passé commande samedi dernier en début d’après-midi et je l’ai reçu aujourd’hui même. Ce qui n’est pas excessivement long, surtout si la commande a été traitée en début de semaine 🙂

Et payer 10,20 € pour le livre en VO, ce n’est pas non plus excessif. Autant dire que le blog risque de tourner au ralenti durant les 3-4 jours qui arrivent 😉

Y a pas à dire, la version traduite des « Harry Potter » sont adoucies.

J’ai fini hier soir les 366 pages de la version poche du volume 2 des aventures d’Harry Potter, « Harry Potter and the Chamber of Secrets ».

En attendant l’arrivée du volume 3 « Harry Potter and the Prisonner of Azkaban » et ses 468 pages, je me plongerais dans « Les bienveillantes » dont je suis arrivé à la moitié environ.

Pour en revenir à la traduction, le traducteur a surement bien fait d’édulcorer certains termes. Le chapitre 7  » Sang-de-bourbe et drole de voix » est en VF « mudblood and murmurs ».

mud = boue, blood = sang. Donc le terme discriminatoire des Malefoys et autre mangemorts est en réalité « Sang de boue »…

Agréable, non ?!

Lorsque j’ai lu la saga en français, je trouvais que le premier tome vraiment « adulte » était le tome 4, « Harry Potter et la coupe de feu », mais déjà, le tome 2 offre un bon aperçu du monde des sorciers, qui ressemble étrangement à celui dans lequel nous vivons.

Après tout, l’histoire commence en 1991, car on apprend dans le tome 2, lors de l’anniversaire de mort de Nick Quasi-sans-tête que cela fait 500 ans qu’il a été tué, sa mort datant du 31 octobre 1492… Donc :

  • Harry Potter and the philosopher’s stone (L’école des sorciers) : en 1991-1992
  • Harry Potter and the chambers of secret (La chambre des secrets) : en 1992-1993
  • Harry Potter and the prisonner of Azkaban (Le prisonnier d’Azkaban) : en 1993-1994
  • Harry Potter and the goblet of fire (La coupe de feu) : en 1994-1995
  • Harry Potter and the order of the Phoenix (L’ordre du Phénix) : en 1995-1996
  • Harry Potter and the half-blood prince (Le prince de Sang mélé) : en 1996-1997
  • Harry Potter and the deathly hollows : en 1997-1998 ?!

Une manière de critiquer certains penchants de la société actuelle ?

En tout cas, une excellente saga, encore meilleur quand on la lit dans la langue de Shakespeare.

Les versions françaises d’Harry Potter seraient-elles adoucies ?

Dans le but de pouvoir lire sans trop de difficulté l’ultime opus des aventures d’Harry Potter, j’ai commencé à me procurer la série des volumes des aventures du héros de JK Rowling en version originale.

Même si je souffre pas mal par moment, je dois dire que j’arrive à m’en sortir pas trop mal sur le plan de la compréhension générale. Cependant, j’ai noté que la version française un brin adoucie.

Exemples ?

Outre l’étrange traduction du titre d’origine « Harry Potter and the Philosopher’s Stone » devenu « Harry Potter à l’école des sorciers » (?!), voici quelques traductions changeantes.

Dans le chapitre 5, « Diagon Alley » devenu « Le chemin de traverse », quand Harry et Hagrid sont chez Gringotts, Hagrid demande au gobelin :

« […]Can you go more slowly please ?
One speed only, said Griphook »

En gros : « […]Pouvez-vous aller plus lentement ?
Une seule vitesse dit Griphook »

La réplique du gobelin est devenue :

« Désolé, Monsieur, répondit le gobelin, la vitesse des wagonnets n’est pas réglable ».

Après qu’Harry ait vaincu pour la première fois Lord Voldemort et son support, le bégayant professeur Quirrel, le professeur Dumbledore parle avec Harry des dragées surprises de Berthie Crochue :

« I was unfortunate enough in my youth to come to a vomit-flavoured one » => une dragée ayant le goût de vomi. Bon appétit.

En français ?

« […]J’en ai trouvé une qui avait le goût de poubelle »…

Je vais attaquer le volume deux, « Harry Potter and the Chamber of Secrets » ce soir, et comparer histoire de voir les différences entre les deux versions 😉

Alexandre le Bienheureux nous a quitté.

L’acteur Philippe Noiret est décédé des suites d’un cancer.

Source :

http://tf1.lci.fr/infos/culture/cinema/0,,3359295,00-philippe-noiret-est-decede-.html

Ce grand acteur nous a quitté. Encore un grand nom du cinéma qui s’en va et qui sera surement regretté. Si j’ai pensé à Alexandre Le Bienheureux, c’est surtout pour les rôles de grands gueules auxquels il était abonné. Comme celui du commissaire dans les Ripoux, et de l’inspecteur dans « Tendre Poulet » et « On a volé la cuisse de Jupiter ».

76 ans, c’est encore jeune de nos jours. Reposez en paix, et chapeau bas pour votre carrière, monsieur Noiret.

Ah les modes musicales…

Vous vous souvenez ce qui était considéré comme hyper à la mode il y a 10 ans ? Quels étaient les groupes phare ?

Allez, n’ayez pas honte de vous souvenir de titres inoubliables comme « Wannabe » ou encore « Partir un jour »…

Oui, je parle de la période des groupes de garçons comme les 2Be3, les Alliage, l’anglophone Take That (dont s’est sorti un certain Robbie Williams) ou des groupes de filles, et pour ne citer que le plus célèbres, les Spice Girls (dont sont issue l’épouse de David Beckham et une certaine rousse !)

De nombreuses femmes agées d’environ 24 – 25 ans doivent se souvenir des posters de ces garçons à la plastique un peu trop parfaite 😛

Il est vrai qu’on ne faisait que descendre une marche plus que le mouvement musical qui avait quasiment monopolisé le monde musical entre 1990 et 1995, je parle de l’enfant honteux du Disco, la Dance Music 😛

Quoique depuis on a hérité du R’n’B, qui est encore pire que la Dance Music sur certains plans… Et comme cela fait pas loin de 10 ans que le R’n’B a tendance à monopoliser les ondes, une nouvelle mode va apparaître et envoyer le R’n’B au musée des tendances musicales 😛

Ben ouais, je regrette l’époque des grands albums comme « A night at the Opera » de Queen… Comment cela, vieux con ?!

Les majors du disque américaines prises la main dans le pot de confiture. A quand le tour des européennes ?

En attendant que les majors européennes subissent le même sort… En effet, les ventes sont au plus bas au pays de la bannière étoilée. La semaine du 23 juillet 2006 a été la plus mauvaise en 10 ans ! Moins de 9 millions d’albums vendus pour un pays de 300 millions d’habitants, c’est pas grand chose…

Et si on prend le top 10 des meilleures ventes, le premier titre ne fait que 207 000 ventes, le numéro 2, à peine 67 000 ! Ce qui s’appelle une baffe… Ou simplement le juste retour du bâton : musique formatée, compilation insipide, artistes jetables, cd illisibles, hors de prix, etc…

On pourrait accuser les réseaux d’échanges de fichiers de « pair-à-pair », mais vu la multiplication des procès de la RIAA, on ne peut plus accuser que la baisse des ventes soient liées à un piratage forcené… Avec 14800 procès sur la période 2003-2005, l’effet dissuasif joue même de manière marginale.

Pour donner un ordre d’idée, en 2005 en France, il y a eu 83 millions d’albums vendus, soit en gros 1,5 millions de ventes hebdomadaires.

D’ailleurs, une information qui est passée quasiment inaperçu montre à quel point les majors du disque – au moins en France – semble prendre conscience que le CD est un support vieillissant…

En effet, le seuil pour recevoir une « récompense » (disque d’argent, or, platine et diamant) baisse en moyenne de… 25% !

  • Pour une vente déclarée disque d’argent : 35 000 au lieu de 50 000 = -30%
  • Pour une vente déclarée disque d’or : 75 000 au lieu de 100 000 = -25%
  • Pour une vente déclarée disque de platine : 200 000 au lieu de 300 000 = -33%
  • Pour une vente déclarée disque de diamant : 750 000 au lieu de 1 000 000 = -33%

Les ventes tendent à baisser (sinon, pourquoi abaisser le niveau de consécration ?) et on ne peut plus accuser le méchant p2p ? Dommage 😀

Et quand on voit la répartition, aussi bien pour la musique numérique qu’en dur… On se dit que les artistes se font bien élargir l’orifice anal par les majors et les magasins de musique en ligne…

15% en moyenne pour les interprètes, 62% pour les maisons de disques…

Mouahahahahaha ;)

C’est la crise de rire que j’ai poussé quand j’ai vu le navet… euh, le film tiré du jeu vidéo « Doom ». Hier, j’avais pu voir que le film était sorti en DVD dans les hypermarchés, et j’ai donc décidé de me fendre d’un euro et des poussières chez mon loueur de vidéos au lieu de dépenser plus d’une vingtaine d’euros dans l’achat du DVD… Le résultat ?

Continuer la lecture de « Mouahahahahaha 😉 »

Coluche et « Hair » de Milos Forman, possible de nos jours ?

Après avoir vu l’émission hommage à Coluche il y a quelques jours, et revu récemment le film « Hair » de Milos Forman (1979), tirée de la comédie musicale du même nom, je me demande si on pourrait encore avoir de nos jours des sketchs aussi acide que lorsque Coluche se foutait de la publicité, ou des textes chantés comme celui-ci, au début de ce chef d’oeuvre de Milos Forman.

Inutile de traduire l’anglais, il est assez explicite :

« Sodomy, Fellatio, Cunnilingus, Pederasty,
Father, Why do these words sound so nasty ?
Masturbation can be fun
Join the holy orgy
Kama Sutra, Everyone »

Allez, je le traduis pour les personnes fachées avec l’anglais :

Sodomie, Fellation, Cunnilingus, Pédérastie,
Père, pourquoi ces mots sont ils si vilains ?
La masturbation peut être amusante
Rejoint l’orgie sainte
Kama Sutra, tout le monde »

Ah, la bonne époque…

Et si c’était les hard-rockers et « métalleurs »…

…qui produisent les plus beaux slows et les plus belles balades ?

Un exemple : les allemands du groupe Scorpions, qui ont sorti : « Still Loving You » (et ses guitares en furie), « Wind Of Change » et le sublime « Send Me An Angel« …

Cela vaut largement la « merde » (copyright Manu Katché – 2006) qui sert d’hymne à la « Nouvelle Star 2006 », non ?

Putain de camion… 20 ans déjà :(

Il y a bientôt 20 ans, le 19 juin prochain, Michel Colucci mourait dans un accident (?!) et le meilleur des enfoirés nous quittait tristement.

Ecoutant Europe1, cette journée est consacrée à Coluche, et sa carrière. Comment ne pas penser à Coluche, et à son oeuvre posthume…

Moi, je file un rancard
A ceux qui n’ont plus rien
Sans idéologie, discours ou baratin
On vous promettra pas
Les toujours du grand soir
Mais juste pour l’hiver
A manger et à boire
A tous les recalés de l’âge et du chômage
Les privés du gâteau, les exclus du partage
Si nous pensons à vous, c’est en fait egoïste
Demain, nos noms, peut-être grossiront la liste

Aujourd’hui, on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim, ni d’avoir froid
Dépassé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi
Je te promets pas le grand soir
Mais juste à manger et à boire
Un peu de pain et de chaleur
Dans les restos, les restos du cœur

Autrefois on gardait toujours une place à table
Une soupe, une chaise, un coin dans l’étable
Aujourd’hui nos paupières et nos portes sont closes
Les autres sont toujours, toujours en overdose

J’ai pas mauvaise conscience
Ça m’empêche pas d’dormir
Mais pour tout dire, ça gâche un peu le goût d’mes plaisirs
C’est pas vraiment ma faute si y’en a qui ont faim
Mais ça le deviendrait, si on n’y change rien

J’ai pas de solution pour te changer la vie
Mais si je peux t’aider quelques heures, allons-y
Y a bien d’autres misères, trop pour un inventaire
Mais ça se passe ici, ici et aujourd’hui

Putain 20 ans déjà… 🙁

La non-viabilité de la location de musique prouvée ?

Dans un article publié sur Presence-PC (reprenant cette dépêche de Reuters, Napster (historiquement connu pour avoir été le premier logiciel de P2P musical) se plaint de ne pas pouvoir tailler des croupières à Apple et son iTunes Music Store.

« Notre activité repose sur le logiciel de gestion des droits d’auteurs (DRM) de Microsoft et notre modèle économique repose également sur l’écosystème des constructeurs de baladeurs autour de Microsoft », a-t-il ajouté.

Microsoft doit négocier avec un grand nombre d’éditeurs de services musicaux et de fabricants de baladeurs, a reconnu Craig Gorog. « C’est beaucoup plus difficile à organiser correctement que de concevoir un baladeur et un service comme Apple l’a fait », a-t-il déclaré.

Cette contre-performance s’explique par deux points : une dépendance envers un format précis sur une seule plateforme, le WMA et donc Windows Media Player.

Apple, bien qu’il se soit lancé en premier a décidé de ne pas rester sur son OS et de proposer un logiciel qui tourne aussi bien sous Windows que sous Linux. Allez donc trouver une version récente de Windows Media Player pour MacOS-X… La dernière est la version 9, sortie en novembre 2003 !!!

Un autre point : la location de la musique.

Autant je peux comprendre la location d’un film, autant la location de musique, cela me fait drôle. De plus, je n’en ai rien à faire d’avoir accès à 1,5 million de titres si au bout de six mois, en ayant assez de payer, je me retrouve avec des morceaux inaudibles.

Il est étrange de noter qu’il n’y a en France, sauf erreur de ma part que des services de vente de musique, aucun service de location n’ayant traversé l’Atlantique.

Enfin, seul l’avenir nous dira si la location de musique est une idée viable ou complètement débile…

180 000 euros… Cher pour un site de désinformation et de propagande…

Pour faire passer la liberticide loi DADVSI, le ministère de la culture (ou de l’inculture) a payé 180 000 euros (soit 1 180 722 francs !) pour un site dérivé de Dotclear (cf la réaction du créateur de Dotclear).

Pour un site accumulant les informations non justifiées, « Marc Lavoine est chanteur et acteur. Selon lui, 300.000 emplois sont directement menacés sur les 6 années qui viennent «  (il faudra qu’on m’explique comment le nombre d’emplois a été calculé) par exemple.

Il suffit de lire les commentaires sur ce billet.

Ou de voir que maintenant les commentaires sont fermés sur les billets de ce site.

Je croyais que le dialogue était un des buts de ce site… A moins que le seul dialogue que veuille le ministère de la Culture soit : « Ferme-là et paye pour de la musique payée à prix d’or que tu ne pourras – peut-être – plus lire dans un an ou deux ? »

Le principal mensonge des majors du disque détruit !

En lisant cet article du Nouvel Observateur, on s’aperçoit que les revenus des majors (Universal, Sony-BMG, EMI, etc…) ont augmenté, et ce, malgré un piratage qui fait – selon les majors – baisser leurs revenus…

La SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques) a reversé près de 8% de plus de droits d’auteurs qu’en 2004 !

« […]En 2005, la SCPP a réparti 48,8 millions d’euros à ses ayants droit, soit une progression de 7,4% par rapport à 2004. »

Et on entendra une minorité d’artistes riches à millions se plaindre…

Décidément, la vie est trop injuste…

Madonna, plagieuse ?

Oui, je parle de Louise Veronica Ciccone, 47 ans en 2005. Etant donné que les radios de djeunz (et de moins djeunz) nous ont bombardé avec son tube « Hung Up », je me suis aperçu que la mélodie n’est autre que celle d’un groupe des années 1970, ayant décroché l’Eurovision en 1974.

Je parle en effet du groupe ABBA, dont la mélodie de « Gimme, Gimme, Gimme » a été repris par Louise Veronica Ciccone, légèrement accélérée sur l’original.

Plagiat volontaire ou pas ?

En tout cas, le plagiat est quasiment sûr…

Modification à 20 h 32 :

Après quelques recherches, je suis tombé sur cette page, qui m’a fait bien rire…

Madonna a été contrainte de se mettre à genoux devant Abba afin de demander la permission d’utiliser un échantillon de « Gimme Gimme Gimme » dans le premier simple de son album « Confessions on a Dance Floor », « Hung Up ». Le groupe suédois permet rarement cette pratique. Seuls les Fugees avaient réussi à les convaincre dans le passé.[…]

Comme quoi, le plagiat, il faut le demander les genoux à terre 😉